O jerusalem

LAPIERRE, DOMINIQUE

livre o jerusalem
EDITEUR : POCKET
DATE DE PARUTION : 18/01/06
LES NOTES :

à partir de
10,70 €

SYNOPSIS :

30 millions de lecteurs. 28 éditions internationales. un grand film en préparation. o jérusalem mai 1948. les anglais quittent la palestine. la ville sainte est à feu et à sang. le conflit
israélo-arabe commence et ne s'éteindra plus. un formidable récit historique débordant d'aventures, de drames, d'amour, d'héroïsme et de secrets révélés. un livre clé.
2 personnes en parlent

Imposant ouvrage rédigé en 1970 par deux journalistes qui retracent le conflit israélo-palestinien depuis la date du « Partage » opéré par les Nations-Unies le 29 novembre 1947 à Flushing Meadows, New-YorK .Les hostilités commencent avant même la signature du Partage de la Palestine en novembre 1947. A partir de là, les deux camps s'équipent en armes. Deux émissaires, l'un juif, l'autre arabe, manquent se croiser dans les bureaux d'un vendeur d'armes de guerre à Prague.Les préparatifs sont restitués, scrupuleusement : mission de Golda Meïr aux USA, qui revient avec 50 millions de dollars, là où ses chefs ne pouvaient prétendre qu'à une maigre participation des juifs américains. Achat de surplus militaires aux Pays-Bas, affrètement de bateaux pour rapporter toutes ces armes jusqu'en Palestine. Un vrai effort de solidarité de la communauté juive pour s'armer. Jusqu'aux avions qu'on construit, petits, apparemment pas pour la guerre, avec des infrastructures qui ne laissent pas supposer qu'ils s'agit d’armes de guerre. Aux USA, on achète en pièces détachées toute l'artillerie lourde, les tanks, et les machines susceptibles de fabriquer des armes lourdes voyageront sous la forme de 75000 pièces détachées sous le nom de « machines textiles », à remonter arrivées à destination. D'autres armes lourdes seront acheminées dissimulées sous des kilos d’oignons ! Un navire, le Borea, chargé au maximum d'armes bien cachées, sera immobilisé en Méditerranée jusqu'à la date fatidique de la création de l’État d'Israël, finalement les Anglais l'arraisonneront et la cargaison n'atteindra pas les côtes israéliennes avant le départ des troupes britanniques.Du côté arabe, les préparatifs sont moins organisés, moins concrets pour ce qui touche au matériel. Ce sont les hommes qui s'organisent et se regroupent. Le Grand Mufti à Jérusalem, Abdel Kader, tous les chefs arabes participent à un degré ou un autre et la guérilla est vive dans Jérusalem avec pour slogan : il faut rejeter les Juifs à la mer ! Le roi de Jordanie forme secrètement le projet d'annexer la Palestine arabe à son propre pays.L'ère des attentats commence : l'hôtel Sémiramis au Caire, attaqué par les juifs, où mourront de nombreux arabes, touristes pour la plupart ; attentats arabes avec des camions piégés, dans le centre même de Jérusalem.L'enjeu, c'est Jérusalem ! Les Juifs rejettent l'idée de partage de la ville sainte, les Arabes aussi. Les Anglais l'occupent, avec une position fluctuante, soutenant les Arabes, ne s'opposant pas finalement aux juifs. Ils iront même jusqu'à faciliter la mise sous contrôle de la ville sainte en informant précisément les juifs du moment de leur départ. Quartier par quartier, les juifs vont reconquérir Jérusalem, semant la peur chez les arabes et les poussant à l'exil, vers le Liban, vers Amman et Damas. Les Arabes veulent « étrangler » la ville, l'affamer, pousser les juifs à la quitter. Le bus n°2 qui la dessert depuis les colonies juives extérieures est un danger à lui tout seul. Malgré le blindage des bus, les juifs sont attaqués, mitraillés sur le chemin. Il faut dire que le bus est alourdi et pèse, avec le blindage, près de sept tonnes. Autant dire que chaque voyage est un coup de poker avec la mort.Des personnages historiques (Ben Gourion, qui se choisit ce pseudo signifiant « fils du lion » ; Golda Meïr, côté israélien, l'ex-SS Faw el Koutoub, le roi Abdullah de Jordanie, côté arabe) côtoient les habitants les plus modestes dans cet ouvrage. Chacun y est traité, dans sa réalité et son destin, avec la même attention. Et on vit avec eux ce que furent ces années de violence et de peur. Des événements forts marquent le cheminement des Juifs vers la création de leur État : le 9 avril 1948, l'effroyable massacre du petit village arabe de Deir Yassin par les extrémistes juifs (Irgoun et groupe Stern), sorte d'Ouradour sur Glane palestinien qui enflammera la haine et le désir de vengeance des Arabes. Le siège de Jérusalem qui verra ses habitants affamés, massacrés par les Arabes et enfin, par vote au Conseil juif, par une seule voix de majorité, la création de l’État d'Israël le vendredi 14 mai 1948. Sur neuf membres du Conseil, quatre voulaient décider une trêve avec les Arabes et reporter la création de l’État.Il est tout de même à noter que les auteurs marquent bien la différence à leurs yeux entre les juifs, ingénieux, créatifs (créer des grenades à partir de boîtes de cigarettes vides), organisés, courageux, dotés de vrais chefs de guerre et le côté arabe, où on voit des hordes sans discipline, sans entraînement militaire, sans chefs mais supérieures en nombres. Pour conclure, une étude nourrie, détaillée, illustrée de nombreux faits anecdotiques en apparence mais qui tissent l'invraisemblable gâchis que le monde va voir vivre sous ses yeux durant des décennies et qui perdure encore. Une analyse qui ne prend pas parti, qui dissèque et restitue avec un souci d'exactitude.Sous nos yeux des destins se nouent et s'achèvent, des êtres humains prennent vie grâce à une enquête serrée des deux auteurs et nous les voyons vivre, lutter, s'en sortir ou mourir. Avec empathie, avec consternation et sans juger non plus car tel n'est pas notre rôle.Un grand livre qui pourrait bien avoir une suite tant le problème reste brûlant et concerne le monde entier. Hebelin

hebelin
07/11/13
 

Un livre fort en émotion qui retrace la libération de Jérusalem. Après l'horreur de la seconde guerre mondiale, l'auteur nous livre l'histoire d'une nation sa naissance, et son combat pour la liberté. Cette nation donne une formidable leçon de vie et même tout son peuple vers la libération.un des formidables moment du livre est celui ou la décision de traverser les montagne avec des hottes remplies de victuailles est prise pour que la population de Jérusalem assiégée ne meure pas de faim. Une leçon de vie de courage et de fraternité à lire pour la mémoire MurielDMR

Muriel72
15/06/13
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.78 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition