Oreille rouge

CHEVILLARD, ERIC

EDITEUR : MINUIT
DATE DE PARUTION : 04/02/05
LES NOTES :

à partir de
6,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Cet écrivain aime sa chambre, sa table, sa chaise, dans la pénombre : on l'envoie en Afrique où sont les lions, dans le soleil. Que va -t-il chercher là-bas ? Un grand poème, dit-il. Ou ne serait-ce pas plutôt l'inévitable récit de voyage que tant d'autres avant lui on rapporté ? On l'a lu déjà, et relu. L'auteur va prétendre que des indigènes l'on sacré roi de leur village. Il aura percé à jour
les secrets des marabouts et appris de la bouche d'un griot vieux comme les pierres quelque interminable légende avec métamorphoses. Le pire est à craindre. Par bonheur, l'aventure tourne court. L'hippopotame se cache. L'Afrique curieusement ne semble guère fascinée par le courageux voyageur. En revanche, celui-ci prend des couleurs : est-ce le soleil ou la honte ? Nous l'appellerons Oreille rouge.
2 personnes en parlent

Un écrivain casanier est invité à séjourner au Mali, dans le cadre d'une résidence ; alors qu'il n'a aucune envie de se rendre en Afrique, il se vante de ce projet au point de se retrouver finalement dans l'avion. L'auteur devenu voyageur projette d'écrire un grand poème africain, mais l'Afrique se dérobe sans cesse, lui échappe, centré qu'il est sur lui-même et sa posture d'homme de lettres. Il adresse des citations à comparaitre aux animaux de la savane, qui semblent fuir cet orgueilleux, et s'enlise peu à peu dans ce texte dont il rêve et qu'il ne parvient pas à écrire.

sovane
17/02/11
 

Reprenant les mots de Beckett, Deleuze disait dans son abécédaire, à propos des intellectuels qui vont au bout du monde pour parler ou écrire : «On est con quand même, mais pas au point de voyager pour le plaisir». Éric Chevillard transforme cette assertion en une chose délectable et féroce, avec le voyage d’Oreille rouge au Mali.L’homme est écrivain, invité en résidence d’écriture en Afrique. Il ne compte pas y aller, casanier, pleutre et ne connaissant rien, mais il jouit d’étaler cette perspective, se voit grand voyageur, le clame sur tous les toits.«Négligemment lâchée dans toutes ses conversations, l’information fascine. Il en tire sans bouger tous les prestiges du voyageur. Voyons-nous l’hiver prochain, dit-il, puis ajoute à moins que je ne sois en Afrique. Je me demande si je ne vais pas faire un saut au Mali en janvier, murmure-t-il, songeur, comme pour lui-même. Écoute, je ne peux pas m’engager, il n’est pas impossible que je sois en Afrique à ce moment-là.Pour qui nous prend-il ?» Piégé par la perspective qu’il a lui-même tracée, il s’apprête à partir, mais en fait des cauchemars. Continuant de se fabriquer un personnage idéal et grotesque, il fait l’acquisition d’un carnet de moleskine pour y consigner ses précieux écrits de voyage. Il rêve d’être l’élu, l’homme blanc dont la plume capturera l’essence de l’Afrique.Le voyage finalement entrepris est un extraordinaire chapelet de poncifs et un portrait jouissif et ridicule du touriste écrivain voyageur, cristallisé autour du carnet de moleskine et de la quête d’Oreille rouge pour apercevoir des hippopotames ou autres bêtes sauvages depuis longtemps disparues.Oreille rouge écrit dans son carnet de moleskine le titre de son grand poème sur l’Afrique car c’est tout ce qui lui vient. Et si les mots se font rares, c’est parce qu’il est le seul, à parfaitement saisir l’essence aride de l’Afrique. Oreille rouge se voit en homme libre en Afrique, car il écrit hors des lignes de son petit carnet. Mais homme gris et conformiste il est et restera, et tel un Adrien Deume, à son retour, il reportera tout sur des fiches bristol classées par thème dans un beau classeur neuf. Oreille rouge est pathétiquement comique, une outre de clichés, un exploiteur inconscient, tourné en ridicule par les habitants du village, tel Toka qui prétend lui faire découvrir les hippopotames.«Tout ce qu’il est possible d’extraire, de puiser, de capturer, de cueillir, de produire en Afrique sera extrait, puisé, capturé, cueilli et produit puis précipité pêle-mêle dans son poème.»Et son retour en France ne pourra rien changer, car si cet homme s’est rêvé «polyglotte, piroguier, danseur, musicien», il demeure tel qu’il a toujours été, lourd et rabougri, simplement affublé d’une paire d’oreilles plus rouges.

MarianneL
12/09/13
 

Format

  • Hauteur : 18.60 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.20 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition