livre out
EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 04/05/06
LES NOTES :

à partir de
21,30 €

SYNOPSIS :

Dans une usine de Tokyo, quatre femmes, - Masako, Yoshie, Kuniko et Yayoi -, effectuent le service de nuit sur une chaîne particulièrement rapide, leur tâche consistant à remplir des paniersrepas qui seront ensuite vendus dans différents quartiers de la ville. Si elles ont toutes des passés et des vies relativement différents, elles ont aussi un point commun : qu'ils jouent au casino, boivent, les trompent, les battent ou les abandonnent, leurs maris les traitent comme des objets sans grand intérêt dès lors qu'elles ne sont plus de la première jeunesse ou beauté. Les existences qu'elles mènent ne sont que répétition quotidienne du même malheur d'être femme dans un pays où ce sont les hommes qui dirigent. Ajoutez à cela la misère et les carcans idéologiques d'une société par certains côtés encore féodale, et vous aurez une idée du calvaire que doivent endurer celles qui, en plus, tirent le diable par la queue et doivent assurer la subsistance et le bonheur de leurs enfants. C'est dans ce contexte de violences sociales décrit par le menu que n'en pouvant plus d'être humiliée, battue et
traitée comme une esclave, l'une d'entre elles, Yayoi, finit par étrangler son mari, Kenji. Pendant ce temps-lâ, le propriétaire d'une maison de jeu, Mitsuyoshi Satake s'occupe de faire la fortune d'une de ses entraîneuses, la belle shanghaïenne, An-na, et pour ce faire, empêche les clients trop entreprenants de l'importuner. Tombée amoureuse de lui, An-na ne comprend pas qu'il ne veuille pas la toucher. Aussi bien ignore-t-elle la punition d'une extrême cruauté qu'il a infligée â une femme qui s'était imaginée de piquer des entremetteuses à son patron du temps où il servait de nervi à ce dernier. Ainsi est lancée avec une maestria proprement stupéfiante la dynamique qui verra ces cinq personnages s'affronter dans une lutte mortelle pour la liberté, l'amour, le pouvoir et l'argent. D'une extrême violence, ce thriller est d'une facture à laquelle il est difficile de résister tant elle sait entraîner le lecteur dans un mélange d'espoir et d'horreur qui n'en finit pas de mettre à nu sa fascination pour le mal et l'idée de la rédemption. L'écriture est d'une sobriété remarquable.
10 personnes en parlent

Envoûtant Sous l’impulsion de Masako, les quatre femmes vont être entraînées les unes après les autres dans une macabre descente aux enfers. Désormais unies dans l’adversité, les conséquences de ce meurtre vont à jamais changer leur vie.Natsuo Kirino obtint avec ce livre le Grand Prix du roman policier au Japon en 1998. Un auteur à suivre.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Masako, Yoshié, Kuniko et Yayoi, quatre femmes japonaises travaillent de nuit dans une usine de paniers-repas. Elles font généralement équipe et s'entendent bien. Elles viennent d'horizons divers : origine sociale, âge, niveau d'études, ...Toutes ont en commun d'avoir vécu ou de vivre encore avec des maris qui les ignorent, les trompent ou les battent. Malgré tout, la vie routinière continue jusqu'au jour où l'une d'elles, lors d'une dispute conjugale plus intense que d'habitude, étrangle son mari. Elle demande alors de l'aide à ses amies de la fabrique de paniers-repas. Tout bascule soudain.Roman qui commence paisiblement : l'auteure nous présente ces femmes, leurs vies non-enviables et la société japonaise, dans laquelle, il faut bien le dire, la femme n'a pour rôles que ceux de mère et de femme au foyer. Au fil de la lecture, j'ai appris qu'il est particulièrement difficile pour une japonaise d'être reconnue par son travail. Je croyais la société du Japon plus évoluée dans ce domaine, eh bien non, je me trompais lourdement. L'un des intérêts de ce livre est d'ailleurs de montrer cette face de la société japonaise.L'autre intérêt consiste en la montée en puissance de l'intrigue : la relative tranquillité est bousculée lorsqu'intervient le meurtre et la participation collective à sa disparition. Le retournement de situation final, dans l'ultime partie, est particulièrement jubilatoire.Malgré sa longueur (587 pages), je ne me suis jamais ennuyé, ni Alex, qui a fait le billet qui m'a donné envie de lire Out. Yv

Lyvres
25/03/14
 

Out est définitivement " in " . Jeu de mot , il est vrai , facile contrairement à la vie que mene ce quatuor de femmes travaillant de nuit à la confection de plateaux repas . Mais ne dit-on pas : travail besogneux , mariage heureux ? non ! A ce travail harassant s'ajoute une double peine , une cellule familiale qui n'en a que le nom !Masako , leader incontesté , au passé trouble , de ce groupuscule apparemment soudé , cohabite plus qu'elle ne vit avec un mari démissionnaire et un fils qui ne lui adresse plus la parole .Yoshié , surnommée " la patronne " au boulot , est une femme usée qui éleve seule son enfant et sa belle-mere grabataire . Elle assure au travail mais s'en remet totalement à Masako pour le reste...Kuniko ne vit que pour et par l'argent . Se trouvant grosse et moche , elle a fait du paraitre une ligne de vie , dépensant à tout va l'argent qu'elle n'a pas si ce n'est au travers de ses nombreux prets qu'elle peine à rembourser...Derriere une attitude bravache , elle craint Masako qui lui en impose encore malgré leur différence d'age..Et enfin , l'on retrouve Yayoi . La plus jolie des quatre n'a pas plus de chance avec un mari volage et joueur qui à la main leste lorsqu'il a un peu trop bu . Elle sera à l'origine de ce thriller psychologique de haute volée en l'etranglant et s'en remettant , elle aussi , à Masako pour faire disparaitre le corps . A des niveaux diverses , ces quatre personnages seront désormais complices de meurtre et feront ainsi de leur vie un enfer ! Dans leur malheur , c'est Sataké , un patron de jeux clandestins au casier judiciaire bien rempli et aux rapports plus qu'atypiques avec la gente féminine , qui sera dans le collimateur de la police . Relaché , il n'aura qu'une obsession , retrouver et punir le ou les auteurs de cet assassinat qu'on lui impute !Honnetement , j'ai lu des thrillers bien plus sanglants ( encore qu'il y ai de veritables moments de bravoure ) et d'une nervosité autre mais ce Out m'a pris dans ses filets lentement , irrémédiablement en me contant une histoire haletante dont les héros ou anti-heros sont des personnages à la dérive luttant juste pour survivre . Une rentrée d'argent frais , promise pour avoir fait disparaitre un corps , sera perçue comme une éclaircie salvatrice dans le brouillard de leur vie alors que c'est une nuit polaire qui les y attend desormais! Impossible de faire machine arriere ! C'est une course poursuite épique ou les chasseurs deviennent proies et ou les rebondissements foisonnent . Meme si le rythme est plutot lent ( thriller asiatique oblige , ne l'oublions pas ) , l'ennui y est cependant totalement banni grace à une écriture incisive au pouvoir hypnotiseur . L'auteur nous livre un excellent thriller empreint d'une critique sociale des plus interessante sur la société Japonaise et la place de la femme en son sein . Les personnages sont travaillés . Leur psychologie ultra fouillée . Malgré le pavé , aucune fioriture , aucun raccourci facile . Les seconds roles sont également là pour apporter leur écot à ce puzzle psychologique et y ont tous une place de choix . Autre point remarquable , l'evolution des rapports entre ces quatre galeriens des temps modernes . D'amicaux , les rapports vont se distendre et les veritables natures se faire jour ! Quand la mort frappe a votre porte , le déni , la veulerie , la trahison , la délation ne sont jamais tres loin...Et que dire du final epoustouflant , ce face à face inéluctable ou la condamnée semble se fondre en son bourreau , l'accepter comme son alter égo et...paf ! le chien...lisez et vous saurez...Lire Out , c'est un peu comme rouler en DS , la vitesse fait défaut mais le plaisir de conduite est là et bien là !

TurnThePage
11/11/13
 

C'est avec surprise que jai découvert que l'auteure d'Out était également celle de Disparition que j'avais lu il y a quelques années et qui m'avait laissé une impression d'univers étrange, ancré dans la réalité certes, mais flirtant avec les frontières de l'étrange.Plus question de disparition d'enfant non élucidée et de ses conséquences sur les différents protagonistes de l'histoire, dans Out , nous sommes en plein dans la réalité des travailleurs pauvres japonais , encore plus misérables évidemment quand il s'agit de femmes. Rien ne leur est épargné: un travail de nuits fatigant et mal rémunéré, des maris brutaux qui gaspillent les économies du ménage, des enfants indifférents, une belle-mère impotente à charge. Il y a même un violeur qui rôde près de leur lieu de travail.Un groupe de copines de boulot qui n'ont en commun que leur lot de misères va se retouver lié quand l'une d'entr'elles va tuer son mari.9782020789530J'ai réussi à tenir jusqu'au découpage du mari dont la description manquait nettement de précision (on ne va pas me la faire,je n'ai pas ingurgité des Patricia Cornwell et autre Kathy Reichs pour rien ! : )).Le lien avec le monde des jeux et de la prostitution se profilant,j'ai abandonné ce roman décevant ,manquant totalement de subtilité, tant dans la construction que dans la peinture des personnages. cathulu

cathulu
19/01/13
 

Pour une fois la quatrième de couverture plutôt bien faite, ce fut une bonne surprise j'avais peur qu' elle en dévoile trop. Je trouve très difficile de classer ce livre nous ne sommes réellement ni dans un polar ni dans un thriller, l'histoire est très noire parfois sanglante. J' ai eu un peu de mal au début de ma lecture à me faire aux personnages, à leurs réactions, à leurs actions. Certaines scènes y sont décrites avec un détachement presque un dédain surprenant. Un cadavre, ce n'est pas un gros problème pour la collègue de travail d' Yayoi, Masako, il n' y a qu' à le découper et le jeter, pourquoi pas ?!On avait beau se douter que ce travail de nuit dans une fabrique de panier repas n'est pas le premier boulot de Masako seulement on était bien loin d' imaginer ce qu' elle avait peu faire quelques années auparavant !L'écriture est bien loin d'être extraordinaire au moins a-t-elle le mérite d'être efficace et malgré quelques passages à vide plus on progresse dans la lecture plus on a envie de connaître le dénouement

Lacazavent
11/05/12
 

Voilà un de ces thriller que l'on peut qualifier d'horrifique. Ici, point de serial-killer mais une brochette de personnages plus mesquins, vils et désœuvrés les uns que les autres. Fait plutôt rare pour être signalé, l'intrigue principale tourne autour de 4 femmes. Ces "héroïnes" n'ont point à rougir niveau horreur face à ces messieurs. A l'exemple d'un "Battle Royale", ce livre montre que, soumis à des situations extrêmes, les humains sont capables de tout et surtout du pire. Point de bons sentiments ici et pas de fin heureuse pour nos 4 héroïnes. Si vous chercher un thriller choc (et long!), et que vous n'êtes pas rebuté par beaucoup de sang et de membres tranchés, lancez-vous donc dans la lecture de Out.

nymeria
09/02/11
 

Out est avant tout une histoire humaine, montrant la dureté des conditions de vie de femmes aux foyer japonaises.Ces femmes dont les vies se résument à s'occuper d'autres personnes (parents, enfants, maris, etc..) sans rien avoir en retour, car, après tout, ce ne sont que des femmes, elles sont là pour ça.Que se passe t'il quand l'une d'elle, pour la première fois de sa vie, agit égoïstement, en tuant son mari dans un accès de rage, d'angoisse et désespoir?Solidarité féminine? Besoin de contrôler une situation? Envie d'argent pour démarrer une nouvelle vie?Peut importe les raisons, mais trois collègues de Yayoi vont lui venir en aide pour camoufler son meurtre.Ces quatre ménagères dont la vie ne mène nulle part vont réaliser le crime parfait.Mais, est ce que le crime parfait restera impuni? Existe t'il réellement?Ce livre est un thriller angoissant, dont l'action arrive vite et la conclusion prend son temps.L'intrigue va s'épaissir au fil des chapitres, en nous amenant différents personnages, tous complètement différents, et pourtant dont le destin est lié dans la pire des horreur.Chacune de ses femmes restera marqué à jamais par ce qu'elles ont fait, et chacune se retrouvera poursuivie par leur démon personnel, celui qui ronge à l'intérieur, qui vous observe constamment.Comment peut on vivre avec tout ces questionnements qui peuvent virer à la parano?Et, pire que tout, comment on peut éviter cet effroyable assassin, accusé injustement par le crime que vous avez commis?Bref, avant de vous en dévoiler trop, je vous conseille de le lire si les thriller très noirs ne vous font pas peur, et si vous avez plus de 18 ans, aussi, car il y a quand même des scènes assez trash qui pourraient choquer les plus jeunes d'entre vous.Ce qui est intéressant aussi, c'est de voir une part du Japon que l'on n'a pas spécialement l'habitude de voir, qui sont les conditions de vie des femmes japonaises d'une certaine génération.Ce livre vous montre cette facette, sans rien cacher, enjoliver ou exagérer.C'est la réalitée nue, et c'est peut-être pour ça qu'elle si teintée de ce léger désespoir qui les enveloppent. http://archessia.skyrock.com/

Archessia
24/04/10
 

Un extraordinaire polar ! Un récit à plusieurs voix qui nous donne le vertige des abysses monstrueux de l'esprit humain.On reste captivé par cette étrange répulsion/attirance entre le désir de l'homme et de la femme, un déséquilibre perpétuelle qui conduit au plus terrible des supplice...C'est aussi la description des conditions de travail très difficiles des femmes et ouvrières du Japon moderne.Chef d'oeuvre à lire ! Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.Jules Renard

lucky44
18/04/10
 

Envoûtant Sous l’impulsion de Masako, les quatre femmes vont être entraînées les unes après les autres dans une macabre descente aux enfers. Désormais unies dans l’adversité, les conséquences de ce meurtre vont à jamais changer leur vie.Natsuo Kirino obtint avec ce livre le Grand Prix du roman policier au Japon en 1998. Un auteur à suivre.

Quatre femmes. Travail de nuit. Une usine de paniers-repas. Le seul endroit où elles existent encore. Entre femmes. Entre elles quatre. Masako, Yoshié, Kuniko, Yayoi. Toutes marquées par la vie, ou maltraitées par leur mari, ou méprisées, ou même ignorées. Quatre paires d'yeux qui se renvoient constamment leur misérable vie...Masako et sa légendaire froideur, Yoshié et son visage exténué, Kuniko et sa frivolité ridicule, et Yayoi, courbée en deux sous le choc d'un coup de poing à l'estomac, un coup de trop. Elle pète un câble. Etrangle Kenji, son mari, qui a dilapidé toutes leurs économies pour une "escort girl" belle comme le jour, et qui s'est ruiné au baccara.Et c'est Masako qui prend les choses en main, le cadavre dans sa salle de bains. Elle le dépèce, avec Yoshié, d'abord, et puis Kuniko. Masako calcule, froide comme une salle d'autopsie. Elle distille les ordres, comme elles distillent les morceaux de Kenji dans des sacs poubelles.Yaoyi ne réalise pas. Elle respire. Soulagée. A même du mal à cacher son euphorie. Kuniko, elle, le vit mal, agit de travers. Pour l'appât du gain, elle met en péril le quatuor, en équilibre sur la lame d'un scalpel ensanglantée.Les évènements s'enchaînent, comme la nuit à leurs chevilles déjà alourdies de fatigue. L'étau se resserre, les corps se plient. Quelques heures de sommeil volés au soleil ne font que tirer encore plus leurs traits déjà tendus à l'extrême. Et le quotidien à assumer, la belle-mère grabataire à torcher... encore et toujours.La peau est prête à se fissurer, à dévoiler tous leurs secrets. Leur pacte avec le Diable. Et la première à le rencontrer sera Kuniko, trop pressée de marcher sur les bonnes intentions dont l'Enfer est pavé.Une écriture épurée, taillée au scalpel pourrait-on dire. Pas de fioritures, pas d'effets spéciaux. Sans espoir, sans optimisme. Un style qui colle à ces femmes comme la résignation à leur dos.Un scénario tendu, en rouge et noir, qui bascule dangereusement dans le vide, qui se retourne, se redresse, et continue sa marche assurée. Comme ces femmes, qui parviennent à maîtriser leur sordide destin. Jusqu'à la fin. Et quelle fin.Messieurs, ne sous-estimez jamais une femme, vous pourriez littéralement en perdre la tête. Et ne les regardez pas de travers. Vous pourriez lire dans leurs yeux des choses que votre esprit n'est même pas capable d'envisager...

absolu
09/03/09
 

Format

  • Hauteur : 24.00 cm
  • Largeur : 15.30 cm
  • Poids : 0.68 kg
  • Langage original : JAPONAIS
  • Traducteur : RYOJI NAKAMURA

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition