Paradis infernaux

DAVIS M/MONK D-B

livre paradis infernaux
EDITEUR : PRAIRIES ORDINAIRES
DATE DE PARUTION : 16/10/08
LES NOTES :

à partir de
22,40 €

SYNOPSIS :

Série d'études urbaines saisissantes sur le caire, pékin, johannesburg, dubaï, kaboul, managua, etc. , paradis infernaux pourrait être l'anti-guide des " mondes de rêve " engendrés par le capitalisme contemporain. de la désormais classique gated community de l'arizona aux camps retranchés de kaboul, en passant par la californie de synthèse importée à hong-kong et ailleurs, ou par la spectacularisation architecturale de pékin à l'ère néolibérale, l'imaginaire qui préside à ces nouvelles formes d'utopie est celui de l'enrichissement sans limites, de l'hyperbole constante, des dépenses somptuaires, de la sécurité physique absolue, de la disparition de l'etat
comme de tout espace public, de l'affranchissement intégral des liens sociaux préexistants. Mais cette débauche réservée aux riches ne donne lieu à aucune expérience réelle ; elle est tout entière branchée sur les objet-fétiches de la fantasmagorie mondiale, harnachée aux mêmes idéaux figés du marché global. l'absence d'horizon qui caractérise notre monde se redouble, dans ces outremondes, d'une violence faite aux pauvres, massés, toujours plus nombreux, derrière les frontières visibles ou invisibles qui chaque jour transforment un peu plus le territoire des riches en autant de citadelles néo-libérales enclavées au coeur de notre modernité.
2 personnes en parlent

Capitalisme cannibale.Paru en 2007 aux éditions Les prairies ordinaires, cet ouvrage rassemble quatorze textes d’auteurs et de nature très différents, sous la direction de Mike Davis et Daniel B. Monk, mais qui tous dénoncent à travers les lieux et les villes, de Dubaï à Kaboul, les conséquences désastreuses du «capitalisme sauvage et fanatique qui caractérise notre époque», en termes d’accaparement et d’épuisement des ressources par les riches et d’exclusion des pauvres.Ce qui est parfaitement illustré ici est l’avènement hallucinant d’un clivage spatial sans précédent depuis les années 1990, avec la création «d’univers alternatifs pour formes de vies humaines privilégiées», catastrophe morale et écologique, source de désir et de révolte pour ceux qui en sont exclus, soit avec la création ex-nihilo de villes ou communautés de luxe, comme à Arg-e Jadid en Iran ou dans les Nouveaux territoires à Hong Kong, soit avec la gentrification de villes entières comme à Paris, soit avec la création d’enclaves de luxe dans un océan de violence et de misère comme à Kaboul ou Managua, créant des crises écologiques – en premier lieu la pénurie d’eau – dont les pauvres subiront en premier les conséquences.Aux sources de cette forme ultime du capitalisme, Marco d’Eramo («Du Minnesota à l’Arizona») décortique les ressorts de cette incarnation de la dévoration du collectif qu’est le Mall of America, mastodonte de 390 000 m² inauguré en 1992, et qui aspire à remplir toutes les fonctions sociales en les marchandisant, et de la ville privée de Sun City en Arizona, ségrégation volontaire de personnes âgées riches dans une ville-bunker régie par un règlement de copropriété aux milliers d’articles qui prend le pas sur le droit constitutionnel (interdiction de recevoir des jeunes de moins de 18 ans chez soi plus de 30 jours par an, interdiction aux employés de parler aux résidents, etc.) : lorsque l’utopie prend les traits du cauchemar.Coup de grâce aux utopies de villes sur les mers, «Utopies flottantes» de China Mieville dévoile les dessous peu reluisants du projet avorté de Freedom ship, forme ultime de la « gated community » pour permettre à 100 000 fortunés de prendre littéralement le large, dévoiement d’une forme d’utopie par les libertariens qui érigent «une avarice toute banale – la réticence à payer des impôts – en combat de principe pour la liberté politique».Le chapitre sur Dubaï de Mike Davis, archipel clinquant du luxe utopique dans une planète de bidonvilles, mérite une lecture intégrale dans le livre de 2006 «Le stade Dubaï du capitalisme». Dans ce livre décapant et nécessaire on mesure à quel point l’appellation de libéralisme est usurpée tant nous sommes loin des soi-disant mécanismes autorégulateurs des marchés mais dans un programme de privatisation systématique des services publics rentables, de détournement des fonds publics au profit de groupes d’individus proches du pouvoir, de gangsters milliardaires et des riches en général, avec des pratiques et une explosion des inégalités qui rappelle l’ère des barons voleurs, dans un monde où les valeurs collectives et les ressources naturelles sont menacées d’épuisement.

MarianneL
06/03/15
 

Découvert par hasard parce que ma bibliothécaire était en train de le lire, voici un essai réussit. Différentes études, donc, sur les "gated communities" qui se créent dans le monde ; sur leurs constructions anti-écologique et sur l'exploitation des travailleurs pauvres (esclavage moderne). Ces "communities" ne sont que des copies d'un mode de vie californien et Walt-Disney-en. La création de réseaux routiers pour déservir ces nouveaux quartiers créent une forme de ségrégation urbaine (comme l'ont expliqué Michel et Monique PINCON dans "Les ghettos du Gotha") J'ai toutefois trouvé le chapitre sur Paris un peu court. Alex-Mot-à-Mots

AlexMotaMots
10/10/10
 

Format

  • Hauteur : 18.50 cm
  • Largeur : 11.70 cm
  • Poids : 0.38 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie