Perte et fracas

TROPPER, JONATHAN

EDITEUR : FLEUVE NOIR
DATE DE PARUTION : 23/02/08
LES NOTES :

à partir de
9,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

j'avais une femme. elle s'appelait hailey. aujourd'hui, elle est morte. et je suis mort aussi. doug a 29 ans et il est veuf. depuis deux ans. depuis que l'avion dans lequel voyageait hailey a explosé en plein vol. et depuis, doug se noie dans l'autoapitoiement comme dans le jack daniel's... jusqu'à ce que sa petite famille débarque en force. son beau-fils, russ, en conflit avec l'humanité entière. sa jumelle, enceinte, qui décide de s'installer chez lui. et sa plus jeune soeur, qui s'apprête à épouser l'ex-meilleur ami de doug... rencontré à l'enterrement de hailey ! sans oublier son père, qui commence à perdre
la tête et lui demande régulièrement des nouvelles de sa femme, ou encore sa voisine qui s'obstine à lui susurrer des mots cochons à l'oreille... et que dire de ses allures d'écrivain ténébreux qui lui attirent les faveurs de la gent féminine et des grands éditeurs, grâce à sa chronique hebdomadaire " comment parler à un veuf " qui a fait de lui une star ! qu'il le veuille ou non, plus question de se couper des autres. pourtant, ce n'est que lorsque russ est précipité dans les pires ennuis que doug reprend réellement les choses en main. et son retour à la vie ne se fera pas sans perte et fracas...
5 personnes en parlent

Dans ma "petite" bibliothèque municipale, je courais toutes les semaines après le célèbre "C'est ici que l'on se quitte" de Jonathan Tropper. Malheureusement pour moi, apparemment il a eu beaucoup de succès parce que chaque fois que j'y suis allée il n'était pas en rayon (mais là j'ai réussi à l'avoir et je suis en train de le lire ^^).Bref, du coup je me suis rabattue sur "Pertes et fracas". Doug, jeune veuf d'un peu moins de trente ans, n'arrive pas à reprendre goût à la vie malgré le fait que Hailey soit morte depuis déjà un an.Autour de lui gravitent ses soeurs: Claire (qui est enceinte mais vient de quitter son mari) et Debbie (qui est sur le pont d'épouser le meilleur ami de Doug qu'elle a rencontré aux funérailles de sa femme); Russ, l'ado de fils de sa femme (morte) et ses parents. Grâce à toute cette bande, mais pas seulement dans la joie -et d'ailleurs j'ai envie de dire "plutôt pas dans la joie"- Doug va peu à peu réussir à sortir de sa mélancolie et reprendre une vie normale. C'est donc le premier roman de Tropper que j'ai lu. J'ai bien aimé le caractère léger du livre malgré une histoire qui ne l'est pas forcément.J'ai aussi aimé la multitude des personnages, qui ont tous quelque chose de particulier et d'attachant.

Chiwi
11/10/13
 

J'avais adoré ce roman jubilatoire !Seulement, tous les Jonathan Tropper se ressemblent, c'est dommage parce que ça devient lassant de voir reproduit constamment le même schéma... Amélie(Mélo).

MamzelleMelo
25/05/11
 

Ce n'est pas gagné quand on s'attaque à une histoire de deuil, de tristesse, de colère. On s'attaque à des émotions ambivalentes. Et d'ailleurs, le personnage de Doug les incarne complètement : comment refaire sa vie, comment sortir à nouveau avec des femmes quand on est veuf ? Comment les gens vont réagir ? Pourquoi tout le monde fait preuve d'une compassion qui énerve plus qu'elle ne réconforte ? Toutes ces questions, Jonathan Tropper les aborde de manière subtile et drôle en même temps. On sent Doug évoluer, changer, accepter la main tendue, avoir envie de s'en sortir et puis avoir envie de dire stop aux bonnes intentions.De même qu'il parle très bien du deuil et du long processus qui doit s'enclencher pour que les souvenirs ne soient plus douloureux, Jonathan Tropper situe son histoire au sein d'une famille recomposée, introduisant la question du beau-père qui n'a aucun droit légal sur un adolescent qui ne demande qu'une chose : avoir des repères en la personne de Doug. Ajouter à cela une famille plutôt aisée, en plein préparatifs d'un mariage, et je vous garantie que les étincelles jailliront à n'en plus finir, toujours pour notre plaisir. Car finalement, Jonathan Tropper réussit le meilleur : nous faire rire de choses tragiques sans jamais être déplacé. Miss Alfie, croqueuse de livres

MissAlfie
28/02/11
 

En commençant ce livre, je m'attendais à un roman un peu dur sur le veuvage. Et bien, pas du tout !Au contraire, l'auteur est parvenu à rendre amusant un livre qui traite d'un sujet aussi délicat.Et toute cette épreuve devient l'occasion de rire aux dépens du personnage principal, ce pauvre Doug, un peu dépassé par les évènements et par sa drôle de famille. C'est vrai qu'il n'est pas le seul à souffrir de la disparition de sa femme et il faut qu'il gère la vie de son beau-fils. A cela se rajoute des histoires de famille un peu compliquées.Vous l'aurez compris, si vous souhaitez un lire un peu décalé, qui traite de façon légère mais avec de vrais moments d'émotion d'un sujet qui nous fait peur, alors vous serez comblés !

Argantel
14/12/09
 

Voilà un livre qui permet de se livrer à une forme de paresse bien agréable : se mettre l'esprit en mode repos, sans toutefois céder à la facilité ou avoir la fâcheuse impression de vendre son âme au diable.On dévore les pages de ce roman le sourire vissé aux lèvres, comme on regarde un épisode de Californication ou d'une autre de ces séries américaines jubilatoires. Dans Perte et Fracas, Jonathan Tropper nous entraîne dans les aventures de Doug, 29 ans, qui vient de perdre sa femme dans un accident. Sa vie est dévastée, il est désemparé : lui qui avait grandi au contact de cette femme plus mûre se retrouve brutalement incapable de se relever, de reprendre sa vie en main. Rien de bien réjouissant me direz-vous dans le point de départ du roman qui, certes, aurait pu prendre une tournure des plus noires.Mais autour de Doug et de son chagrin vont s'agiter des personnages tous plus ou moins déjantés se livrant à une comédie humaine des plus divertissantes. Entre les voisines nymphomanes, les sœurs au bord de la crise de nerfs, le beau-fils fan de marijuana, le père doux-dingue et la mère chic alcoolique on a bien sûr de quoi s'amuser amplement. Cet art de la comédie n'empêche en rien Jonathan Tropper de poser des questions graves et essentielles sur l'amour et le deuil, sur l'après. Ce mélange d'ironie douce, de désespoir illuminé, de comédie moderne donne envie d'une chose : courir acheter les autres romans de Jonathan Tropper et les dégainer en cas de morosité installée.(R. Lecomte Rodriguez) Consultez la critique sur le site Lectrices.fr

Lectrices
06/11/09

Format

  • Hauteur : 22.60 cm
  • Largeur : 14.10 cm
  • Poids : 0.48 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition