Nous, on n'aime pas lire

SALLENAVE DANIE

livre nous, on n'aime pas lire
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 08/01/09
LES NOTES :

à partir de
11,90 €

SYNOPSIS :

C'est un jeune garçon et sa mère que révèle une photo prise au bord de l'océan durant l'été 1978. Le garçon a maintenant trente-quatre ans et contemple ce cliché qu'il a toujours possédé sans vraiment y prêter attention. Il s'ensuit une évocation ardente, nostalgique et tendre de cette mère dont il fut séparé
par un exil forcé en Algérie qui dura deux années. Comment a-t-il grandi ? Comment, alors qu'il est à l'aube d'avoir un enfant, s'est-il arrangé avec ce manque, cette absence ? C'est au prix de cette instrospection, de ce retour vers l'enfance, et seulement à ce prix, qu'il consentira à devenir père.
3 personnes en parlent

Ce livre m'a agacée; je n'ai pas du tout les mêmes idées sur la lecture (j'y réfléchis depuis 1969!) Elle n'est ni passionnée ni chaleureuse...ni scientifique. Trop d'idées reçues non remises en question. Genre de truc qui fait monter ma tension! berthe

afbf
01/01/13
 

"Je me suis rendue à plusieurs reprises en 2008 dans un collège "ambition réussite", pour voir comment je pourrais aider les professeurs à donner aux élèves le goût des livres et de la lecture." (extrait de la 4 ème de couverture). Vaste programme ! Dans ce récit l'auteure nous raconte donc l'expérience qu'elle a vécue et nous offre ses réflexions tant sur l'Education Nationale, certains pédagologues qu'elle fustige au passage, proposant des pistes de réflexion frappées au coin du bon sens, aidée en cela par son expérience d'ancien professeur. J'adhère en grande partie aux idées de Danièle Sallenave mais suis restée très en dehors de ce livre qui manque singulièrement de chaleur et d'empathie. L'auteure se montre très empesée, gourmée et même si au fil de l'expérience, elle semble s'attacher à ces élèves , elle ne peut se départir d'une certaine froideur. cathulu

cathulu
31/12/12
 

L'essai contient des observations notées par la romancière pendant un an de parrainage de deux classes de 3e d'un collège toulonnais (opération menée par l'Education nationale auprès des établissements particulièrement difficiles classés « Ambition réussite »).L'auteure lance un débat sur la place qu'occupe le livre dans l'esprit des adolescents qui ont souvent du mal à aimer ce qui ne se voit pas (le passé=l'histoire) et ce qui doit être imaginé (le fictif). Elle propose l'idée d'une lecture-voyage qui permet d'être tout entier « hors de soi », mais aussi d'une lecture-partage qui enrichit et apprend à bien s'exprimer. Car l'accès au savoir, aux livres se fait grâce aux passeurs – gens qu'on aime, en qui on a confiance, qui ont un don de transmission.Quel que soit l'environnement socioculturel de l'enfant, les contenus de savoir devraient rester les mêmes pour tout le monde car les besoins de l'instruction sont les mêmes (cf.« théâtre élitaire pour tous »d'Antoine Vitez), il n'y a que les méthodes qui varient et s'adaptent aux circonstances.Réflexion intéressante sur l'avenir de l'enseignement dans les collèges. A comparer avec le livre de Marie-Aude Murail paru sous le même titre chez La Martinière en 1996. Bogusia (Médiathèque de Meudon)

Bogusia
17/03/10
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.24 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie