Philosophie 103

COLLECTIF

livre philosophie 103
EDITEUR : MINUIT
DATE DE PARUTION : 10/09/09
LES NOTES : Donnez votre avis
à partir de
10,00 €

SYNOPSIS :

Ce numéro s'ouvre avec la traduction par Guillaume Fagniez d'un texte du jeune Heidegger, « Le concept de temps dans la science historique », écho d'une leçon donnée en 1915. Parfois considéré comme un texte peu heideggérien, c'est cependant le seul texte de jeunesse auquel ait continué de se référer Heidegger. En vue d'élaborer une doctrine de la science, il oppose dans le droit fil de Rickert la formation des concepts dans les sciences de la nature et de l'esprit, pour montrer comment la structure du concept de temps y est régie par leur orientation épistémique essentielle. Ayant pour fonction en physique de rendre possible la mesure, le temps s'y réduit à un simple paramètre quantitatif, à une échelle ou un ordre homogène de places ; ayant pour fonction en histoire de permettre une chronologie des événements significatifs et de respecter la différence entre les époques, c'est un concept qualitatif. Le texte préfigure ainsi l'effort phénoménologique pour arracher le temps à toute mesure et à toute mondanisation, et le réancrer dans la temporalité du Dasein et de l'historialité. Dans « Leibniz et la folie », Arnaud Pelletier montre que le silence apparent de Leibniz sur la folie ne provient guère d'une exclusion de principe de la folie hors de la raison, mais du fait que la folie ne constitue pas une objection particulière contre la raison. Au contraire de toutes les formes de séparation radicale de l'une et de l"autre, la philosophie du corps impliquée par le dispositif monadologique permet à Leibniz de penser ensemble le phénomène de la déraison et son lien à la constitution des corps. Il n'est alors pas de folie qui fasse totalement perdre la raison, ni même de folie qui
n'implique un sain usage de celle-ci. Le numéro se poursuit avec un texte de Nishida Kitarô (1870-1945), « La dialectique de Hegel considérée de ma position », qui s'inscrit dans le cadre de la renaissance des études hégéliennes en Europe et au Japon au début des années trente. Il offre un exemple d'interprétation d'un penseur occidental par un philosophe extrême-oriental, de surcroît figure intellectuelle marquante du Japon contemporain, dont l'axe central est le suivant : si la négativité a pour Hegel une place centrale, le néant est le moment essentiel qui permet à l'Être de s'élever logiquement à sa vérité en et pour soi dans le Concept. Nishida pointe ce qui dans le statut du négatif apparaît comme une contradiction, pour demander si celle-ci ne constitue pas l'essence même de la dialectique. Dans « Péguy philosophe » enfin, François Fédier tente de dégager la dimension philosophique de la pensée de Péguy, en lisant à la lumière de la distinction heideggérienne entre Historie et Geschichte la différence que fait le premier entre "mystique» et «politique». Dans son style propre, Péguy élabore une méditation historiale, en s'attachant à distinguer l'époque «moderne» de l'Ancien Régime par la conception que chacune a du travail. En celui-ci règne une conception mystique du travail, pensé à partir de la technè grecque comme oeuvre, réalisation de la liberté humaine et épreuve des limites ; s'y oppose la conception moderne, qui en est le travestissement technique et ravale l'oeuvrant au statut du «travailleur» décrit par Jünger. Comment est-il dès lors possible de s'opposer à un mouvement de dégradation dont on a perçu la nécessité époquale ? D. P.
0 personne en parle

Format

  • Hauteur : 22.00 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.12 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition