Outsiders

HINTON-S.E

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 01/04/84
LES NOTES :

à partir de
6,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

1966. tucsa, oklahoma. deux bandes rivales, les socs - la jeunesse dorée de la ville - et les greasers - sortes de blousons noirs aux cheveux gominés -, se livrent une guerre sans merci. Ponyboy curtis, quatorze ans, est un greaser. il traîne dans les rues avec ses copains qui, comme lui, sont des loubards. mais le meurtre
d'un soc bouleverse brutalement sa vie insouciante, le mettant hors la loi. au fil d'événements dramatiques, le jeune garçon va devenir adulte et faire l'apprentissage de l'amour et de la mort. devenu un best-seller, outsiders a été adapté au cinéma par francis ford coppola, avec matt dillondans le rôle principal.
2 personnes en parlent

Totalement transportée dans la narration du jeune Ponyboy. Dévoré en une journée, ce livre est devenu mon coup de cœur littéraire du moment (pourtant, il n'est pas nouveau). Je ne peux dire qu'une seule chose, il faut l'acheter, l'emprunter, le lire ou encore le relire ! oc

aguardio
07/07/15
 

- Dans une petite ville d’Oklahoma, dans les années 60, un jeune homme sort d’un cinéma et rentre chez lui à pied lorsqu’il se retrouve coincé dans une ruelle, 4 jeunes hommes à ses trousses.Ponyboy Curtis, le narrateur, nous fait partager son histoire, à commencer par ce guet-apens dont il est la victime dans les premières pages du roman. Ponyboy est un Greaser, il habite l’est de la ville dans un quartier modeste. Ses agresseurs, se sont des Socs, les gosses de riches des quartiers Ouest.- Entre Socs et Greasers, c’est la guerre! Deux bandes rivales qui s’affrontent depuis toujours. C’est devenu une tradition, c’est comme ça et puis c’est tout. Ponyboy a toujours connu ces bagarres entre Socs et Greasers. Il suit sa bande, en particulier ses grands frères, sans se poser de question mais il se sent mal à l’aise face à toute cette violence qui régit son quotidien. “Soda et moi essayons d’éviter les ennuis; et quand nous ne pouvons pas, nous faisons gaffe à ne as être pris. Ce que je veux dire, c’est que la plupart des Greasers font ce genre de trucs, tout comme ils portent les cheveux longs, des jeans et des T-shirts, des blousons de cuir, des tennis ou des boots, ou comme ils laissent dépasser un pan de chemise. Je ne dis pas que les Greasers sont mieux que les Socs, ou vice versa. C’est comme ça, c’est tout”- Ce roman s’articule autour de Ponyboy, qui loin d’être bête, n’a pourtant pas la jugeote nécessaire pour éviter certaines situations et certains ennuis. A 14 ans, le jeune homme est loin des “clichés” concernant les Greasers. C’est un jeune homme intelligent qui préfère plonger dans un livre que dans une bagarre. Même si sa bande potes l’entraine parfois dans de mauvais coups, il préfèrera s’éclipser avant que cela ne dégénère. Il n’est pas lâche pour autant et défendra toujours un Greaser, quoi qu’il arrive.C’est d’ailleurs cette loyauté envers sa bande qui va changer le cours de sa vie. Le jeune homme va se retrouver mêler à une affaire de meurtre – coupable ou non, je vous laisse le soin de le découvrir – et devra quitter la ville en compagnie de son meilleur ami. Cette cavale va être l’occasion pour les jeunes hommes de voir de nouveaux horizons, d’apprendre à se connaitre l’un autre, mais aussi d’apprendre à se connaitre soi-même. Ils vont grandir et faire preuve d’un courage que jamais personne n’aurait pu soupçonner, surtout avec leur étiquette de Greasers.- Les Greasers, qui sont-il? Ponyboy, le personnage principal de cette histoire, est le benjamin des Curtis. Orphelin de père et de mère, il vit sous la tutelle de son grand frère Darry. Ce dernier se montre très dur envers ses frères, surtout envers Pony. C’est un jeune homme de 20 ans qui a du faire face très vite à énormément de responsabilité et malgré ses airs de gros dur, on découvre un jeune homme terrifié à l’idée de perdre un de ses frères. C’est un personnage vraiment très touchant. Le deuxième frère Curtis, Sodapop est un “enivré de la vie” comme le dis si bien son petit frère. Compréhensif, rieur, il n’est pas le dernier pour mettre de l’ambiance dans la famille Curtis, tout en jouant un gardant un côté très maternel vis-à-vis de Ponyboy.Les Greasers sont une grande famille, et qu’importe s’ils n’ont aucun lien de parenté, l’important pour eux, ce sont les potes! Parmi eux, il y a Johnny, le meilleur ami de Pony. L’adolescent de 16 ans est le petit chouchou de la bande. Il fut la victime d’une bande de Socs qui lui tombèrent dessus et le laissèrent salement blessé sur un terrain vague. Il en garde des traces physiques, comme la cicatrice qu’il a sur le visage, mais aussi des traces psychologiques. C’est un personnage très touchant mais aussi très mystérieux, qui se révèlera au fil de l’histoire.D’autres Greasers apportent une touche d’humour à ce roman comme Grain de Sel ou encore Steve. Mais il y a un Greaser qui fiche la trouille: Dally. Il est plus enrager que la plupart de ses copains. Après plusieurs séjours en prison, Dally est totalement incontrôlable, toujours en train de défier les lois, la police et surtout les Socs.En parlant de Socs, Pony nous en parle également dans son récit et pas spécialement en de mauvais termes, à commencer par la charmante Cherry, qui se révèlera bien moins superficielle que la plupart des filles qu’il connait.- Susan Eloise Hinton est née à Tulsa, en 1950 et elle a écrit ce livre à 16 ans, révoltée par les injustices sociales dont elle est le témoin au lycée. Et je dois dire que tout s’explique alors!Il y a par moments, des phrases qui ne colle pas, des sentiments un peu trop exacerbés pour certains personnages et des petits mots doux qui sonne faux dans la bouche d’un Greaser trop fière pour pleurer devant ses copains.On peut comprendre alors cette étrange naïveté qui plane par moment. Mais il y a aussi des moments très fort, qui prennent encore plus de sens, sachant que la jeune fille qui écrivait ses lignes en avait été témoin.Malgré quelques descriptions parfois longuettes, j’ai trouvé ce roman vraiment bien écrit. Les pages se sont tournées sans que je ne m’en rende compte!- Ce livre est un petit bijou de sincérité et d’émotions mais quelques détails m’ont un peu moins plu, comme certaines descriptions physiques un peu trop détaillées et parfois inutiles. Et quelques petits passages un peu trop mielleux pour ce genre d’univers.Mais malgré ces tous petits détails, qui ne m’ont pas déranger plus que ça, j’ai trouvé ce roman très émouvant et et d’autant plus poignant qu’il fait référence à une réalité dont a été témoin l’auteure.C’est l’histoire d’une fratrie, et d’un jeune homme homme qui tente de trouver sa place dans ce monde. C’est l’apprentissage de la vie, de la survie, du respect et du deuil. C’est un témoignage sur la jeunesse américaine qui se scinde à cause de leurs origines sociales. C’est une guerre de gang dont un jeune homme voudrais se sortir. Ce sont des personnages sont émouvants, agaçants, compréhensifs ou totalement égoïstes.Et le petit plus, qui en fait pour moi un coup de cœur, c’est la fin, qui m’a totalement prise au dépourvue. Je ne regrette absolument pas d’avoir enfin découvert l’histoire des Greasers et j’ai hâte de voir le film maintenant ^^

Nanieblue
17/05/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.14 kg
  • Langage original : ANGLAIS

Dans la même catégorie