Orgueil et prejuges

AUSTEN, JANE

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 29/11/07
LES NOTES :

à partir de
6,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Orgueil et préjugés (1813) est le roman le plus populaire de Jane Austen. L'histoire en est simple : Elizabeth Bennet, qui se croit dédaignée par Darcy, jeune homme riche et hautain, s'amourache d'un bel officier, Wickham. Au roman sentimental et de coup de foudre, Jane Austen substitue celui qui décrit l'évolution d'une psychologie plus complexe,
où se mêlent la raison, le sentiment de gratitude, la méfiance à l'égard des « premières impressions ». L'abondance des menus événements fait l'un des charmes du roman britannique. Elle se combine avec la finesse d'une analyse entièrement intégrée à la description du comportement, et avec un humour discret, mais toujours présent.
50 personnes en parlent

Le livre débute par l'installation d'un nouveau voisin, M.Bingley, d'un de ses amis, M.Darcy et de ses soeurs à Netherfield Park. M.Bingley jouit d'une bonne fortune et dans cette société de province avec de nombreuses jeunes filles à marier, l'arrivée d'un aussi bon parti va être le prétexte de fêtes, rencontres, bals entre jeunes gens de bonne famille.Si j'ai autant aimé ce livre c'est avant tout pour le regard que porte Jane Austen sur la bonne société de province du XIXe siècle et l'humour présent tout au long des pages.Sous la plume de l'auteure, nous découvrons la bourgeoisie rurale sous les traits de la famille Bennet, propriétaire du petit domaine de Longbourn, et la noblesse représentée par M.Darcy et sa famille. Ces représentants de la bonne société anglaise, se côtoient, affectent de s'apprécier, et pourtant ils sont pétris de préjugés les uns envers les autres.M.Darcy est hautain, imbu de sa propre personne et sûr de sa supériorité sur cette société de province. Il est tellement orgueilleux qu'il ne se rend même pas compte à quel point il peut être inconvenant.Elizabeth quant à elle, est résolument moderne. Intelligente et très observatrice, elle n'hésite pas à faire part de ses jugements au risque de paraître impertinente.Mais les personnages les plus humoristiques du livre sont sans conteste M.Bennet et sa femme. Cet homme, intelligent et fin, s'est marié avec une femme égoïste, tellement exubérante qu'elle en devient rapidement vulgaire. La première partie du livre est truffée de remarques assénées avec humour par M.Bennet à sa femme, que bien évidemment celle-ci prend au premier degré. Cela commence dès la deuxième page:M. Bennet : « Vous pouvez y aller vous-même avec vos filles, ou vous pouvez les envoyer seules, ce qui serait peut être encore préférable, car vous êtes si bien conservée que M. Bingley pourrait se tromper et égarer sur vous sa préférence ».Mrs Bennet : « Lorsqu'une femme a cinq filles en âge de se marier elle doit cesser de songer à ses propres charmes. »M. Bennet : « D'autant que, dans ce cas, il est rare qu'il lui en reste beaucoup ».BilanIl s'agit selon moi d'une lecture intemporelle qui va bien au-delà de ce que l'on est en droit d'attendre d'un livre dit « classique ». Je ne suis pas une fervente adepte des re-lectures, pourtant je ne m'imagine pas me séparer de ce livre qui doit figurer sans conteste dans toute bibliothèque. Pourquoi pas le lire un jour en anglais?En attendant il me tarde déjà de retrouver l'écriture de Jane Austen avec Persuasion, dont la lecture commune est prévue pour le 14 Février. Et pour la fête des mères je vais demander comme cadeau le coffret BBC. J'ai très très envie de visionner cette adaptation et de retrouver la magie de l'oeuvre.

scor13
29/01/11
 

Difficile de parler de ce livre, alors que la moitié de la blogosphèreblogostphère l'a déjà lu et chroniqué... Pas de résumé, donc, mais juste quelques impressions en vrac : un vrai bonheur tout d'abord de me plonger dans ce style d"écriture un peu suranné mais cependant si beau. Ah, comme on savait écrire à cette époque ! Un vocabulaire choisi, des phrases bien tournées... un vrai bonheur de lecture !J'ai de plus adoré me laisser bercer par les angoisses, tergiversations, espoirs ou remords de ces jeunes filles de la bonne société dont les préoccupations sont si éloignées des nôtres... Un décalage de mentalités total, mais on s'attache pourtant à cette Elisabeth comme à une soeur et on a vraiment envie de la voir heureuse avec son beau Darcy, bien que l'on s'attende tout de même à la fin dès le début du livre (il se marièrent, eurent beaucoup d'enfants et vécurent heureux jusqu'à la fin des temps). C'est là peut-être que l'on ressent la jeunesse de l'auteur et son coté fleur bleue... mais j'ai été en même temps impressionnée par la maîtrise de l'écriture et la maturité dont elle fait montre, ainsi que par son humour, toujours sous-jacent.Une très belle lecture, donc, et je vais de ce pas lire bien vite d'autres romans de Jane Austen ! Liliba

liliba
31/05/10
 

Cela fait maintenant deux ans que j’ai lu ce roman. J’en entendais beaucoup parlé, j’avais vu des extraits de l’adaptation cinématographique de Joe Wright, et j’ai voulu me plonger dans l’univers de Jane Austen. Dès les premières lignes, j’ai été subjuguée par l’écriture de Jane. J’ai apprécié le côté comique qu’elle donnait à son œuvre, notamment par certains personnages. J’aimais déjà beaucoup l’époque du XVIIIe siècle, et j’ai suivi avec enchantement les aventures des demoiselles Bennet. Les personnages sont parfaitement décrits, tant physiquement que psychologiquement. Jane Austen leur donne une profondeur qui les rend réels. Je suis, évidemment, tombée sous le charme du mystérieux Mr Darcy : froid et hautain, mais tellement généreux. Mr et Mrs Bennet m’ont fait rire, tout comme Mr Collins. Mr Bingley m’a lui aussi charmé, si timide face à Jane ! C’était un véritable plaisir que de rentrer dans ce petit monde. J’aime l’ambiance de ce roman, que la plume de Jane Austen rend particulièrement agréable. Tous ces personnages me sont si familiers maintenant…J’ai l’impression d’avoir vécu avec eux, d’avoir été à leurs côtés. J’ai l’impression d’avoir dansé avec eux aux bals, d’avoir assisté aux liens qui se nouaient et se dénouaient, d’avoir assisté aux histoires d’amour naissantes. Orgueil&Préjugés est un véritable petit bijou de la littérature anglaise, un roman qu’il faut lire à tout prix

EmmaBovary
19/03/10
 

Je viens de terminer ce "monument" de la littérature anglaise et, shame on me, je suis un peu déçue !L'histoire, très agréable, nous narre avec beaucoup d'humour la "chasse aux maris" qui était alors en usage et l'on assiste avec délectation aux intrigues de toutes ces mères et filles cherchant à faire le meilleur mariage possible.L'héroïne, Elizabeth, est délicieuse et très moderne et elle porte un regard détaché et lucide sur ces pratiques.Mon regret est que j'ai trouvé ce livre et les sentiments exprimés trop policés. Je m'attendais à plus de passion, de ferveur.Pour être honnête, je pensais que le style de Jane Austen serait plus proche de celui d'Emily Brontë et qu'Orgueil et Préjugés me ferait vibrer comme Les Hauts de Hurlevent avaient réussi à le faire (mon livre de chevet depuis mon adolescence).Je pense que je relirai ce livre dans quelques temps car, étant maintenant avertie, j'y prendrai je pense plus de plaisir !

Argantel
21/12/09
 

A la fois drôle et romanesque, ce roman de Jane Austen reprend la trame de la plupart de ses romans : des jeunes femmes peu fortunées, plutôt intelligentes et en âge de se marier. Mais rien à voir avec des romans à l'eau de rose, Jane Austen a le don pour créer une galerie de personnages, toujours crédibles, souvent drôles. Un portrait de la société anglaise à cette période.

Pitchoubinou
25/11/09
 

Orgueil & Préjugés reste, et restera toujours, mon roman préféré de Jane Austen. Et en cette année du bicentenaire de la publication de ce chef d’œuvre et a un moment où énormément de romans autour de celui-ci sont publiés dans nos contrées, une relecture s’imposait. Et autant dire que c’est toujours aussi bon et merveilleux que la première fois, à croire que ce roman est une drogue (dont on peut abuser encore et encore, c’est bon pour la santé cette fois !) dont on ne peut pas se lasser.Elizabeth Bennet est la deuxième des cinq filles de Mr et Mrs Bennet, des gens simples qui ne sont ni pauvres ni aisés. Intelligente et spirituelle, elle est très proche de sa sœur aînée Jane qui est une femme passionnée et pleine de tendresse. L’arrivée des Bingley au manoir de Netherfield Park va perturber toute la vie du voisinage et de cette famille, Mrs Bennet étant bien décidé à marier l’une de ses filles à Mr Bingley. Mais en amour, tout ne fonctionne pas toujours comme on le voudrait.Un chef d’œuvre indémodableL’histoire de Darcy et Elizabeth, parallèle à celle de Bingley et Jane, est indémodable et traversera encore beaucoup de siècles. Au-delà d’être un chef d’œuvre, c’est aussi un roman qui touche tout le monde et, entre nous, quelle femme ne craque pas un minimum pour toute la complexité du personnage de Darcy ? Orgueilleux et froid au départ, Jane Austen nous dévoile petit à petit un homme qui peut être aimable, aimant, attentionné et passionné mais qui est surtout un ami loyal. Jane Austen nous dépeint dans ce roman un personnage qui devient attachant avec le temps, au fil des pages qui se tournent.C’est avec ce roman que j’ai découvert Jane Austen mais aussi l’étendue de son talent. Que ça soit en description de lieux ou de sentiments, elle manie les mots d’une main de maître et rend tout son récit d’une façon extrêmement réaliste. Pourtant, Orgueil & Préjugés constitue une véritable critique de la société du 19e siècle où les femmes ne se mariaient pas par amour mais par convenance entre les deux familles et, à cette époque, le mariage de Darcy et Elizabeth n’aurait jamais eu lieu, c’est évident. Pourtant, Jane Austen nous entraîne dans son monde, dans son histoire où tout est possible et qui continue de passionner des millions de lecteurs à travers le monde.Mais ce n’est pas seulement cette critique qui est appréciable avec ce roman mais aussi les personnages et la qualité de la narration de Jane Austen. Sur ce dernier point, après avoir essayé plusieurs versions avant de trouver la mienne il y a cinq ans, je trouve vraiment que la traduction des Éditions 10-18 est la meilleure puisqu’elle est abordable tout en restant dans le ton de l’œuvre originale et de fait, elle ne dénature pas l’œuvre.Les personnages de ce roman ont tous quelque chose de particulier à mon sens. Jane est pleine de sensibilité et touche le lecteur, Elizabeth nous plaît quand elle commence à se laisser aller à ses sentiments mais aussi par son caractère, Mrs Bennet nous énerve parce qu’elle est frivole comme Lydia ou Kitty, Darcy nous charme par son côte orgueilleux etc. Chaque lecteur a une raison d’aimer ou détester tel ou tel personnage si bien que l’on se sent proche d’eux, comme si nous vivions cette histoire nous aussi.En bref, vous l’aurez compris, cette relecture est toujours un véritable coup de cœur. Cinq ans après mon coup de foudre pour cette histoire, Orgueil et Préjugés et Jane Austen font toujours battre mon cœur. Les adaptations et réécritures très nombreuses de ce roman ne peuvent que vous laisser juger de son succès et de sa qualité.

Blondillon
04/03/14
 

"C'est une vérité universellement reconnue qu'un célibataire pourvu d'une belle fortune doit avoir envie de se marier, et, si peu que l'on sache de son sentiment à cet égard, lorsqu'il arrive dans une nouvelle résidence, cette idée est si bien fixée dans l'esprit de ses voisins qu'ils le considèrent sur-le-champ comme la propritété légitime de l'une ou l'autre de leurs filles."Aussi lorsque Mrs Bennet apprend que Netherfield compte un nouvel habitant, qui plus est un beau parti, mène-t-elle tambour battant son petit monde afin de présenter au plus vite ses filles à M Bingley. Mais ce dernier n'est pas le seul jeune homme charmant et riche que convoitent ces dames et son ami, Mr Darcy, provoque au sein de la petite société un certain émoi. Certes, Mr Darcy est fort orgueilleux, plein d'aisance et n'est pas flatté des mêmes discours admiratifs que Mr Bingley, bien que sa fortune suscite l'émoi; pourtant il ne laisse pas indifférent.Elizabeth Bennet , dont le franc parler désespère sa mère et fait la joie de son père, n'a de cesse de le taxer d'orgueilleux et ne voit en lui que le côté négatif d'un parvenu. A moins que ce soit ce que l'on essaie de lui faire croire ...Amour et malentendus sont au programme, d'autant que la jeune femme appartient à un milieu modeste et ne peut prétendre épouser un homme fortuné. Tout comme ces soeurs, dont chacun prendra un parti différent. De désillusions en reconquête, Jane Austen nous entraine au sein de la bonne société anglaise du XX°S où les valeurs et les apprences priment. Au milieu des convenances, l'héroine, Elizabeth, fait figure de jeune femme rebelle, refusant une proposition de mariage , allumant malgré elle le feu de la passion chez un homme qui ne la laisse peut-être pas si indifférente que cela.En vrac et au fil des pagesJe dois dire que je sors de cette lecture quelque peu déçue. sans doute, après tant d'adaptations cinématographiques et de critiques élogieuses, m'attendais-je à autre chose. Il m'a fallu un bon moment avant de comprendre qui était qui et, surtout, quelles étaient leurs intentions ! Cependant la plume enlevée et pleine d'humour de Jane Austen fait son oeuvre et c'est avec plaisir que j'ai découvert ce roman dont les héros ont traversé la littérature.La grande famille Bennet, tout d'abord, est brossée de façon assez croustillante : une mère envahissante, peu instruite mais désireuse de s'élever socialement par le mariage de ses filles, détestable et drôle à la fois, un père sarcastique dont on comprend qu'il n'a pas fait un mariage d'amour mais qui s'en accomode et voue à Elizabeth une affection particulière ( l'humour est leur point commun et leur lien), toujours le bon mot pour remettre sa femme à sa juste place ou moucher un parti trop entreprenant; des soeurs dont le comportement varie mais met en exergue le caractère d'Elizabeth. Les sentiments sont exacerbés, pour le plaisir du lecteur qui, entre larmes et stratagèmes, suit le parcours de ces jeunes femmes.Les hommes ne sont pas en reste mais sont décrit par le regard féminin qui convoite ou rejette, sans complaisance ou au contraire trop complaisant, défaut féminin largement dénoncé. A tel point que le portrait de Mr Darcy laisse perplexe : est-il réellement tel qu'on le décrit ? Voilà tout l'objet du roman et la source de reflexions et de désordres sentimentaux qui trouvent leur aboutissement dans la fameuse lettre que Mr Darcy livre à Elizabeth et dans laquelle il s'explique.Les dialogues sont enlevés et donnent un rythme soutenu à cette histoire dans laquelle on ne s'ennuie pas. Peut-être est-ce ce qui a rendu ma lecture plus difficile car il faut suivre avant de prendre du plaisir ! Jane Austen ne fait pas de cadeau en dépeignant la société du XIX°S, la place et le rôle des femmes entre soumission et manipulation.J'aime cet univers et relirai sans doute cette oeuvre afin d'en savourer des passages que j'ai peut-être lus un peu vite. nath choco

Je viens tout juste de terminer ce roman, un classique de la littérature anglaise. Après le succès de mon engouement pour Raison et sentiments et après avoir reçu ce roman lors du Swap de la Saint Valentin je m'y suis attelé. Le début, je l'avoue à été plutôt périlleux... Je n'avais pas vraiment le temps de m'y consacrer et je ne lisais qu'un chapitre par jour. Et puis les vacances furent le bon moment. Je l'ai lu en une semaine mais autant dire que ces deux derniers jours ont été intensifs et que je n'ai pas pu quitter ce roman. Une fois que je fus rentrée dans l'histoire de ces cinq jeunes filles Bennet, après avoir vraiment bien appris à les connaitre, je n'ai pas pu les lâcher. Jane Austen m'a emmené dans cette Angleterre du XIXème siècle où les mariages ne sont plus vraiment arrangés. On cherche surtout un mari qui apportera de l'argent à la famille. Et si on tombe amoureux c'est encore mieux ! Et c'est ce que souhaite vraiment les parents de Jane, Elizabeth, Mary, Lydia et Kitty, un mariage d'amour. Jane Austen a vraiment ce pouvoir, comme d'autres auteurs, de nous faire languir sur l'avenir de ces jeunes filles. J'ai été emballé par toutes les histoires d'amour qui se trament, il n'y en a pas une qui m'a déplu. Même celle de Lydia et Whickam (même si elle n'est pas appréciée). Celle que j'ai bien sur adorée par-dessus tout est celle d'Elizabeth et Darcy. C'est tellement naturel, il y a pas de fioritures, tout se déroule naturellement, les contacts se lient, les oppositions se retrouvent et l'amour est merveilleux ! Pour ce qui est des personnages j'ai adoré Elizabeth, comme beaucoup je pense. Elle est franche, elle sait se taire quand il le faut, elle sait se confier et pas a n'importe qui. Les liens entre Elizabeth et Jane sont très beaux et leur histoire fraternelle est très belle ! Pas besoin de préciser que ce roman est un petit coup de cœur et qu'il me tarde de voir l'adaptation cinématographique !

searchxme
29/04/12
 

La lecture de ce livre nous fait voyager dans l'Angleterre de la haute-société. La façon dont écrit l'auteur nous fait apprécier la littérature anglaise dans tous ses aspects.

7naturafond2
21/08/11
 

Je crois que je ne suis pas sensible à la littérature romancée anglaise. Autant les policiers m'attire (Anne Perry), autant même si l'écriture est intéressante, j'ai trouvé la lecture laborieuse, une histoire somme toute plate et même si nous nous retrouvons plongé dans un univers 18 ème, je reste peu réceptive à ce genre de romans, les personnages sont agaçants, et c'est long, long, long.....j'avoue une lecture en diagonale sur la fin.

choubie
11/08/11
 

Bruissement de robes, murmures : tout le monde s’affaire. Le mariage, un évènement si important que le moindre détail doit être réglé, mesuré, soupesé. Non, rien n’est laissé au hasard, encore moins dans la famille Bennet. Il y en a cinq à marier : cinq joies, cinq peines. Qu’on ne peut se permettre de retarder. Tout en dépend, l’honneur, le paraître, l’argent, la propriété. Voilà donc cinq poupées, cinq marionnettes que l’on manipule avec soin et que l’on jette violemment sur la scène, face au Monde, face aux hommes. Les planches irritent, craquent sous les pieds des demoiselles. Si fines pourtant, mais le poids du mariage est trop fort. Derrière elles, leur mère, figure pressante et leur père, autorité silencieuse. Et les hommes qui les scrutent, les regardent. « Souris, fais bonne impression ». Une masse d’hommes se pressent, groupe uniforme et fade. Sans intérêt, ni argent, ni beauté, ni manières de gentleman. Ce n’est pas la peine. Il y en a, cependant, qui sortent du lot. Certains hommes dont le visage frappe d’emblée les filles, certaines filles. Jane, la bienveillante, la calme, la douce – voilà qu’elle aperçoit Mr Bingley. Un homme parfait, sur tous rapports. Si ce n’est les deux vautours, femmes crochues, jeunes mais austères : les soeurs. Le moindre mouvement est observé, analysé. Peu importe : Mr Bingley et Jane s’attirent, se cherchent, comme deux atomes libres qui rentrent en collision. Une idylle si belle, Mrs Bennet, la mère des filles, n’en attendait pas mieux. Et puis la fêlure, la brisure. Mr Bingley s’en va à Londres, et ne reviendra pas. Où est l’Amour ? La bouche rosée de Jane ne forme plus que le mot « Pourquoi ? ».En même temps, Elizabeth, la jolie, l’engageante, la raffinée – est en proie aux bouleversements du cœur. Il n’y a plus douloureuse transformation que la haine en Amour. Un personnage qu’elle détestait, que les autres détestaient. Orgueilleux, méprisant. Son ombre suffisait à crisper le visage. Puis des mots, des lettres, des secrets dont personne d’autre n’est au courant. Comment faire lorsqu’on apprend que l’homme que l’on haïssait jusqu’à aujourd’hui à contribué à votre bonheur ? L’aimer, répond Elizabeth. L’aimer, plus que tout. Contre les autres, contre soi-même. Mr Darcy déclare sa flamme, dont la chaleur, contenue depuis si longtemps, brûle le visage. Choc des sens, des émotions. Tout s’emballe, elle ne comprend plus rien. Ces récits qui se contredisent, ces secrets qui ne collent pas. Mais elle ne peut l’oublier. Elle ne peut le chasser de son esprit comme un vulgaire image; elle s’inscruste, elle pénètre dans sa chair. Plus rien, plus rien; juste lui.Enfin les trois autres, plus jeunes : Lydia, Mary et Kitty. Qui sont encore en sécurité, un pied dans la propriété familiale, à l’abri des hommes. Mais elles ne tardent pas à s’aventurer seules, elle quittent le nid, et leurs tours en ville deviennent vite des chasses, des filatures. Encore une fois, tout échappe à la volonté, et voilà que Lydia est enlevée … Tout le monde s’affaire encore une fois; et si l’Union n’aurait pas lieue ? Où est-elle, mince, où est-elle ? Londres est grand, immense – l’Amour aussi. Tous les personnages sont liés, intimement liés, par le sang, les sentiments. Comme une longue ramification de branches, certaines qui soutiennent, certaines qui se brisent. Un arbre immense sous lequel résonne encore les notes du Bal. Tout le Monde danse, s’observe. Les filles et les hommes tournent en cercle, se rapprochent, s’écartent, s’agitent. Assis ou debout, on regarde, on attend. Les danses s’enchaînent, les cris, les rires, les mains qui tappent en rythme, les musiciens. Tout le Monde est là, la famille Bennet, les familles Lucas, Darcy, Bingley; Mr Collins, l’homme vertueux, les époux Gardines, Lady Catherine qui surveille et sa fille, maigre et mystérieuse. On ne s’amuse pas, tout est reglé comme du papier à musique. Les bagues brillent déjà au doigt, les parfums se mélangent. Jane Austen danse elle aussi, avec les mots. Une langue pure, limpide, loin d’être austère. Un univers proche des Sœurs Brontë, en moins organique, plus noble, plus d’apparences. Mais il serait mal venu de comparer les écrivaines. Un œil féminin sur l’Angleterre; subjectif et incisif. Un Bal de notes, de mots, de silences, surtout. Un regard suffit; pour dire que je l’ai aimé. Oui, j’ai aimé Orgueil et Préjugés.

Loach
23/05/11
 

Avant de lire ce livre, j'ai regardé l'adaptation cinématographique de Joe Wright avec l'actrice anglaise Keira Knightley dans le rôle d'Elizabeth Bennett. Je l'avais beaucoup apprécié et elle m'avait donné envie de découvrir le roman. Jane Austen revenait souvent sur les blogs littéraires et elle semblait être grandement apprécié. Une amie m'avait offert le livre pour mon anniversaire mais il a fallu attendre trois ans pour que je me décide enfin à le commencer et à le terminer presque aussitôt après ! Autant avouer tout de suite que j'ai succombé aux charmes de Mr Darcy. Ce que j'ai vraiment apprécié dans ce roman, c'est le style d'écriture de Jane Austen qui m'a littéralement séduite. J'ai adoré comment les personnages s'exprimaient et j'aimerais beaucoup qu'on parle encore ainsi de nos jours. C'est tellement élégant et raffiné ! J'ai également apprécié sa façon de jouer avec l'ironie, c'était juste délicieux à lire. Toutefois, j'ai jute eu un petit regret ou soucis, ce fut pour la traduction. Par moment, certaines phrases ne voulaient rien dire. Néanmoins, le véritable point positif est la façon dont l'auteur décrit les lieux. En seulement quelques mots ! Je n'ai eu aucun mal à les imaginer. Cependant, c'est la description des sentiments que je retiens. Elle m'a laissé sans voix ! Jane Austen a su être juste sans en faire trop.L'histoire est prenante dès les premières pages. J'ai suivi avec beaucoup de plaisir les aventures des jeunes filles Bennett et notamment les amours des deux filles aînées, Mary et Elizabeth. J'ai vraiment espéré jusqu'aux derniers moments que tout allait s'arranger pour elles. La fin ne m'a pas du tout déçue. Au contraire, je n'aurais pas pu l'imaginer autrement.Les personnages sont vraiment attachants et j'ai trouvé que leur psychologie était très bien développée. Elizabeth Bennett m'a tout de suite séduite. C'est un personnage tel que je les aime, avec du caractère. Darcy ne m'a pas laissé indifférente non plus. J'ai également les jeunes soeurs d'Elizabeth. Elles ajoutent une touche de légèreté au roman. Même si parfois elles m'ont exaspéré, elles m'ont également fait rire.

Avalon
19/05/11
 

L'envie de lire ce roman m'est venue et s'est accrue pour deux raisons : la première résulte du visionnage de l'adaptation cinématographique de ce roman (adaptation de 2005 avec Keira Knightley et Matthew MacFadyen). J'avais littéralement adoré ce film et ma curiosité quant au roman s'est manifestée. Par la suite, et ce fut la seconde raison, je n'ai entendu que des éloges sur ce dernier et la décision était prise, je me suis lancée dans cette lecture.- Je trouve que ce roman vaut largement la réputation qu'on lui prête, c'est vraiment un plaisir à lire. Quand je pense qu'il va avoir 200 ans, je n'en éprouve que plus de respect. J'adore sans conteste la plume de Jane Austen qui mêle l'humour, l'ironie et le phrasé avec une aisance déconcertante et les sujets qu'elle traite son vraiment intéressants. Bien entendu il s'agit surtout de mariage et de l'importance pour une femme de son époque de trouver un bon parti pour assurer son avenir, mais il s'agit également d'amour, le vrai, le beau et bien qu'il soit bridé par les mœurs de l'époque, il n'est pas moins attendrissant.- Les personnages sont riches de caractère et attachants ! Ma préférence va à Elizabeth bien sûr dont je trouve le caractère admirable ; volontaire, déterminée, franche et droite. J'aime également le père dont l'esprit et le sarcasme sont amusants et bien entendu, Monsieur Darcy ne peut que retenir l'attention par son énigmatique caractère et ses manières distinguées. Jane m'a parfois énervée, sa naïveté donne parfois envie de la secouer un peu, mais c'est en même temps ce qui fait son charme.- Le style est bien entendu "d'époque" mais c'est un vrai délice à lire, je suis très friande de ce genre de lecture car j'aime les belles phrases soutenues. Comme je le disais ci-dessus, Jane Austen emploie avec habilité l'humour et l'ironie, j'ai eu quelques éclats de rire et le livre a défilé sous mes doigts à une allure telle que je me suis retrouvée trop rapidement à la fin du roman.C'est sans conteste un coup de cœur pour moi ! Je pense que je lirai prochainement un autre roman de Jane Austen car j'ai réellement adoré.

Eden1487
16/09/10
 

Voici un auteur que je connaissais bien de nom mais que je n’avais jamais lu. J’ai toujours eu un sentiment de recul pour les « classiques ». Pourquoi? La peur de l’écriture, la peur de ne pas comprendre et la peur de ne pas aimer. Cependant, voyant beaucoup d’éloges pour cet auteur et notamment ce livre, je me suis enfin décidée à le lire grâce à un swap où j’avais mis ce livre sur ma petite liste.Je dois dire que le début fut assez difficile pour moi. Il a fallu que je m’habitue à l’écriture et se fut un peu compliqué. Mais passé les premiers chapitres et mon temps d’adaptation, j’ai adoré ce livre! Je comprends maintenant les éloges faites à son sujet.Avant toute chose la trame du livre: la famille Bennet se compose de 5 filles : Jane, Elizabeth, Mary, Kitty et Lydia. Leur mère Mrs Bennet n’ai voué qu’à une seule chose : marier ses 5 filles à de beaux partis, pour le désespoir de Mr Bennet! Et elle risque de voir son vœux se réaliser par l’arrivée de Mr Bingley et de son ami Mr Darcy.Je dois dire qu’au début, j’ai été assez surprise par ce Mr Darcy qui a autant de succès auprès des lectrices! Car au début du roman, c’est un être détestable et incroyablement orgueilleux. Mais ma première impression a fini par disparaitre à la vue des explications sur son comportement et bien sûr, sur ses paroles forts plaisantes tout au long du roman!Élizabeth est pour ma part, l’héroïne que j’aimerai être : drôle, intelligente, beaucoup de répartie, parle toujours avec les mots justes, et surtout, ne se laisse pas entrainer par les obligations de la société de son époque. Elle sait cependant rester courtoise et essayer de remonter la réputation de sa famille.Réputation qui est ternie surtout par deux membres : Mrs Bennet, qui parle pour ne rien dire et qui n’a qu’un seul but dans la vie : marier ses filles. Malgré tout, j’ai bien aimé ce personnage insupportable car elle m’a bien fait rire! Le second membre est Lydia, la dernière de la famille, qui malgré son jeune âge, n’hésite pas à flirter et à s’enfuir avec un officier sans être marier ( ce qui est pour l’époque, une faute grave), sans se préoccuper de la réputation qu’elle peut donner.Pour en revenir à notre héroïne, j’ai beaucoup aimé l’amour qu’elle porte à sa sœur ainée, le bien être et le bonheur qu’elle souhaite voir pour sa sœur m’a beaucoup touchée.Je ne regrette donc pas d’avoir enfin réussi à lire du « classique » et j’espère pouvoir lire d’autres livres de Jane Austen. http://labibliodenodrey.wordpress.com/

nodreytiti
06/09/10
 

Et voilà. Je l'ai enfin lu, celui dont tout le monde parle, le roman rentré dans les annales de la blogosphère féminine : Orgueil et Préjugés.Bien sûr, il a fallut me donner un ptit coup de pouce, et c'est Fashion, avec son challenge Jane Austen 2009 qui m'a poussée à le faire. En effet, il suffit que l'on me dise "T'es pas chiche" pour que je me lance, sans réfléchir. Et je suis heureuse d'en avoir été cape.L'histoire, je ne vais pas vous la raconter en long et en travers, toute les filles sont sensées la connaître : sinon, pour les ignares (comme moi il y a quelques semaines), Elizabeth Bennett, pas super riche, mais super vive et intelligente, joue à "je t'aime pas... moi non plus... mais en fait si... non !" avec le super riche et orgueilleux Mr Darcy.Bon ok, ça fait beaucoup de supers, mais ce livre le mérite. J'avais peur de m'ennuyer, de soupirer mon incompréhension devant ces nanas qui craquent toutes pour ce gentleman extraordinaire, d'essayer de déchiffrer l'écriture ampoulée et "so coincée" d'une Jane Austen imaginaire. Ben non. raté. J'ai été impressionnée, et je comprends maintenant l'engouement suscité par ce chef-d'oeuvre.Non pas que les moeurs de l'époque soient tellement débridées : Jane Austen s'y attaque avec exactitude et beaucoup d'humour (il faut absolument lire de près les répliques de Papa Bennett, elles valent le détour). Elle a juste écrit une histoire universelle, celle de l'aventure amoureuse que toutes les femmes rêveraient de vivre (et oui, les filles, ne me ditent pas que vous n'avez jamais demandé à votre copain de mouiller sa chemise, comme Colin Firth !)Bon bref, lisez-le. Tout le monde en a assez parlé pour que ça devienne un classique à ne pas contourner.PS : j'ai quand même eu l'idée de regarder une de ces adaptations avant, juste pour pouvoir cerner rapidement la vingtaine de personnages principaux de l'intrigue, rien que ça.PS 2 : Et retenez ça, les mamans s'appellent Mrs, la fille aînée, Miss suivi du nom de famille, et les suivantes, Miss suivi du prénom. Au vu des nombreux quiproquos occasionnés, ça m'aurait pas mal aidé de savoir ça avant d'entamer la lecture du livre...

Emmab666
21/01/16
 

"Orgueil et préjugés" est une histoire d'amour, simple mais bien agréable, des quiproquo, des rebondissements... un chouette mélange pour un très bon moment de lecture ! J'ai beaucoup aimé ce style assez simple, j'ai hâte de lire à nouveau Jane Austen que je découvrais ici pour la première fois.

Ninie13
04/01/16
 

Dans la famille Bennet, il y a l'aînée Jane, splendide demoiselle de 23 ans et la vive cadette Elizabeth, âgée de moins de 21 ans. Le reste de la tribu composée de trois autres jeunettes mérite moins le détour : Mary s'enferme dans les lectures aussi saines qu'assommantes, dans les discours moralisateurs qui la rassurent et l'enferment dans une jolie tour inaccessible, les deux benjamines (Kitty et Lydia) aussi chipies que dévergondées promettent quelques sueurs froides au pater familias, Monsieur Bennet, gentleman de son état. L'époque est vouée aux héritiers mâles et c'est bien le malheur de cette sororité sans mixité, puisque chacune doit absolument concrétiser un mariage décent pour assurer ses arrières. Et c'est ce à quoi emploie toute son énergie, leur mère, Madame Bennet, tantôt malhabile et indiscrète tantôt généreuse : mener une lutte acharnée contre le temps pour que ses filles ne se retrouvent pas sur le carreau à la mort de leur père, évincées par le cousin héritier, le ridicule Monsieur Collins. Donc l'annonce de la location du domaine de Netherfield par le sémillant et riche Charles Bingley n'est pas pour lui déplaire, surtout s'il est accompagné du ténébreux mais fortuné Fitzwilliam Darcy.Écrit il y a plus de deux siècles, Orgueil et Préjugés n'a rien perdu de sa fraîcheur. Si on pouvait le résumer en une phrase, on dirait de lui qu'il décrit une histoire d'amour entre deux êtres qui se ressemblent tellement que leurs défauts nuisent à la rencontre, comme deux aimants physiques de même polarité se repoussent.Aucun personnage n'est parfait et c'est ce qui rend le tout humain et rafraîchissant. Elizabeth, pourtant intelligente et spontanée, fait preuve d'une crédulité hallucinante face au « loup-garou » Wickham dont l'éloquence et la prestance servent l'illusion optique. L'estimable M. Darcy confond franchise et diplomatie, flirtant ainsi avec la plus vile goujaterie : il s'autorise ce qu'il interdit à son meilleur ami. La richesse d'Orgueil et Préjugés réside autant dans la variété des personnages annexes que dans le rythme de la narration, le phrasé remarquable, l'évolution du couple principal ou la description minutieuse de la bourgeoisie provinciale anglaise de l'époque. En parlant de ses contemporains, Jane Austen atteint l'universalité et franchement, ce n'était pas gagné d'avance. Il m'arrive souvent de trouver une lenteur dans un roman classique (je pense en particulier à la période assommante du séminaire dans le Rouge et le Noir de Stendhal). Ici, il n'en est rien parce que l'auteure met beaucoup de vie dans son récit : les danses permettent le rapprochement des corps et donc des cœurs, l'exubérance de Madame Bennet, de Monsieur Collins ou de Lady Catherine de Bourgh (parfois, de Monsieur Bennet) rehaussent les dialogues, les fréquents changements de lieux (et les rencontres improbables qui en découlent) dynamisent l'intrigue. Parce qu'il faut aussi reconnaître la beauté des mots, des mises en situation. Les joutes verbales entre Elizabeth et M. Darcy sont des temps forts de partage entre ces deux cœurs orgueilleux et peu complaisants. Même leur danse partagée exprime le combat intérieur mené. Parce que derrière tout cela, se cache le désir de construire une famille et c'est bien la famille qui va d'abord les séparer (cas de Jane) puis les rapprocher (Jane toujours, Georgiana, Lydia, Monsieur et Madame Gardiner d'une certaine façon, et enfin Lady Catherine, à son grand désespoir). Et cela ne pouvait pas être autrement puisque ce qui marque les deux héros reste la relation forte qu'ils entretiennent avec leur fratrie : Elizabeth vit dans un foyer au couple parental certes brinquebalant mais où l'amour et la complicité sont diffusés à chaque instant (aucun n'est indifférent à l'autre), Fitzwilliam Darcy (sur)veille sur sa sœurette Georgiana de façon très protectrice.C'est un roman exemplaire comme Jane Austen sait en construire (je pense à Persuasion dont je parlerai prochainement) et propose de multiples interprétations : d'ailleurs elle suggère plus qu'elle ne dit et je loue les scénaristes des adaptations vues (celle de la BBC par Simon Langton puis celle de Joe Wright) que je vous conseille. Chacune apporte un éclairage différent de cette œuvre avec ses qualités et ses défauts.les + de la BBC : la fidélité absolue à l’œuvre originale avec des moments intéressants : Colin Firth (Monsieur Darcy) qui prend son bain, fait un plongeon ou montre son exaspération devant Madame Bennet ou Lady Catherine, la scène du jeu de regards où tout est dit sans mots, le personnage de Wickham et ses nombreuses infamies bien développés, la musique et les images.le - de la BBC : deux héros parfois trop retenus qui empêchent mon petit cœur de s'émouvoir face à leur destinée.les + de la version de Joe Wright : des moments splendides (la balançoire comme sablier du temps, la scène de la pluie - les cheveux mouillés vont très bien au teint de Matthew MacFayden (M. Darcy), où le langage corporel contredit les mots exprimés - cet échange est une vraie réussite visuelle), le jeu plus élargi et plus libéré des acteurs (les costumes allégés permettent plus de mouvement, le sourire de M. Darcy exprime toute sa grâce, le naturel de Keira Knightley), la fin alternative trop mignonne proposée en bonus, les images (le relief fait corps avec Elizabeth) et la musique.les - de la version de Joe Wright : une scène ridicule (celle de l'intrusion de M. Darcy dans le presbytère tout comme celle de Charles Bingley lors de la déclaration : inenvisageables à l'époque car les servantes étaient là pour ouvrir les portes), les deux heures passent trop vite !En résumé : Orgueil et Préjugés, une œuvre à lire, à regarder, à admirer !

Cave
13/12/15
 

Romance mais pas seulement… Voilà certainement le plus célèbre des romans de Jane Austen.Adaptée de nombreuses fois au cinéma et à la télévision, détournée ou réinventée (Le journal de Bridget Jones, Coup de foudre à Bollywood, …), réécrite, prolongée (La mort s’invite à Pemberley), la romance intemporelle entre la spirituelle - mais pauvre - Elisabeth Bennett et le froid - mais riche - Mr Darcy a été si souvent contée que l’on pourrait s’en écœurer. Et pourtant l’engouement critique et populaire que suscite cette œuvre, ne connait pas de limites. A la fois chef d’œuvre de la littérature anglaise classique et objet de culte pour des millions de romantiques, ce roman est devenu un monument de la littérature mondiale, bref un indispensable à lire (ou à relire) ! L’inimitable sens de l’humour et le regard acéré de Jane Austen sur la société du 19eme siècle, tout particulièrement sur la condition des femmes et l’économie du mariage, sauront séduire les lecteurs les plus exigeants. Quant aux plus « fleurs bleues », ils se délecteront d’une histoire d’amour tout en finesse, au dénouement heureux.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Orgueils et préjugés est le livre qui ma le plus plu depuis que je l'ai lu, en dehors du roman de pur amour c'est un livre qui est très en avance sur le sujet des femme qui puisse choisir leurs destins et avoir leurs propre décision sans qu'un homme ne le fasse a leur place. Il m'a beaucoup appris sur l'histoire a cette époque et les coutumes de ces personnes, c'est un livre que tout le monde peu aimé et qui peu vous emporter dans les tréfonds de votre imagination. Je peux dire que c'est le livre que je préfère entre tous ceux que j'ai pu lire.

marynette
17/10/15
 

Une très bonne surprise pour moi qui ne suis pas fan de classique, j'ai aimé le ton caustique et l'humour de l'auteur. malgré quelques longueurs, j'ai passé un excellent moment.

Virg054
15/10/15
 

J'ai été longue à me décider à lire ce pilier de la littérature anglaise.. Et maintenant je me dis que de temps perdu ! J'ai été transportée par cette histoire d'amour, j'ai adoré la façon d'écrire de l'auteur et j'ai surtout aimé les personnages ! Ah !! Mr et Mme Bennett m'ont régalé tout le long de ce livre... En tout cas je le conseille !!

Emma7
02/09/15
 

Le premier mot que j’ai envie d’écrire est : ENFIN !Enfin, j’ai lu une œuvre de Jane Austen, enfin je vais pouvoir combler mes lacunes quant aux innombrables références parsemées dans tous les romans que je lis.Je peux désormais en convenir, Orgueil et Préjugés est réellement un roman formidable. J’ai tout de suite été charmée par l’écriture de Jane Austen (la preuve en est que j’ai couru en librairie m’acheter quatre autres de ses livres). Comment, mais comment j’ai pu passer à côté de cela durant toutes ces années ? Tous les clins d’oeils, les détails et les références à Orgueil et Préjugés qui me passaient sous le nez jusqu’à maintenant…Outre le fait que ce roman représente une grande pierre à l’édifice de ma culture générale, c’est une vraie perle d’humour. De sous-entendus en sarcasmes, j’avançais dans ma lecture en me régalant! Les personnages d’Elizabeth et de Mr. Bennett n’y sont pas pour rien. Le père de famille des cinq sœurs me faisait vraiment rire ! Ses traits d’esprit m’ont énormément plu et son humour (notamment à propos de Wickham) tout autant. La manière qu’a Jane Austen de mettre du piquant dans son roman, que ce soit par le biais des personnages ou de la narration est vraiment géniale.Concernant les personnages, j’ai été vraiment ravie de constater qu’ils sont tous différents et complets. Malgré un nombre important de personnages dès le début (commencer avec cinq sœurs à retenir, c’est assez laborieux) on s’y retrouve immédiatement. Le caractère de chacun est si bien défini et associé directement à un nom qu’on n’éprouve aucun mal à reconnaître les uns et les autres.J’ai vraiment aimé quatre personnages plus que les autres. Elizabeth, son père, Mr. Darcy et Jane.Je ne reviendrai pas sur la raison pour laquelle j’ai tant aimé Mr. Bennett mais retenez simplement que son intelligence et son humour m’ont charmée. Mr. Darcy quant à lui… Comment ne pas succomber ? Il représente un peu le « bad boy » de l’époque. Vaniteux, à la limite de la condescendance (sa première pensée à l’égard d’Elizabeth est réellement odieuse), il nous insupporte pour mieux nous attirer dans ses filets par la suite. En plus de cela, il est riche ! Que demander de plus ? (Je plaisante bien sûr ! Quoique…)J’ai aimé la bienveillance de Jane, la plus âgée des cinq sœurs Bennett. Elle est d’une nature si angélique qu’on ne lui souhaiterait de mal pour rien au monde. Malheureusement, c’est également ce qui fait son plus grand défaut. Sa crédulité m’a vraiment exaspérée par moment. Malgré le bon sens d’Elizabeth et les preuves qu’elle lui apporte à multiple reprises, Jane ne peut concevoir de la part d’autrui de sombres desseins. Sa naïveté est sans nom et par moment vraiment horripilante !Elizabeth quant à elle est un personnage savoureux dont on se délecte avec joie. Raffinée, pleine d’esprit, dont l’humour caustique ne laisse personne indifférent, elle nous régale par sa personnalité. Bien que trop gentille par moment, elle ne manque pas une occasion de remettre une personne à sa place et a vite fait de se représenter les vraies personnalités des uns et des autres. Miss Bingley notamment, qui est d’une méchanceté et d’une mesquinerie extrêmes ne dupera pas Elizabeth.En bref, Orgueil et préjugés est un roman passionnant qui lie amour et humour d’une manière bien originale. L’écriture de Jane Austen est formidable et c’est avec plaisir que je retournerai dans son univers. Casscroutondeslectures

casscrouton
22/07/15
 

Déçue par ce livre qu'on m'avait vivement recommandé car au final il ne fait que retracer une histoire d'amour contrariée par les préjugés formés sur des "on dit " et je trouve que bien trop vite Elisabeth Benneth cède à ses propres opinions. Elle se remet bien trop vite en question et hop tout le monde est heureux...Je n'ai pas accroché bien que l'histoire se tienne.

CarpeDiem1981
14/09/14
 

Il y a déjà eu des centaines de critiques faites sur « Orgueil et préjugés », qui expriment suffisamment clairement l’engouement que suscite l’œuvre majeure de Jane Austen sur ses lecteurs. D’ailleurs, c’est avec plaisir que je rejoins le fan club de l’auteur, tant j’ai moi-même été charmée par cette lecture !J’ai aimé me balader dans Longbourn et découvrir la magnificence de Pemberley, j’ai adoré fréquenter Elizabeth, son esprit vif et son sens indubitable de la répartie. Je suis littéralement tombée amoureuse de Mr Darcy, de sa droiture, de son honnêteté et de ses manières nonchalantes. J’ai ri face à la sottise et les manières grossières de Madame Bennett. J’ai été profondément agacée par la bêtise et la prétention de Mr Collins… En somme, j’ai aimé m’immiscer dans la vie des Bennett pour quelques heures…Bref, vous l’aurez compris, « Orgueil et préjugés » m’a complètement transportée dans son monde et a réveillé mon côté fleur bleue en me plongeant de nouveau dans l’émotion des premiers émois ! Voilà un classique que je n’ai que trop tardé à lire et qui aura dorénavant sa place sur ma table de chevet !

Mokona
12/08/14
 

Ce roman reste aujourd’hui le plus connu de Jane Austen et on comprend pourquoi !C’est le classique par excellence de la littérature anglaise du 19ème siècle. On y suit les aventures sentimentales d’Elisabeth Bennet et de Mr Darcy mais aussi de leur entourage dans la campagne anglaise de l’époque.A première vue, le contenu du roman peut sembler long et descriptif. Mais l’écriture et le style de l’auteur empêchent les longueurs ou l’ennui : ce roman est magnifiquement bien écrit avec de superbes dialogues qui font la part belle aux quiproquos et aux malentendus. Et on apprend de nombreuses choses sur les coutumes et les traditions du 19ème siècle !Avec un humour subtil et assez ironique, Jane Austen nous décrit une belle histoire d’amour entre deux fortes personnalités aussi têtues et bornées l’une que l’autre.Certains des personnages sont vraiment impayables (mention spéciale à Mrs Bennet et Mr Collins) et le couple formé par Mr Darcy et Elisabeth est tout à tour drôle, exaspérant et touchant. Au fur et à mesure des pages, on ne peut pas s’empêcher de s’indigner du comportement de Wickham, de rire de la stupidité de Mr Collins, de s’amuser des réflexions impertinentes d’Elisabeth ou de plaindre Mr. Darcy. Ce roman m’a donné envie de découvrir les autres œuvres de Jane Austen et je ne l’ai pas regretté une seule seconde même si Orgueil et préjugés reste de loin mon livre préféré.Un roman lu et relu un nombre incalculable de fois mais dont on ne se lasse jamais avec une magnifique histoire d’amour qui n’a pas pris une ride après toutes ces années et que je recommande à tout le monde. N'hésitez pas à venir nous rendre une petite visite sur notre blog : http://drunkennessbooks.blogspot.fr

ManonMarie
02/07/14
 

Simple. J'ai réellement adoré, pourtant les histoires d'amour ne sont pas ma dose de thé. Toutefois, l'écriture est si brillante, ironique, les protagonistes si bien pensés et intéressants qu'on se laisse prendre et emporter dans le roman. Je l'ai lu en quelques jours tant il m'a passionné. La famille Bennet est attachante, je préfère Elizabeth et son ironie, même si elle est remplie de préjugés. Jane est tout bonnement adorable et très gentille, une aînée sans défauts (ou presque). En revanche, Mrs Bennet, Lydia et Kitty (Catherine) sont insupportables, et cela est fait exprès. Elles ne pensent qu'aux mariages, aux officiers, à l'argent. Elles sont très sottes, et cela Mr Bennet ne se prive pas de le leur dire. Les soeurs de Bingley sont hypocrites à souhait. Quant à Darcy, il représente l'orgueil, comme Lizzie (Elizabeth) représente les préjugés. Vraiment, tout est réuni pour vous faire voyager dans l'Angleterre de cette époque, les descriptions nous enchantent, j'ai beaucoup aimé la visite de Pemberly, la demeure de Darcy. Les rebondissements et les péripéties sont nombreuses, on suit avec fébrilité les aventures de cette famille. Je ne peux que vous conseiller de lire, l'on ne s'ennuie pas avec ce roman. Un vrai coup de coeur. Je trouve que la lecture est simple et fluide, que l'on prend goût aux descriptions magnifiques de Pemberly et de l'Angleterre de Jane Austen. Les scènes de bal, en particulier celle de Meryton, valent le détour. Les évolutions des personnages principaux, Lizzie et Darcy sont bien montrées et ne sont pas tirées par les cheveux. J'ai été captivé par l'écriture de Jane Austen, j'ai été enthousiasmé par la lecture du roman très prenante. Il m'a été difficile de quitter le livre pour travailler et j'ai repris à chaque fois ma lecture avec avidité. C'est un excellent roman qui se doit d'être lu et qui ravira les fans d'histoires d'amour, d'Angleterre, de costumes anciens et qui compte parmi les livres cultes de la littérature anglophone. On ne peut s'en passer !

Ewylyn
10/03/14
 

J'ai mis longtemps avant de me lancer dans ce grand classique qu'est Orgueil et Préjugés, mais j'avoue que j'aurais du le lire il y a bien longtemps. J'avais peur que le style et l'écriture ne soit trop compliqué... Et bien il n'en est rien, l'écriture et fluide, même si le fait que tout le monde se vouvoie, même entre soeur peut parfois surprendre. Je me suis beaucoup attachée aux personnages d'Elizabeth et Jane. Et j'ai carrément détesté leur mère!! Celle-ci change d'avis comme de chemise, tant qu'il est question de marrier sa fille (peu importe avec qui) et de dépenser de l'argent... J'ai souvent eu envie de lui mettre une bonne claque pour la faire taire! Mais heureusement, ses filles sont au courant du caractère quelque peu lunatique de leur mère et ne font plus tellement attention à ses remarques. Cette histoire d'amour repose tout de même sur un enchainement de coincidences et bien évidemment, je me suis doutée dès le début que les deux protagonistes finiraient par se marrier. Cette lecture a été pour moi un veritable coup de coeur, j'ai vraiment au l'impression de vivre aux côtés d'Elizabeth, j'avais parfois envie de rire avec elle, parfois envie de tout quitter, mais toujours envie de poursuivre l'histoire. Je n'ai jamais été déçue, sauf peut etre par le fait qu'il n'est pas mention des possible enfants des couples Darcy, Bingley et Wickham à l'issu des différents mariage :) Bref, je vais de ce pas regarder le film, en espérant qu'il soit fidèle au livre!

naramaya
05/03/14
 

Un style d'écriture remarquable, presque rafraichissant (pourtant datant de 200 ans) par rapport à notre manière actuelle de nous exprimer avec le minimum de mots !On se délecte vraiment de l'habilité avec laquelle elle décrit les sentiments et les conversations des personnages, même sans avoir recours aux dialogues ...Une merveille cette Jane ! emuze

emuze
24/11/13
 

Je tiens avant tout à remercier les éditions Hachette pour m'avoir envoyé le manuscrit et m'avoir permis de découvrir cette oeuvre dont j'entends énormément parlé mais que je n'avais jamais eu le courage de lire. J'avoue que j'ai eu peur au début de ne pas apprécier, c'est un classique et j'ai énormément de mal avec ce genre de lecture, je n'ai pas l'habitude de la tournure des phrases et même si au début du manuscrit j'ai eu énormément de mal, on s'y fait tout même assez rapidement. C'est un style très différent de ce que j'ai l'habitude de lire, je ne pense pas renouveler l'expérience tant j'ai galéré avec celui-ci. Cependant, ce fût une belle expérience et je ne regrette absolument pas. C'est une très belle histoire qui m'a parfois fait rire, à d'autres moments, les faits et gestes de certains personnages m'ont dérangé, mais c'est l'époque qui veut ça.Il y a énormément de personnes et ce, dès le début. Cela a été très difficile pour moi de ne pas me mélanger les pinceaux. Il a fallu que je note tous les personnes que je rencontrais sur une feuille et que j'écrive qui ils étaient ainsi que les liens avec les autres. Cela m'a beaucoup aidé et m'a permis d'apprécier ma lecture rapidement. Il est inutile que je parle de l'écriture, j'en ai déjà dit assez un peu plus haut. Ce livre sortira le 3 juillet dans la Collection Black Moon, la couverture que j'ai utilisé pour illustrer mon article est la couverture officielle, je la trouve magnifique.

Lectriceaddict
04/07/13
 

Qui ne connait pas Orgueil et préjugés? Un classique anglais à lire et relire. La plume de Jane Austen est un vrai plaisir. Cette complexité, qu'elle donne à ses personnages, et en même temps, les pauvres, elle les traite avec tant d'ironie, parfois de la moquerie.Dans ce roman, elle est aidée par Mademoiselle Elizabeth Bennet, la seconde fille de Mr et Mrs Bennet, parents de cinq heureuse jeune fille. Jane Austen nous raconte comment marche cette petite société, des yeux d'Elizabeth nous découvrons les relations qui se nouent et se dénouent, et surtout nous suivons sa relation avec Mr Darcy. Homme orgueilleux et mystérieux, il délaisse et dénigre facilement notre chère Elizabeth. Mais c'est sans compter la répartie et la vivacité d'esprit de celle-ci.A travers leur histoire s'entremêle celles de Jane, l'ainé des filles Bennet, amoureuse de Mr Bingley mais séparée par Mr Darcy. Ainsi que de Lydia, la dernière des soeurs, et la plus bruyante, toujours entichée de Kitty, elles sont toutes deux frivoles et courent volontiers après les officiers. C'est sans compter de la mère des cinq jeunes filles, tout aussi frivole et sotte que ces deux dernières filles, qui fait preuve de peu de contenance en société. Quant à Mr Bennet, comment dire, Mr pince sans rire, toujours enfermé dans sas bibliothèque, il regarde son petit monde avec humour et ironie.C'est un beau petit monde que nous présente Jane Austen. Le titre définit parfaitement le roman, trop d'orgueil et pas mal de préjugés entraineront quelques quiproquos entre les personnages. Le roman est principalement articulé autour d'Elizabeth et Mr Darcy, chacun jugeant l'autre. Au fil des pages, on voit l'évolution de leur relation et à travers elle, les conséquences sur les autres personnages. Il est intéressant de voir qu'elle tournure prend leur relation et surtout le regard que porte Mr Darcy dessus. Elizabeth est un personnage agréable, on apprécie son intelligence et sa répartie. J'ai beaucoup apprécié la relation qu'elle a avec son père. Je pense que Mr Bennet a une petite préférence pour Elizabeth et je crois qu'elle a pas mal de compassion pour son père qui doit subir l'incessant babillages de sa femme.Elizabeth est aussi très proche de sa soeur ainée, Jane, sa grande confidente. Elle et Mr Bingley sont d'abord le centre du roman, tout le monde croit à leur mariage jusqu'au départ de Mr Bingley. Ils ont quelques de touchant et d'innocent.Mary, la troisième de la fratrie, est peu présente, elle ne fait que lire, jouer du piano et chanter, lorsqu'elle parle, c'est souvent pour faire des reflexions. Quant à Kitty, elle n'est que l'ombre de Lydia, qu'elle copie au grand désespoir d'Elizabeth.Avec Orgueil et préjugés, Jane Austen m'a charmé, elle nous dépeint différentes histoires d'amour, nous entraine dans cette Angleterre et cette époque si loin de la notre. J'ai succombé à son style agréable, tout en finesse, une ironie bien travaillée. Une belle découverte que je conseille vivement.

Chtitepuce
25/06/13
 

Un livre avec lequel j'ai eu beaucoup de mal. Le nombre important de personnage m'a un peu perdu, heureusement que j'avais vue le film (que j'ai beaucoup aimé) avant car j'avais une petite idée des personnages principaux. J'ai beaucoup aimé la relation qui se lie entre Elisabeth et Mr Darcy ! "Nous vivons dans le monde que nous créons"

biijou21
21/06/13
 

Si vous souhaitez de l'action passez votre chemin ! ce livre est languissant voire ennuyeux en certains passages mais il vaut surtout pour la finesse d'écriture et ses tournures de phrases extrêmement travaillées. J'ai apprécié l'ironie et les joutes verbales entre Mr Bennet et Mrs Bennet ainsi que celles entre Elisabeth et Mr Darcy. Une jolie plongée dans les us et coutumes de la société bourgeoise anglaise du 18ème siècle. Un classique à lire.

evalea
07/04/13
 

Elizabeth Bennet est l'une des cinq filles d'un père qui se préoccupe peu de ses filles et d'une mère dont le seul but et de marier ses filles. Elle rencontre monsieur Darcy et va devoir surmonter ses préjugés, comme il est dit dans le texte. On va essayer tout au long du roman tout comme Elizabeth, de se mettre à la place des autres et de savoir quelle est la vérité. Je le dis tout de suite, j'ai adoré. Et je n'oublierais jamais le style si agréable de l'auteur. Maintenant, j'ai vraiment hâte de lire un autre de ces romans Lady Susan. J'ai appris également qu'il y avait plusieurs autres romans de différents auteurs qui peuvent être la suite de ce roman. J'aimerais bien les lire, en partie pour savoir ce qu'est devenu le couple mais surtout pour savoir si le style des auteurs est digne de celui de Jane Austen, ce dont je doute. Bref, les titres sont Les filles de Mr Darcy d'Elizabeth Aston et La mort s'invite à Pemberley de P. D. James. C'est vrai aussi que les couvertures m'attirent. Pour en revenir au roman, j'aimerais parler des personnages qui ont chacun leur propre caractère. Dans ce roman, beaucoup sont étudiés, presque aucun des principaux (je veux dire beaucoup) ne sont laissés de côté. On voit donc deux genres de personnes : la première, celle à laquelle appartient Monsieur Bennet, celui qui se moque de la deuxième catégorie car justement ils se prennent trop au sérieux. Dans la deuxième, je mets Monsieur Collins, qui atteint le sommet du ridicule au point que ça craint vraiment, ainsi que Madame Bennet qui elle, m'énerve beaucoup. Déjà parce qu'elle ne pense qu'à elle et on le voit bien dans le récit. Bon, c'est vrai que quand Elizabeth lui a annoncé son mariage, la mère m'a vraiment bien fait rigoler, mais ce n'est qu'à la toute fin, avant il faut pouvoir la supporter. Egalement concernant cette famille, les filles sont cinq et ont toutes un caractère différent. Ce qui, évidemment, nous permet de choisir quelle est notre préférée. Je trouve Lydia énervante, Catherine je ne sais pas, elle n'a pas été complètement décrite, Marie paraît trop renfermée sur elle-même donc on n'a pas vraiment envie de l'aimer, Elizabeth réagit rarement comme il faut avec les bonnes personnes, et Jane est douce et c'est pour ça que je la préfère. Bien sûr il n'y avait pas photo, les préférences vont souvent pour les deux aînées, mais j'aimerais bien savoir si il y en a qui ne sont pas de cet avis et aime une des trois cadettes, pourquoi. Pour ce qui est du contenu de l'histoire, je ne vais pas trop révéler mon opinion là-dessus car tout le monde en a un différent et je pense gâcher la surprise. Le roman montre assez bien les importances de l'époque et plus encore que certains romans comme Les quatre filles du Docteur March ou encore Jane Eyre. Dès qu'on entre dans le roman, c'est pour de bon. Les pages défilent et on ne peut plus reposer le livre. On s'amuse, on s'attriste, on se réjoui, on s'étonne, etc. Toutes les émotions passent, ce qui prouve le talent de l'auteur. Bien sûr, il y a plein de fois où j'ai dû m'arrêter dans la lecture car je n'arrivais pas à me concentrer et qu'il y avait trop de bruit. Parfois aussi, on doit relire plusieurs fois la même phrase pour en comprendre le sens, mais l'écriture est si belle qu'on y n'y fait pas vraiment attention. Et maintenant dans ma tête je me mets un peu à penser comme Jane Austen écrivait ! Mais logique que c'est beaucoup moins beau. Bref, déjà dès que Lissy rencontre Darcy, on sait que ça va finir bien. Mais à la fin on commence vraiment à s'impatienter, quelle va être la solution à tous ses problèmes. Un véritable coup de coeur que je ne suis pas prête d'oublier et que je ne peux que vous conseiller. Ninon !

nilale
17/12/12
 

Et bien, je suis très contente d’avoir lu ce roman car je l’ai trouvé très bon.Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, et j’ai été agréablement surprise. En premier lieu par l’écrite et le ton ironique employé. Moi qui avais peur de trouver quelque chose de trop guindé, sur ce point j’étais dans l’erreur (et tant mieux). J’ai aimé suivre les cinq sœurs Benett, aux caractères si différents et si bien décrits par l’auteur. Elisabeth, l’héroïne, ne manque pas de caractère, c’est certain ! Et certaines de ses réparties ne manquent pas piquant. Surtout pour l’époque.J’ai beaucoup apprécié de voir la relation entre Lizzie et Mr Darcy évoluer. Et puis j’ai surtout aimé la façon dont l’auteur allie les sujets « frivoles » avec des thèmes plus profond.Bien sûr, ce roman c’est histoire d’amour… DES histoires d’amour, de mariage, de jalousie et tout ce qui s’en suit. On y retrouve à travers cela une description d’une certaine classe anglaise de l’époque.Mais il y a aussi ces sujets « sérieux » (bien que le mariage soit un sujet de la plus haute importance, à n’en pas douter). Et d’ailleurs, le titre même du livre parle de lui-même. Car à travers cette histoire, l’auteur porte un regard critique sur la capacité des Hommes à juger trop rapidement, à s’empêtrer dans des quiproquos ou ne pas toujours analyser une situation dans son ensemble, pour éviter des malentendus. Bref, à rester sur sa première idée et donc ses préjugés. Mais ça, l’Homme ne l’avouera pas car il est bien trop orgueilleux ^^ En conclusion, si ce n’est déjà fait, je ne peux que vous inviter à découvrir ce roman.

Nelcie
13/11/12
 

Si on doit lire un seul et unique livre de Miss Austen, c'est bien "Orgueil et préjugés". Entre passion et mutisme personnel, Miss Bennet et ses soeurs nous emporte dans un monde victorien plein de scrupules, de trahisons et de surprises.Pourtant, quand on pense "époque victiorienne" on peut être quelque peu révulsé par le côté kitch et coincé des maisons et des situations. Cependant, il n'en est rien et l'histoire d'amour est parfaitement décrite avec la beauté du flegme britannique typique du 18è/19è siècle... Enfin, mon côté romantique ressort quand je vous parle de ce chef-d'oeuvre et je crains ne plus m'arrêter. Je finis donc par dire : Bonne lecture à vous !En bref : MAGNIFIQUE !

SEcriture
18/09/12
 

Lorsqu’Elisabeth Bennett rencontre pour la première fois Mr Darcy, son opinion est vite forgée : c’est un orgueilleux dépourvu d’amabilité. Pourtant, de bal en rencontres d’abord fortuites, puis délibérées, c’est un portrait comportant beaucoup plus de profondeur et de noblesse qui apparaît. Mais les obstacles et rebondissements se succèdent, et leur condition respective est assez incompatible. Dans cette Angleterre très ritualisée et codifiée, quel destin pour deux êtres si dissemblables ?...J’en dis le moins, car je ne doute pas que tout le monde – ou presque – ne connaisse la merveilleuse histoire d’Orgueil et préjugés. Ayant tout récemment vibré avec le film de Joe Wright, j’ai pu constater avec cette lecture les quelques arrangements et libertés pris par rapport au roman, mais cela n’en offre que plus de plaisir à décortiquer, dans une lenteur cérémonieuse teintée de profonde jubilation, page après page, les mots magiques de Jane Austen.Ah, quels beaux personnages elle a su créer !Avec quelle facilité elle nous conduit à nous amuser, nous émouvoir, nous passionner en un mot pour une histoire d’amour d’un autre âge, dans des paysages grandioses et désuets.De quel sens subtil de l’ironie, de l’observation, elle était douée !Comme on aimerait maintenant se pencher sur leur vie commune, assister aux camouflets que ne devraient pas manquer de se prendre certaine Miss Bingley, savoir si Lydia s’est assagie avec les années, rire méchamment aux ridicules sorties de Mrs Bennett, et survoler l’entière correspondance de Mr Bennett avec Mr Collins, etc.Le plus difficile, chez Jane Austen, c’est de s’arrêter. Sylvie Sagnes

SagnesSy
13/09/12
 

S'il y a bien une époque que j'aime plus que tout en littérature, c'est bien celle décrite par la merveilleuse Jane Austen.Nous sommes plongés dans les us et coutumes pratiqués au XIXe siècle en Angleterre, tout est réglementé dans les moindres détails : la façon de parler, de s'habiller.Les règles de bienséance misent en place diffèrent selon le sexe et le rang social. Par exemple, il ne faut jamais s'adresser en premier à une personne de rang social supérieur, sauf si vous la connaissez déjà.Autre point qui peut paraître étonnant aujourd'hui, les connaissances s'appellent par leur nom de famille. En effet, seuls les parents, les frères, les sœurs et les époux s’appellent par leurs prénoms.C'est dans cette atmosphère qu'Orgueil et préjugés va nous plonger dans plus de 368 pages.C'est à Longbourn, que Mr et Mrs Bennet et leur cinq filles, Jane, Elizabeth (dit Lizzie) Lydia, Kitty et Mary vivent.Mrs Bennet est résolue à marier ses cinq filles le plus tôt possible afin d'assurer leur avenir. Cela tombe à point, le nouveau propriétaire de Netherfield park est un jeune homme riche et célibataire.Mrs Bennet, ne pouvant pas laisser passer occasion, presse son mari pour qu'il aille rendre visite à leur nouveau voisin Mr Bingley.Lors d'un bal organisé quelques jours plus tard , Mr Bingley fait son apparition, en compagnie de ses sœurs et d'un ami très proche, le très riche Mr Darcy.Si Mr Bingley est un jeune homme séduisant et doté de bonne manière : " Mr Bingley plaisait dès l'abord par un extérieur agréable, une allure distinguée, un air avenant et des manières pleines d'aisance et de naturel" , attirant l'aînée des Bennet , Jane avec qui, il dansera plusieurs danses, signe distinct que celle-ci lui plaît ; Mr Darcy, lui , bien qu'avantager par son physique " les dames affirmèrent qu'il était beaucoup mieux que Mr Bingley", ne fait plus autant rêver devant son attitude dédaigneuse et antipathique face à la société locale : " On s'aperçut bientôt qu'il était fier, qu'il regardait tout le monde de haut et ne daignait pas exprimer la moindre satisfaction".Lorsque Mr Bingley propose à son ami de danser avec Elizabeth, tout ce qu'il trouve à lui dire est qu'il ne veut pas perdre de temps avec des demoiselles qui font "tapisseries" . De là , est issu son préjugé envers cet homme : " je lui passerais volontiers son orgueil s'il n'avait pas modifié le mien".Elizabeth va donc passer une bonne partie du livre à détester cet homme, en le jugeant et le méprisant, contrairement à celui-ci qui l'affectionne de plus en plus, pour son intelligence et sa conversation.Mr Darcy n'aime pas la tournure que prend la relation entre Mr Bingley et Jane Bennet, et fait tout avec l'aide de Miss Bingley pour convaincre son ami de s'éloigner de Miss Bennet en partant à Londres..Je m'arrêterai là concernant l'histoire, même si je suppose que (presque) tout le monde en connaît la suite.Mr Bennet et Mrs Bennet est un couple assez atypique. Mr Bennet est un homme droit et bien élevé, qui aime se retirer dans sa bibliothèque et laisser sa femme s'occuper de la maisonnée. Mrs Bennet, est une jolie femme, obsédée par les futurs placement de ses filles : " Lorsqu'une femme a cinq filles en âge de se marier elle doit cesser de songer à ses propres charmes".Elle manque parfois de tact pour arriver à ses fins et peut être perçue comme une femme "vulgaire". D'ailleurs elle occupe son temps entre visite et potin.L'aînée des Bennet, Jane, est une jeune femme au grand cœur ayant de noble manière. Elle juge autrui de façon optimiste. C'est une personne délicate mais par moment, je l'ai trouvé un peu trop naïve . Son caractère se rapproche de celui de Bingley.En effet, Charles Bingley est une personne agréable, toujours de bonne humeur et qui tombe facilement amoureux. Il est d'ailleurs aussitôt charmé par la beauté et la douceur de Jane.Le point négatif dans ce personnage réside dans sa confiance sans limite face à ses proches qui arrivent à l'éloigner de Miss Bennet.Miss Elizabeth Bennet est le personnage central du roman. Tout comme sa sœur aînée, Lizzie a de bonne manière. Elle est certes moins belle que Jane, mais s'avère plus intelligente qu'elle. Lizzie a beaucoup de caractère et de la répartie dans ses propos.Dans ce roman, elle sera à la fois Orgueilleuse et pleine de préjugés.Orgueilleuse à la suite du refus de Mr Darcy de danser avec elle. En découle ses préjugés sur lui, qui seront amplifiés par Mr Wickham.Mr Darcy m'a fait penser à Mr Rochester dans Jane Eyre.Au premier abord, Mr Darcy est un jeune homme hautain et cassant dans ses propos. Par son haut rang social, il se croit permis de juger les personnes qu'il ne connaît pas. Il a beaucoup de mal à dialoguer avec les personnes qu'il ne connait pas . C'est un homme d'apparence brute et buté mais qui cache aussi une autre face de lui qui pourrait vous étonner.Les trois dernières soeurs Bennet sont beaucoup moins importantes et intéressantes.Mary Bennet, la troisième de la fratrie est la moins jolie de la famille. Pour combler sa laideur, elle passe ses journées à s'instruire, sans pour autant être intelligente. Elle travaille son piano, sans avoir de talent.Les deux dernières filles Bennet ont reçus une éducation beaucoup plus souple. Force est de constater que malgré leur jeune âge, elles peuvent assister aux bals et flirter à leurs aises.Kitty Bennet, 17 ans et Lydia Bennet ,15 ans sont toutes les deux superficielles et frivoles. Kitty se laisse entraîner par Lydia dans ses inconduites.La plume de Jane Austen est époustouflante, c'est très bien écrit sans être difficile à lire. L'auteure aborde encore ici un thème récurrent dans son œuvre : le mariage.Qu'il soit mariage d'argent ou mariage d'amour. Pour Mrs Bennet l'important n'est pas réellement le bonheur de ses filles, mais de parvenir à faire un mariage avantageux.A l'époque, chaque jeune fille à la sortie de l'enfance devait se marier pour ne plus être une charge pour ses parents. Après 25 ans, une fille pas mariée, est considérée comme "vieille-fille".C'est un roman qui nous parle aussi des inégalités sociales, des inégalités entre les hommes et les femmes...Même si j'ai beaucoup aimé ce roman, Persuasion reste pour moi son meilleur roman. Il faut dire aussi que je connaissais l'histoire avant de la lire, donc il n'y avait plus de suspense à la lecture. Je recommande bien évidemment ce roman.

Enigma
19/08/12
 

Depuis quelques temps déjà, j'avais envie de me plonger dans un roman de Jane Austen. Comme j'ai eu la chance de le remporter à un concours, je me suis dit que c'était l'occasion ou jamais...J'avais quand même quelques appréhensions malgré les nombreux avis élogieux sur ce roman, parce que j'ai un peu de mal avec les classiques...Au fur et à mesure de ma lecture, mes appréhensions se sont envolées. J'ai été charmée par le style de Jane Austen, son écriture, son histoire et surtout ses personnages.Je me suis indignée en même temps qu'Elizabeth, j'ai ri du comportement absurde de Mr Collins, Mrs Bennet, Lydia et Lady Catherine, je me suis peu à peu attachée à ce cher Mr Darcy. J'ai adoré le caractère bien trempé d'Elizabeth, j'ai aimé voir le changement de sa relation avec Mr Darcy au fil des pages, j'ai aimé ce roman en avance sur son époque !Ce roman donne la part belle aux femmes, qui ne sont pas seulement les personnes frivoles que l'on nous décrit dans d'autres romans de l'époque. Dans celui-ci, les femmes sont cultivées, intelligentes et n'hésitent pas à dire ce qu'elles pensent et à remettre les hommes à leur place !Vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé ce livre. Certes, ce n'est pas mon style de lecture habituel mais je pense que je me laisserai de nouveau tenter par un livre de Jane Austen...

Laetydu79
16/08/12
 

Orgueil et préjugés m’a paru être un roman centré sur les relations humaines, sur le regard que l’on porte sur son voisin, sur ses amis, sur des étrangers, et également centré sur le comportement de chacun. La bêtise de certains personnages est évidente, de même que le manque de retenu ou de bienséance. Jane Austen s’amuse de ces figures de femmes dont le comportement semble avoir tant de répercussions sur leurs proches, et sur ces hommes incapables de prendre une décision par eux-mêmes.Certes, l’orgueil et les préjugés sont légions dans ce livre, et ce sont des motivations suffisantes pour faire agir la plupart des personnages. Mais on pourrait citer aussi la méchanceté, la jalousie, la bêtise, l’ignorance ou la cupidité. Une belle galerie de portraits !Je me suis demandé qui j’avais préféré, ou à l’inverse, qui m’avait profondément déplu. Je crois que la palme du pire personnage revient pour moi à Lydia Bennett, qui est une égoïste écervelée, et à l’inverse, le personnage de M. Darcy m’a bien plu.

Estellecalim
09/07/12
 

C'est un roman que l'on pourrait qualifier de "sentimental" qui date du tout début XIXe (1813). Il est divisé en trois grandes parties qui sont elles-mêmes divisées en une multitude plus petits chapitres. J'ai aimé ce livre par beaucoup d'aspects que je vais essayer de reprendre dans cet avis. Commençons par les thèmes principaux qui comme indiqués par le titre de l’œuvre tournent autour des vices et reproches que l'auteure a envers la société de son époque. D'abord, il y a donc la vanité et la condescendance de certains personnages (comme la mère Bennet et Miss Bingley) mais il y a aussi les écarts sociales entre les familles, l'éducation des jeunes filles, les règles en société, la bienséance et pour finir le mariage qui est la préoccupation première de la mère d'Elizabeth. Par ces thèmes, j'ai bien senti que l'époque n'était pas la même, que la société n'attend alors pas la même chose des jeunes filles. Il s'agit effectivement de faire son entrée dans le beau monde, rencontrer beaucoup de connaissances, se faire inviter, trouver un jeune homme de bonne étiquette et se marier avec. Elizabeth rompt avec toute cette tradition. Elle n'est pas soumise et n'a pas peur d'exprimer ses idées sans détour au contraire de certains personnages, hypocrites et "trop sur la retenue". Du coup, c'est pour cela que je me suis attachée au personnage principal. Ce qui a aidé aussi est le fait qu'elle soit le seul personnage féminin à ne pas être décrite grossièrement, je pense même qu'à ce niveau, les autres personnages sont clairement des caricatures dont chacun des défauts est exagéré à l’extrême.On est bien loin de la sublime relation amoureuse entre deux des personnages et aussi, le sublime de caractère de Jane et d'Elizabeth (Jane est la moins caricaturée des sœurs de "Lizzy"). Au début considéré comme personnage antipathique et orgueilleux, M. Fitzwilliam Darcy change sous nos yeux sans qu'on s'en rende vraiment compte (même si on s'est attaché à lui, parce que c'est M. Darcy tout de même). Néanmoins, j'ai hâte de voir les adaptations cinématographiques de ce roman car l'ambiguïté de caractère des deux personnages centraux doit être assez dur à mettre en scène.Donc affaire à suivre en ce qui concerne ce visionnage. Aussi étonnant que cela puisse paraître, j'ai remarqué un défaut à ma lecture. J'ai aimé tout de livre, je l'ai même dévoré ! Mais la fin m'a laissé un peu perplexe, j'ai trouvé que l'intrigue se finissait abruptement, dans l'urgence et du coup, on n'a pas le temps d'apprécier cette jolie romance qui vient d'éclater entre les deux personnages. En un chapitre, tout le monde pardonne et tout le monde s'aime. Certes, c'est beau, c'est une histoire et il fallait bien une belle fin mais tout est trop vite dit. Sinon, comme je l'ai dit, et je tiens à me répéter sur ce point, j'ai adoré ma lecture. Si vous n'avez pas encore eu l'occasion de découvrir cette œuvre, je vous la conseille au plus haut point !

Titifra
17/06/12
 

Ce livre est tout simplement génial, passionnant, remplit d’humour et d’émotions. Jane Austen, arrive à nous emporter dans son Angleterre du 18ème siècle sans que l’on s’y ennuie le moins du monde.Nous suivons les “aventures” des sœurs Bennet, en particulier Elisabeth et Jane. Cette dernière ayant fait grande impression à Mr Bingley, leur nouveau “voisin”. Mme Bennet, follement ravie par cette nouvelle, use de milles et un stratagèmes pour rapprocher les jeunes gens, au grand damne de ses filles ainées. Mais ses plans pour marier Jane sont mit à rude épreuve car le mystérieux et hautain Mr Darcy veille au bonheur de son ami Bingley et à sa réputation!Si vous avez toujours rêver de bals, de grands romances, et de confidences au coin du feu ou au travers d’une lettre: lisez ce livre!!!!!

Nanieblue
15/06/12
 

Cette redécouverte d'Orgueil et Préjugés est définitivement une sacrée surprise. Peut-être parce qu'entre temps j'ai découvert le film avec Keira Knightley et Matthew Mac Fadyen (bon, l'histoire est également reprise dans le film Mariage à Bollywood...).Du coup, dix ans ont du passer entre ces deux lectures et tant mieux ! L'histoire d'Orgueil est Préjugés est connue par tous. Ou presque.Et je dois dire que pour une histoire de cette époque, surtout en littérature anglaise, elle est plus crédible que ce qu'on lit habituellement. Crédible pour ses sentiments, pas pour tout le reste...Qui n'a jamais été amoureux de quelqu'un qu'il ne supportait pas avant ? Cela dit l'inverse est surement plus fréquent ! Il est pourtant vrai que l'on dit que l'amour et la haine sont des sentiments proches, et je suis assez d'accord avec ça. Et encore plus après avoir lu ce livre de Jane Austen. Je pense que beaucoup de jeunes femmes s'identifient à Elizabeth au cours de la lecture et moi la première. Et comme l'histoire est racontée par elle, on subit totalement sa vision des choses et c'est sans doute pour ça que dans les 2/3 du livre, on a pas une très bonne opinion de Mr. Darcy.Sauf si, on connait déjà l'histoire, mais ça c'est autre chose. Cela dit, dans ce cas, on ne s'éloigne pas pour autant d'Elizabeth. Mais on a terriblement envie de la secouer en lui disant d'ouvrir les yeux ! Ça fait à peu près le même effet que lorsqu'on relit l'un de ses vieux journaux intimes...Ce n'est clairement pas une lecture pour moi :trop gnangnan, pas assez réaliste, beaucoup trop de passages inutiles... Mais j'en tire tout de même quelques bons points ! Au final, je suis heureuse de l'avoir relu et redécouvert.

MademoiselleLuna
05/06/12
 

Sans doute l’un de mes livres préférés, Orgueil et préjugés se lit et se relit toujours avec le même plaisir. La première fois ignorant tout des intrigues je me suis laissée surprendre par certains personnages, et j’étais heureuse de la fin. Aujourd’hui quand je le relis, c’est pour chaque fois l’apprécier d’une autre manière, faire attention à l’ironie et à l’humour qu’utilise Jane Austen dans son écriture, la manière dont elle se moque de ses personnages et chaque fois je suis pétrifiée de rire devant leur hypocrisie et leurs paroles. Heureusement Elizabeth remonte le niveau de tout ça (même si ses préjugés l’aveugle) et Darcy, le fantastique Darcy (oui j’en suis amoureuse). Je suis toujours aussi fan, et je ne m’en lasse pas. Pour avoir quasiment lu tous les Jane Austen, il reste mon petit chouchou (même si j’apprécie aussi énormément les autres). J’adore aussi voir et revoir le film de la BBC (vous savez celui qui dure 5 heures et qui est avec Colin Firth), qui respècte si bien le livre et l’histoire (jusqu’aux paroles des personnages). J’adore aussi le langage de cette époque, la manière dont c’est écrit, et le personnage d’Elizabeth, qui tout en restant dans les bonnes manières de l’époque est une femme qui a de l’esprit et de l’intelligence, avec des paroles mordante et qui n’hésite pas à dire ce qu’elle pense.

lasurvolte
25/12/11
 

J'ai lu ce livre parce que je l'avais déjà lu, mais jamais fini. Que dire ? L'histoire est limite tiré d'un arlequin, vu que c'est une histoire d'amour à l'eau de rose. Seulement, écrit sous le style victorien, et avec une héroine qui a un sacré caractère pour une fille de son époque. Ainsi, c'est un livre très agréable à lire si on aime le genre et je me demande comment j'ai fait pour ne pas le finir la première fois.Les personnages sont attachants, même si Mrs Bennett et Lydia me sortaient par les trous de nez. Darcy est vraiment bien et j'ai apprécié le découvrir - même si je le connaissait déjà grâce à un film -. Et puis, Jane est adorable, Mr Bennet génial et les Gardiner également. Par contre, il y a certaines fautes d'éditions, genre un mot qui manque ou Garcy au lieu de Darcy. Mais bon je n'y ai pas trop fait attention non plus.

yuukichanbaka
15/11/11
 

Ce livre m'a été prêté par une amie, c'est son livre préféré. Et là, moment gênant... Je n'ai pas du tout aimé ! J'avais l'impression de lire de la chick-lit du 19e siècle ! Je m'en fiche de savoir avec qui vont finir Jane et Elisabeth. Je vais essayer de lire Orgueil et préjugés et zombies, on verra si je l'aimerais plus que l'original !

Dahlia
31/10/11
 

Autant le dire tout de suite j'ai adoré ce livre ! Tout m'a plu dans ce livre: - L'écriture, si agréable avec ses belles tournures, ses anciens mots et ce beau français si bien utilisé (et pas une faute d'othographe ou de frappe !). Le tout est très fluide et les personnages sont parfaitement dépeints.- L'histoire : prenante du début à la fin (même si le sujet principal en est l'amour, on ne tombe à aucun moment dans le roman à l'eau de rose), le récit d'us si désués mais si charmants à découvrir, des personnages tous différentsVraiment, un beau livre ! je ne manquerai pas de lire d'autres oeuvres de Jane Austen Maylany

Maylany
26/09/11
 

Ah ! Grand Dieu ! Que dire de ce sublime roman ??? Je l'ai lu en une semaine, c'est amplement suffisant pour vous faire comprendre à quel point j'ai été absorbé par ce livre, par les personnages si attachants, par l'histoire à la fois drôle et tragique par moment, par l'écriture si habile et si fluide de Miss Austen... Pour tout vous dire, à chaque fois que je finissais un chapitre, dans lequel un personnage dévoilait un peu plus ses sentiments, je me mettais à glousser comme une jeune écervelée, je ne valais alors pas mieux que Kitty ou Lydia !! Mais quel bonheur d'avoir pu lire un tel livre !! Je le recommanderais à tout le monde, de tous âges, de tous sexes... Peu importe ! J'aurais aimé qu'il soit plus long...

feedoll
18/09/11
 

J'ai mis longtemps à lire ce livre. On commence lentement, doucement, on peine un peu à la lecture... Un peu comme dans chaque livre de Jane Austen. Et puis le rythme s'accélère, les actions également. Les hauts et les bas se rapprochent, et la fin arrive sans qu'on l'ait vue venir.A la fin, j'ai vraiment adoré ce livre, c'est devenu mon livre préféré, de même que son auteur.

HiendiMond
11/09/11
 

Dans notre monde actuel, où les relations de couple se font et se défont, où le divorce est rentré dans les moeurs au point que la moitié des couples qui se marient entameront un jour une procédure de rupture, où l'on vit "dans le péché" sans que cela ne choque plus, ce roman apporte un parfum suranné, désuet, mais pourtant déjà moderne. Alors que priment dans la plupart des mariages la raison et la nécessité de trouver un époux point trop gourmand en dot mais suffisamment pourvu en capital pour que l'avenir de votre fille soit garanti, Elizabeth apparaît comme une bouffée d'oxygène, refusant de s'allier avec son cousin pour assurer l'avenir de la famille, au grand désespoir de sa mère qui la voit déjà terminer vieille fille, et résistant au ténébreux Darcy tant que ses sentiments à son égards ne sont pas favorables (alors que bon, on ne peut pas reprocher au dit Darcy de ne pas avoir une situation !). Quand on pense qu'à l'heure actuelle, même chez les grands de ce monde, on se choisit par amour et non plus pour faire une alliance avec telle famille ou augmenter un patrimoine, ce livre a dû faire l'effet d'une révolution lors de sa publication en 1813 ! Miss Alfie, croqueuse de livres

MissAlfie
28/04/11
 

J'ai aussi apprécié que tous les personnages soient à un moment ou un autre trompés par les apparences. Bien-sûr, certains sont tellement attachés aux convenances qu'ils ne sortiront jamais de la sphère du paraître, et ceux-ci ont droit à un portrait au vitriol des plus exquis. D'autres sortent de cette sphère, grâce à l'amour principalement, et ces derniers auront la part belle dans ce roman. Néanmoins même Lizzy -qui est présentée comme la plus perspicace- est trompée plusieurs fois par l'apparence ou les préjugés. Du coup, je ne sais pas vraiment si on peut voir en elle un double d'Austen.Ainsi, même si ce roman contient des topoï littéraires, des scènes convenues (le fameux "et leurs yeux se rencontrèrent" figure bien dans ma traduction), il serait regrettable de s'arrêter à l'intrigue romanesque de cet opus. C'est donc avec délice que j'ai lu ce roman en une journée. Même si je connaissais l'histoire, je me suis surprise à la redécouvrir sous un nouveau jour.

leiloona
23/03/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.24 kg
  • Langage original : ANGLAIS