Petit eloge de la haine

KUPERMAN, NATHALIE

livre petit eloge de la haine
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 11/09/08
LES NOTES :

à partir de
2,00 €

SYNOPSIS :

Moi, écrire un éloge de la haine ? Impossible : La haine, le mot même me tait froid dans le dos. Pourquoi alors n'ai-je pas proposé de parler de l'amour lorsque l'on m'a demandé de participer à l'aventure des "Petits éloges". Parce que, peut-être, je n'avais rien à en dire. La haine, j'ai essayé. Ca donné :. Un clochard qui pousse au crime. une souris qui
sépare un couple, des peluches qui détruisent des enfants, une radio qui provoque des gifles, un papier peint qui effraie, une jupe qui mène à la déchéance, un chef qui perd Ie contrôle, une phrase atrocement vulgaire qui permet de continuer à vivre. Petit éloge de l'écriture de la haine serait un titre plus approprié. me sais-je dit pour me rassurer.
3 personnes en parlent

Comme le titre l'indique, ces nouvelles de Nathalie Kuperman ont pour thème commun la haine.Haine qui naît pour une amie, haine de deux frères enfants qui les pousse à la violence, haine conjugale, haine entre amants, haine de son environnement professionnel, etc... mais souvent haine de soi-même, de sa vie, reportée sur d'autres.C'est très agréable à lire, on passe de bons moments. La façon dont s'exprime la colère de la narratrice dans "Ta mère" m'a particulièrement amusée.J'avais également apprécié de cette auteur le roman J'ai renvoyé Marta. Canel

Canel
18/01/14
 

J’avais gardé de ce petit éloge l’impression que l’issue de la haine y était trop souvent la folie, ce qui m’avait déçue, mais cela m’a moins marquée lors de cette relecture. J’ai davantage apprécié ce recueil de nouvelles cette fois-ci d’ailleurs, en percevant mieux les qualités et la diversité. Le Petit prologue d’une gentille fille m’a fait sourire par son ironie et sa première mise en scène de la haine. J’ai ensuite beaucoup aimé le style d’écriture de Nathalie Kuperman dans les nouvelles : il est plutôt fluide et classique, parfois oralisé ou jouant sur les répétitions pour marquer les gradations. La haine est déployée dans les textes de diverses façons, toujours avec brio. Si les chutes ne sont pas spécialement surprenantes, les fins sont toujours très bien amenées, soit progressivement comme dans Laurence & Laurence et Grande entreprise, soit brusquement dans Un dragon noir avec des dents puissantes et une gueule forte.Il s’agit donc d’un agréable recueil de nouvelles, que j’ai mis du temps à vraiment apprécier, mais que je conseille.

AmandineMM
16/02/13
 

Natalie Kuperman avec un titre un peu provocateur,Petit éloge de la haine, confirme ici tout le bien que je pensais d'elle à la lecture de J'ai renvoyé Martha.Monde de l'entreprise ou de l'enfance, rapports de couples ou d'amis, tout passe joyeusement à la moulinette et une "Mini petite souris" faisant irruption de manière innocente dans un appartement va déclencher une réaction en chaîne tout à fait réjouissante pour le lecteur. Mais je m'en voudrais de gâcher votre plaisir en en disant plus. Juste une citation au passage : "Un espace inoccupé accueille des possibilités déstabilisantes, c'est contre cela que l'on travaille, que l'on agit , que l'on pense." cathulu

cathulu
17/07/12
 

Format

  • Hauteur : 17.70 cm
  • Largeur : 10.70 cm
  • Poids : 0.08 kg

Dans la même catégorie