Paul auster's new york

DE CORTANZE-G

livre paul auster's new york
EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 08/09/04
LES NOTES :

à partir de
6,60 €

SYNOPSIS :

Paul Auster's New York explore les liens intimes entre l'écrivain et sa ville, sa vie et ses romans, et le suit à la trace, depuis le 6, Varick Street, où il écrivit L'Invention de la solitude, jusqu'au coin de la Troisième Rue et de la Septième Avenue à Brooklyn, que le héros du film Smoke prend en photo chaque matin à 8 heures. Ce livre, dans lequel on a le sentiment de se voir délivré un secret fraternel, a été rendu possible grâce à l'amitié liant Paul Auster à l'auteur. L'écrivain de la Trilogie new-yorkaise a confié à Gérard de Cortanze des documents
personnels, des informations inédites, ainsi que de nombreuses clefs relatives à son oeuvre. Au fil des pages, on comprend quels liens étroits unissent Paul Auster à ses personnages et à sa ville. Rue par rue, maison après maison, Paul Auster's New York est une promenade chaleureuse, qui reconstitue minutieusement le puzzle d'une ville imaginaire et concrète découverte par Paul Auster alors qu'il était enfant. Tout en levant le voile sur une partie de son univers, ce livre dessine un portrait tout en nuances d'un des plus grands écrivains américains de son temps.
2 personnes en parlent

Paul Auster et New York sont indissociables tant la ville joue un rôle prépondérant dans son œuvre (tel Berlin pour une partie de l’œuvre de Döblin). Quasi omniprésente, personnage récurent de son œuvre, New York fait également partie de la vie de Paul Auster. Il y fera ses études, avant de partir pour la France, puis d’y revenir en 1974 pour y vivre. Les personnages évoluent dans New York : Marco Stanley Fogg le héros de Moon Palace vit dans Central Park, seul anonyme tombant dans un gouffre sans fin avant de se servir de la nature pour sortir des ténèbres et rencontrer Effing, vieillard énigmatique avec lequel ils déambuleront dans les rues de New York. Quinn, le héros de Cité de verre qui filera Stillman à travers le dédale de Manhattan. D’autres évoluent autour de son ancienne adresse, Maria Turner (Léviathan), Sophie Fanshawe (La chambre dérobée). New York apparaît encore dans l’œuvre cinématographique d’Auster, en tant que scénariste dans Smoke et Brooklyn Boogie. Le livre issue de conversations entre Paul Auster et Gérard de Cortanze s’articule dans un premier temps autour des quartiers fréquentés par Auster et ses personnages. La fin se passe en deux temps. En premier lieu, l’auteur nous fait découvrir New York au travers du moyen de locomotion préféré d’Auster et souvent utilisé par ses personnages (tel Effing et Fogg, Stillman ou encore Bleu), la marche. Comme Rousseau en son temps, Auster utilise la marche comme moyen spirituel : « On marche pour se connaître. On marche pour se trouver. » En second lieu, l’auteur présente la biographie de l’écrivain, la vie avec sa femme Siri Hustvedt ou encore sa vie d’écrivain : « Dans la journée d’un écrivain, il n’y a aucune aventure, aucune excitation, tout se passe à l’intérieur ». Un livre qui plaira particulièrement aux amoureux de l’univers de Paul Auster, expliquant une partie de son œuvre, la corrélation particulière entre New York et ses personnages perpétuellement en mouvement, en quête d’identité. L’importance de la chambre comme pièce révélatrice. Un livre qui met en lumière le monde d’Auster, sur l’importance de ses petits hasards inopportuns qui changeront la vie des héros. Cet essai publié en 2004 permet également de partager le point de vue de l’auteur sur les évènements qui ont marqué sa ville le 11 septembre 2001 : « Depuis le dernier étage de notre maison, nous pouvons voir la fumée qui envahit le ciel de la ville. Le vent souffle vers Brooklyn aujourd’hui et les odeurs de l’incendie ont pénétré chaque pièce de la maison. Une odeur terrible et cuisante, mélange de plastic, de fils électriques et de matériaux de constructions brûlants. » Ou encore « Nous n’avons pas d’autres précédents pour ce qui est arrivé aujourd’hui et les conséquences de cette agression seront sans doute terribles. Davantage de violence, de mort, de douleur pour tout le monde. Et c’est ainsi que le XXIe siècle a finalement démarré. » Pasdel

Pasdel
15/09/13
 

Eh bien, maintenant je peux dire que je suis une fan à part entière puis que j'ai lu ce petit livre de Gérard de Cortanze qui souligne les liens entre l'auteur et sa ville. A travers différents quartiers, rues, de Colombus circle à Brooklyn, de Central Park à Washington square, Auster et Cortanze nous guident et nous perdent dans NYC. Avec eux, resurgissent les personnages d'Auster comme autant d'alter ego et des souvenirs d'enfance, d'adolescence puis d'adulte. Derrière Quinn, Anna ou Fogg, il y a un écrivain, un homme. Et c'est superbe parce qu'ils nous donnent à lire une biographie d'Auster en négatif, ils décryptent ses balades, ils déchiffrent des numéros de rues comme autant d'indices... Cet ouvrage s'organise d'abord par lieux indispensables : là où Auster a vécu et écrit dans une chambre misérable, là où il a étudié et enseigné, là où sa famille vivait... Puis se poursuit avec une analyse de la marche comme processus créateur. La marche si présente dans tous les romans de Paul Auster. Enfin, la vie de l'écrivain est racontée de façon chronologique, succinte et prenante : premiers articles, voyages, amours. Le tout se clot sur quelques articles de presse, bien choisis.

Praline
07/04/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.28 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition