EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 30/06/04
LES NOTES :

à partir de
5,10 €

SYNOPSIS :

Maxence Fermine Opium C'est une route aux mille parfums, aux mille périls aussi : celle qui, partant de Londres pour atteindre les Indes, se perd irrémédiablement dans l'Empire de la Chine. Un périple que l'on nomme la route du thé. Pour la première fois, en 1838, un homme va s'y aventurer, décidé à percer le secret des thés verts, bleus et
blancs, inconnus en Angleterre. Au fil de son voyage, il va rencontrer Pearle, un riche négociant irlandais, Wang, le gardien de la vallée sacrée, Lu Chen, l'invisible empereur du thé, et Loan, une Chinoise aux yeux verts qui porte, tatouée sur son épaule, une fleur de pavot. Au terme de sa quête, l'opium. Un amour que l'on ne choisit pas.
7 personnes en parlent

1816, les docks de Londres s'agitent sous les pluies grisâtres et glaciales de l’automne. À quelques encablures, non loin de la Tamise, vit Robert Stowe, un négociant. Les milles parfums de thé, petite boutique désuète renferme toutes les variétés. Mais les thés bleus et blancs sont absents des étals. Stowe explique à son fils qu’on ne les trouve qu’en Chine. Le visage apposé à la fenêtre embuée, Charles s'abreuve de ces récits. Au son de la musique de l’eau, il fuit cette grisaille. Un jour il prendra la route du thé en quête de variétés rares. Hiver 1838, Charles Stowe quitte la capitale anglaise pour accomplir son rêve. Dans le port opulent de Shanghai les rafiots sordides en provenance de régions interlopes côtoient les navires marchands britanniques qui déchargent leur précieuse cargaison. En quête du thé blanc, ses pérégrinations le mènent jusqu’à Pearle. Ce dernier lui ouvre l’accès de la Chine mystérieuse, interdite aux étrangers. Derrière les portes de Shanghai, un monde nouveau s’offre à Charles. Un monde où tout n’est que danger lorsqu’on est étranger. Bravant les interdits, Stowe fera la connaissance de Monsieur Wang le représentant de Lu Chen. Mais également celle de cette danseuse à la beauté envoûtante et à l’épaule tatouée d’une fleur blanche. Loan, femme au regard adamantin de jade, à la chevelure dansante sous ses hochements de tête déploie ses volutes autour de Stowe, s’emparant de son corps tel l’opium. Loan dont le vrai nom ne peut être prononcé vit recluse en attendant Lu Chen. Dès lors, le voyage initiatique va se transformer en quête d'un amour interdit. Stowe n’aura de cesse tant qu’il n’aura pas trouvé Lu Chen. Maxence Fermine joue avec ses lecteurs, les initiant peu à peu aux délices de l'opium, distillant à doses homéopathiques les sensations de la drogue jusqu'à la dépendance et l’accoutumance. L'opium c'est cet amour entre Stowe et Loan, enivrant, entêtant, irréel, apaisant et bienfaisant. C'est vaporeux et éphémère, mais " une fois qu'on y a pris goût, il est difficile de s'en défaire." (Page 82). C'est la passion interdite, c'est la folie qui fait avancer les hommes.J’avais déjà gouté Fermine dans son livre Neige, ici la sensation est différente, moins aboutie. L’auteur nous entraine sur les pas de l’exotisme en pleine guerre de l’opium. Le style est simple, juste. Des chapitres courts à savourer sur l’instant.

Pasdel
29/04/13
 

Le roman commence comme cela : La vie de Charles Stowe, aventurier du thé....1938 : Charles Stowe, fils unique de Robert Stowe, commerçant de thé et épices depuis 1816 à Londres, décide de partir pour la Chine à la découverte du thé qu'il aime depuis son enfance. Il y découvrira Chine, Thé et Opium.1940 : Charles Stowe rentre en Angleterre où l'attend son père, il emporte avec lui son plant de thé blanc. Sur le chemin du retour, il rencontre Robert Fortune, connu comme le premier Britannique à avoir rapporté du thé de Chine et auteur de La route du thé et des fleurs.Voici donc Opium ou l'histoire d'un illustre inconnu ! C'est un très beau roman qui se lit d'une traite, mais court, trop court ! Catherine de La culture se partage

Catherine2
06/05/11
 

Robert Stowe était commerçant en thés et épices. En 1816, il fit l'acquisition d'une boutique à Londres qui très vite prospéra. Il se plut à étudier les différentes variétés de thés et initia son fils, Charles. Robert était intarissable sur ses origines et ses propriétés. Malheureusement, les Anglais ne connaissaient que le thé noir. Personne ne connaissait véritablement le secret de fabrication des thés vert, bleu et surtout blanc cultivés en Chine. L'on racontait que ceux qui avaient tenté de se rendre dans les jardins sacrés du thé blanc avaient aussitôt été mis à mort. Charles avait alors promis à son père qu'il serait cet homme qui percerait le mystère du thé blanc. En 1938, alors âgé de 31 ans, Charles s'embarqua pour la route du thé. Il quitta Londres un jour d'hiver en direction tout d'abord de Ceylan où il fit commerce, puis Singapour, Hong-Kong et enfin Shangai. Bien vite, il se retrouvera en territoire protégé et hostile aux Européens. Il devra s'armer de patience s'il veut percer les mystères qui entourent la vallée sacrée... Maxence Fermine nous emmène en Chine, au pays du thé. L'on croisera ici et là, sur le chemin de la vallée sacrée Pearle, le directeur du Comité du thé disposant d'un laissez-passer; Lu Chen, le grand maître du thé que personne n'a jamais vu; Wang, son homme de main; Loan, une très belle femme envoûtante aux yeux verts, tatouée d'une fleur d'opium et Charles Stowe, plus que jamais déterminé à découvrir les secrets du thé blanc et qui découvrira l'opium. Sur fond de guerre de l'opium qui opposa la Chine à l'Europe au 19ème siècle au cours de laquelle les Chinois, interdisant aux Européens, notamment aux Anglais, l'importation d'opium, furent contraints d'en acheter s'ils voulaient continuer à exporter leur thé. L'auteur nous plonge dans une atmosphère parfois tendue. Ce roman initiatique mêle habilement mystère, histoire et merveilleux. L'on est emporté par les volutes de l'opium tant l'écriture de Maxence Fermine, délicate, sensuelle et poétique nous berce. Opium, des volutes de plaisir..

TurnThePage
29/01/16
 

Douce infusion Un jeune négociant en thé quitte Londres pour percer les secrets des différents thés. Sa route va croiser celle d’une jeune chinoise qui va l’accompagner tout au long de ce voyage devenu initiatique. La route du thé mène à celle des amours opiacés.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

"Il pensa que le bonheur était aussi impalpable qu'une bouffée d'opium, aussi éphémère qu'une gorgée de thé."Fils d'un commerçant d'épices et de thé, Charles Stowe rêve de partir en Orient pour découvrir les secrets du thé. En route pour Shangaï, rien n'arrêtera cet aventurier, prêt à tout pour ramener en Angleterre le thé blanc et ses mystères.Comme à son habitude, Maxence Fermine nous emmène dans un vrai conte, une aventure poétique. Chaque fois, j'ai l'impression de retrouver les histoires d'enfance qui aiguisent l'imagination et suscitent les rêves.Intrépide, Charles brave la jungle et le redouté Lu Chen car lui seul connaît l'ultime secret du thé. Je vous laisse découvrir où cette aventure entraînera ce jeune anglais.En tout cas, Opium est une lecture rapide qui vous assurera une part de rêve et d'aventure." Et puis si tous les hommes se mettaient à chercher une explication à la folie de leurs actes, il y a longtemps qu'il n'y aurait plus d'aventuriers."

jostein
19/09/12
 

En grande amatrice de thé que je suis, je ne pouvais passer à coté de ce roman ! J’ai été agréablement surprise par le fait qu’il se base sur des faits réels (monopole de la Chine, intervention britannique, guerre de l’opium…) et nous apprend pas mal de chose sur le thé, sa provenance, sa fabrication et ses caractéristiques.En fait, à la lecture de ce roman, on a l’impression d’accompagner Charles Stowe dans son périple et de découvrir avec lui la vallée sacrée du thé et les magnifiques paysages chinois. Il ne nous manque plus que la tasse de thé odorant pour se projeter totalement en Chine et déguster avec notre ami britannique les thés exceptionnels qui lui sont proposés !Mais ce voyage sera aussi l’occasion, pour Charles Stowe, d’une première rencontre avec l’opium, cette drogue extrêmement addictive issue du pavot. Elle s’accompagnera d’une rencontre tout aussi fulgurante avec une femme magnifique dont il tombera amoureux. Mais quel avenir y a-t-il pour une chinoise et un britannique, surtout si la dame est la propriété du plus grand producteur de thé au monde ?J’ai bien aimé ce roman parce qu’il traite d’un sujet qui m’intéresse mais j’avoue qu’après avoir lu Neige, du même auteur, Opium m’a un peu déçu. Je m’attendais à y retrouver la même poésie que dans le premier roman de Maxence Fermine et, à ce niveau, je suis un peu restée sur ma faim. Par contre, on retrouve la marque de fabrication de l’auteur : des chapitres courts qui rythment bien le récit, un titre dont le double sens n’apparait qu’à la lecture et une certaine idée du raffinement oriental.Un titre à lire, une tasse de thé fumant à la main, pour qui aime voyager, découvrir de nouvelles cultures et mieux comprendre l’origine de la boisson la plus british qui soit. Carnet de lecture

Carnetdelecture
18/09/12
 

Douce infusion Un jeune négociant en thé quitte Londres pour percer les secrets des différents thés. Sa route va croiser celle d’une jeune chinoise qui va l’accompagner tout au long de ce voyage devenu initiatique. La route du thé mène à celle des amours opiacés.

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.12 kg

Dans la même catégorie