On n'y voit rien, descriptions

ARASSE, DANIEL

livre on n'y voit rien, descriptions
EDITEUR : DENOEL
DATE DE PARUTION : 09/11/05
LES NOTES :

à partir de
25,35 €

SYNOPSIS :

Que fait-on quand on regarde une peinture ? À quoi pense-t-on ? Qu'imagine-t-on ? Comment dire, comment se dire à soi-même ce que l'on voit ou devine ? Et comment l'historien d'art peut-il interpréter sérieusement ce qu'il voit un peu, beaucoup, pasionnément ou pas du tout ? En six courtes fictions narratives qui se présentent comme autant d'enquêtes sur des évidences du visible, de Velázquez à Titien, de Bruegel à Tintoret, Daniel Arasse propose
des aventures du regard. Un seul point commun entre les tableaux envisagés : la peinture y révèle sa puissance en nous éblouissant, en démontrant que nous ne voyons rien de ce qu'elle nous montre. On n'y voit rien ! Mais ce rien, ce n'est pas rien. Écrit par un des historiens d'art les plus brillants d'aujourd'hui, ce livre adopte un ton vif, libre et drôle pour aborder le savoir sans fin que la peinture nous délivre à travers les siècles.
6 personnes en parlent

Histoire de l’art… changer un peu de registre et quitter les chemins du roman pour lire ces « tableaux » de Daniel Arasse. Des œuvres célèbres que l'on a forcément croisées ici ou là, au détour d'une salle de musée ou d'une simple reproduction. Daniel Arasse s’arrête sur des détails qui deviennent essentiels à la compréhension de l'oeuvre parce qu’ils l’éclairent et la transfigurent. Il quitte les sentiers battus et rebattus par les historiens d’art, dont le regard parfois s’opacifie du filtre de la connaissance, de la référence. Arasse observe le tableau avec le regard neuf, vierge d’un amateur, au sens littéral, d’un homme qui aime, surpris encore et encore par un trait, une couleur, une attitude, un détail. Il s'émerveille, se trouble, s'emporte et nous emporte !Jamais il n’oublie la vie au profit de l’œuvre. Parce que la main qui manie le pinceau est humaine, qu’elle traduit les contradictions et les passions d’un homme de plain-pied avec son époque… Une manière assez inédite d’aborder l’histoire de l’art et plus particulièrement de la peinture. J'ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture, le ton de l'ouvrage, l'humour, les "analyses" qui s'apparentent à de véritables enquêtes tiennent en haleine d'un bout à l'autre ! Un autre ouvrage du même auteur (Histoires de peintures) propose en écoute un cd reproduisant plusieurs émissions réalisées pour France Culture. Ou comment un escargot devient personnage principal d'une Annonciation, comment un arrière plan devient le portrait lui-même, comment le regard, à tant de siècles d’écart brûle encore de l'énergie vitale de l’artiste… Consultez le commentaire complet sur www.mondalire.com

un flyer
27/10/08

Mais que faut-il voir? Où l'on apprend que regarder n'est pas voir, qu'un escargot ou la couleur des cheveux de Marie-Madeleine ont leur importance dans un tableau, que ce que l'on nous montre est fait pour être caché...On y voit mieux lorsque Daniel Arasse nous dévoile les détails, pourtant juste sous notre nez, des grands tableaux de l'histoire de l'art!

beraud@archimed.fr
03/11/15
 

Mais que faut-il voir? Où l'on apprend que regarder n'est pas voir, qu'un escargot ou la couleur des cheveux de Marie-Madeleine ont leur importance dans un tableau, que ce que l'on nous montre est fait pour être caché...On y voit mieux lorsque Daniel Arasse nous dévoile les détails, pourtant juste sous notre nez, des grands tableaux de l'histoire de l'art!

90015664
19/09/14
 

On n'y voit rien - Daniel Arasse Lorsque je regarde un tableau, vois-je la même représentation que celle que mon voisin voyait il y a quelques minutes, ou l’an dernier ? Est-ce celle qu’a voulu peindre l’artiste ? Le vois-je mieux que mon voisin, que le critique d’art qui en a parlé hier ? Et ce détail, là, dans le coin du tableau, l’avez-vous vu ? Non ! Pourtant il y est bien. Daniel Arasse, historien d’art, décrypte de manière insolite des tableaux parmi les plus regardés, reproduits, de la peinture. Les Ménines, les cheveux de Madeleine, la Vénus d’Urbin, l’Annonciation… en s’attachant à ce que, normalement, on ne voit pas. La ligne d’un regard, la correspondance d’un escargot, la couleur des cheveux de Madeleine, le regard inquisiteur d’un Mage en adoration vers l’anatomie secrète de l’Enfant Jésus. Tout ce qui est présent dans ces tableaux mais précisément, qu’on ne voit pas. Parce qu’en général, on n’y voit rien ! Un essai brillant, drôle, sensuel, et magnifiquement impertinent, par un érudit avec qui on aimerait visiter tous les musées du monde.

Daniel Arasse, historien d'art bien connu pour son ouverture et son partage aux non spécialistes, signait ici un très beau livre. A travers six analyses, il nous sensibilise à des tableaux, des motifs, des couleurs. Chacune son style, argumentaire, dialogue, description...C'est une belle manière de découvrir ou redécouvrir les tableaux suivants : 'Mars et Vénus surpris par Vulcain' de Tintoret, 'L'annonciation' de Francesco del Cosa, 'L'adoration des mages' de Brueghel l'ancien, 'La vénus d'Urbino' de Titien et 'Les ménines' de Velazquez. S'y ajoute une étude de la toison de Marie-Madeleine. Ce qui est particulièrement remarquable, c'est l'attention portée aux détails, souvent porteurs de sens. L'escargot par exemple. Ou le décalage de la perspective. Bref, le petit truc qui intéresse et qui change tout. Une lecture agréable pour les amateurs et qui réapprendra aux spécialistes à regarder une oeuvre à fond !

Praline
07/04/11
 

Coup de coeur Daniel Arasse (1944-2003) était historien d'art spécialisé dans la Renaissance italienne. Dans On n’y voit rien , son érudition alliée à l’art de transmettre ses connaissances de façon simple fait de ses descriptions de tableaux des petits moments de jubilation et d'intelligence. Autour de tableaux ("Les ménines" de Vélasquez) ou de sujets (la représentation de Marie-Madeleine), il construit de petites fictions, dialogues ou monologues, impertinents et drôles, pour montrer, décrire ce qu'est pour lui "voir" un tableau. Ce n'est pas regarder, ce n'est pas admirer, ce n'est pas se servir de tout le bagage théorique de l'histoire de l'art pour expliquer la toile, c'est bien plus que cela. Ce livre ouvre l'esprit, attise la curiosité, rend l'art récréatif, amusant, dépoussière les idées reçues et stéréotypées : l'art est accessible et passionnant. Si vous ne me croyez pas, Daniel Arasse saura vous en convaincre.

Format

  • Hauteur : 22.00 cm
  • Largeur : 17.00 cm
  • Poids : 0.40 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition