Perdido street station - tome 1

MIEVILLE, CHINA

livre perdido street station - tome 1
EDITEUR : POCKET
DATE DE PARUTION : 01/09/06
LES NOTES :

à partir de
8,20 €

SYNOPSIS :

Nouvelle-Crobuzon: une métropole tentaculaire et exubérante, au coeur d'un monde insensé. Humains et hybrides mécaniques y côtoient les créatures les plus exotiques à l'ombre des cheminées d'usine et des fonderies. Depuis plus de mille ans, le Parlement et son impitoyable milice règnent sur une population de travailleurs et d'artistes, d'espions,
de magiciens, de dealers et de prostituées. Mais soudain un étranger, un homme-oiseau, arrive en ville avec une bourse pleine d'or et un rêve inaccessible: retrouver ses ailes. Isaac Dan der Grimnebulin, savant fou et génial, accepte de l'aider. Mais ses recherches vont le conduire à libérer une abomination sur la ville tout entière...
3 personnes en parlent

Nouvelle-Crobuzon, immense métropole, saturée de pollution et de miasmes en tout genre, peuplée d'humains mais aussi de créatures très étranges et exotiques, va être le cadre d'une terrible aventure mettant en scène un homme-oiseau déchu, Yagharek, un ingénieux scientifique dont le savoir est convoité, Isaac, une khepri artiste, femme-insecte sculptant avec sa bave, Lin et bien d'autres encore... Tous vont se retrouver en train de lutter contre des monstres de cauchemar capables de mettre en péril la ville toute entière.Un diptyque, mariage entre fantasy urbaine et science-fiction, dans lequel le premier "héros" est cette Nouvelle-Crobuzon, magnifiquement décrite par l'auteur, cité d'une richesse inouïe, boursouflée de mille intrigues et recoins à explorer, monde hallucinant en pleine décrépitude.Chaque personnage est entraîné dans une quête personnelle, et toutes les histoires viennent s'emmêler et se compléter sur un écheveau central qui ne laisse au lecteur aucun temps mort.Formidable roman aux multiples récompenses amplement méritées.A noter que China Miéville a réutilisé le même monde pour planter les intrigues de ses romans "Les scarifiés" et "Le concile de fer". Maltese

Maltese
06/03/09
 

Première partie de cette plongée en Bas-Lag, qui constitue la mise en place des protagonistes et de tous les rouages de l'aventure qui nous est contée. Et contée bien sûr de main de maître par China Miéville dont j'adore l'écriture et le style, un monde complet sans qu'il soit forcément complexe, quelque chose de cohérent et qui parle à tous les sens. Bien que dans ce premier tome, il ne se passe finalement pas grand chose, enfin sur la majeure partie de l'œuvre, on ne s'ennuie pas, on découvre le monde les yeux grands ouverts et on en demande encore ! Et on n'est pas déçus ... Rendez-vous au prochain tome.

fzilbermann
12/10/14
 

J’ai adoré ce roman, et pourtant j’ai eu un peu de mal à rentrer dedans. Tout d’abord, C. Miéville a su créer un univers particulier. Nouvelle-Crobuzon est une ville étouffante, moite, où chaque recoin pourrait filer la chair de poule. Le genre de ville où l’on irait à reculons. Et c’est dans cet état d’esprit que l’auteur nous y embarque.La cité est salle, chaque personne croisée nous paraît comme peut recommandable. On se méfie de tout.Et puis, on commence non pas à aimer Nouvelle-Crobuzon, mais tout au moins à s’y habituer. Avec le temps, on comprend que la ville nous a envahi, plus que l’on a envahi la ville. China Miéville n’hésite pas à nous faire de longues descriptions. Certains pourraient trouver qu’il y en a trop, moi pas. Et ce, pour une très bonne raison : La qualité de l’écriture.Tout d’abord, le vocabulaire utilisé est très riche. Ce ne sont pas forcément des mots inconnus ou compliqués, mais plusieurs fois je me suis fait la réflexion que tel mot que je connais pourtant, et donc je connais la signification, et bien ça ne me venait pas à l’idée de l’utiliser. Et quelque part, je trouve ça très bien que des livres nous rappellent que le vocabulaire français n’est pas limité à 200 mots. En plus d’être riche, le vocabulaire est adapté à l’environnement, à la description. Tantôt scientifique, tantôt soutenu, tantôt vulgarisé. Quand l’auteur parle des prostituées du quartier le plus pourri de la ville, il ne parle pas de « filles de mauvaise vie », mais bien de « putes ». De même que tout l’aspect scientifique est détaillé de façon très… scientifique. Alors, certes je n’ai pas tout compris quand c’était trop technique, mais pourtant cela ne m’a pas gêné du tout. J’ai même trouvé que c’était une excellente façon de faire apprécier les personnages dans leur intégralité Justement, à propos des personnages…Eux aussi, il m’a fallu les « apprivoiser ». Car à Nouvelle-Crobuzon, les races et les hybrides sont nombreux. Et aucun ne m’était familier. J’ai donc du faire quelques efforts pour comprendre et retenir ce qu’étaient les recréés, les garudas ou encore les Khépri.Pour certaines créatures, je n’ai pas eu trop de mal à les imaginer. Par exemple le Garuda (homme oiseau)… Je crois que le grand oiseau d’Emilie Jolie n’y est pas totalement étranger ^^.J’ai assez vite intégré le concept des recréés, bien que parfois mon cerveau se demandait comment c’était possible tout ça !!En revanche, le khépri (humain à tête d’insecte), bah j’ai eu vachement de mal. Pourtant, une tête d’oiseau sur un corps humain c’est aussi improbable que la tête d’insecte. Mais non, l’insecte me choquait plus.Mais bon, au fil des pages j’ai fini par intégrer toutes ces races qui m’étaient inconnues. Et l’action alors ?Certes, dans Perdido Street Station il y a une intrigue qui va perdurer sur l’ensemble du roman. Celle-ci est bien ficelée et bien menée. On va suivre lsaac dans ses recherches qui permettront au Garuda de voler à nouveau. MAIS, et c’est en cela que ce livre change des narrations habituelles, on comprend rapidement que ce qui prime n’est pas tant l’intrigue en elle-même que l’univers décrit.Finalement, l’action n’est la que pour servir d’accroche et nous emmener dans cette mégapole particulière qu’est Nouvelle-Crobuzon. Ce roman est bien sûr porteur de quelques sujets de société tels que l’homophobie, la justice, ou encore l’esclavagisme. Mais je pense que ce n’est pas dans cet objectif là qu’il faut le lire. Non, Perdido Street Station est à lire pour le plaisir de la lecture, pour son vocabulaire riche et intéressant, et surtout pour découvrir un nouvel univers qui nous est inconnu, presque inaccessible.

Nelcie
24/10/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.10 cm
  • Poids : 0.39 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition