On s'est deja vu quelque part ?

O'FAOLAIN, NUALA

livre on s'est deja vu quelque part ?
EDITEUR : 10/18
DATE DE PARUTION : 01/02/05
LES NOTES :

à partir de
8,10 €

SYNOPSIS :

" j'étais l'irlandaise type : une pas grand-chose, issue d'une longue lignée de pas grand-chose, de ceux qui ne laissent pas de traces. dans un pays catholique conservateur qui avait peur de la sexualité et qui m'interdisait même d'avoir des informations sur mon corps, je pouvais m'attendre - en tant que fille, en tant que femme - à rencontrer des difficultés dans l'existence. mais au moins
- c'est ce qu'on disait alors - je n'aurais pas la lourde tâche de gagner ma vie. un homme finirait bien par m'épouser et par me garder. mais les gens typiques n'existent pas. " devenue une journaliste reconnue à l'irish times, nuala o'faolain nous livre son parcours " en accident ", ses doutes, ses enthousiasmes, ses excès, ses souffrances et ses passions. une humanité sans fard.
4 personnes en parlent

Pour apprécier cette autobiographie de Nuala O’Faolain, il faudrait commencer par la postface dans laquelle elle rapporte de façon poignante les réactions suscitées par ce livre, qui est son premier et qui a connu un grand succès.À ce moment-là, et comme dans les derniers chapitres du livre où elle parle enfin de ses parents en tentant de les comprendre, on a l’impression que l’armure se fend et qu’enfin peuvent venir les larmes ou du moins le soulagement.Ce que nous dit Nuala ? C’est l’histoire somme toute banale d’une Irlandaise née vers les années quarante dans une famille de neuf enfants dont les parents, pour diverses raisons, n’ont pas su aimer leurs petits.Si le récit est un peu décousu et saute d’un sujet à l’autre, tout en respectant une ligne chronologique, c’est que Nuala recopie nombre de notations de son journal privé. Souvent cette apparente sécheresse lui permet de ne pas se laisser déborder par des émotions stériles.Elle ne s’épargne pas, Nuala, et ne cache pas ses penchants pour l’alcool et les aventures sans lendemain.Avant tout, elle ne veut pas de la vie de sa mère, même si celle-ci lui a transmis son amour de la lecture. Elle ne veut pas être mère non plus.Sa carrière ? Chroniqueuse, journaliste, essayiste.« On s’est déjà vu quelque part ? » est un témoignage très personnel, qui s’inscrit aussi dans une époque, celle des luttes de l’Irlande contre la Grande-Bretagne et qui voit monter les revendications féministes.« Je n’ai rien fait de remarquable » dit-elle. Et pourtant si, ô combien. Anna

AnnaPotocka
07/07/15
 

Pour qui s’intéresse à l’Irlande, à l’évolution de la société au XXème, ce récit est intéressant. Cela d’autant plus que l’auteur fréquenta le milieu littéraire très tôt. Cependant, il m’a semblé que l’auteur n’avait pas toujours su éviter un des travers de l’autobiographie : le règlement de compte et les remarques un peu perverses. En outre, j’aurais apprécié que l’auteur s’expose un peu plus.En revanche, la dernière partie qui traite de l’après-publication m’a beaucoup touchée. O’Faolain revient sur ses sentiments envers ses parents de façon plus émotionnelle. Le manque d’amour parental dont elle et ses frères et sœurs ont souffert l’a rend plus accessible, moins sûre d’elle. La carapace qu’elle s’est construite commence à se fissurer pour nous laisser apercevoir ses sentiments.

mycupoftea
04/09/12
 

Mon impression globale après lecture de 250 pages de ce livre c'est que l'auteur a voulu écrire son autobiographie mais qu'elle n'avait rien d'exceptionnel à présenter ou que sa vie était si embrouillée qu'elle a enchaîné les évènements et pensées en les mettant bout à bout de façon chronologique au fil des pages. On se prend alors peu de passion pour sa vie, son personnage et tout ce qui l'entoure et on perd très facilement le fil des évènements ; le style littéraire y contribue d'ailleurs très fortement puisque régulièrement sur une même page, l'auteur saute du coq à l'âne sur 5 ou6 sujets enchaînés.Par ailleurs, l'ambiance générale est peu agréable (personnages agressifs ou mauvais, évènements malheureux, …).Alors, la seule chose qui, je pense, ait réussi à tout de même me faire tenir plus de 250 pages, est l'écriture en elle-même qui est fluide et l'espoir qu'à un moment la situation allait s'apaiser et , une fois le décor enfin planté, l'histoire s'installer réellement. Maylany

Maylany
25/09/11
 

Premier volume de l'autobiographie d'une femme irlandaise qui fut à la fois journaliste, productrice de télévision, chroniqueuse et écrivain. Elle va en utilisant un ton juste parler d'elle, de sa vie de ses drames. Sans faux semblant, elle aborde son enfance dans Irlande catholique des années 50, jamais elle ne se répand en lamentations, elle ne cherche pas la complaisance de ces lecteurs mais plutôt le sens qu'elle peut accorder à sa vie. J'admire cette écrivain, elle a une plume véritablement extraordinaire et moi qui ai toujours éprouvé quelques difficultés avec le genre de l'autobiographie en particulier lorsqu' elle déborde d'égocentrisme, je suis en passe grâce à elle de me réconcilier avec ce genre. Un vrai plaisir de lecture ...

Lacazavent
11/08/11
 

Format

  • Hauteur : 17.90 cm
  • Largeur : 11.20 cm
  • Poids : 0.21 kg
  • Langage original : ANGLAIS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition