Nouvelles sous ecstasy

BEIGBEDER FREDE

livre nouvelles sous ecstasy
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 12/03/99
LES NOTES :

à partir de
12,50 €

SYNOPSIS :

Dans les années 1980, une nouvelle drogue fit son apparition dans les milieux noctambules : le MDMA dit " ecstasy ". Cette " pilule de l'amour " provoquait d'étranges effets : bouffées de chaleur, envie de danser toute la nuit sur de la techno, besoin de caresser les gens, grincements de dents, déshydratation accélérée, angoisse existentielle, tentatives de suicide, demandes en mariage. C'était une drogue dure avec une montée et une
descente, comme dans les montagnes russes ou les nouvelles de certains écrivains américains. L'auteur de ce livre n'en consomme plus et déconseille au lecteur d'essayer : non seulement l'ecstasy est illégal, mais en plus il abîme le cerveau, comme le prouve ce recueil de textes écrits sous son influence. Et puis, avons-nous besoin d'une pilule pour raconter notre vie à des inconnus ? Alors qu'il y a la littérature pour ça ? E B.
5 personnes en parlent

J’ai choisi de lire ce petit recueil de nouvelles lors de mon « week-end à mille en mode non officiel » pour la simple et bonne raison qu’il était court et que je voulais tester ma théorie concernant « les dix petits livres d’une centaine de pages ». Je pense que sans cet événement, il aurait attendu dans ma PAL encore un moment puisqu’il était loin d’être une priorité.Ceci dit, j’aime beaucoup les nouvelles, ce n’est plus un secret pour personne. Alors, forcément, j’ai apprécié me plonger dans ce recueil intriguant. Et puis, si l’auteur a vraiment écrite ses nouvelles après consommation d’ecstasy… Chapeau, mais nous y reviendront. Le truc, c’était que ça m’intriguait, justement. Et j’étais tout de même très curieuse de voir ce que ça allait donner. Parce qu’avouez quand même que c’est intriguant, un tel titre. Je ne sais pas vraiment ce à quoi je m’étais attendue, peut-être à du grand n’importe quoi, au final. Mais ce n’est pas ce que j’ai retrouvé dans ce recueil, qui fut une bonne surprise, je dois le reconnaître.C’est la première fois que je teste la plume de l’auteur, et je dois dire que je suis contente d’avoir commencé avec ce recueil qui donne un peu le ton, en fin de compte. Parce que maintenant, je pourrais lire un autre de ses livres en ayant une idée de son style, sans être surprise lors de ma lecture. Quoi que, avec cette histoire d’ecstasy, il y a tout de même manière à me retrouver sur les fesses. Enfin bref ! Le style m’a assez bien plu, je dois dire. C’est fluide et en même temps, pas si simpliste que ça, bien que… Spécial. Je ne trouve pas d’autres mots pour en parler, mais finalement, ce qu’implique ce simple mot résume assez bien la chose, je trouve.Parlons maintenant de cette histoire d’ecstasy. Je ne sais pas si c’est à prendre au premier ou au second degré, et je dois dire que ça me travaille pas mal, encore aujourd’hui, soit quasiment un mois après ma lecture. Parce que bon, si l’auteur a vraiment écrit ces nouvelles sous l’influence de la drogue, je dois dire chapeau, puisqu’elles ont du sens et ne sont pas décousues. Le fil conducteur est suivi, et ça ne part pas dans tous les sens. Finalement, peut-être que oui, c’était à prendre au second degré. Allez savoir.Quant aux nouvelles en elles-mêmes, on retrouve des thèmes abordés intéressants et souvent récurrents : le sexe, l’alcool, l’ecstasy, la fête, la mort, la vie. C’est pas mal trash, il faut tout de même l’avouer, et il y a une nouvelle particulièrement dégelasse, mais bon, c’est précisé dans le titre. Bref, tout ça pour dire que les thèmes sont à la fois variés mais toujours dans le même domaine, appartenant au même cadre, dirons-nous.Finalement, j’ai été assez surprise par ce recueil dont je n’attendais pas grand-chose, et c’est bien sûr une bonne surprise. Est-ce que je lirais d’autres œuvres de l’auteur ? Oui, bien sûr. Mais pas tout de suite, sans doute de peur de ce que je pourrais y trouver, à cause du côté trash.“ En somme „Une bonne découverte que je vous conseille si vous aimez l’auteur, son genre, son style, ou le côté trash. Askmetoread

askmetoread
30/06/14
 

Frédéric Beigbeider est un auteur qui ose, qui est un écorché vif de la vie et un révolté. On le ressent en lisant ses nouvelles. Certaines nouvelles sont complètement trash et d'autres sont tout simplement des nouvelles où il se plaint de son existence, voir limite ennuyeuses. Certaines sont totalement décousues et d'autres sont d'une pure merveille.

masatgiera
30/06/11
 

Etant donné le titre du livre, j’avoue avoir été étonnée de voir tant de sens en le lisant. La plupart des discours sont lucides, comme une réflexion que l’on se ferait à l’intérieur de nous. Les thèmes sont parfois durs, vulgaires mais toujours avec une étrange légèreté. Cette légèreté est-elle due à la prise de substance ? Personne ne le sait. C’était un plaisir de le lire, il raconte les choses avec un certain détachement qui fait que tout est presque drôle. Même si les choses qui ne le sont pas de prime abord. Et ce que j’aime pour l’instant avec cet auteur, c’est qu’il y a très souvent une petite phrase qui m’interpelle et qui m’oblige à corner la page pour ne pas l’oublier.Plus que drôle, c’est incisif. Un petit plaisir !

BillieSullivan
11/06/11
 

Passionnant pour ma part, un livre magique et tellement surprenant.Je suis passé du fou rire aux frissons les plus sincères.Une merveille de la littérature contemporaine!!!A lire sans aucunes reserves !!!!!!

lepenseurfou
26/02/10
 

Nouvelles, comme son nom l'indique, sous ectasy comme le nom l'indique aussi. C'est frais et désespérément défraichi. Gentillement trash et plein d'imagination. Le Beigbeider le plus facile à lire.

un flyer
15/01/09

Format

  • Hauteur : 18.50 cm
  • Largeur : 11.80 cm
  • Poids : 0.12 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition