Papa et maman sont dans un bateau

MURAIL MARIE AUDE

livre papa et maman sont dans un bateau
EDITEUR : ECOLE DES LOISIRS
DATE DE PARUTION : 26/02/09
LES NOTES :

à partir de
11,20 €
nos libraires ont adoré papa et maman sont dans un bateau

SYNOPSIS :

Pauvres doinel ! ils s'aiment, mais n'ont pas le temps de se le dire. Ils ont chacun leurs angoisses, leurs soucis mais les gardent pour eux. marc doinel, le père aux allures de cow-boy, n'a toujours pas parlé du rachat de sa boîte par des hollandais décidés à restructurer au lance-flammes. nadine, la mère débordée, n'évoque jamais la lassitude qui l'accable devant les " fiches de suivi d'acquisition des compétences " de ses élèves de maternelle. charlie, la fille aînée, se demande bien
pourquoi elle est amoureuse de kikichi, un héros de manga bisexuel, plutôt que d'un garçon de sa classe. Et pourquoi se sent-elle si transparente au collège ? le petit esteban, lui, ne se plaint jamais, au point de se laisser maltraiter sans broncher par les grands de l'école. pauvres doinel ! s'ils savaient qu'ils partagent un rêve secret. en feuilletant un magazine, chacun d'entre eux est tombé en arrêt devant la même photo. celle d'une yourte mongole plantée dans une clairière bretonne.
Un père débordé de travail, une mère plus ou moins attentive, une adolescente (et on sait ce que cela signifie souvent) et un enfant perdu : bref une famille attachante. Ils s'aiment mais ne se le disent plus mais la vie va se charger de le leur rappeler. Un texte vivant, des héros du quotidien dans des situations que l'on connaît et que nous vivons aussi parfois. A découvrir et à faire découvrir à partir de 9 ans et surtout après!!!

sophie (valenciennes)
Un père débordé de travail, une mère plus ou moins attentive, une adolescente (et on sait ce que cela signifie souvent) et un enfant perdu : bref une famille attachante. Ils s'aiment mais ne se le disent plus mais la vie va se charger de le leur rappeler. Un texte vivant, des héros du quotidien dans des situations que l'on connaît et que nous vivons aussi parfois. A découvrir et à faire découvrir à partir de 9 ans et surtout après!!!
Sophie ,
Librairie
(Valenciennes)
8 personnes en parlent

Roman pour ado ? Un roman pour ado publié à l'Ecole des Loisirs, mais quel plaisir de lecture. Le texte est simple mais pas simpliste, pas gnagnan, on se reconnait dans les parents qui perdent parfois pieds avec le boulot, la famille et leurs propres ados. Qui eux aussi sont très bien campés. Le détail de l'article que chacun lit, et sur lequel chacun fantasme sans en parler à personne est très drôle, le livre est plein d'humour et de réalité domestique, c'est désopilant de faits ordinaires... Et finalement, sans nous accabler, ni nous culpabiliser, Marie-Aude Murail montre qu'autre chose est possible. Un roman pas seulement pour les ados, donc.

Les mots pour : Style fort simple, intrigue bien menéeLes mots contre : rien de précis.Notation : 17/20Très belle découverte pour ce roman estampillé jeunesse mais qui traite des sujets profonds et pas si jeunesse que ça avec talent. Humour, amour, un brin de réflexion... à lire. Les chroniques postée ici sont de courts extraits... les véritables articles sont sur le blog !

nanet
07/11/14
 

Les Doinel , à première vue, constituent une famille comme les autres: le père, Marc, très sexy et gentiment voyou sur les bords,dirige une boîte de transport routier qui va être méchamment restructurée par des Hollandais. Nadine, la mère, s'efforce de remplir consciencieusement les fiches d'acquisition de ses élèves de maternelle . Charlie, la fille, a la tête dans ses séries de manga et le coeur à la dérive au collège, tandis que le petit dernier, Esteban, enfant précoce intellectuellement, s'efforce de supporter sans broncher les brimades de la cour de récréation de l'école primaire.Chacun a donc ses problèmes mais personne n'en parle aux autres jusqu’à ce que la photographie d'une yourte mongole dans un magazine ne viennent cristalliser tous leurs espoirs d'évasion, de nouvelle vie...Avec le talent qu'on lui connaît, Marie-Aude Murail parvient à se glisser aussi bien dans la tête (et le coeur) d'un chef entreprise qui aurait pu "mal tourner", d'une instit sclérosée par les demandes de sa hiérarchie , d'une adolescente ou d'un gamin rêveur. Mais plus que le portrait d'une famille qui s'aime mais qui ne trouve plus le temps de se le dire, hachée menu par la société de consommation, ce temps qui ne leur appartient plus (voir la liste d'activités de la mère le mercredi après-midi ou les appareils ménagers qui se détraquent à tour de rôel). Même l'école maternelle risque la déshumanisation, puis-qu'entre deux fiches d'évaluation, Marie Doinel, présentée comme une excellente instit, ne trouve plus le temps de s'intéresser à chacun de ses élèves et à leur personnalité naissante.La restructuration de l'entreprise de transport , autrefois familiale, de transport est saisissante de vérité dans sa brutalité. Pas de vision édulcorée, pas d'angélisme, Marc Doinel nous est montré tiraillé entre sa volonté de sauver ses employés et de préserver sa dignité. Lui qui ne rentrait pas dans le moule de l'école a su donner sa chance à des êtres que la société avait définitivement catalogués et qui vont se trouver une nouvelle fois rejetés...Malgré ce portrait très réaliste de la société violente dans laquelle nous vivons, l'auteure prend néanmoins le temps de dégager quelques îlots de tendresse et d'humour. Les mots sont là aussi pour alléger l'atmosphère même si les poèmes appris à l'école par Esteban sont eux aussi très sombres ...Pas de solution "miracle" pour résoudre les problèmes de chacun, il y a des dégâts collatéraux comme l'écrivent si bien les journaux, des dégâts mais aussi de l'espoir pour ceux qui savent saisir les opportunités et ne pas laisser les œillères entraver leur chemin.Une TOTALE réussite qui dresse un portrait sans complaisance de notre société. cathulu

cathulu
24/12/12
 

Comme toujours chez MAM, on part de la vie réelle, c'est écrit simplement et avec beaucoup d'humour. Ici, le côté amusant c'est que toute la famille a le même rêve original mais chacun garde le secret qui est de partir vivre dans une yourte berthe

afbf
19/12/12
 

Papa et maman sont dans un bateau est un très bon roman jeunesse qui dépeint avec beaucoup de justesse les doutes et les hésitations dont nous sommes tous la proie à différents moments de notre vie. Les parents sont arrivés à ce stade où ils ont beaucoup construit (une famille, un travail dans lequel ils sont performants) mais où ils se demandent s'ils ne se sont pas un peu égarés en chemin. Marc était un jeune voyou fichtrement séduisant qui s'est rangé des voitures pour les beaux yeux de Nadine mais il a l'impression d'avoir perdu un peu de son âme : comment accepter de voir les gens qu'il a embauchés et pour qui il éprouve de l'affection être virés comme des malpropres alors qu'il dirige une agence qui fait des bénéfices ? Nadine est estimée de ses collègues, fort bien notée par l'inspecteur, idolâtrée par son atsem mais elle finit par se demander si vérifier que les enfants maîtrisent "l'outil scripteur" à 4 ans et les bousculer pour qu'ils fassent bien tous les ateliers dans l'ordre sans prendre le temps de les écouter, est bien tout ce qu'on peut attendre de la relation avec des petits. Charlie, elle, est à l'âge où on se pose des questions sur soi-même et sur la place qu'on occupe dans le monde : est-il bien normal que les garçons réels ne l'intéressent pas et qu'elle préfère ses héros de manga psychopathes et transexuels ? Quant à Esteban, il est malheureux et maltraité par ses camarades de classe. Tout ces personnages se côtoient sans se parler vraiment, sans oser avouer les sentiments très forts qui les lient les uns aux autres (parce que, comme le dit Esteban, une maman ça n'a pas le temps de dire "Je t'aime"), enfermés dans leur propre vie, jusqu'à ce qu'un article de Psychologies les bouscule, en agissant comme le catalyseur qu'ils n'attendaient plus. Ce roman d'une grande finesse psychologique, bien construit (on suit les vies des quatre personnages en alternance), où les rebondissements s'enchaînent avec fluidité et qui dépeint sans avoir l'air d'y toucher une société malade de ses excès (recherche du profit, de la rentabilité et de la performance à tout prix, même là où on s'y attend le moins, à l'école) est en plus bourré d'humour. Marie-Aude Murail a le don de la formule qui fait mouche et de la situation drôlatique : la demi-journée de formation à l'IUFM est d'une authenticité renversante pour qui a malheureusement fréquenté ces fous furieux des "processus métacognitifs" et autres "inférences élaboratives" et la description d'un début de journée de maternelle est absolument parfaite.

fashiongeronimo
11/08/12
 

Un roman pour ado publié à l'École des Loisirs, mais quel plaisir de lecture. Le texte est simple mais pas simpliste, pas gnagnan, on se reconnait dans les parents qui perdent parfois pieds avec le boulot, la famille et leurs propres ados. Qui eux aussi sont très bien campés. Le détail de l'article que chacun lit, et sur lequel chacun fantasme sans en parler à personne est très drôle, le livre est plein d'humour et de réalité domestique, c'est désopilant de faits ordinaires... Et finalement, sans nous accabler, ni nous culpabiliser, Marie-Aude Murail montre qu'autre chose est possible. Un roman pas seulement pour les ados, donc. laurence

laurence
28/09/11
 

Rien ne va plus chez les Doisnel. Sous les apparences, chacun se fissure gardant pour soi ses inquiétudes et ses doutes. Marc, le père, doit faire face au rachat de l’entreprise où il travaille par des Hollandais. Qui dit rachat dit restructuration et l’entreprise jusqu’ici gérée par un Marc Doisnel protecteur et généreux d’être en passe de devenir une machine à fric dénuée d’humanité. Nadine, la maman institutrice s’interroge sur la vacuité des interminables tests et évaluations imposés à ses petits élèves de maternelle. Esteban, le cadet aux idées géniales, se fait maltraiter à l’école en se taisant. Quant à Charlie, son aînée, elle a un peu de mal à trouver sa place au collège et vit ses amours à travers les mangas aux héros à l’étrange sexualité qu’elle dévore. Tout ce petit monde s’aime mais happés par la vie et les soucis n’a plus vraiment le temps de se le dire. Pour chacun, la lecture d’un article d’un Psychologie Magazine va exacerber l’envie d’ailleurs et d’une autre vie, plus simple, plus saine. Ce rêve d’un nouvel horizon se matérialise pour tous les quatre par une yourte mongole : l’herbe autour y a l’air plus verte, le ciel plus bleu, les sourires plus heureux.Ce roman de Marie-Aude Murail est d’une richesse incroyable ! En suivant chacun des personnages de la famille Doisnel, on pénètre le monde de l’entreprise aussi bien que celui de l’enseignement, on évoque les difficultés de trouver sa place lorsque l’on est un peu différent (avec Esteban) ou que l’on entre dans l’adolescence (avec Charlie). C’est un livre riche et sans concessions où l’auteur égratigne notre société à travers l’entreprise, la mondialisation et la course au profit qui voudraient que l’homme ne soit plus qu’un travailleur productif. Les interrogations de Nadine posent la question de ces nouvelles méthodes où l’on juge et évalue sans cesse, dès le plus jeune âge, pour mieux mettre dans des cases bien formatées où l’originalité n’est pas la bienvenue. C’est un joli pied de nez à une société de plus en plus aseptisée, un livre rempli d’humanité et intelligent où les rêves ont aussi des limites.

Lencreuse
20/08/10
 

Anne-Solène GIROD Un portrait teinté d’humour d’une famille « modèle » confrontée aux difficultés de la société et du quotidien (école, travail, mondialisation), qui tente de s’en échapper en partageant un rêve commun…

Format

  • Hauteur : 18.90 cm
  • Largeur : 12.50 cm
  • Poids : 0.31 kg

Dans la même catégorie