Phedre

RACINE, JEAN

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 11/09/08
LES NOTES :

à partir de
1,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

C'est la plus célèbre des tragédies de Racine et la plus trouble. Elle emprunte à la Grèce, patrie de Sigmund Freud dans le domaine de l'imaginaire, la légende dont elle fait une intrigue. Se heurter au tabou de l'inceste, c'est se condamner à mort : alors seulement le jour reprend sa pureté. « La psychanalyse,
a écrit Raymond Picard, n'est guère qu'une exploitation peu éclairée de la psychologie racinienne. » Psychologie, mythe, récit épique, ici tout est violence : le véritable monstre ne sort pas des flots, il est enfermé dans l'héroïne avec une incroyable audace - comme il le sera dans Athalie.
9 personnes en parlent

Racine a rédigé Phèdre en 1677. Il est l'auteur de nombreuses tragédies telles que Bajazet ou Ephigénie.Phèdre, épouse de Thésée, est victime de la terrible malédiction de Vénus jetée sur sa famille. Elle est alors destinée à aimer jusqu'à la fin de ses jours Hippolyte qui n'est autre que son beau-fils, le fils de Thésée. Prête à se suicider, elle décide, sur les conseils d'Oenone, sa fidèle confidente, à la suite de l'annonce de la mort de Thésée de déclarer sa flamme à Hippolyte. C'est alors que son mari jusqu'ici oublié réapparaît...J'ai aimé cette tragédie où l'on ressent bien les sentiments des personnages. Toute la pièce est en rimes et en alexandrins, ce qui rythment le livre. Le vocabulaire difficile est bien expliqué. Le livre se referme d'une manière sombre où on est partagé entre compassion pour Thésée et tristesse pour les autres personnages. On ne sait plus qui sont les victimes et qui sont les coupables ni qui haïr et qui pardonner. Phèdre arrive à nous faire espérer jusqu'au bout quand soudain la chute arrive... Bertille

Bertille
27/11/14
 

La pièce que je préfère. On se retrouve très vite embarqué par l'intrigue, les personnages sont troublants et vivants. La tirade de Phèdre restera à jamais gravée dans ma mémoire. --Ce n'est plus une ardeur dans mes veines cachée, c'est Vénus toute entière à sa proie attachée !-- Cette femme est un monstre mais tellement humaine, finalement je la plains.

choukinette
07/10/14
 

La mythologie grecque et moi, ça n'a pas vraiment été pour le moment le grand amour. Cependant, j'ai beaucoup aimé cette pièce-ci ! Tout d'abord l'écriture m'a entraînée, j'ai apprécié les rimes et le vocabulaire. Au bout d'un moment je n'avais même plus besoin des notes de fin de page pour remplacer les mots anciens par des modernes. Quant à l'action bien sûr, elle est encore une fois très tragique, mais ne m'a pas autant énervé qu'Antigone. La fin est assez spectaculaire et je pense que la scène que j'ai préféré est celle d'Hypolite sur son char. Une belle lecture, donc.

nilale
19/07/14
 

Repris de de la célèbre pièce antique, cette nouvelle version classique nous offre une Phèdre encore plus méchante qui se sert de l'amour pour se venger et commettre l'irréparable. Cemella

Cemella
23/12/13
 

Enfin! J'ai préféré Phèdre à Iphigénie, j'ai mieux compris l'histoire, grosso modo, on va dire. Belle tragédie. Maintenant, je trouve ça dommage de ne pas l'avoir étudié plus en profondeur, plus en détails pendant ma scolarité.

Daenerys
11/09/13
 

Phèdre, c'est une histoire de passion et de fatalité. Même si c'est un texte relativement compliqué à aborder, c'est une très belle histoire, une tragédie classique saisissante.

Arfirith
24/08/12

C'est une jolie écriture mais elle parait quelques fois inaccessible, vraiment! C'est une pure tragédie racinienne, ça il n'y a pas de doute. Alors c'est une belle histoire, où l'on a quand même beaucoup de mal a s'identifier. C'est un classique, qui se lit très très vite.

searchxme
13/08/11
 

Racine a construit Phèdre selon les règles du théâtre classique : l'action est simple et se déroule en un seul lieu : le palais de Trézène, en moins d'une journée. J'ai plus appréciée cette oeuvre qu'Andromaque, du même auteur. Elle est très courte à lire et pour tous les réticents des textes un peu anciens, la plupart des éditions modernes proposent des annotations pour mieux comprendre l'ancien français ainsi que de nombreuses références. Plus de quoi se priver de lire une oeuvre classique !

Lilyptitbout
11/02/10
 

Phèdre Si Phèdre avait traversé la scène pour disparaître en silence dans les coulisses, la pièce n’aurait pas eu lieu. Elle s’arrête, elle avoue. Si Hippolyte était parti, « quitt[ant] Trézène », la pièce n’aurait pas eu lieu ; il parle, il reste. « Incroyable discours », « âme errante sur les lèvres », « nouvelle que l’on voudrait cacher et qu’il faut qu’on révèle »…Phèdre ou un procès fait aux mots. On ment à Thésée, on « commande » aux Dieux. Et si les coursiers du jeune prince qu’on voyait autrefois « obéir à sa voix » s’emballent à la fin, c’est par peur de ce monstre (Oenone calomnieuse) qui « présente une gueule enflammée / Qui couvre (les esprits) de feu, de sang et de fumée ». Le personnage central de la pièce ? La parole.

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.70 cm
  • Poids : 0.12 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition