livre out
EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 04/05/06
LES NOTES :

à partir de
21,30 €

SYNOPSIS :

Dans une usine de Tokyo, quatre femmes, - Masako, Yoshie, Kuniko et Yayoi -, effectuent le service de nuit sur une chaîne particulièrement rapide, leur tâche consistant à remplir des paniersrepas qui seront ensuite vendus dans différents quartiers de la ville. Si elles ont toutes des passés et des vies relativement différents, elles ont aussi un point commun : qu'ils jouent au casino, boivent, les trompent, les battent ou les abandonnent, leurs maris les traitent comme des objets sans grand intérêt dès lors qu'elles ne sont plus de la première jeunesse ou beauté. Les existences qu'elles mènent ne sont que répétition quotidienne du même malheur d'être femme dans un pays où ce sont les hommes qui dirigent. Ajoutez à cela la misère et les carcans idéologiques d'une société par certains côtés encore féodale, et vous aurez une idée du calvaire que doivent endurer celles qui, en plus, tirent le diable par la queue et doivent assurer la subsistance et le bonheur de leurs enfants. C'est dans ce contexte de violences sociales décrit par le menu que n'en pouvant plus d'être humiliée, battue et
traitée comme une esclave, l'une d'entre elles, Yayoi, finit par étrangler son mari, Kenji. Pendant ce temps-lâ, le propriétaire d'une maison de jeu, Mitsuyoshi Satake s'occupe de faire la fortune d'une de ses entraîneuses, la belle shanghaïenne, An-na, et pour ce faire, empêche les clients trop entreprenants de l'importuner. Tombée amoureuse de lui, An-na ne comprend pas qu'il ne veuille pas la toucher. Aussi bien ignore-t-elle la punition d'une extrême cruauté qu'il a infligée â une femme qui s'était imaginée de piquer des entremetteuses à son patron du temps où il servait de nervi à ce dernier. Ainsi est lancée avec une maestria proprement stupéfiante la dynamique qui verra ces cinq personnages s'affronter dans une lutte mortelle pour la liberté, l'amour, le pouvoir et l'argent. D'une extrême violence, ce thriller est d'une facture à laquelle il est difficile de résister tant elle sait entraîner le lecteur dans un mélange d'espoir et d'horreur qui n'en finit pas de mettre à nu sa fascination pour le mal et l'idée de la rédemption. L'écriture est d'une sobriété remarquable.
4 personnes en parlent

Envoûtant Sous l’impulsion de Masako, les quatre femmes vont être entraînées les unes après les autres dans une macabre descente aux enfers. Désormais unies dans l’adversité, les conséquences de ce meurtre vont à jamais changer leur vie.Natsuo Kirino obtint avec ce livre le Grand Prix du roman policier au Japon en 1998. Un auteur à suivre.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Voilà un de ces thriller que l'on peut qualifier d'horrifique. Ici, point de serial-killer mais une brochette de personnages plus mesquins, vils et désœuvrés les uns que les autres. Fait plutôt rare pour être signalé, l'intrigue principale tourne autour de 4 femmes. Ces "héroïnes" n'ont point à rougir niveau horreur face à ces messieurs. A l'exemple d'un "Battle Royale", ce livre montre que, soumis à des situations extrêmes, les humains sont capables de tout et surtout du pire. Point de bons sentiments ici et pas de fin heureuse pour nos 4 héroïnes. Si vous chercher un thriller choc (et long!), et que vous n'êtes pas rebuté par beaucoup de sang et de membres tranchés, lancez-vous donc dans la lecture de Out.

nymeria
09/02/11
 

Envoûtant Sous l’impulsion de Masako, les quatre femmes vont être entraînées les unes après les autres dans une macabre descente aux enfers. Désormais unies dans l’adversité, les conséquences de ce meurtre vont à jamais changer leur vie.Natsuo Kirino obtint avec ce livre le Grand Prix du roman policier au Japon en 1998. Un auteur à suivre.

Quatre femmes. Travail de nuit. Une usine de paniers-repas. Le seul endroit où elles existent encore. Entre femmes. Entre elles quatre. Masako, Yoshié, Kuniko, Yayoi. Toutes marquées par la vie, ou maltraitées par leur mari, ou méprisées, ou même ignorées. Quatre paires d'yeux qui se renvoient constamment leur misérable vie...Masako et sa légendaire froideur, Yoshié et son visage exténué, Kuniko et sa frivolité ridicule, et Yayoi, courbée en deux sous le choc d'un coup de poing à l'estomac, un coup de trop. Elle pète un câble. Etrangle Kenji, son mari, qui a dilapidé toutes leurs économies pour une "escort girl" belle comme le jour, et qui s'est ruiné au baccara.Et c'est Masako qui prend les choses en main, le cadavre dans sa salle de bains. Elle le dépèce, avec Yoshié, d'abord, et puis Kuniko. Masako calcule, froide comme une salle d'autopsie. Elle distille les ordres, comme elles distillent les morceaux de Kenji dans des sacs poubelles.Yaoyi ne réalise pas. Elle respire. Soulagée. A même du mal à cacher son euphorie. Kuniko, elle, le vit mal, agit de travers. Pour l'appât du gain, elle met en péril le quatuor, en équilibre sur la lame d'un scalpel ensanglantée.Les évènements s'enchaînent, comme la nuit à leurs chevilles déjà alourdies de fatigue. L'étau se resserre, les corps se plient. Quelques heures de sommeil volés au soleil ne font que tirer encore plus leurs traits déjà tendus à l'extrême. Et le quotidien à assumer, la belle-mère grabataire à torcher... encore et toujours.La peau est prête à se fissurer, à dévoiler tous leurs secrets. Leur pacte avec le Diable. Et la première à le rencontrer sera Kuniko, trop pressée de marcher sur les bonnes intentions dont l'Enfer est pavé.Une écriture épurée, taillée au scalpel pourrait-on dire. Pas de fioritures, pas d'effets spéciaux. Sans espoir, sans optimisme. Un style qui colle à ces femmes comme la résignation à leur dos.Un scénario tendu, en rouge et noir, qui bascule dangereusement dans le vide, qui se retourne, se redresse, et continue sa marche assurée. Comme ces femmes, qui parviennent à maîtriser leur sordide destin. Jusqu'à la fin. Et quelle fin.Messieurs, ne sous-estimez jamais une femme, vous pourriez littéralement en perdre la tête. Et ne les regardez pas de travers. Vous pourriez lire dans leurs yeux des choses que votre esprit n'est même pas capable d'envisager...

absolu
09/03/09
 

Format

  • Hauteur : 24.00 cm
  • Largeur : 15.30 cm
  • Poids : 0.68 kg
  • Langage original : JAPONAIS
  • Traducteur : RYOJI NAKAMURA