Passer l'hiver

ADAM, OLIVIER

EDITEUR : POINTS
DATE DE PARUTION : 04/08/05
LES NOTES :

à partir de
6,50 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

C'est l'heure où tout bascule, où les failles se creusent. Les enfants dorment, innocents, et le couple fatigue ; on oublie dans l'alcool et la mélancolie le froid du monde. Prof, chauffeur
de taxi, infirmière, ex-taulard, vivent ces moments suspendus. Ces nuits de solitude opaque, et s'imposent l'effort de tenir, invaincus, jusqu'au lendemain : passer l'hiver en somme.
6 personnes en parlent

Grâce à ce recueil de nouvelles, Olivier Adam nous emmène dans les vies de différents personnages, tous touchés par un malheur ou une grande tristesse. On pourrait penser que le fait de lire des histoires tristes soit un peu plombant mais dans le cas de ce recueil ça nest pas du tout le cas. Pas de pathos ici. Juste des émotions et des individus qui nous touchent.On se pose des questions, il y a pas mal de non-dit, d'implicite et on veut donc savoir ce qui arrive à chacun des personnages. C'est un livre très touchant, qui se lit très rapidement et qui de fait nous donne envie de le relire, pour comprendre un peu mieux le tenants et les aboutissants des situations décrites, pour se replonger dans la vie de ces gens auxquels on s'attache.

Chiwi
11/10/13
 

Toute première lecture d’Olivier Adam. Lecture qui ne restera pas longtemps dans ma mémoire. J’ai même du mal à trouver les mots tellement j’ai trouvé peu d’intérêt à ce recueil.Tout ce que je n’aime pas. Des thèmes graves sans être touchants, des personnages monotones qui se ressemblent les uns les autres, des allusions au sexe qui sortent de nulle part. Concernant la monotonie des personnages, impossible de faire la différence lorsqu’il se met dans la peau d’une femme ou bien d’un homme. Chaque nouvelle semble commencer de la même manière. C’est seulement la grammaire qui nous met sur la piste (Je me suis assise). Sinon difficile de savoir à qui on a affaire. Pourtant, les idées sont plutôt bonnes et auraient facilement peut toucher le lecteur. Mais ici, l’auteur crée une mauvaise ambiance qui m’a seulement donné envie de le terminer au plus vite.Maintenant, c’est à savoir si c’est ce livre qui ne m’a vraiment pas plu ou l’écriture de l’auteur. Lire un autre de ses livres me semble la meilleure solution.

ManonLivresque
25/10/11
 

L'exercice de la nouvelle, contrairement à ce qu'on peut croire, reste très difficile: capter des émotions, les transcrire et faire vibrer le lecteur deviennent des exploits en si peu de mots. Olivier Adam a essayé et...il s'est un peu planté, à mon goût ! Même si je continue à chérir cet auteur (un de mes écrivains préférés), je dois reconnaître que ce recueil de nouvelles Passer l'hiver n'est pas celui qui restera dans les annales. Tout est sombre. Là où il réussit dans ses romans à mettre de la lumière avec des personnages annexes fabuleux et une écriture fine (limite ciselée) toujours présente, il n'y arrive pas dans ces nouvelles. Bizarrement, il a reçu le prix Goncourt de la Nouvelle à l'occasion: je considère cette œuvre comme la moins réussie de toutes ! Seul le chauffeur de taxi relève le niveau (et là on voit les prémisses inconscientes de Le cœur régulier) mais on sombre avec la caissière de la station de taxi. (Pourtant on méritait mieux, bouh !)

Cave
18/09/11
 

Une sensibilité à fleur de motsDans un recueil de neuf nouvelles paru en 2004, Passer l’hiver, Olivier Adam nous emporte une fois de plus dans son univers, dans un genre qui ne lui ait pas habituell Ce n’est pas pour autant qu’il n’y excelle pas. Encore une fois il arrive à nous emporter ailleurs grâce à son écriture mais aussi à son talent de nouvelliste.(...)

constance93
21/04/11
 

"Passer l'hiver", c'est neuf textes pour un livre de 167 pages. C'est un livre à ne pas louper tant l'écriture est parfaitement maîtrisée et nous apporte ce petit truc qui rend une lecture infiniment agréable. Pourtant les histoires de "Passer l'hiver" ne sont pas gaies du tout. Les héros sont des anti-héros : ils sont sonnés, lessivés, cassés. Les verres de vin, bière et whisky coulent à flot, s'agrémentent cigarettes et quelques joints. Bref, ça frôle la misère sociale et sentimentale, aussi. Les couples sont souvent lassés d'eux-mêmes, les sentiments sont partis en fumée, les étreintes corporelles ressemblent presque à des actes de survie. Oui, c'est presque minable et ça frise la déprime.Mais, ce qui sauve ce recueil d'Olivier Adam de toute amertume c'est son incroyable plume, cette énergie des mots et ce phrasé des petites vies ordinaires, des petites gens quelconques. Tout semble terriblement vivant.Bravo l'auteur. "Passer l'hiver" vous scotche à la peau et ne vous quittera pas de sitôt !

Clarabel
23/02/09
 

Petites vies ordinaires Les personnages de ce livre possèdent tous une force intérieure insoupçonnée. Chauffeur de taxi, infirmière ou vendeuse de supermarché, ils s'accrochent à la vie avec l'énergie du désespoir. L'incroyable plume de l'auteur rendent ces nouvelles terriblement vivantes.

Format

  • Hauteur : 17.70 cm
  • Largeur : 10.70 cm
  • Poids : 0.11 kg

Dans la même catégorie