Pas ici, pas maintenant

DE LUCA, ERRI

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 10/04/08
LES NOTES :

à partir de
4,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

« Maintenant l'autobus s'ébranle, la vitre tremble et je frissonne de froid. Je vois encore ton lourd manteau, ton sac, mais pas tes yeux. Je ne sais plus si tu regardes vers moi. Il ne te fut pas permis de reconnaître ton fils vieilli, tu n'as vu qu'un homme qui te regardait à travers une vitre. » Dans ce récit d'une enfance napolitaine, la mémoire n'est pas une consolation mais un drame : une lumière blanche et compacte semble baigner la ville, soudain dénudée, loin de sa fièvre baroque. L'image des
êtres perdus - la mère, à qui s'adresse chacune de ces pages, le père, un ami mort... - se juxtapose au deuil et à l'oubli, qu'elle ne compense pas. Voilâ pourquoi Pas ici, pas maintenant n'est pas une évocation nostalgique, mais un livre abrupt et fier, que rythment de subtils dérèglements comme autant d'initiations : le bégaiement du narrateur, les lapsus, un pas qui achoppe, des jouets qu'on brise. Et toujours, entre le monde et l'enfant, une vitre, les gestes tendres et lointains d'une mère.
2 personnes en parlent

Un homme de soixante ans croise dans la vitre d'un bus sa mère. Le visage de sa mère est celui de sa trentaine. « Le possible est la limite mouvante de ce qu'on est disposé à admettre ». Il s'adresse à sa mère et évoque son enfance et son adolescence à Naples. La parole d'Erri de Luca est très touchante. Il raconte des petits souvenirs de son enfance, bercée dans un quotidien initiatique et déréglé(le bégaiement du narrateur, les lapsus, les jouets qui se brisent). Il évoque les enfants battus à l'époque, puis ses joies auprès de Filomena, la domestique. Il n'a pas connu les violences physiques mais les remontrances verbales étaient son pain quotidien d'enfant bègue « Jevvveux pas des mots »."Entre mère et fils le progrès n'existe pas, la civilisation n'évolue pas : les mots seront toujours réduits et ne seront que des mots, rares, préservés. Ils ne remplacent rien, ni les coups, ni les caresses."Récit d'une enfance napolitaine où la mémoire ne console pas.La ville de Naples est baignée d'une lumière blanche, elle semble dénudée et privée de ses atours baroques.Pas ici, pas maintenant n'est pas une évocation nostalgique, mais un « livre abrupt et fier » sur le monde et l'enfance et les réminiscences des gestes tendres d'une mère. (Première parution en français aux Editions Verdier en 1992 sous le titre Une fois, un jour)Non ora, non qui, 1989

Mirontaine
07/03/12
 

J'avais beaucoup aimé Fahrenheit 2010 d'Isabelle Desesquelles, ce qu'elle disait d'Erri De Luca m'avait donné une irrésistible envie de le lire et d'ailleurs, j'ai acheté d'un coup tout ce que j'ai trouvé de lui en librairie, une impulsion qui pouvait se révéler idiote... mais qui était fondée, ô combien. Pas ici, pas maintenant est son premier roman, "mûri à la fin des années 80", lui qui est venu à la littérature "par accident".Il y fait parler un homme de 60 ans, qui croise dans la vitre d'un bus sa mère, alors dans sa trentaine. "C'est possible, car le possible est la limite mouvante de ce qu'on est disposé à admettre." Il s'adresse à elle, lui racontant son enfance, les 10 ans pendants lesquels il lui semble avoir vécu (il aura le même sentiment pendant les 7 années de son mariage seulement), et puis l'adolescence, à Naples.Alors que dire... C'est d'une beauté absolue. C'est touchant, universel, merveilleusement écrit. La 4° de couv a des mots parfaits pour en parler : "Voilà pourquoi Pas ici, pas maintenant n'est pas une évocation nostalgique, mais un livre abrupt et fier, que rythment de subtils dérèglements comme autant d'initiations." Il parle de Filomena, la domestique quand leur situation sociale se sera améliorée (il ne s'y fera jamais). Un jour, quelqu'un lui dérobe les économies d'une vie. "A ce moment-là, j'ai dû comprendre pour la première fois que le mal est irrémédiable et qu'il est impossible de réparer un tort quoi que l'on fasse ensuite. Le seul remède est de ne pas en commettre et ne pas en commettre est en ce monde l'oeuvre la plus ardue et secrète."Il raconte les enfants battus à l'époque, chose qu'il ne connut jamais, chez lui c'étaient des remontrances verbales, qu'il abhorrait de tout son être de petit bègue "Jevveux pas des mots.". "Entre mère et fils le progrès n'existe pas, la civilisation n'évolue pas : les mots seront toujours réduits et ne seront que des mots, rares, préservés. Ils ne remplacent rien, ni les coups, ni les caresses."Il raconte mille et une choses, infimes, minuscules, il tente de les dessiner avec sa personnalité adulte, il nous fait toucher du doigt l'indicible. Je suis complètement sous le charme."Il y a des pauvres pour qui le riche n'est pas un idéal. Il y a des pauvres, matériellement et spirituellement, insoumis." Sylvie Sagnes

SagnesSy
07/07/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.08 kg
  • Langage original : ITALIEN
  • Traducteur : DANIELE VALIN