Passage des larmes

WABERI-A

EDITEUR : LATTES
DATE DE PARUTION : 26/08/09
LES NOTES : Donnez votre avis
à partir de
9,99 €
nos libraires ont adoré passage des larmes
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Djibril a quitté Djibouti depuis de longues années. A Montréal, il est devenu un homme neuf : le pays de son enfance n'est plus pour lui qu'une terre étrangère, poussiéreuse, un terrain vague. Employé par une agence de renseignement, il doit pourtant y retourner pour une mission de quelques jours. Djibouti est devenu un enjeu géostratégique majeur : la France, les Etats-Unis, Dubaï, les islamistes se disputent ce morceau de basalte. Djibril n'a que faire de leurs querelles mais il se sent trahi par ce pays né, comme lui, un 17 juin 1977, jour de l'Indépendance. Les plaies s'ouvrent, les fantômes des siens viennent le hanter, son enquête piétine. Chaque jour, il se laisse entraîner
sur les chemins dangereux de la mémoire. De sa prison cachée sur les îlots du Diable, au large de Djibouti, Djamal, le frère jumeau de Djibril, né quelques minutes après lui, a appris le retour de son aîné prodigue : il le suit en pensée où qu'il aille, l'interpelle, ne le laisse pas en paix. On ne revient pas impunément sur les traces de son passé. Un très beau roman où il est question du temps, de l'exil et de la figure mythique de l'écrivain Walter Benjamin qui hante l'imaginaire de ces deux frères perdus. Abdourahman A. Waberi compose un récit sensible, haletant et poétique et nous fait traverser de part en part ce pays de sables, d'îlots et de passages.
"Qu'est-ce que le cerveau humain, sinon un palimpseste naturel ?"
Cette image constitue le fil rouge du dernier roman de Waberi, au travers de trois "voix" qui s'interpellent, se superposent et tendent inexorablement vers le même point de fuite.
La première voix, celle qui lance le récit, appartient à Djibril : il est né le même jour que son pays devenu indépendant, Djibouti. Employé dorénavant par une agence de renseignements américaine et résidant à Montréal, il revient, pour une courte mission, sur les terres de son enfance qu'il a quittées depuis de longues années.
"Et pourtant on ne revient pas impunément sur les traces de son enfance".
La deuxième voix, celle qui s'interpose très vite, provient d'une prison cachée sur les îlots du Diable, au large de Djibouti. Appel fondamentaliste récitant des hadiths et serviteur absolu du Très-Haut ? Figure familiale, jadis abandonnée, qui réclame son dû ? Fantôme du grand-père Assod, rare témoin de tendresse ? Fantôme de Djamal, frère jumeau de Djibril, quitté très tôt, trop tôt ? Au lecteur de gratter les écritures, d'y découvrir un autre sens, une autre enfance, une autre plaie... C'est qu'"il est des hontes qu'on n'oublie jamais. Dans le vif du présent comme dans les volutes du passé".
"On ne revient pas impunément sur les traces de son enfance".
La troisième voix se mêle à la précédente et s'écrit au-dessus des lignes sacrées du Livre unique. Cette voix (d'entre les anges ou d'entre les démons ?) est hantée par la figure de l'écrivain Walter Benjamin, complice dans l'imaginaire familial, semble-t-il, depuis toujours. Et complice jusqu'au bout...
Un roman complexe et poétique, énigmatique et sensible, qui possède le don de délivrer ces images légendaires, "à la racine", qui vous accompagnent un long moment.
Très bonne lecture !

erik (lens)
"Qu'est-ce que le cerveau humain, sinon un palimpseste naturel ?"
Cette image constitue le fil rouge du dernier roman de Waberi, au travers de trois "voix" qui s'interpellent, se superposent et tendent inexorablement vers le même point de fuite.
La première voix, celle qui lance le récit, appartient à Djibril : il est né le même jour que son pays devenu indépendant, Djibouti. Employé dorénavant par une agence de renseignements américaine et résidant à Montréal, il revient, pour une courte mission, sur les terres de son enfance qu'il a quittées depuis de longues années.
"Et pourtant on ne revient pas impunément sur les traces de son enfance".
La deuxième voix, celle qui s'interpose très vite, provient d'une prison cachée sur les îlots du Diable, au large de Djibouti. Appel fondamentaliste récitant des hadiths et serviteur absolu du Très-Haut ? Figure familiale, jadis abandonnée, qui réclame son dû ? Fantôme du grand-père Assod, rare témoin de tendresse ? Fantôme de Djamal, frère jumeau de Djibril, quitté très tôt, trop tôt ? Au lecteur de gratter les écritures, d'y découvrir un autre sens, une autre enfance, une autre plaie... C'est qu'"il est des hontes qu'on n'oublie jamais. Dans le vif du présent comme dans les volutes du passé".
"On ne revient pas impunément sur les traces de son enfance".
La troisième voix se mêle à la précédente et s'écrit au-dessus des lignes sacrées du Livre unique. Cette voix (d'entre les anges ou d'entre les démons ?) est hantée par la figure de l'écrivain Walter Benjamin, complice dans l'imaginaire familial, semble-t-il, depuis toujours. Et complice jusqu'au bout...
Un roman complexe et poétique, énigmatique et sensible, qui possède le don de délivrer ces images légendaires, "à la racine", qui vous accompagnent un long moment.
Très bonne lecture !
Erik ,
Librairie
(C.cial V2)
0 personne en parle

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.26 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition