Petit eloge du sensible

BARILLE, ELISABETH

livre petit eloge du sensible
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 11/09/08
LES NOTES :

à partir de
2,00 €

SYNOPSIS :

« Je choisis ce qu'il y a en moi d'essentiel, d'infini et de non monnayable. Je choisis de cultiver l'esprit de finesse, les émotions délicates, les sensations patiemment tamisées, sachant que si la faim du corps, tout impérieuse soit-elle, a ses impasses, celle de l'esprit, elle, s'accorde à l'illimité,
tout comme les nourritures dont il se rassasie : l'offrande ultime d'une rose de novembre, l'âcreté sensuelle d'un feu de cheminée, le nuancier d'un ciel normand, l'ivresse du baiser qu'on n'attendait plus. Je choisis l'ordre sensible contre la tyrannie sclérosante des ambitions. »
2 personnes en parlent

De manière générale, j’aime beaucoup l’ensemble de la série des Petit éloge, bien que certains se distinguent davantage et fassent partie de mes préférés (ou de mes coups de gueule, mais c’est plus rare) pour diverses raisons ; celui a un statut encore plus particulier pour moi : il est véritablement LE meilleur à mes yeux, celui que j’aime le plus dans toute la série et qui n’a jamais été détrôné jusqu’ici. Derrière cet éloge du sensible, c’est tout un art de vivre et d’écrire que développe Elisabeth Barillé, de façon très fine et délicate, tout en saveurs et sensations. Cela commence dès les premières lignes, par un prologue en cuisine, dans laquelle se déroule une conversation entre la narratrice et une amie : d’abord dubitative, cette dernière se laisse convaincre au fil de la discussion, entrecoupée d’odeurs culinaires et de souvenirs. Selon l’auteure, qui fait appel à un très grand nombre d’auteurs qu’elle cite au cours de son éloge, la cuisine et l’écriture ne sont pas si différentes qu’on pourrait le penser, en matière de sensible. S’égrènent ensuite d’autres chapitres, assez courts souvent, où l’idée principale est un refus de la sensiblerie ambiante de notre époque, qui n’est qu’une dénaturation commerciale de la vraie sensibilité. Cela se manifeste tout au long de cet essai-témoignage par une série de comportements, de gestes et d’attention portée à ce qui l’entoure.Un petit éloge magnifique, servi par une écriture fluide comme une caresse et délicate.

AmandineMM
16/02/13
 

Bilan plus mitigé pour Elisabeth Barillé et son Petit éloge du sensible, la première partie de ses textes m'a fait retrouver le plaisir éprouvé à la lecture de Singes (pas de billet), la seconde plus autobiographique m'a évoqué plutôt l'univers de Corps de jeune fille que j'avais moins aimé. De jolis moments cependant. cathulu

cathulu
17/07/12
 

Format

  • Hauteur : 17.70 cm
  • Largeur : 10.70 cm
  • Poids : 0.07 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie