Organes

LAFON M H

livre organes
EDITEUR : BUCHET CHASTEL
DATE DE PARUTION : 05/01/06
LES NOTES :

à partir de
12,15 €

SYNOPSIS :

« Ils ne voient jamais les taupes. Ils se demandent comment elles sont et les imaginent velues et aveugles, le squelette infime et malléable, grasses sous la fourrure prune ou violine, munies de pattes courtes et véloces. Ces pattes seraient palmées, elles n'auraient pas d'oreille et presque pas d'yeux, à peine deux fentes pâles, elles percevraient par d'autres moyens, de singuliers truchements très souterrains, des sens inédits. Leur chair serait molle et leurs corps souples épouseraient les courbes de leurs galeries obscures, galeries harassantes, toujours recommencées, menacées d'éboulements cataclysmiques, de fissures compromettantes, d'inondations, de gluance galopante, d'effondrements radicaux, d'écrasement total. » Après
Liturgie, Organes est le deuxième recueil de nouvelles de l'auteur. Ils sont un, deux, trois, entre huit et treize ans, petit mâle ou femelle en devenir. Jetés dans le monde, ils sont seuls même à plusieurs. Comment sort-on de la brutalité de l'enfanceoe Dans ces pages, le sexe et la mort sont partout, comme en embuscade, dans les organes devinés sous les mots des femmes, dans un corset qui enserre, dans la fente de la tirelire-totem, dans la robe de la mère, et dans le corps blanc de l'amoureuse rêvée... Marie-Hélène Lafon excelle dans la forme brève. Ce qui compte et ce qui frappe, c'est la langue. Au lecteur de se laisser prendre aux anneaux du style - précis et sensuel et de savourer ces onze récits d'enfances.
2 personnes en parlent

12 nouvelles composent ce recueil de Marie-Hélène Lafon, qui accomplit son deuxième exercice en la matière. Je n'avais pas été emballée par "Liturgie" (son premier recueil) mais j'ai davantage savouré "Organes". C'est un ensemble qui s'ouvre sur "les taupes", pas terrible, puis c'est l'explosion de délire, de plaisir, de style et de ronds-de-jambe. Marie Hélène Lafon conte un univers perdu en Auvergne, où les hivers sont rudes, les étés ensoleillés, les patelins paumés et les soirées un peu longues devant la télé... Qu'importe !? Pour se divertir, on fantasme sur la speakerine, la boulangère à la silhouette aguicheuse ou une jeune éducatrice à la peau blanche et en bikini orange. On oublie un peu ses misères en buvant son café dans un mazagran (le luxe suprême!), les femmes se confient des choses interdites aux oreilles des enfants... lesquels vont errer dans les champs, rêver sur une robe de mariée qui a 18 ans ou jeter en pâture une montre reçue pour la communion. Les hommes s'occupent des bêtes, vont à la chasse aux grenouilles et regardent le Tour de France. Bref, j'ai eu la sensation de piqûres d'aiguille au fur et à mesure que je parcourais les pages de ce livre. C'est le style de son auteur : avalanche des mots, des sons, des adjectifs, sans ponctuation, ou si peu. Puis il y a la mise en scène : des personnages en marge, des corps qui sentent, des désirs exacerbés, un monde rural à l'ancienne, un peuple fier mais marqué, des enfants qui ne sont pas épargnés, une éducation à la baguette, le goût et le dégoût des autres... C'est très âpre mais fascinant. Il y a dans l'ensemble de très bons textes, comme La Communion, Au Village, La Speakerine, Le Corset, L'Hygiène, Les Mazagrans, etc. Une très bonne moyenne pour ce recueil très léger de 130 pages !

Clarabel
23/02/09

J'ai découvert M-H Lafon à Lauzerte, petit bourg médiéval qui, chaque année, fête la nouvelle avec un salon littéraire, des lectures par les auteurs et des débats. "Organes" est le premier livre de cet auteur que j'ai lu. D'entrée, ses nouvelles m'ont enchantée. Le coté intimiste, les souvenirs d'enfance égrenés, la vie du village. Ainsi on passe du café bu dans les mazagrans au ventre fermé de la tirelire, de la communion à la famille du boulanger . Le quotidien est dépeint avec une précision minutieuse, tout cela se savoure tranquillement et a réveillé en moi quelques vieux souvenirs enfouis. Mais cela aurait pu être trés banal s'il n'y avait la beauté du style. Marie-Hélène Lafon possède une écriture empreinte de poésie et elle sait comme personne décrire les petites choses avec un sens du détail comme un peintre de miniatures.Ces douze nouvelles sont à lire sans modération!

lafillekili
03/10/09
 

Format

  • Hauteur : 19.00 cm
  • Largeur : 11.50 cm
  • Poids : 0.14 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition