Petit dejeuner chez tiffany

CAPOTE, TRUMAN

livre petit dejeuner chez tiffany
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 05/04/73
LES NOTES :

à partir de
7,20 €

SYNOPSIS :

La ravissante Holly Golightly mène une vie légère et frivole et traîne sur la Cinquième Avenue devant la vitrine de Tiffany, célèbre joaillier new-yorkais. Mais cette désinvolture, ce goût du luxe ne cachent-ils pas d'anciennes blessures
soigneusement dissimulées sous une séduisante mélancolie qui fait chavirer le coeur des hommes ? Dans ce célèbre roman adapté au cinéma avec Audrey Hepburn, Truman Capote mêle humour et désespoir avec une sensibilité rare.
4 personnes en parlent

Petit Déjeuner chez Tiffany est probablement avec 'De Sang froid", le plus célèbre roman de Truman Capote. Même ceux qui n'ont pas lu ce court roman ont en mémoire la prestation d'Audrey Hepburn dans le rôle d'Holly Hollithly dans "Diamants sur canapé".Pour ma part, n'ayant ni vu le film et lu le livre, j'étais dans la découverte totale.J'ai tout d'abord été surpris par la brièveté du roman: en une petite centaine de pages, Truman Capote dessine le portrait d'une femme libre et exubérante qui cache bon nombres de secrets. On ne peut qu'être conquis par elle.Toutefois, je n'ai pas adhéré tout de suite à l'histoire. Je trouvais cela agréable à lire mais pas passionnant. Je ne voyais aucun enjeu. C'était frais mais pas transcendant. Il faudra attendre la moitié du roman pour que l'histoire s'emballe. Truman Capote nous dévoile une partie du mystère d'Holly (c'est cette partie qui m'a le plus plu au final). Tout comme notre héros, Fred ou Buster, peu importe le nom que lui donne Holly, le lecteur va de surprise en surprise. Je me suis d'ailleurs surpris à tourner les pages beaucoup plus vite pour avoir le fin mot de l'histoire. Ce qui est étrange puisque dès le début on sait (ou on ne sait pas plutôt) ce qu'est devenu Holly.Au final, voilà un petit roman qui se dévoile petit à petit mais qui n'est pas inoubliable non plus. Un petit roman tout de même agréable à lire à la terrase d'un café ou pourquoi pas chez Tiffany's!

Will2106
06/03/14
 

Le film ("Diamants sur canapé") est meilleur que le livre, notamment grâce au duo d'acteurs formé par Audrey Hepburn et George Peppard mais le roman de Capote pose les bases de ce qui fait le charme de ce livre : le personnage de Holly Golightly. Dommage que je sois allergique au style de Truman Capote car j'aurais pu avoir un vrai coup de coeur avec une telle histoire, pleine d'ambivalence, de non-dits, de subtilité en somme.

mycupoftea
18/09/12
 

Très court roman de 120 pages, Petit déjeuner chez Tiffany est un petit bijou (c'est la cas de le dire !) Sa lecture est très fluide, rapide et la traduction réussie. La narration à la première personne jette un halo de mystère autour du personnage fascinant de la jeune Holly, que le narrateur ne parvient pas à appréhender réellement. Le lecteur subit cette fascination et cette domination, et suit les pérégrinations du jeune auteur pour rencontrer sa voisine.Tout lecteur a en tête l'interprétation d'Audrey Hepburn, ses minauderies, mais aussi la façon dont elle crève l'écran et capte l'attention du spectateur dans le film de Blake Edwards, et ce souvenir hante la lecture et prolonge le texte de Capote.J'ai beaucoup aimé cette lecture, et ce personnage de jeune fille un peu instable, insouciante, et obsédante pour la gent masculine m'a fait penser à ma lecture de la biographie de Maryline.

soukee
31/08/10
 

Bien entendu, j'ai vu et revu des dizaines de fois le film de Blake Edwards où Audrey Hepburn illumine de grâce le personnage de Holly Golightly. Et en lisant la longue nouvelle de Truman Capote, on comprend mieux qu'il ait d'abord pensé à son amie Marilyn Monroe pour incarner son héroïne. Car Holly est finalement une créature bouleversante, plus désemparée et désespérée qu'on ne pouvait imaginer. Elle se décrit comme une petite bête sauvage, impossible à apprivoiser, qui vole et virevolte ici et là, d'un pays à l'autre, à la recherche de sa propre maison.Un peu à l'image du chat sans nom qu'elle a trouvé un jour près d'une rivière, qui n'a pas de nom car elle estime qu'il ne lui appartient pas et qu'un jour il trouvera aussi sa destination...L'histoire commence donc par le retour du narrateur dans la rue de la vieille maison brune où il fut locataire, à la même adresse que cette "voyageuse de commerce", qui sonnait chez l'un ou l'autre pour rentrer chez elle à des heures indues. "Elle portait une mince et fraîche robe noire, des sandales noires, un collier de chien en perles. En dépit de son élégante minceur, elle gardait l'air de santé des petits déjeuners aux flocons d'avoine, l'air de propreté des savons au citron et des joues assombries d'un rouge sommaire. La bouche était grande, le nez retroussé. Une paire de lunettes noires obturait ses yeux. C'était un visage ayant passé l'enfance mais tout près d'appartenir à la femme."Holly Golightly est une apparition céleste. Elle deviendra une très grande amie du narrateur, écrivain débutant, mélancolique dans l'âme, qui s'attache sans reconnaître la profondeur de ses sentiments pour sa voisine. Holly fréquente des hommes, beaucoup d'hommes. Ce sont ses bons Samaritains, qui l'entretiennent, lui promettant monts et merveilles, avant de s'échapper sur des petits billets embourbés de fausse galanterie.Pour Holly, le narrateur a tout d'un Fred, qui est en fait son petit frère, engagé dans l'Armée et qu'elle n'a pas revu depuis quelques années. De sa vie, Holly n'est guère prolixe. Elle cache sa propre misère, laisse parfois entrevoir "son cirage" que seule une virée chez Tiffany permet de calmer. "La sérénité, l'air de supériorité. On a le sentiment que rien de très mauvais ne pourrait vous atteindre là, avec tous ces vendeurs aimables et si bien habillés. Et cette merveilleuse odeur d'argenterie et de sacs en crocodile. Si je pouvais trouver dans la vie un endroit qui me procure la même impression que Tiffany, alors j'achèterais quelques meubles et je baptiserais le chat."Ce ne sont pas les diamants qui fascinent Holly, mais une quête impossible - et inaccessible ?Plus triste et attendrissante, l'héroïne de Truman Capote est attachante, même si elle refuse qu'on s'accroche à elle. Résignée sur son sort, sur la vie et son amertume, Holly Golightly m'apparaîtra désormais bien différemment sur les écrans, quand Audrey Hepburn glissera ses escarpins sur le bitume, tout en sirotant son café devant les vitrines du Tiffany...[L'édition s'accompagne de 3 autres textes : La maison de fleurs / La guitare de diamants / Un souvenir de Noël. ]

Clarabel
20/02/09
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.12 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : GERMAINE BEAUMONT