Oliver twist

DICKENS, CHARLES

livre oliver twist
EDITEUR : CHILDREN PBS
DATE DE PARUTION : 20/02/08
LES NOTES :

Livre en VO
à partir de
9,88 €

SYNOPSIS :

After Oliver Twist asks nasty Mr Bumble for more food, he has to flee the workhouse for the streets of London. Here he meets the Artful Dodger, who leads him to Fagin and his
gang of pickpockets. When a thieving mission goes wrong, Oliver narrowly avoids prison. This is a story of a young boy who seeks his fortune on the streets of London.
5 personnes en parlent

Alors avant tout, j’ai une version très abrégée. Beaucoup de passages sont donc passés à la trappe. C’est peut être pour ça que je n’ai pas trouvé ce livre long ou monotone comme certains … Cela m’embête dans un certain sens, car ce n’est pas un avis sur la « vraie » histoire …Toutefois, je peux quand même dire que j’ai trouvé les personnages attachants, chacun dans leur style. Sauf les vraiment méchants, bien entendu. L’histoire est évidemment très triste depuis le début. Ça déprime un peu, mais on s’y fait, d’autant plus qu’il y a, au fur et à mesure, des scènes de bonheur. Même si le destin semble s’acharné sur le pauvre Oliver Twist dès qu’il a un moment de répit !J’ai trouvé l’histoire très bien « ficelée » , dans le sens où l’auteur sait exactement où il veut en venir dès le début. Il sème des indices tout au long de l’histoire. Des indices qu’on ne peut pas forcément comprendre tout de suite, mais qui piquent notre curiosité. On veut en savoir plus ! Et le plus important, on veut savoir la fin. Que va-t-il arriver à ce pauvre orphelin que la malchance poursuit – peut-être un peu trop assidument.De plus, le dénouement m’a vraiment surpris, je m’attendais à un truc dans ce genre là, mais je n’avais pas pensé à tout apparemment. C’est une fin émouvante, surprenante et inattendue, ce qui a fini de me séduire.[La suite sur mon blog] Lady K

LadyK
16/10/10

J'ai eu bien de la peine en lisant cette histoire. Non pas parce qu'elle est triste, mais uniquement parce que j'ai lu une version en anglais. En effet, cette lecture aboutira sur un exposé oral. J'ai bien aimé cette histoire sur plusieurs points. Tout d'abord, l'auteur parle (ou du moins ... écrit) en connaissance de cause : lui aussi a travaillé quand il était mineur. Ce roman est donc sûrement inspiré de faits réels. On peut noter (ou du moins ... remarquer) qu'il y a un léger suspense (pas assez peut-être). Il n'y a cependant pas beaucoup d'action. Je me suis même ennuyé parfois. J'ai trouvé les personnages un peu niais à la fin. Et puis "Oliver loved his new family very much. After all his adventures, Oliver finnaly found a loving family, true friends (de nos jours, hein...) and a confortable home" (les dernières phrases) sont extrêmement "Bisounours" (moi qui sais que vous aimez cela ...). En clair, j'ai trouvé cette lecture assez moyenne, bien que je n'oublie pas que le passé a existé.

un flyer
01/07/14

LC Dickens du Mois AnglaisOliver Twist est un orphelin. Devenu apprenti aux pompes funèbres, il s’enfuit pour échapper aux sévices qu’on lui inflige. Il arrive donc à Londres où il rencontre des jeunes voleur "The Artful Dodger" et le terrible Fagin, un Juif, chef de cette bande londonienne.L’un des livres les plus connus de Dickens, adapté de nombreuses fois, j’étais impatiente de le découvrir. Bien que je reconnais le classique, je n’ai pas réussi à ressentir les émotions des personnages.Dickens décrit le Londres des bas-fonds où il y a peu de chances de s’échapper, une fois qu’on s’y trouve. Un Londres misérable dont les personnages sont enrôlés par Fagin ou Sykes, Nancy par exemple est une prostituée, les autres enfants vol pour le compte de Fagin. Un système qui fonctionne où la ruse enfantine permet le vol. Les événements sont bien noires, reflet de la réalité je suppose, on voit que peu de joie dans ce récit. Sans oublier l’hypocrisie de la société de l’époque, les employés de la paroisse mangent à leur faim et même au-delà, ils sont décrits clairement comme gros alors que les jeunes dont ils doivent s’occuper sont maigres et mangent trop peu.Oliver Twist est un enfant qui à bout avoir vécu sous les coups, ne tombe pas dans la violence et le vol. Au contraire, il distingue le bien du mal. Nancy est une jeune fille qui m’a beaucoup touché par son dévoiement envers Oliver Twist, elle n’hésite pas à le défendre. Mais elle sent que pour elle, la vie est déjà fichue, une fatalité bien noire. J’ai eu en horreur Fagin, Sikes, l’un est machiavélique, c’est un calculateur hors pair et l’autre est d’une violence à faire peur (d’ailleurs les événements vont le confirmer). Je me suis moqué de Mr Bumble, employé de la paroisse, il est caricatural, d’ailleurs il finira bien malheureux dans son mariage où sa femme le tourne en ridicule.Le style de Dickens m’a beaucoup plu : le narrateur est le biographe d’Oliver Twist qui joue avec les événements (il connaît déjà le dénouement), il s’adresse au lecteur, un jeu bien agréable !Par compte, mon édition est en VO et ce qui m’a dérangé c’est que les caractères sont écrits en tout petits (rapidement fatiguant pour mes pauvres yeux).Un classique tout de même. Je retenterai une prochaine fois ! LOUISE Novelenn

Novelenn
09/06/14
 

Objectivement, le livre est bon, mais le style en effet ne correspond plus à nos critères et la tristesse de l'histoire, si elle nous éclaire sur la condition de certains, ne rend pas la lecture très gaie... Pomfresh

Pomfresh
20/10/10

Même si j'adore Dickens, "Oliver Twist" m'a un peu déçue, de par son manichéisme en particulier. Le héros est d'un angélisme invraisemblable. Compte tenu de son jeune âge, des carences variées (affectives, éducatives, alimentaires) qui ont marqué sa prime enfance, des comportements affligeants qui lui ont été donnés en exemple, et des événements traumatisants qui se sont succédé jusqu'à ce qu'il soit définitivement remis entre de bonnes mains. Les bienfaiteurs qui vont le recueillir et le sauver d'une bande de voleurs et d'assassins, sont évidemment des êtres d'une grande probité. Ces anges de bonté trouvent pour pendants maléfiques les personnageS les plus odieux du roman : le demi-frère d'Oliver, Monks, le criminel Sikes, et Fagin, le chef des voleurs, un Juif décrit à dessein comme cruel, extrêmement cupide, et dénué de tout sentiment d'humanité...

Schlabaya
19/08/10

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 13.80 cm
  • Poids : 0.35 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition