livre pas a pas
EDITEUR : ECOLE DES LOISIRS
DATE DE PARUTION : 31/08/06
LES NOTES :

à partir de
11,20 €

SYNOPSIS :

Aisselle manie la pelle, et le poste de radio fredonne J'entends un signal d'aaaalarme Quand tu t'approches, ça me désarme... Il vient de passer quatorze mois à creuser des trous au Camp de redressement du Lac vert, et que fait-il une fois rentré chez lui à Austin ? Il creuse des trous ! Sauf que cette fois, Aisselle est payé pour son travail. Alerte rouge ! J'ai les m-m-mains tremblantes... Aisselle est bien décidé à économiser de l'argent, à passer son bac, à éviter les embrouilles et surtout à se débarrasser de ce surnom qui lui
colle à la peau. Alerte rouge ! J'ai mal au ventre... Mais bizarrement, quand on est noir, baraqué et affligé d'un casier, on trouve peu de soutien autour de soi. A moins d'avoir pour meilleure amie une petite fille handicapée qui, elle, n'est pas du tout impressionnée. Alerte rouge ! Le sol sous m-m-mes pas s'éventre. C'est alors qu'un ancien pensionnaire du Camp du Lac vert, X Ray, vient proposer à Aisselle une " affaire en or " qui va le propulser dans l'univers d'une jeune star de la chanson. Son plus grand tube : Alerte rouge !
4 personnes en parlent

De retour du Camp du Lac Vert, Aisselle a trouvé un travail d'aménagement des espaces verts, et pour ne pas changer, il creuse… Malgré lui, il se retrouve mêlé à une sombre affaire qui se trame derrière la célèbre chanteuse Kaïra DeLeon.La suite du "Passage", avec un des personnages du camp : un peu moins inspiré que le premier roman, mais quand même une bonne histoire agréable à lire.

Radicale
24/10/09
 

A partir de 12 ansOn change d’univers ici, même si on s’attache à suivre Aisselle et X Ray, deux de nos amis du Passage. Quelques années se sont écoulées, et pas à pas Aisselle tente de donner un nouveau sens à sa vie. La rencontre d’une ado star du rock va tout bouleverser, et compromettre le lent cheminement supposé l’amener à la stabilité…C’est une histoire plus construite, un univers plus adulte dans lequel on évolue, et personnellement je le regrette un peu. Je n’ai pas retrouvé la fantaisie et l’humour absurde de ses romans en collection Neuf, ni l’émotion du Passage. Il y a un côté appliqué, raisonnable, qui enlève, à mon sens, un peu de magie à la plume de Louis Sachar. Sylvie Sagnes

SagnesSy
03/07/12
 

J'avais déjà lu ce livre. Et même si j'ai moins adoré que le Passage, j'adore toujours autant le style doux et rapide, et tout frais de Louis Sachar. L'histoire d'Aisselle m'a plu, tous les personnages m'ont charmés, Ginny et son handicap, Kaira et sa façon d'être, le ballot pour être un ballot, et tous les autres, sauf El Génie & X-Ray que je n'ai pas pu supporter une seconde, l'un pour sa débilité, l'autre pour manipuler Aisselle - que j'ai au passage trouvé sympa -. Et puis, même s'il y a moins de magie que dans le Passage, j'ai quand même aimé, parce que c'est toujours aussi étrange, sortant de l'ordinaire, et puis, comme j'ai déjà dit, le style est superbe. Les chansons sont belles, les mots aussi. Et puis, je me suis laissé bercer par ce livre, peut-être un peu moins que le précédent, mais toujours autant.Et même si la fin est ouverte, ce n'est pas si grave - même si j'ai été déçue -. J'aime.

yuukichanbaka
18/04/12
 

Plutôt long au démarrage, j’ai eu du mal à rentrer dedans. D’après moi, la première partie aurait dût être plus courte, même si elle met en place la situation. C’est seulement lors de la rencontre Aisselle/Kaira que j’ai enfin sentit l’intérêt monter (et qu’est ce que j’ai rigolé quand elle l’appelle “Phalange”). Si j’avais adoré le passage de bout en bout, mon intérêt pour ce livre fut très mitigé, surtout à cause de l’écriture qui m’a paru beaucoup moins poétique et accrochante. Parlons d’abord des personnages : nous retrouvons Aisselle et X-Ray (avec aussi un minuscule sous entendu à Stanley), le premier souhaite se réinsserrer dans la société en avançant pas à pas (comme lui a conseillé l’assistante sociale), le deuxième… a oublié de s’acheter une cervelle, ne pense qu’à l’argent, et entraine son ami dans les ennuies. Et là où je me suis vraiment sentie énervée, c’est qu’Aisselle a beaucoup de mal à dire non. Parce que flute quoi, il les sent venir à 10 kilomètres les ennuies et il continue quand même d’entrer dans les combines et les magouilles d’X-ray (qui au passage lui pompe ses sous). Les parents d’Aisselle m’ont fait halluciné, ils n’ont aucune confiance en leur fils, pire ils le forcent à faire des tests anti-drogue et lui parlent comme s’il allait retourner en prison. Il est aussi question d’une fille du nom de Tatiana, plutôt superficielle finalement et qui ne m’a pas plus intéressé ni touché que ça. Par contre j’ai vraiment adoré Ginny, la voisine d’Aisselle qui est handicapée, sa relation avec Aisselle d’ailleurs est très touchante, et elle-même je l’ai trouvé très très mignonne. Venons en à Kaira : sympa, drôle, avec un petit caractère mignon. Elle se fait pomper son argent dans son dos par son beau père (et manager) qu’elle déteste (et que je déteste aussi), marié à sa mère (femme que j’ai également détesté). Elle n’est pas aimé par ses choristes (inutiles) et ses musiciens (qui la trouve trop gâté et n’y connaissant rien à la musique (mais qui se montrent plus sympa après)). Elle apprends en plus qu’Aileen la coordinatrice se tappe son beau père etc. Bref son monde n’a pas l’air sympa, heureusement il y a la chanson (malheureusement il y a Fred, son garde du corps). Voilà pour les personnages, qui m’ont tous un peu énervé à un moment ou à un autre, sauf Ginny. L’histoire ne prend un tournant intéressant que lors de la rencontre de Kaira et Aisselle, où j’ai eu l’impression qu’il se passait ENFIN quelque chose. Leur relation est plutôt mignonne, drôle et un peu naïve, mais je l’ai immédiatement apprécié (surtout la lettre de Kaira). Enfin, j’ai grincé des dents sur le racisme hallucinant qui ressort de ce livre, entre les flics qui tabassent Aisselle plus que de raisons, les “blancs” qui ont peur de lui et l’évitent, et tout un tas d’autres scènes dans ce genre, j’étais vraiment choquée par ce genre de réaction (mince quoi, il est noir okay, mais il est super gentil). C’est une critique assez forte de la société, où le noir est tout de suite vue comme le méchant et le blanc comme le bon gentil sauveur riche, et heureusement certaines personnes passent au dessus des ces préjugés et c’est très bien.

lasurvolte
27/12/11
 

Format

  • Hauteur : 19.00 cm
  • Largeur : 12.70 cm
  • Poids : 0.33 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie