Perdido street station - tome 2

MIEVILLE, CHINA

livre perdido street station - tome 2
EDITEUR : POCKET
DATE DE PARUTION : 01/09/06
LES NOTES :

à partir de
9,30 €

SYNOPSIS :

Lors de ses recherches pour l'homme-oiseau, Isaac Dan der Grimnebulin a libéré des monstres volants, les gorgones, sur Nouvelle-Crobuzon. Le gouvernement est vite dépassé par les événements et en appelle à la Fileuse, une araignée géante vivant sur plusieurs plans de réalité, pour l'aider à endiguer le péril.
Les gorgones se mettent à pondre, et menacent bientôt toute la ville, dont les habitants sont la proie de terribles cauchemars. La milice est impuissante. Seuls Isaac et ses amis peuvent encore sauver Nouvelle-Crobuzon, au risque d'y laisser moult plumes et une oreille chacun, prix de leur pacte avec la Fileuse...
2 personnes en parlent

Nouvelle-Crobuzon, immense métropole, saturée de pollution et de miasmes en tout genre, peuplée d'humains mais aussi de créatures très étranges et exotiques, va être le cadre d'une terrible aventure mettant en scène un homme-oiseau déchu, Yagharek, un ingénieux scientifique dont le savoir est convoité, Isaac, une khepri artiste, femme-insecte sculptant avec sa bave, Lin et bien d'autres encore... Tous vont se retrouver en train de lutter contre des monstres de cauchemar capables de mettre en péril la ville toute entière.Un diptyque, mariage entre fantasy urbaine et science-fiction, dans lequel le premier "héros" est cette Nouvelle-Crobuzon, magnifiquement décrite par l'auteur, cité d'une richesse inouïe, boursouflée de mille intrigues et recoins à explorer, monde hallucinant en pleine décrépitude.Chaque personnage est entraîné dans une quête personnelle, et toutes les histoires viennent s'emmêler et se compléter sur un écheveau central qui ne laisse au lecteur aucun temps mort.Formidable roman aux multiples récompenses amplement méritées.A noter que China Miéville a réutilisé le même monde pour planter les intrigues de ses romans "Les scarifiés" et "Le concile de fer". Maltese

Maltese
17/07/09
 

Quand on a moyennement apprécié la première partie, c’est avec de l’appréhension que j’ai entamé cette deuxième partie.C’est sûr qu’il y a plus d’action avec des combats particulièrement violents et moins de parlottes.Mais voilà je n’ai pas pris de plaisir à lire cette fin de roman. C’est un univers trop baroque, ça part trop dans tous les sens. Chaque fois que Miéville entame une description, j’ai l’impression que ça ne va pas assez loin, ça reste dans l’évocation.Pour certains Perdido Street Station a été une claque. Pour moi ça été une lecture en demie-teinte : il y a beaucoup d’inventivité mais j’ai toujours eu du mal à me sentir à l’aise dans ce roman.

Chiwi
13/08/14
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.10 cm
  • Poids : 0.47 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition