Passion simple

ERNAUX, ANNIE

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 04/01/94
LES NOTES :

à partir de
6,50 €

SYNOPSIS :

« À partir du mois de septembre l'année dernière, je n'ai plus rien fait d'autre qu'attendre
un homme : qu'il me téléphone et qu'il vienne chez moi. » Annie Ernaux.
3 personnes en parlent

Récit d'une passion et surtout de l'attente de l'amant : ce roman court d'Annie Ernaud raconte tout cela. L'écriture d'Annie Ernaud paraît simple mais en réalité elle est travaillée jusque dans les moindres détails et on se laisse porter par ses descriptions.

Epinote62
12/12/15
 

Tout petit récit d'Annie Ernaux qui cette fois-ci raconte sa passion pour un homme, étranger, marié qui lui accorde un peu de son temps. Elle décrit simplement, crûment, comme à son habitude, ses états, ce que cette passion transforme dans sa vie, l'attente, la peur de rater un rendez-vous, le bien-être lorsqu'il est là et la solitude dès qu'il part rejoindre sa femme. Elle dit aussi ce qui se joue sur son travail d'écrivain Elle explique également son processus d'écriture : choix du temps (ou plutôt l'imparfait qui s'impose), pourquoi elle écrit sur cette histoire. Je trouve intéressant de pourvoir me glisser un instant dans la peau d'une femme qui attend, soumise au désir de l'homme. Non pas que je vous souhaite mesdames de connaître cet état. Bien au contraire, c'est une situation tellement étonnante pour moi. Je me suis souvent posé cette question lorsqu'on voit, dans les livres, dans les films, ces maîtresses d'hommes mariés les attendre, quémandant un peu de leur temps, comment des femmes, intelligentes, sensées, pouvaient autant renier leur personnalité pour une passion souvent sans vraiment de perspective. Un récit direct que l'on prend comme tel. Comme souvent chez Annie Ernaux. Pas son meilleur livre. Non par le thème qu'il traite, mais par sa ressemblance avec ce qu'écrit habituellement l'auteure. Et puis, un peu court sans doute, à peine 80 pages. Pas celui qu'il me restera d'elle, mais pas anodin ni inintéressant. Yv

Lyvres
20/02/13
 

Ce livre m’a rappelé L’occupation à cause de son thème, même s’il m’a semblé un peu moins parlant (cette appréciation reste purement subjective étant donné que j’ai encore trouvé pas mal de phrases très percutantes dans ce livre, mais comme il faut bien hiérarchiser un peu…). En tout cas, mes lectures successives d’Annie Ernaux m’amènent à voir son œuvre autobiographique comme une recherche paradoxale (celle d’un sens découvert -parce que créé- a posteriori), un dévoilement qui s’adresse à soi et en même temps à tout lecteur qui peut se reconnaître dans ses livres. Il s’agit, par le subjectif, de toucher à l’universel, et c’est ce qui fait tout l’intérêt de ses textes. La justesse de ton, l’impression de sincérité qui s’en dégage (même si toute autobiographie de par son caractère étroitement subjectif a quelque chose de fictif) et la réflexion constante menée sur l’écriture en rapport étroit avec l’existence donnent à cette oeuvre un caractère profondément percutant et précieux.Un résumé ainsi qu'un extrait de ce livre sont disponibles sur mon site.

Artsouilleurs
12/06/09
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.70 cm
  • Poids : 0.06 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition