Parrains et caids t.2 ; ils se sont fait la belle

PLOQUIN, FREDERIC

EDITEUR : FAYARD
DATE DE PARUTION : 09/05/07
LES NOTES :

à partir de
7,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Après Parrains et Caïds, véritable «Who's who» du grand banditisme, voici le récit de leurs évasions. Un tour de France inédit des «belles» les plus folles, les plus cocasses, les plus dures, les plus kamikazes, les plus sportives, les plus rusées, les plus fraternelles, les plus aériennes et les plus amoureuses de ces trente dernières années. Vous y découvrirez comment des hommes enfermés à triple tour dans les pénitenciers les plus sûrs parviennent à fausser compagnie à leurs geôliers. Comment ils jouent leur vie et parfois celle des autres pour échapper
à la prison. Comment ils exploitent toutes les failles de l'âme humaine -appât du gain, séduction, terreur- pour abréger leur isolement. Une enquête qui puise aux meilleures sources, celles de la police judiciaire et de la justice, pour raconter, à la façon du polar, cet instant souvent très bref où tout bascule : celui où le bandit brise les chaînes et s'arrache à son cachot. Un livre au coeur du monde carcéral qui donne un autre goût au mot «liberté». Frédéric Ploquin, auteur de Parrains et caïds, est grand reporter au journal Marianne.
1 personne en parle

Plusieurs années de bénévolat auprès des détenus et de leur famille dans une maison d’arrêt proche de mon domicile m’ont permis de côtoyer (un peu, très peu et avec beaucoup de limites), le monde carcéral.L’occasion de ce livre était de voir certains événements de l'autre côté."Vous voulez savoir comment on s’évade ? J’ai l’impression que ce qui est important, ce n’est pas comment on s’évade, mais pourquoi.""Quel respect je vous dois ? Je n’ai pas de sang sur les mains. Je dois passer douze ans en prison. C’est un devoir pour moi, si je suis un homme, de m’évader."C’est un peu à la manière de Pierre Bellemare dans ses « histoires extraordinaires » que Frédéric Ploquin va nous entraîner à la découverte de ces évadés célèbres ayant choisi de se « faire la belle » plutôt que de rester enfermés.Qui n’a pas entendu, un jour ou l’autre, les noms de François Mariani, Antonio Ferrarra etc…Ces hommes qui une fois emprisonnés ne peuvent pas, ne veulent pas rester à l’intérieur, l’appel « du dehors » étant le plus fort. Tous les moyens sont bons : musculation extrême pour déformer les barreaux, faux fax envoyés par des comparses et annonçant la libération, corruption d’avocats, de surveillants, fil de pêche …Tout vous dis-je !L’imagination n’a pas de limites, les idées les plus osées, auxquelles on n’ose à peine penser peuvent réussir. Certains sont devenus de vrais sportifs, d’autres auraient pu être d’excellents comédiens, ayant réussi à berner les médecins, d’autres sont des charmeurs, des tombeurs et si leur défenseur est une avocate romantique au cœur tendre … je vous laisse imaginer …Il n’y a d’ailleurs, pas que dans l’action, que les détenus, ou ceux qui ont choisi de les aider, rivalisent d’idées plus ou moins originales. Les écrits, les situations (que ne peut-on pas faire avec une infusion réclamée chaque soir …) sont rocambolesques et ça « marche » ….C’est même parfois tellement gros que personne ne se méfie.Il est à noter que lorsqu’ils sont repris (et oui cela arrive parfois), le nouveau jugement dépend parfois de l’action entreprise pour la libération, si elle est originale, sans blessé, ni mort, elle s’apparente « à un jeu » et les jurés peuvent être plus cléments … Si la violence est présente, ce ne sera pas la mêmechose …Ces hommes, ces femmes, savent les risques qu'ils prennent pour s'évader (ou faire évader) mais ils les acceptent. Lorsqu'on lit leurs remarques, leurs réflexions, on voit l'impact que ce choix de vie (le banditisme au départ ...) entraîne. Ils n'ont pas le même "regard" sur la vie qu'un homme ou une femme ordinaire ...Certains agissent, pensent, comme s'ils étaient sur un terrain de jeu géant ... L'adrénaline est leur moteur ...En lisant, on peut se prendre à sourire, parce que certaines inventions cocasses permettent une évasion en douceur mais on a aussi envie de se révolter lorsque la violence est présente et touche des personnes innocentes ...Ce petit livre de poche se tient bien en mains et peut nous suivre partout car il est bien "découpé".En annexe, des chiffres sur les établissements pénitentiaires, répartitions des prisonniers, nombre d’évasions etc… , une bibliographie puis le nom des personnes citées par ordre alphabétique et une table des matières reprenant les différents chapitres.Car ce livre est découpé en chapitres (au nombre de seize), certains appelés du style des hommes dont ils vont nous parler « les romantiques », « les artistes », « les enragés »….L’écriture de Frédéric Ploquin est agréable, vive, alerte, on retrouve des dialogues, des échanges entre les différents protagonistes. La curiosité aidant, on se demande bien ce que le prochain chapitre va nous faire découvrir comme ruse ...C’est bien documenté et facile à suivre, comme de petites histoires saufque …. C’est la vraie vie …

Cassiopea
23/09/11
 

Format

  • Hauteur : 23.50 cm
  • Largeur : 15.30 cm
  • Poids : 0.57 kg