Petits meurtres entre voisins

NOORT, SASKIA

livre petits meurtres entre voisins
EDITEUR : DENOEL
DATE DE PARUTION : 04/06/09
LES NOTES :

à partir de
17,75 €

SYNOPSIS :

Karen et Michel ont trouvé, dans le petit village où ils viennent de s'installer, un groupe d'urbains convertis aux bienfaits de la campagne. Jusqu'à ce qu'un violent incendie éclate en pleine nuit chez Evert et Babette, un des couples. Evert y laisse la vie. Tous croient au suicide ou à l'accident. Autour de cette mort brutale, les jalousies
et les rancoeurs commencent à affleurer : adultère, soupçons de malversations. Et lorsque, quelques jours plus tard, un autre membre se défenestre depuis une chambre d'hôtel, le doute s'installe pour de bon. Puis la peur. Puis l'obsession : l'un d'entre eux est un assassin. Traduit du néerlandais. De la même auteure : Retour vers la côte.
16 personnes en parlent

La reine hollandaise du roman noir, qui caracole en tête des meilleures ventes, nous plonge dans un huis clos féminin angoissant et sexy. Un portrait décapant de la banlieue chic d'Amsterdam où l'hédonisme vire à l'aigre sous la vertigineuse mécanique du mensonge et de la trahison. Karen et Michel ne regrettent pas d'avoir quitté la capitale pour le petit village où ils viennent de s'installer. En plus d'un rythme de vie apaisé, ils ont trouvé un cercle social des plus grisants : un groupe d'urbains convertis aux bienfaits de la campagne qui partagent comme eux le goût de ta bonne chère, des boissons et de l'argent. Ensemble, ils fondent un club et passent leur vie les uns chez les autres. Subrepticement, pourtant, l'équilibre vacille. Un violent incendie éclate en pleine nuit chez un des couples, tuant le mari. Autour de cette mort brutale, les jalousies et les rancoeurs commencent à affleurer : adultère, soupçons de malversations. Et lorsque, quelques jours plus tard, un autre membre se défenestre depuis une chambre d'hôtel, le doute s'installe pour de bon. Puis la peur. Puis l'angoisse : un assassin se cache-t-il parmi eux ?... Je ne dirai rien de plus, lisez-le !

ingridfasquelle
10/05/12
 

Quand Karen et Michel décident de quitter Amsterdam pour s’installer dans un petit village, ils n'imaginent pas un instant la vie qui les attend. Karen se retrouve bien seule, une fois que ses deux filles sont à l'école, car Michel travaille d'arrache-pied, d'autant plus qu'il a maintenant des trajets beaucoup plus longs. Pas facile de se faire des amies quand personne ne lui adresse la parole à la sortie de l'école ! Après plusieurs mois d'intense solitude, Karen fera finalement la connaissance de Hanneke qui la fera intégrer dans son groupe d'amis. Une aubaine et presque le début d'une nouvelle vie. Cinq couples, qui deviennent bientôt inséparables : on s'invite de-ci, de-là, on ne se quitte plus, on danse, on boit (beaucoup), on discute, on rit, et les amis fondent même un petit club qu'ils baptisent Le club des dîneurs. Karen et Michel sont enfin intégrés et heureux, même si suivre le rythme des sorties est éprouvant pour leurs finances, car les autres couples sont beaucoup plus aisés qu'eux. Nous sommes en effet en plein milieu bobo, chez les nouveaux riches néerlandais. Et comme dans tout milieu dans lequel l'argent n'est pas un problème, les dérives arrivent plus vite qu'ailleurs. Car sous le vernis se cachent les vices, les rancoeurs, les haines, les désirs de vengeance... Sous les sourires de ces couples qui veulent s'amuser (mais n'arrivent pas à le faire sans boire comme des trous), le vernis craque et on découvre bientôt les fêlures : couples qui battent de l'aile, affaires bien moins florissantes qu'il n'y parait... Quand un des hommes du club est retrouvé mort chez lui, et que Karen commence à douter de son suicide, malgré son état dépressif des derniers mois, en penchant plutôt pour un meurtre, tout explose. Les amitiés se déchirent aussi vite qu'elles sont nées, les femmes s'invectivent, s'insultent et s'étripent. Les hommes manquent de faire pareil, on découvre que tout le monde trompait tout le monde, les mensonges éclatent au grand jour, c'est le début de la fin pour ces gens qui ne vivaient que dans un paraître ridicule, sans vrais sentiments, sans vrai amitié ni amour, et surtout en faisant semblant pour presque tout de leur vie... C'est donc bien un thriller psychologique que ce roman qui, même si tous ces personnages faux et mauvais m'ont vraiment dégoûtée, m'a beaucoup intéressée. J'ai beaucoup aimé l'intrigue et la peinture des états d'âme des uns et des autres ; par contre, leurs pensées sont plutôt désespérantes et ennuyeuses : comme ces gens sont creux et inintéressants dès qu'on les découvre un peu ! Liliba

liliba
18/08/11
 

La solitude a des bons cotés Ce court roman policier se lit comme on regarde une série télé, ambiance « Desperate housewiwes». Dans une banlieue chic des Pays-Bas, peuplée d’architectes d’intérieur, hommes d’affaires séduisants, artistes en tout genre et épouses lassées, on assiste à des suicides étranges.Même si la lecture ne réserve aucune surprise, elle n’en demeure pas moins possible (parfait pour un voyage en train, il a d’ailleurs reçu le Prix Sncf du meilleur polar européen...) et nous emporte vers des territoires nordiques nouveaux après la Scandinavie et l’Islande auxquels la production éditoriale nous a (trop ?) habitués.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Un petit village de la banlieue chic d’Amsterdam, ses jolis pavillons cossus, ses couples heureux… Enfin en apparence car derrière les façades, quand on gratte un peu, le vernis craque. On se croirait un peu dans Desperate Housewives , des voisins, des adultères, des trahisons…C’est avec la mort d’un de ces voisins, Evert, dans l’incendie de sa maison que tout bascule, que la vie rose bonbon de ces nouveaux riches vire au noir. Tout leur petit monde et en même temps leurs belles certitudes s’effondrent.Karen est la dernière à avoir emménagé dans le quartier. Après avoir eu du mal à s’adapter à sa nouvelle vie et surtout son nouveau voisinage, elle réussit à se faire une place dans cet univers qu’elle admire et envie. Elle parvient même à intégrer leur select « Club des dineurs », un must. C’est elle l’héroïne et le personnage le plus intéressant du livre, celui dont la psychologie est la plus fouillée. Karen n’est pas parfaite. Elle est envieuse de la vie de ses voisins par exemple. Elle a des désirs sexuels pour un de ses voisins. Elle est tiraillée entre son mari, ses enfants et l’envie qu’elle a de donner libre court à ses pulsions. De même, partagée entre sa fidélité à la mémoire de sa meilleure amie et voisine Hanneke, retrouvée défenestrée, et sa volonté de découvrir la vérité, elle devra faire des choix…Malheureusement, les autres personnages sont bien moins fouillés et donc bien moins intéressants. L’histoire est prenante mais sans plus. Le dénouement arrive mais sans grande surprise ce qui pour un polar est tout de même un peu dommage.En conclusion, un polar sympathique à l’écriture fluide donc qui se lit vite et bien mais qui n’est pas particulièrement mémorable.

manUB
26/07/14
 

Délicieux petit suspense, à lire pourquoi dans un club de lecture entre amies?Quitter Amsterdam pour une maison de rêve dans une banlieue calme et éloignée? Le rêve est devenu réalité pour Karen et Michel.Karen travaille à la maison et Michel fait les allers et retours jusqu'à Amsterdam.Karen peine à s'intégrer à la communauté de cette petite ville qui semble aussi fermée qu'une huitre.Aussi lorsque l'occasion se présente, elle saute sur l'invitation. S'acclimater et se faire accepter n'est parfois pas si simple.Lorsque Karen rencontre ses mères de familles aux mêmes centres d'intérêts qu'elle, la vie devient un tourbillon. Tout le monde s'entend à merveille dans le meilleur des mondes.Tout semble idyllique jusqu'à l'incendie de la maison d'Evert et Babette, en tuant Evert. Babette est seule rescapée avec les enfants. La vie de ces couples va alors basculer, la vraie nature de chacun va se révéler sous son pire jour, les jalousies vont poindre à l'horizon, les conflits vont naitre, et les couples vont vaciller.Qui résistera? MurielDMR

Muriel72
10/05/14
 

Ce roman s'ouvre sur un drame : dans un quartier riche près d'Amsterdam, un maison brûle. Babette et ses deux enfants s'en sortent de justesse et le quartier est sous le choc : tout porte à croire que le mari, resté à l'intérieur, vient de tenter de tuer toute sa famille. Karen ne comprend pas. Certes, Evert a un lourd passif mais de là à tuer sa femme et ses fils... Tout comme ses amis, elle est sous le choc. Et ce meurtre est le début d'une descente aux enfers pour cette femme. Faux-semblants, jeux de pouvoir, hypocrisie, liaisons extra-conjugales, l'image du quartier vole en éclats et tout y passe. La tension monte progressivement jusqu'au dénouement final, à demi surprenant (je commençais à m'en douter depuis quelques pages). Finalement, les apparences sont très trompeuses et ceux qui semblent tout avoir ne sont pas forcément les plus heureux. Ladilae

Ladilae
26/02/14
 

Ce Petits Meurtres Entre Amis détourné reçu le prix SNCF du polar Européen en 2010 . Le voyage , malgré quelques turbulences , fut plutot agréable meme si les services du wagon bar s'avérerent tristement déplorable...Karen et Michel ont fui l'insécurité d'Amsterdam pour un coquet quartier résidentiel en proche banlieue . Si la nouvelle qualité de vie est au rendez-vous , l'intégration au sein de cette petite communauté bon chic bon genre se révele plus problematique . C'est Hanneke qui officiera en tant que marraine , leur permettant ainsi d'intégrer les réunions du tres sélect " club des dineurs " , micro société composée de cinq couples aussi riches que désoeuvrés , Simon en incarnant le pilier fondateur et incontournable . Les amitiés se tissent au gré de discussions hautement philosophiques : tiens , il pleut ; huuuum , tres seyant ce petit caraco en plume de gazelle ; humpf , si le prix du Chateau pere Benoit Lafitte continue de flamber alors adieu les trois mois de villégiature à Roubaix...Bref , le réseau social se forge , le reve devient alors réalité . Le probleme des reves , c'est qu'ils occasionnent fréquemment des réveils douloureux aux allures de gueules de bois olympiques ! Un ami décidant de faire de sa maison un barbecue géant , une autre se défenestrant et c'est tout ce petit monde de façade qui explose . Le vernis se craquele , révélant au grand jour des vérités trop longtemps travesties par les vapeurs d'un alcool euphorisant . Des gestes désespérés et définitifs qui vont tres vite se réveler comme de potentiels assassinats . Et si le meurtrier se cachait parmi nous ? Karen , fan de Derrick de la premiere heure , subodore un fort relent de pourriture au pays du paraitre et de la bienséance . Dorien Jager , femme flic en charge de l'affaire , ne fera que la conforter dans ses doutes , allant meme jusqu'à incriminer son nouveau soupirant : Simon...Un contexte qui rappelle furieusement les Despérate Housewives . Un petit monde vivant en vase clos , fort de ses valeurs que sont le luxe et le bien vivre légitimés par une course au fric obsessionnelle . Si l'arrogance et la vacuité étaient des criteres déterminants à la canonisation , nul doute que ce panier de crabes pourrait alors s'en réclamer...Interessante cette Karen qui déboule tel un chien dans un jeu de quilles au risque de s'aliener ses nouvelles meilleures amies . Pathétique l'évolution de son adultere , mievre et dégoulinante au possible . Assurément la partie la plus pénible du bouquin . S'amouracher d'un type que l'on devine aussi manipulateur qu'imbu de sa personne , l'analyser assez justement et continuer , cependant , à tergiverser , tortiller , hésiter pour finalement craquer systématiquement : chiant . Si l'amour rend aveugle , la betise crasse , proche de l'encéphalogramme plat , s'arroge souvent le droit d'en etre son plus fidele dommage collatéral ! Cette triste histoire de roman de gare mise à part , une évolution en eaux troubles plutot sympathique . Le rythme est présent . Les personnages manquent cependant de profondeur et le final ne casse pas trois pattes à un tétard mais le moment de lecture se révele , au final , plutot plaisant . Petits Meurtres Entre Voisins , mais que fait Julien Courbet ?

TurnThePage
08/11/13
 

Un roman policier intimiste écrit à l'américaine. La lecture est rapide et aisée. Un mimétisme de "Desperate housewifes" où cinq couples sont mis à mal par le doute et la suspicion dans une vertigineuse mécanique du mensonge et de la trahison. Un roman plein de clichés sur les banlieusards bourgeois, un portrait décapant de la banlieue chic d'Amsterdam

Virago
19/06/13
 

Karen et Michel viennent d'aménager dans une nouvelle banlieue qui va donner à l'histoire un côté très Desparate Housewives. Ils se font rapidement de nouveaux amis qui sont tous en couple et avec des enfants. Mais un beau jour, l'un d'eux va mourir dans l'incendie de sa maison. Puis quelque temps après, un autre d'entre eux va tomber d'un étage...suicide, meurtre. Mais si ce cercle d'amis se révele plus dangereux qu'amical.Le livre est facile à lire malgrè les nombreux allés retour dans le passé mais un peu cousu de fil blanc.

bbpoussy
13/04/13
 

Bizarrement nulle mention de nos chères Desperate Housewifes, pourtant mises d'habitude à toutes les sauces, à l'instar de notre très chère Jane Austen d'ailleurs.Pourtant tout y est : une communauté chicos dans un village hollandais où il fait bon vivre entre gens du même monde, des femmes au foyer ou exerçant vaguement des métiers pas trop prenant et prestigieux, des maris débordés de travail, des enfants qui ont la bonne idée d'aller à l'école pour ne pas trop embêter leurs parents, trop occupés à boire et à flirter.Un peu de sexe pour pimenter le tout et quelques cadavres qui viennent jeter le trouble et ternir rapidement ces images trop bien léchées.Saskia Noort reine du polar hollandais ? Que nenni, les personnages sont aussi inconsistants que les magazines dont ils semblent sortis et seuls quelques vélos viennent donner un peu de couleur locale. On en vient presque à regretter qu'il y ait aussi peu de cadavres tant l'action est mollassonne.Tous les ingrédients avaient été réunis mais la sauce-hollandaise- ne prend pas. cathulu

cathulu
01/01/13
 

Un bon roman haletant, original, et surprenant ( la chute est ingénieuse, même si on la sent venir depuis quelques pages...) : qui imaginerait un petit village de la banlieue d'Amsterdam, cossu, bourgeois, empli de ces gens satisfaits de leur réussite et d'eux-mêmes, le lieu d'un drame issu de ce confinement de gens aisés ? Saskia Noort nous manipule efficacement, utilise tous les ressorts du sentiment humain, et nous promène parmi ses personnages finement analysés et aucunement attachants. laurence

laurence
02/11/12
 

La solitude a des bons cotés Ce court roman policier se lit comme on regarde une série télé, ambiance « Desperate housewiwes». Dans une banlieue chic des Pays-Bas, peuplée d’architectes d’intérieur, hommes d’affaires séduisants, artistes en tout genre et épouses lassées, on assiste à des suicides étranges.Même si la lecture ne réserve aucune surprise, elle n’en demeure pas moins possible (parfait pour un voyage en train, il a d’ailleurs reçu le Prix Sncf du meilleur polar européen...) et nous emporte vers des territoires nordiques nouveaux après la Scandinavie et l’Islande auxquels la production éditoriale nous a (trop ?) habitués.

Ce roman est sympa, mais sans plus.Il y a beaucoup trop de personnages et j’ai mis du temps à identifier tout le monde. Il y a les amies de Karen, les maris des amies, et il faut donc d’abord placer les femmes, puis relier les hommes qui vont avec ces femmes, sans parler des enfants.Bon, on arrive à se repérer, mais ça finit par être un peu fastidieux, d’autant plus que l’auteur ne les décrit pas vraiment, ce qui ne permet pas de les visualiser.Pour m’y retrouver, j’avais décidé de me concentrer surtout sur les personnages principaux, mais au bout d’un moment, on est quand même perdu.Il faut dire que tout le monde ment, puis se drague, couche avec le mari ou la femme d’un autre, et on finit par s’insulter, se fâcher voire se tuer, et là, c’est important d’avoir compris les couples de départ pour identifier les adultères.

Estellecalim
22/09/12
 

Un petit côté Desesperate Housewifes et surtout un gros côté "rien n'est comme il vous semblait" très intéressant. Une banlieue apparemment tranquille, un groupe d'amis, et des morts qui s'enchaînent et entraînent révélation sur révélation, une héroïne qui tombe des nues et le lecteur avec. Fortement caustique et quelques passages assez émoustillants, faut reconnaître ! Sylvie Sagnes

SagnesSy
05/07/12
 

Ce livre au titre tellement évocateur m’a fait passer un très bon moment de lecture. L’ambiance est vraiment très particulière, l’hypocrisie est presque palpable. C’est d’ailleurs cet aspect du roman qui est le plus intéressant. L’auteure analyse – et se moque ouvertement de – cette mini « société » pleine de secrets, de non-dits, de mensonges et de codes de conduite. De ce point de vue là, l’intrigue est vraiment bien menée car il y a beaucoup de suspens et de rebondissements. J’étais vraiment loin de me douter du dénouement !Les personnages sont finalement banaux, si on y regarde bien. Il n’y a que Karen qui sort du lot, le personnage « principal » - comprendre celui que l’on suit tout au long du récit. Elle est touchante et prend conscience peu à peu que ses « amis » ne sont finalement que de la poudre aux yeux. Et ce qui est encore plus intéressant, c’est qu’elle ne rejette pas la faute que sur eux, elle admet y être pour quelque chose elle aussi. Bref, c’est le personnage qui a encore le plus de profondeur et dont on suit avec intérêt les réflexions.Le seul petit bémol, si j’ose dire, c’est le côté Harlequin avec des descriptions un peu crues et jamais subtiles. En même temps, il aurait été difficile de faire autrement puisque l’intrigue repose principalement sur les secrets d’alcôves des personnages.En conclusion, c’est un thriller que je vous recommande ! Pas de violence outre mesure, pas de sang, mais beaucoup de suspens et de mystères. C’est exactement ce que, moi, je recherche dans ce genre de lecture. Je ne suis vraiment pas déçue. Lady K

LadyK
04/07/11
 

"Petits meurtres entre voisins". Michel et Karen décident de fuir le stress de la ville d'Amsterdam pour s'installer dans un village. Ils finissent par se constituer un cercle d'amis. Mais quand la maison d'Evert et babette flambe et qu'Hanneke est retrouvée sans vie, cette petite communauté est sérieusement ébranlée et s'interroge sur la solidité et la sincérité des liens qui unissent le groupe. Karen n'en démords pas : elle ne peut pas croire qu'hanneke se soit suicidée... Elle va mener son enquête à ses risques et périls...Mon avis : très bon thriller hollandais avec une ambiance à la "desperate housewives" . L'auteure sait nous faire passer la tension qui règne dans ce petit groupe d'amis et voisins. 9/10. Se dévore rapidement.

lucie38
19/03/11
 

Format

  • Hauteur : 20.40 cm
  • Largeur : 13.80 cm
  • Poids : 0.32 kg
  • Langage original : NEERLANDAIS
  • Traducteur : MIREILLE COHENDY