Pars vite et reviens tard

VARGAS, FRED

EDITEUR : J'AI LU
DATE DE PARUTION : 06/10/05
LES NOTES :

à partir de
6,80 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

L'auteur fait revivre les personnages du commissaire Adamsberg et de Camille, apparus pour la première fois dans "L'homme aux cercles bleus". Rien de rassurant dans cette nouvelle affaire du commissaire, qu'on retrouve ici confronté à un fléau venu du fond des âges : On l'a peint soigneusement sur les treize portes d'un immeuble, dans le 18e arrondissement de Paris : un grand 4 noir, inversé, à la base élargie. En dessous, trois lettres
: CLT. Le commissaire Adamsberg les photographie, et hésite : simple graffiti, ou menace ? A l'autre bout de la ville, Joss, l'ancien marin breton devenu Crieur de nouvelles est perplexe. Depuis trois semaines, une main glisse à la nuit d'incompréhensibles missives dans sa boîte à messages. Un amuseur ? Un cinglé ? Son ancêtre murmure à son oreille : «Fais gaffe à toi, Joss. Il n'y a pas que du beau dans la tête de l'homme.»
13 personnes en parlent

Le 1er romanq ue je lis de cette auteur et j'ai tout bonnement adoré ! L'écriture est précise, les personnages extrèmement bien travaillé.. L'histoire nous plonge à la recherche d'un tueur mais pas d'un tueur commun.. un tueur qui imite la peste noire et la sème dans Paris ! Une très belle découverte que je recommande sans hésiter !

Emma7
14/09/15
 

Je viens d'écouter ce roman que j'avais lu à sa sortie et ses qualités m'ont de nouveau sautées à l'oreille : précision de l'écriture, détails des références très érudites, montée du suspens, personnages très cadrés, humour et tragique. Un condensé de l'intérêt des romans de Fred Vargas, qui en plus ne surcharge pas sa production et dont on attend la prochaine livraison avec beaucoup d'impatience. laurence

laurence
06/01/15
 

En bref, Adamsberg est fidèle à lui-même mais c'est ce tome-là qui m'a permis de l'apprécier à sa juste valeur. Les autres personnages sont également travaillés et permettent aux lecteurs de se fondre complètement dans la vie du quartier cible de l'enquête. Enquête qui est intéressante, surprenante ainsi que très recherchée.

RizDeuxZzZ
05/12/14
 

Les mots pour : Intrigue, apports Historiques, personnagesLes mots contre : quelques lourdeurs stylistiquesNotation : 17/20Un petit coup de cœur pour ce roman, où j'ai eu plaisir à retrouver les « Évangélistes », même pour un seul chapitre... je poursuivrai ma découverte de cet auteur. Les chroniques postée ici sont de courts extraits... les véritables articles sont sur le blog !

nanet
07/11/14
 

Nous voilà au coeur d'une intrigue qui fait appel à l’Histoire de la peste et à une réelle panique engendrée par des rumeurs. On retrouve avec plaisir le commissaire Adamsberg et Camille (L’Homme à l’envers) ou encore Marc ( un des évangélistes de Debout les morts et de Sans feu ni lieu). On croise de nouveaux personnages singuliers comme Joss le crieur, Hervé, l'as du napperon brodé ou l'ancienne prostituée Lizbeth...C'est encore une histoire pleine de suspense et de rebondissements.Un film réalisé par Régis Wargnier a été tiré de ce livre et est sortie le 24 janvier 2007 avec José Garcia, Lucas Belvaux, Marie Gillain, Olivier Gourmet, Nicolas Cazalé, Linh Dan Pham, Michel Serrault

Aproposdelivres
15/10/14
 

Depuis le temps que l’on me conseillait de lire un Fred Vargas, ça y est je me suis lancée.J’ai découvert par la même occasion que Fred Vargas était une femme, je ne sais pourquoi je m’étais imaginé l’inverse, le côté polar surement.Cela m’a fait beaucoup de bien de lire un policier, ça change un peu mes habitudes. J’avoue que j’ai été séduite par les personnages, particulièrement le crieur de rue, breton, Joss Le Guern, mais aussi par Hervé Decambrais, personnage cultivé, bien plus que par Jean-Baptiste Adamsberg, policier à la mémoire douteuse qui utilise des moyens mnémotechniques pour reconnaitre les gens.J’ai été emmenée dans cette enquête au sein de Paris, où des criminels tuent à l’aide de la peste des victimes qui semblent désignées. Mais s’agit-il bien du bacille de la peste ? Qui est l’auteur de ces meurtres ? Un polar qui m’a dépaysé.

Metaphore
25/05/13
 

Un petit bijou! Dans un Paris populaire et inquiétant , à mille lieues des clichés touristiques, Adamsberg, le célèbre commissaire ,s'emploie à essayer d' assembler un puzzle d'indices savamment éparpillés dans des halls d'immeubles sordides, des ruelles sombres ou des maisons insalubres, au rythme des annonces criées par Joss le Guern( le crieur qui déclame sur la place publique les petites annonces qu'on lui fait parvenir), tout cela dans une ambiance quasi-médiévale. Et pour ceux que les romans policiers laissent de marbre, laissez-vous tenter par l'expérience du roman d'atmosphère, à la Vargas! Attention, l'addiction vous prend vite!

dvan
02/04/13
 

J'ai trouvé les trente-quarante premières pages ennuyeuses. Puis tout est devenu plus rapide et de ce fait très intéressant. Cette menace de peste au dessus des têtes. Mais le suspens s'éternise trop sans piment dans la lecture. Dommage

cloclo85
10/03/13
 

L’histoire : Josse le Guern a repris avec un ssucès un métier oublié ; il est devenu crieur public. Pour5 francs, il énonce à haute voix les malheurs et les bonheurs, les annonces, les recherches et tout ce qui est lisible devant un public. Jusqu’à ces annonces si spéciales qui annoncent la fin du monde.Adamsberg vient d’être muté à la criminelle. Ce flic peu ordinaire de par ses méthodes d’investigation particulières quitte avec son adjoint Danglard dont les méthodes sont totalement opposées aux siennes. Mais les deux hommes s’entendent et commencent tout juste à prendre leur marque dans leurs nouveaux postes.Mais à peine arrivés, la fameuse intuition d’Adamsberg prend le dessus le jour où il apprend que des 4 mystérieux sont peints sur les portes de différents immeubles.Il faut peu de chose pour que les deux évènements se croisent et se rejoignent et Adamsberg va devoir utiliser toute sa reverie à comprendre ce qui se trame entre histoire, légende et drames familiaux.Verdict : mon premier Vargas que j’ai lu dans le cadre du baby challenge polar 2012. Et une fameuse découverte. J’ai beaucoup aimé le style de l’auteur, qui prend le temps de mettre en scène les personnages et l’intrigue. Certains trouveront peut etre le début un peu lent mais j’ai pris à plaisir à découvrir les personnages un à un ; surtout que ce sont des personnages tout atypiques avec des histoires difficiles, des passés plus ou moins troubles ou des cadavres dans le placard. L’habit ne fait décidément pas le moine chez Vargas.L’intrigue m’a beaucoup plu parce qu’on y retrouve des éléments historiques que je ne connaissais pas (pas tous du moins) et que j’adore mélanger histoire et roman et ici polar. On touche ici à la misère humaine lointaine et plus proche avec une violence tapie et la peur, la peur irraisonnée des gens face au passé.J’ai cru comprendre qu’Adamsberg est un personnage récurrent de Vargas, je suppose donc que sa vie personnelle est présente dans d’autres romans et qu’il est possible de la suivre ; quel personnage surprenant, flottant au dessus du lot, rêveur, et pourtant perspicace quand les pièces du puzzle s’emboitent tout à coup. Un polar intéressant, bien écrit avec des personnages originaux, une intrigue qui sort un peu du lot de par un contexte plus ou moins historique ; une réussite pour moi et je pense chercher à découvrir l’auteur plus souvent ; surtout qu’un autre de ses romans m’attend depuis très longtemps dans ma PAL depuis un swap en noir et blanc.J’augmente donc mon baby challenge commencé à / 20

Noryane
01/02/12
 

C'est avec Pars vite et reviens tard que j'ai découvert Fred Vargas. Elle a réellement un talent immense et depuis j'ai lu tous les livres qu'elle a publié. Dans cet ouvrage on retrouve le commissaire Adamsberg, un homme dont les comportements sont très singuliers. On se laisse bercer par cette histoire. Les dialogues sont farfelus car les personnages le sont aussi. On sent à la lecture que l'auteure a chercher à faire apprendre des choses au lecteur, et c'est ce que j'apprécie.

seriephile
26/10/11
 

J'ai encore souvenir de l'instant précis où j'ai entendu parler de ce livre à la radio. J'étais arrêtée à un feu rouge un vendredi soir et ma seule pensée jusqu'au lendemain a été d'acheter ce polar. Et la lecture ne m'a pas déçu, le style est original les personnages attachants, l'intrigue riche et documentée. j'ai lu d'une traite tous les Vargas... et recommandé ce livre à tous mes amis. Cat

cfons
28/06/10
 

Ce fut mon second Vargas et j'ai enfin découvert ce fameux commissaire Adamsberg dont on m'avait tant parlé !J'avoue avoir une impression un peu mitigée sur ce roman.D'un côté, j'ai adoré le personnage d’Adamsberg, sa nonchalance, sa différence, sa manière d'être, son ouverture d'esprit, ... Il dégage un vrai charme, une sorte de magnétisme, c'est le genre de personnage qu'on aimerait rencontrer dans la vraie vie. Les proches du commissaire (Danglard, Camille) sont également très attachants. Quant aux habitants qui gravitent autour de la place Edgar Quinet, j’ai adoré leur diversité et leur côté « abîmé par la vie » qui les rend très humains. Joss (et son métier réinventé de Crieur public) est un bonheur à lui tout seul.En revanche, l’intrigue m’a paru tirée par les cheveux, elle part un peu dans tous les sens ; le côté « érudit » n’apporte finalement pas grand-chose et je n’ai pas été captivée par l’intrigue.Et pourtant, par moments, j’ai vraiment été « embarquée » dans ce livre, ne réussissant plus à le lâcher.D’où ma difficulté à dire si j’ai aimé ou non … mais, ce qui est sûr, c’est que j’ai très envie de rencontrer à nouveau Adamsberg, qui m’a vraiment séduite ! Je lirai donc une autre de ses enquêtes, en espérant qu’il y aura un peu moins de longueurs.

Argantel
17/12/09
 

Littérature contre cinéma ? Peut-être vaut-il mieux se perdre dans le texte magnifique et étrange de Vargas que dans le classicisme de Wargnier ?

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.19 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition