Contes merveilleux

HESSE-H

livre contes merveilleux
EDITEUR : CALMANN-LEVY
DATE DE PARUTION : 01/04/94
LES NOTES :

à partir de
15,30 €

SYNOPSIS :

L'éditeur allemand de hesse avait, en 1975, publié pour la première fois un ensemble de contes (die märchen) parus à différentes époques de la vie de l'auteur : les premiers sous le titres contes en 1920, d'autres réunis dans le volume intitulé fables en 1935, d'autres encore dans voyages imaginaires, paru en 1945. La présente édition est une sélection de contes extraits de cette édition allemande et de deux autres recueils, iris et innen und aussen, reflètant fidèlement la production de hesse dans ce genre si particulier jusqu'à la fin de sa vie. ';le rêve et l'imagination ne sont rien d'autre que des formes de l'amour';, écrivait
hesse en 1920, à l'époque de la publication de ses premiers contes. ce à quoi s'attache ici hesse, c'est à ces possibilités prodigieuses, merveilleuses de l'enfance que nous oublions pour devenir adultes. Et pourtant, pour qui sait voir et entendre, ces prodiges s'accomplissent constamment. la merveille devient réelle et elle indique, ne serait-ce que de manière fugace, l'ordre réel du monde. Couvrant une période de près de quarante ans de production littéraire, ce recueil de contes offre à tout lecteur de hesse une matière totalement inédite et un éclairage nouveau sur une facette du talent de l'auteur du loup des steppes.
2 personnes en parlent

« Il comprit qu’il devait se contenter d’être un rêveur, un visionnaire, un authentique poète dans son âme et que son œuvre devait rester celle d’un simple romancier. »Un recueil de contes écrits à diverses époques de la vie d’Hermann Hesse, de facture en conséquence bien différente (le premier écrit à 10 ans). En revanche, un point commun : son goût pour la nature, les forces de la terre, des montagnes, des arbres qui puisent leur énergie dans la terre pour rejoindre le ciel et la volonté de l’homme de retrouver sa part d’enfance « dans le musée saturé de sa mémoire ». Des mots très touchants pour sa mère, cachés dans « Le sentier du rêve » écrit en 1916, mon conte préféré dans ce recueil : « je revis en esprit un morceau de papier que je trouvais un jour dans cette corbeille, elle y avait inscrit de sa main légère ce qu’elle avait à faire ce jour-là, ce à quoi elle devait penser – pantalon d’Hermann effiloché – mettre le linge à tremper – aller chercher le livre de Dickens – Hermann n’a pas fait sa prière hier. Des flots de souvenirs, fardeaux d’amours ! »

ToursEtDetours
08/02/16
 

Une quinzaine de contes de Hermann Hesse ( 1877-1962 - Prix Nobel de littérature en 1946 ) sont présentés dans ce recueil à la façon d'une anthologie. Ils datent majoritairement des années 1910 à 1930, le dernier date de 1953. Car Hermann Hesse écrivit régulièrement des contes en parallèle de son oeuvre romanesque.Ces récits ne sont pas traditionnels du genre du conte au sens strict, le lecteur n'y retrouvera pas les personnages types tels les sorcières, magiciens, créatures maléfiques mais il reconnaitra les paysages, château, village et vallées, montagnes, jardins ainsi que l'univers des songes, celui des apparitions. Ce ne sont pas des textes inspirés du folklore allemand, de légendes ou mythologies germaniques. Dans ces récits, la magie vient du sur-naturel, le monde vu-perçu autrement, de cette part d'enfance, de rêve et d'inconscient, le tréfonds, qui donne leur résonance et leur sens aux contes, comme le souligne Myriam Mallié dans son ouvrage Conter.Hermann Hesse raconte l'âme humaine, ses sentiments profonds. Certains des textes se déroulent dans des contextes réalistes, contemporains à l'auteur, d'autres relèvent de la fable - non dénuée d'une touche d'humour - , certains de la parabole. En variété de tons, de longueur, tous racontent et célèbrent l'enfance enfouie dans l'adulte, les premières sensations et émotions fondatrices à préserver; tous relatent un voyage initiatique. Il ne s'agit pas de nostalgie d'enfance, de la perte d'un éden, mais bien de " fondations ", de vérité et d'harmonie de l'être et des êtres, précieuses pour avancer, pour s'épanouir, pour (s')accomplir.Hermann Hesse conte la nature humaine encore en quête de sagesse et de paix ( certains textes dénoncent vigoureusement sa folie guerrière, la destruction, ses instincts de conquête, de pouvoir ), son incapacité à la simplicité originelle, à l'émerveillement. Le merveilleux de ces contes, ce sont la pureté de ses sentiments rejoints, une foi en l'homme et l'éternité. Sans propos moralisateur ou religieux, sans excès de lyrisme, sans occulter la douleur, la cruauté, la mort, il se dégage de ces récits une spiritualité, une joie et un amour, un regard attentif, émerveillé sur la nature, celle du monde, ses petits miracles saisonniers, " l'essence de la vie ". Les beautés de la nature servies par la beauté et la richesse de cette plume. Des fleurs dans presque chacun des textes. Ce récit à la façon conte des origines intitulé " Faldum " ( 1915 ) relatant la naissance, le destin, la mort d'une montagne, sa relation aux hommes, est littéralement fabuleuse.Bonheur de lecture.

Marilire
23/12/14
 

Format

  • Hauteur : 21.00 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.26 kg
  • Langage original : ALLEMAND

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition