Oscar et la dame rose

SCHMITT, ERIC-EMMANUEL

EDITEUR : MAGNARD
DATE DE PARUTION : 03/06/06
LES NOTES :

à partir de
5,20 €

SYNOPSIS :

Oscar a dix ans et il vit à l'hôpital. Même si personne n'ose le lui dire, il sait qu'il va mourir. La dame rose, qui le visite et " qui croit au ciel ", lui propose, pour qu'il se sente moins seul, d'écrire à Dieu. A travers cette correspondance originale, le récit aborde, du point de vue de l'enfance, des questions philosophiques et existentielles : la maladie, la souffrance, le passage de
la vie à la mort, la rencontre avec l'autre et avec le mystère... Les nombreux passages de paroles rapportées permettront aux élèves de réfléchir, en même temps que les personnages, à ces interrogations fondamentales et de découvrir ou d'approfondir les techniques du dialogue argumentatif. En outre, l'appareil pédagogique est suivi d'une interview exclusive d'Eric-Emmanuel Schmitt.
40 personnes en parlent

J'aime beaucoup EE Schmitt et ce livre m'a été recommandé à la suite de ma lecture de "L'enfant de Noé".J'avoue que le sujet me faisait un peu peur : enfant, cancer, mort ... beaucoup de sujets délicats et le risque de sombrer dans le pathos.Mais c'est tout le contraire : ce livre dégage une humanité, un amour de la vie et des autres qui est formidable ! J'ai adoré la touche d'humour toujours présente, qui permet de ne pas trop basculer dans l'émotion.Ce livre est tout simplement "beau", il fait réfléchir en douceur sur notre peur de la maladie et de la mort.Une lecture pleine d'espoir et de sensibilité !"Il faut distinguer 2 peines, mon petit Oscar, la souffrance physique et la souffrance morale. La souffrance physique, on la subit. La souffrance moral, on la choisit."

Argantel
17/12/09
 

Un livre très court mais intense, ces lettres qu’un enfant malade adresse à Dieu sont poignantes et drôles, pleine de tendresse et d’innocence. Mais reste-t-on longtemps innocent quand on a dix ans et qu’on s’apprête à mourir ? Mamie Rose insuffle à Oscar une nouvelle vie à la veille de sa mort. En douze jours il vivra comme une vie entière, en accéléré. Le sujet est évidemment dur, mais Schmitt réussi à nous émouvoir, à nous faire rire et réfléchir sur la condition humaine, la religion chrétienne, ou plutôt la Foi.Ce texte fait partie d’une trilogie, Le cycle de l’invisible, qui regroupe Milarepa, (bouddhisme) et Monsieur Ibrahim et le fleurs du Coran (soufisme)

un flyer
13/02/09

Un roman épistolaire philosophique fascinant qui parle de l'existence et de la mort, de religion et d'athéisme, autour d'un enfant de 10 ans, cancéreux qui malgré sa prédestiné tragique profite du peu de temps qui lui reste à vivre à fond sa vie. Excellentissime.

Virago
13/12/12
 

Histoire drôle, émouvante, touchante, fraîche et innocente qui, après lecture, nous fait voir la vie différemment. Et si nous vivions chaque heure de la journée, comme si elle comptait pour dix ans ? Peut-être, alors, nous en profiterions plus….

Vous le saviez déjà grâce à ce tag, je suis un monstre sans coeur qui n'a pas pleuré devant le Tombeau des lucioles. Sachez-le, je n'ai pas non plus pleuré en lisant Oscar et la dame rose, dont on m'avait pourtant vanté les mérites d'humidification lacrymale. Il y a de bonnes idées, et des passages intéressants sur la façon dont chacun appréhende la mort. C'est loin d'être suffisant pour faire oublier la mise en scène des lettres qui ne tient pas la route (vous avez déjà retranscrit un dialogue, avec les répliques de chacun, introduites par des tirets, lorsque vous écrivez une lettre ?), alors que l'auteur aurait pu se contenter de faire raconter à Oscar ce qu'il avait envie de dire, point. Sans avoir besoin de justification factice ; on est dans un livre, on a bien compris le principe, qu'on allait nous raconter une histoire, on voit l'idée générale de lire un bouquin, quoi. Ensuite, vous en connaissez beaucoup, des mômes de 10 ans qui utilisent des mots comme "enjoliver", "risette", "cavalcade" ou "grabataire" ? Le fait que beaucoup de questions tournent autour de Dieu m'a un peu gonflé aussi, mais ça c'est perso. Enfin globalement j'ai eu l'impression qu'on essayait de me vendre une jolie idéologie bien lisse, un malade forcément plein de courage, qui arrive à réconforter ses proches, qui ne souffre pas, qui meurt bien joliment et bien proprement surtout... Ajoutez à ça que j'avais une édition pour les collégiens ponctuée de commentaires et de questions pédagogiques qui m'ont coupé la lecture, vous l'aurez compris, je n'ai décidément pas aimé. Par contre, je vous conseille Quand vous lirez ce livre de Sally Nichols, qui m'avait beaucoup ému sur le même thème d'un enfant malade en phase terminale. http://chezradicale.canalblog.com/

Radicale
17/12/11

Oscar est un petit garçon malade très touchant qui nous fait vivre, à travers les lettres qu'il écrit à Dieu, tous les jours où il parle de ses petits problèmes de petit et de grand. Il se rajoute 10 ans chaque jour et vit comme s'il grandissait à ce rythme. Il mûrit en même temps et on le re-découvre à chaque lettre ! Il est accompagné de Mamie Rose, personnage fort et attachant en même temps, qui est toujours là pour lui (bien plus que ses parents !). Les autres personnages m'ont plu tout autant, comme Peggy, l'amoureuse secrète d'Oscar ou Bacon et Pop Corn.La fin est prévisible mais elle ne perd rien de son intensité ! La dernière lettre nous touche encore plus que toutes les précédentes et on referme ce livre avec tristesse tout de même.J'ai beaucoup aimé ce livre, c'est une belle leçon de vie.

edesante
14/06/11
 

Waaaaah ! Sans conteste, l’un de mes coups de cœur de l’année. Merci Liyah !Je souhaitais lire ce livre depuis très longtemps, mais je repoussais l’échéance à chaque fois, de peur d’être trop bouleversée par cette histoire. Dison que depuis 2005, il y a certains thèmes que je ne me sens pas du tout en mesure d’aborder en littérature, et celui-ci en fait partie. Certes, j’aime être touchée, voire bouleversée par un bouquin, mais je ne sui pas non plus complètement maso… Bref, je renâclais, jusqu’à ce que sur un coup de tête, en pleine nuit, je me lance dans la lecture de ce tout petit livre. Alors, certes, j’ai serré les dents tout au long de ma lecture, pour finalement terminer dans un état lamentable de larmes, mais j’ai vraiment adoré, et je regrette juste de ne pas avoir osé le découvrir plutôt. Je crois même que je le relirais !Le sujet est très grave, d’autant plus que dès le départ aucun doute n’est laissé sur la fin, et pourtant on ne tombe jamais dans le glauque, dans le morbide. Il ya beaucoup d’humour, de tendresse, de douceur dans ce livre. Oscar est un petit bonhomme super attachant avec sa franchise et les quelques lettres qu’il nous laisse, suffisent à nous donner l’impression qu’on le connait depuis toujours. Et si j’ai terminé en larmes, je dois bien avouer que j’ai souvent eu le sourire au cours de ma lecture.Enfin, j’ai beaucoup aimé le regard porté sur la religion dans ce livre. L’auteur nous parle de Dieu avec de très belles images, mais aussi très simplement, avec candeur, mais sans pour autant tomber dans la niaiserie.Bref, beaucoup d’écueils possibles que l’auteur a admirablement évités, pour une petite merveille que je vous recommande chaudement.

un flyer
13/05/11

Un véritable coup de coeur pour ce roman épistolaire que j'ai dévoré ! Dans ce livre, Oscar, 10 ans, s'adresse à Dieu car il va mourir et la dame rose le lui a conseillé.Tout au long de ces lettres on voit Oscar grandir et s'éveiller à la vie, à son sens. Ce livre est bouleversant, il met des mots sur quelque chose d'inadmissible et de révoltant : la mort d'un jeune enfant. J'ai trouvé ce récit bouleversant, il a renforcé mes croyances et m'a permise de remettre en question les idées que j'avais. Je pense que ce livre pourrait apaiser les esprits en quête de réponses, dans cette situation. C'est une belle leçon d'amour.

Smelinou
19/01/16
 

Oscar ... Oscar est tellement mignon . Ce petit garçon atteint du cancer qui écrit à dieu, c'est tellement touchant. Les personnages sont très attachants . Le livre est court mais très intense. Un livre bien mené. Maya Faucon

mayafaucon
20/03/15
 

« Voici les lettres adressées à Dieu par un enfant de dix ans. Elles ont été retrouvées par Mamie Rose, la « dame rose » qui vient lui rendre visite à l’hôpital pour enfants. Elles décrivent douze jours de la vie d’Oscar, douze jours cocasses et poétiques, douze jours pleins de personnages drôles et émouvants. Ces douze jours seront peut-être les douze derniers. Mais, grâce à Mamie Rose qui noue avec Oscar un très fort lien d’amour, ces douze jours deviendront légende » (quatrième de couverture).Des mots simples pour parler de la maladie. Sans pathos et avec un humour déroutant, l’auteur fait écrire à cet enfant des lettres magiques. Avec un soupçon d’imagination, l’enfant s’invente une vie finalement bien remplie. Les tracas de l’adolescence, les joies du bonheur conjugal, l’adultère, la foi… Finalement, ce petit roman de 100 pages nous emmène bien au-delà des quatre murs d’une chambre d’hôpital. Mo'

Mobd
21/02/15

Oscar a 10 ans. Il vient d'apprendre que son dernier espoir de guérison - la greffe de moelle osseuse - a échoué. Il pose à son entourage la question : « alors, je vais mourir ? » Tout le monde esquive la difficile réponse sauf Mamie-Rose. Il se noue entre l'enfant et cette "dame en rose", visiteuse d'hôpital, une relation très forte fondée sur la confiance.Mamie-Rose invitera Oscar à écrire à Dieu et bien que peu convaincu, chaque jour, Oscar écrira sa lettre en faisant un voeu. Il Lui écrira comme on écrit au Père Noël ou à un copain. Puis, Mamie-Rose inventera un jeu pour aider Oscar à mieux vivre la suite.À lire absolument. Encore un roman exceptionnel d'Éric-Emmanuel Schmitt, que l'on dévore en 2 ou 3 heures ! Quel talent et aussi quelle émotion ! Oscar parle et agit avec une innocente franchise, sans rien dissimuler de ses pensées et de ses sentiments. C'est la fraîcheur et l'ingénuité de l'enfant traitant les sujets graves de la maladie et de la mort. Et aussi, quel humour, quelle drôlerie ! Des phrases tellement vraies qui vous retournent : "L'hôpital, c'est le pied si tu es un malade qui fait plaisir ; moi, je ne fais plus plaisir... Quand le Dr D m'examine le matin, le coeur n'y est plus, je le déçois. Il me regarde sans rien dire, comme si j'avais fait une erreur.... J'ai compris que j'étais devenu un mauvais malade, un malade qui empêche de croire que la médecine, c'est formidable"Marie-France B.

Oscar, dix ans, est atteint d’une leucémie. Hospitalisé depuis déjà longtemps, il reçoit régulièrement la visite d’une dame rose, une bénévole dont la mission est de soutenir moralement les enfants malades. Affectueusement surnommée Mamie-Rose par le jeune garçon, elle semble symboliser pour lui tout ce que ses parents ne sont pas à ses yeux : le courage, la présence et le réconfort. Mamie-Rose, pleine d’une sagesse et d’une force qu’Oscar lui envie, lui conseille d’écrire une lettre par jour à Dieu, un jour représentant désormais dix ans de la vie d’Oscar. C’est alors que le lecteur découvre ces douze lettres, qui retracent la vie désormais accélérée du jeune garçon. Il est avec ses amis, tombe amoureux, vit des histoires de "grand". On en oublierait presque la maladie… Presque…Comme indiqué précédemment, le récit du quotidien d’Oscar se présente sous la forme épistolaire. C’est une forme d’écriture que j’aime retrouver dans un roman, car je pense qu’elle permet d’ancrer davantage le récit dans le réel, en rendant le lecteur acteur de l’histoire, comme s’il s’agissait de vraies lettres reçues ou trouvées.J’ai été touchée par le combat d’Oscar contre la maladie, par la force de caractère de ce personnage. Quoi qu’il arrive, il ne se démonte pas face aux différentes choses qui rythment son quotidien : sa déclaration à Peggy Blue, son amoureuse, sa réaction affirmée face aux adultes qui l’entoure, le médecin, les parents… En revanche, au début de ma lecture, je trouvais le langage adopté un peu trop soutenu par rapport à son âge, mais je me suis ensuite fait la réflexion que lorsque un enfant est malade, il est en quelque sorte obligé de grandir plus vite que les autres enfants, ceci pouvant alors expliquer le discours tenu par Oscar. Au fil des lettres, on s’attache à ce garçon, on est vite touché par cette forme d’humour tendre qui semble caractériser sa personnalité.J’imagine, en tentant de prendre un peu de recul par rapport à l’histoire, que se glisser dans la peau d’un enfant d’une dizaine d’années (qui plus est malade) lorsque l’on est un adulte n’a pas dû être chose facile. C’est cependant selon moi un défi plutôt bien relevé. L’auteur a su éviter le pathos à l’excès et conserver ainsi, malgré une fin douloureuse et triste, une touche de vie et de courage qui marque forcément l’esprit de ses lecteurs. Mel (Lis-moi si tu veux)

un flyer
05/12/13

Oscar, un petit garçon de 10 ans, vit à l'hôpital car il a une grave maladie qui ne lui laisse plus que peu de temps à vivre. Afin de ne pas gaspiller ce temps et de le vivre à 100%, la dame rose qui s'occupe de lui va accélérer ce temps et lui faire vivre une vie entière en quelques jours.Un livre absolument magnifique sur la mort mais aussi sur la vie qu'il faut impérativement lire !

saomalgar
26/08/13
 

Eric Emmanuel Schmitt, auteur que j’affectionne particulièrement, non pas parce qu’il est né près de chez moi, mais parce qu’il a l’art de nous convier dans des histoires emplies d’humanisme. J’aime le travail singulier qu’il apporte à la psychologie des personnages.C’est un livre qui remet les choses à leur place, une claque qui fait du bien. Une lecture agréable, triste, humoristique…Ce livre m’a tellement plus que je l’ai fait lire à presque toutes mes connaissances. C’est un descriptif pertinent des différentes étapes de la vie, de la maladie, de la mort, de l’amour …Un livre à lire et à relire.

Metaphore
25/05/13
 

Petite histoire par sa taille (une centaine de pages), mais un magnifique bouquet de tendresse dans la relation de Rose, infirmière, et Oscar, le petit garçon lucide devant ce qui fait peur aux plus âgés: la Mort. A lire d'urgence ! michèle53

michele13
11/05/13
 

Les lettres d’Oscar sont très touchantes et on se prend totalement au jeu des 10 ans gagnés chaque jour. On sait très bien comment cela va finir, on le découvre dès le début avec Oscar, c’est lui qui nous l’annonce. Et c’est justement assez émouvant de voir comment il réagit, comment un si petit garçon peut accepter une nouvelle pareille, réagissant mieux que certains adultes.C’est aussi très émouvant de voir les autres enfants malades, de découvrir ce qui les amène ici, comment ils le vivent, de voir leur vie de tous les jours à l’hôpital.Les hésitations, la non croyance en Dieu d’Oscar, qui pourtant accepte de lui écrire chaque jour, chacune de ces douze lettres montre son évolution vis-à-vis de ce qu’il croit ou non. J’ai aussi trouvé la relation entre Oscar et mamie Rose très mignonne. Les deux personnages sont très attachants et on sent bien l’amour qu’il y a entre eux.Maintenant, j’ai bien envie de voir l’adaptation cinéma qui a été faite … Peut-être que je serai déçue, enfin bon, à l’occasion je le regarderai je pense !

Loucy
15/03/13
 

J'ai beaucoup aimé ce petit livre parfois drôle, toujours très émouvant mais sans pathos. Il aborde des problèmes lourds; la maladie d'un enfant, la mort, l'espoir d'un au-delà .La dame rose est merveilleuse, elle fait vivre toute une vie à l'enfant en quelques jours; celui-ci écrit à dieu berthe

afbf
13/12/12
 

Un très joli livre à l'histoire universelle : l'enfance, la maladie, la mort... L'écriture de l'auteur très accessible rend cette histoire encore plus touchante et lumineuse, regorgeant d'humanité. Dans la préface, Eric-Emmanuel Schmitt nous explique que très jeune il a fréquenté les hôpitaux en compagnie de son père, kinésithérapeute, et qu'il a reçu ainsi une bien étrange éducation: "j'évoluais dans un monde où le normal n'était pas la norme, un monde où la maladie passait pour habituelle et exceptionnelle la bonne santé, un monde où certains pensionnaires disparaissaient, non parce qu'ils étaient rentrés chez eux, mais parce que la maladie les avait emportés. Très vite, pour moi, la mort fut proche, voisine, accessible, une rôdeuse qui tourne autour de nous avant de nous mordre. Contrairement à tant d'enfants - et d'adultes -, je ne me crus pas longtemps immortel".

dvan
13/12/12
 

Livre court mais très beau, l'histoire du petit Oscar est tellement belle, à la fin on pleure.. Il ne faut surtout pas oublier que c'est un Éric-Emmanuel Schmitt.. Mandy.

Mandy05
27/09/12
 

Un tout petit livre magnifique ! Pour moi, ce fut une relecture mais toujours aussi plaisante ! L'histoire est très touchante... Pour la deuxième fois, j'ai pleuré à la fin du livre, Oscar est si mignon ! Je vous le conseille vraiment, il fait 100 pages et se lit en une demie heure ! LectureForever ( skyrock+wordpress)

LectureForever1
17/09/12
 

C'est un livre que je voulais lire depuis un bon moment. J'ai entendu parler du film et l'histoire me plaisant beaucoup j'ai voulu lire le livre avant de voir le film. Et quelle surprise ! C'est un livre très émouvant. Durant ces douze lettres qu'Oscar envoie à Dieu sur les conseils de Mamie Rose, on peut suivre sa vie à l'hôpital et ses sentiments... Mamie Rose est une personne très importante pour Oscar car elle est la seule personne extérieure à l'hôpital qu'il voit régulièrement. Oscar souffre beaucoup de sa maladie et on se rend vite compte de la relation difficile qu'il entretient avec ses parents puisque ceux-ci souffrent de voir leur fils dans un tel état. Mamie Rose propose donc à Oscar de s'adresse à Dieu pendant douze jours en imaginant que chaque jour représente dix ans de sa vie. C'est en jouant à ce jeu qu'Oscar va affronter toutes les étapes de la vie et grandir. Il va connaître l'amour avec Peggy Blue... Mamie Rose lui raconte sa vie de catcheuse pour le distraire et lui donner l'envie de croire en la vie. La dernière lettre est vraiment émouvante car elle a été écrite par Mamie Rose... Même si la fin est largement prévisible, le fait que ce soit Mamie Rose qui nous l'annonce est très bouleversant. C'est un livre magnifique et très touchant qui se lit très vite et je ne regrette absolument pas de l'avoir lu. Stories-of-books

storiesofbooks
15/09/12

Oscar atteint d'une grave maladie, il va mourir, une visiteuse médicale qu'il aime beaucoup lui conseille d'écrire à Dieu, même si Oscar n'est pas convaincu. C'est au travers cette correspondance que le lecteur partage un moment avec Oscar. Ce petit bonhomme va accélérer le temps qui lui reste changeant les minutes en années... il vivra ainsi sa vie jusqu'au bout, jusqu'à 110 ans... Très joli conte philosophique sur la vie, la mort, la maladie, belle leçon à nous les adultes, parents ou médecins !A lire absolument.

celix
31/07/12
 

Woaw !Ce livre est un vrai condensé d'émotions : on lutte totalement contre les larmes. On veut faire bonne figure, les écrits sont positifs, mais moi, je n'ai vu que la finalité...On sait que ça va mal se terminer, c'est clairement écrit, mais on ne sait pas tout à fait quand, ni comment...J'ai toujours entendu dire que, face à la maladie, ce sont toujours les proches qui le vivent le plus mal. Et dans Oscar et la dame rose, c'est exactement ça.Lui, il continue à vivre, avec l'aide de Mamie Rose, mais le temps semble s'être arrêté... Je ne sais pas trop comment l'expliquer, mais j'ai eu l'impression d'un flottement dans ce livre, comme quand on profite réellement d'un évènement et qu'on y repense après. Je crois que ce livre de Eric-Emmanuel Schmitt se résume à ça : à un moment de bonheur qu'on voudrait éternel.J'espère que je ne suis pas trop en train de tout spoiler là... Mais pour ma défense, il est très difficile de parler de ce livre.Oscar et Mamie rose sont vraiment deux personnages très attachant, qu'on aimerait tous connaitre.J'aimerais bien être Dame rose, un jour, plus tard. Je crois que c'est important d'offrir de son temps à des personnes qui n'en ont plus beaucoup, d'être un élément extérieur à qui l'on peut parler sans être jugé. Bref, j'admire Mamie rose !Bizarrement, j'ai été un peu déçue par la fin, mais j'ai bien l'impression que je suis la seule. C'est celle qui est sensée être la plus chargée en émotion, qui explique tout, la dernière qu'on lit et donc la meilleure et pour le coup, elle ne m'a pas du tout convaincue. Je l'ai trouvé limite surfaite. Je sais que beaucoup de lecteurs ne seront pas d'accord avec ce que je viens de dire, mais je l'aurais préférée plus simple, peut-être plus larmoyante (sans trop en faire bien sur). Mais là, j'ai l'impression que les sentiments ne sont pas là...

MademoiselleLuna
06/06/12
 

Un livre magnifique qui traite de la maladie et de la mort d'un enfant, mais qui est tellement bien écrit qu'il n'est pas triste, bien au contraire. On y retrouve toute la finesse d'Eric-Emmanuel Schmitt.

fdm77
31/05/12
 

Ce livre est une petite merveille. Je n'irai pas jusqu'à dire que c'est un coup de coeur, mais ce livre, très émouvant, raconte une histoire originale. Je trouve cela toujours difficile de lire une histoire avec un petit garçon malade. Oscar est tellement jeune et il a vécu déjà tellement d'épreuves. On se plonge littéralement dans la petite vie d'un jeune garçon hospitalisé qui se lie d'amitié avec une ancienne catcheuse. Cette dernière lui donne une idée merveilleuse, et c'est cette idée que je trouve si original. Ainsi, le petit garçon, à sa manière, passe de l'enfance à l'adolescente, puis à l'âge adulte. Il se sert de ce qu'il a vu et vécu pour s'imaginer à 30 ans puis à 40 ans et ainsi de suite. Un livre que je conseillerais sans problème et qui laisse quelques larmes s'échapper, surtout pour ceux qui n'ont pas vu le film... Instant-litteraire

Instantlitteraire
23/04/12
 

J'ai été bouleversée par cette histoire que j'ai écouté en audio-guide raconté, avec énormément de talent, par l'auteur. J'avais tort d'avoir peur du thème. Eric Emmanuel Schmitt le traite avec un savant dosage de pudeur et d'humour. Comme dans M. Ibrahim et les Fleurs du Coran (les deux romans font partie du Cycle de l'invisible, composé de cinq romans autour de la religion) que j'avais aussi aimé, le roman traite de la difficile relation parent/ enfant qui nécessite parfois les conseils d'une personne extérieure. Moi qui suis athée, je n'ai pas été gênée du tout par l'aspect religieux qui n'est finalement qu'un prétexte ici.

cocalight
21/04/12
 

Roman émouvant et drôle sur un sujet sensible : la maladie et la mort d'un enfant. Le fait qu'on soit du côté du malade on a moins de pathos que lorsqu'on est du côté des proches. E-E Schmitt en fait un être lucide et en même temps rêveur comme un enfant.Très belle lecture. http://ramettes.canalblog.com/archives/2012/04/05/23937963.html

ramettes
11/04/12
 

Oscar a une maladie très grave, il décide d’écrire des lettres à Dieu. Il lui raconte ses peines, ses joies, ses doutes. Près de lui Marie Rose qui vient lui tenir compagnie et qui s’attache à cet enfant. De la tendresse se dégage de ce livre malgré le sujet très dur et révoltant, cet enfant est joyeux et émouvant. Beaucoup d’amour. Nena

nena1
18/02/12
 

L'auteur parle de la vie, de la maladie, de la mort, avec humilité et humour. Parce qu'au fond ses tragiques réalités, il vaut mieux les vivre avec cette philosophie non ? si l'on ne veut pas sombrer dans le désespoir.Oscar a dix ans, il souffre d'une leucémie, il vit à l'hôpital où chaque jour, Mamie-Rose (la dame rose) vient le voir. Ensemble, ils parlent de la vie, en toute simplicité, et de la mort qui approche. Oscar sait très bien qu'il doit mourir, il tient à profiter pleinement de ses derniers jours. Mamie-Rose lui propose de vivre chaque jour comme s'ils comptaient pour dix ans. Afin de ne pas perdre espoir et de se sentir en vie, il écrit douze lettres décernées à Dieu, où il raconte les douze derniers jours de son existence en détails. Pendant ces douze jours, il tente de vivre comme l'on devrait vivre à l'âge qu'il a. Par exemple, lorsqu'il tombe amoureux de Peggy Blue, une petite fille à quelques chambres de la sienne, au deuxième jour, il prévoit de se marier, car il est déjà dans la vingtaine. Le texte peut paraître parfois simpliste, car ce ne sont que des paroles d'enfants, cependant Oscar fait appel à plusieurs caractères philosophiques qui sont bien mis en évidence dans le livre. Au douzième jour, Oscar meurt à un peu plus de cent dix ans... Moult petites phrases sont à méditer comme : "Si je m'intéresse à ce que pense les cons, je n'aurais plus de temps pour ce que pensent les gens intelligents".Ce court roman fait partie d'un cycle "Le cycle de l'Invisible" qui traite des religions. Il comprend 4 romans : Milarepa, Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, Oscar et la dame rose, l'Enfant de Noé. Une bibliothécaire du 33

oops
26/08/11
 

Avoir 9 ans, être malade, et se savoir condamné…….Avoir 9 ans, ne pas pouvoir vivre sa vie d’enfant, et devant être une grande personne bien avant l’heure………Oscar, comme tous les enfants malades, est d’une maturité à couper le souffle, mais garde une petite parcelle d’enfance."On fait comme si on venait à l’hôpital que pour guérir. Alors qu’on y vient aussi pour mourir" p 18Oscar, se sent seul ; il "sait tout" alors que son entourage tente de lui faire comprendre le contraire. Durant son ultime séjour hospitalier il s’adresse à Dieu dans 13 lettres. Ces lettres sont pleines de sagesse, de tendresse, Il sera accompagné par la dame rose, qui sera pour lui un grand soutien, et, un guide spirituel sans en avoir la moindre prétention."Nous oublions que la vie est fragile, friable, éphémère. Nous faisons tous semblant d’être immortel." p18"Oscar, la maladie, c’est comme la mort. C’est un fait, Ce n’est pas une punition." p 70Pour émouvant qu’il puisse être, ce livre, n’en est pas moins tendre et humoristique parfois.L’auteur a adopté un style qui correspond à celui d’un gamin de l’âge d’Oscar, mais avec les réparties d’un petit homme qui a grandi plus vite que les autres.La dernière lettre à Dieu, est celle de la dame rose ; et c’est la plus émouvante.Une lecture facile, juste assez prenante mais pas trop, mais qui a été agréable, et, qui tombait parfaitement bien après une précédente lecture qui occupe encore une large place dans mon esprit .Une lecture de transition, en quelque sorte.

mimipinson
15/06/11
 

Oscar a 10 ans et il va mourir, il le sait, le cancer va avoir raison de lui. Il aimerait bien que tout le monde arrête de le regarder avec cet air de chien battu.Il s'adresse à Dieu dans des lettres retrouvées par Mamie Rose, la dame qui vient lui rendre visite à l'hopital. C'est elle qui lui a conseillé de lui livrer ses pensées pour éviter qu'elles ne lui pèsent. Il y exprime ses peurs, ses incompréhensions, son amour pour la petite Peggy.Selon la légende des jours divinatoires que lui conte Madame Rose, chaque jour compte pour 10 ans. Ainsi, Oscar pendant ses 12 derniers jours va passer par tous les âges de la vie pour mourir à 130 ans...Ce sont ces 12 jours qui nous sont contés avec imagination, émotion, humour et poésie.Ce livre est bouleversant, ce petit garçon a une parfaite conscience de ce qui va lui arriver et refuse que l'on s'apitoie sur son sort. "La vie, c'est un drôle de cadeau. Au départ, on le surestime, ce cadeau : on croit avoir reçu la vie éternelle. Après; on le sous estime, on le trouve pourri, trop court, on serait presque prêt à le jeter. Enfin, on se rend compte que ce n'était pas un cadeau, mais juste un prêt. Alors on essaie de le mériter. Plus on viellit, plus faut faire preuve de goût pour apprécier la vie. On doit devenir raffiné, artiste. N'importe quel crétin peut jouir de la vie à dix ou à vingt ans, mais à cent, quand on ne peut plus bouger, faut user de son intelligence."Un petit bijou ce roman. L'avis de Lilly et ses livres, la blogueuse de la conjuration des livres vénère ce petit roman qui ne tombe jamais dans la sensiblerie ou les bondieuseries.A lire et relire !

lucie38
22/05/11
 

« Cher Dieu, Je m'appelle Oscar, j'ai dix ans, j'ai foutu le feu au chat, au chien, à la maison (je crois même que j'ai grillé les poissons rouges) et c'est la première lettre que je t'envoie parce que jusqu'ici, à cause de mes études, j'avais pas le temps. » (page 9).En fait, Oscar vit dans un hôpital avec d'autres enfants malades : Bacon, Einsten, Pop Corn, Peggy Blue, Sandrine, Brigitte.Il a une leucémie et la chimio n'a pas fonctionné, la greffe non plus... Ce qui désespère ses parents, le docteur Düsseldorf et les infirmières mais pas Mamie-Rose, une vieille dame, ancienne catcheuse, qui rend visite aux enfants hospitalisés. Elle lui conseille d'écrire à Dieu et aussi de vivre chaque jour comme si c'était 10 ans de sa vie. « Regarde chaque jour le monde comme si c'était la première fois. » (page 95).Ce récit contient donc les douze lettres (une par jour) qu'Oscar consent à écrire à un Dieu dont on ne lui a jamais parlé auparavant et auquel il ne croit pas.Par ailleurs, Oscar aime bien Peggy Blue, il veut la protéger des fantômes (clin d'œil à Peggy Sue et les fantômes de Serge Brussolo paru en 2001 ?) mais elle a déjà un petit copain.Je découvre l'écriture d'Éric-Emmanuel Schmitt avec ce livre et mon avis est mitigé.[...] Catherine de La culture se partage

Catherine2
21/05/11
 

Oscar, est un petit garçon de dix ans, qui a une leucémie, et va bientôt mourir. Ses parents, trop tristes, ne veulent pas le voir. Mais Oscar les entend parler et est déçu de leur attitude. Mamie rose passe du temps avec lui, pour qu'il se sente bien. Elle s'invente des aventures hors du commun, se dit ancienne championne de catch pour amuser le petit Oscar. Elle a alors une idée : chaque jour il prendra dix ans, et elle l'encourage à écrire à Dieu. Le lecteur lit ces lettres, vivant avec Oscar son adolescence, son passage à l'âge adulte, et la viellesse. Le petit Oscar parle de son amour pour Peggy Blue, de ses aventures avec les autres enfants malades.Oscar est terriblement attachant. En quelques jours,il devient mature, plus mature que beaucoup d'adultes. Lorsque je lisais ses lettres, j'avais parfois envie de rire, parfois envie de pleurer. Envie de rire car ce qu'il raconte parfois est vraiment comique. Envie de pleurer tellement c'est triste. La dernière lettre est particulièrement touchante. Dans cette lettre, il parle de la vie, de la mort, et finalement, ce que certains mettent une vie entière à comprendre, lui, il l'a déjà compris. Du haut de ses dix ans, c'est déjà un adulte, et il fait face à la mort avec beaucoup de courage.Oscar et la dame rose , c'est une histoire touchante, une véritable leçon sur la vie.

EmmaBovary
26/04/11

Roman très court plein de tendresse.Oscar, adorable petit bonhomme, nous emmène avec lui sur le chemin de la maladie et de la mort.La manière de traiter un sujet si grave est originale et assez réussie.

Ninie
15/02/11
 

Ce n'est pas un roman au thème facile et je crois qu'il faut choisir le bon moment pour le lire. Après en avoir entendu parler à de nombreuses reprises, je me suis lancée à mon tour dans cette lecture. C'est un tout petit livre, de cent pages pour cette édition, mais dès les premières pages il nous envoûte. En ouvrant ce livre, je m'attendais à avoir le coeur serré, et je l'ai eu (notamment sur la fin que l'on sait inévitable), mais je ne m'attendais pas à sourire autant. Oscar est un petit-bonhomme spontané et touchant. L'auteur en choisissant de le laisser parler à aussi fait le choix d'une écriture d'enfant avec sa familiarité, ses réflexions. Mais c'est loin d'être gênant, au contraire cette écriture apporte toute sa fraîcheur au roman. En quelques phrases courtes, Oscar énonce des vérités qu'il découvre par lui-même. Et puis, ces phrases à priori simplistes, ont leur propre charme. C'est un de ces livres où on peut pêcher de jolies citations."J'ai compris que je suis devenu un mauvais malade, un malade qui empêche de croire que la médecine, c'est formidable." J'ai également apprécié le choix de l'auteur qui a décidé de ne pas accentuer le drame. C'est avec douceur et tendresse qu'il évoque les derniers jours d'Oscar, laissant presque la maladie de côté, au profit de cette vie fictive que se construit le garçon au fil des jours. Un petit roman qui propose également de belles réflexions. "[...] regarde chaque jour le monde comme si c'était la première fois"Si ce n'est pas le coup de coeur, ça s'en rapproche de très près. C'est une jolie perle que je vous conseille.

Lunasirius
15/02/11
 

En quelques pages, Eric-Emmanuel Schmitt m'a fait pleurer.Il y a Oscar qui est condamné et qui le sait, petit bonhomme de 10 ans qui s'en ira sans avoir connu la vie. Oscar a dix ans, atteint d'une leucémie, la greffe n'a pas prise et même si personne n'ose le lui dire, il sait qu'il va mourir. Il est devenu un malade à part "j'ai compris que je suis devenu un mauvais malade, un malade qui empêche de croire que la médecine, c'est formidable". "Mamie-Rose fait partie des blouses roses qui viennent rendre visite aux enfants malades. Oscar s'est lié d'amitié avec Marie-Rose,ancienne catcheuse, qui vient le voir désormais tous les jours. Les parents d'Oscar habitent loin et leur jour de visite c'est le dimanche. Oscar leur en veut de ne pas lui dire qu'il va mourir. Mamie-Rose lui raconte ses anciens combats de catch mais surtout elle va permette à Oscar de vivre en quelques jours une vie d'adulte. Un jour qui passe correspond à 10 ans. Oscar joue le jeu et tous les soirs écrit à Dieu comme le lui a conseillé Mamie-Rose.Oh que oui, j'ai pleuré...Car dans ce livre, Oscar, se pose des questions existentielles : la vie, la mort, Dieu. En quelques jours, il nous raconte la vie d'un adolescent qui va devenir un jeune homme : le mariage, la vie de couple, la vieillesse... c'est beau, très beau. Ses lettres écrites à Dieu sont innocentes et sincères. Devant Mamie-Rose, on ne peut qu'éprouver de l'humilité car à travers son personnage, il s'agit d'un hommage à toutes les Blouses roses anonymes qui donnent de leur temps auprès des enfants malades. Mamie-Rose va amener Oscar à accepter la mort sereinement. Et du statut d'enfant qui va mourir, il rassure son docteur , ses parents.Une lecture très, très émouvante et qui a été une claque.. .Je peux simplement dire qu'en peu de pages, Eric-Emmanuel Schmitt nous amène très loin.Un coup de coeur pour ce livre dont la portée nous amène à nos poser des questions. http://fibromaman.blogspot.com/

clarac
27/07/10
 

Comme beaucoup je fus très ému par ce livre court et fort à la fois. Une vie en 12 jours, plus que ça, apprendre à accepter la mort en douze jours... Cela fait réfléchir sur le sens de la vie. Soyez heureux un instant, cet instant c'est votre vie...

shoremir
10/05/10
 

******** Sans tomber dans le mélodrame, avec son sujet d'enfant mourant, Schmitt nous donne une leçon de vie tout en douceur avec une qualité d'émotion exceptionnelle. Je ne me souviens pas d'avoir lu un texte court qui m'a autant marqué…

Les derniers jours d'un enfant de 10 ans vécus à l'hopital....un livre drôle, poignant qui fera fondre les coeurs les plus durs....on s'attache vite à Oscar qui reçoit les conseils avisés de Mamie Rose....mais au fond c'est lui qui nous touche au coeur car l'essentiel est atteint....prendre soin de notre relation aux autres.

springfield
18/11/09
 

Condensé d'émotions Avec une honnêteté hors du commun et un humour à toute épreuve, une infirmière va aider Oscar à y voir clair dans sa courte vie, à en cerner l'essentiel, et à en vivre le meilleur. Oscar nous délivre un beau message d'espoir : il convient d'apprendre, avant tout, à oser vivre sa vie, puis à accepter sa mort.

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.11 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition