Pierre qui roule

LAX ; WESTLAKE, DONALD E.

livre pierre qui roule
EDITEUR : CASTERMAN
DATE DE PARUTION : 01/05/08
LES NOTES :

à partir de
17,00 €

SYNOPSIS :

New york, 1970. John dortmunder, cambrioleur génial mais malchanceux, retrouve à sa sortie de prison son ancien complice andy kelp, qui lui propose évidemment un nouveau coup : voler une émeraude pour le compte d'un pays africain. mais ce casse, dortmunder ne le sent vraiment pas, surtout quand
ladite pierre se trimbale, elle aussi, la poisse ! premier épisode des aventures de dortmunder, pierre qui roule contient déjà tous les ingrédients qui ont fait leur succès : un cocktail explosif d'inventivité, d'humour noir et de rythme, devenu la marque de fabrique de donald westlake.
2 personnes en parlent

A tous ceux qui, comme moi , adorent le polar et la BD , la collection Rivages / Casterman / Noir a pensé à vous . En effet , combinant judicieusement les deux , elle propose désormais un catalogue plutôt alléchant . Ellroy , Thompson , Lehane , Léonard , Lee Burke...autant d'incontournables désormais disponibles en format A4 , permettant à notre petit cervelet , dès lors en ébullition , d'y accoler un visuel adapté . Plat du jour : Pierre qui Roule de Westlake crayonné par Lax .Westlake , jamais lu . Lax , véritablement envouté par la découverte récente de L'aigle Sans Orteils .Je me disais donc que dans le pire des cas , à défaut d'un scénar' digne de ce nom , mes mirettes en auraient au moins pour leur argent . Et peu s'en fallu que je misse dans le mille...Juin 1969 . John Dortmunder vient de tirer quatre ans de cabane . Sitôt après avoir assouvi sa première priorité en la délicieuse personne de June , sa seconde et non des moindres – trouver le plus rapidement possible de l'oseille , du grisbi , du flouze , des fifrelins...- se verra tout naturellement résolue en : a - trouvant un emploi de sous-fifre au Mc Do du coin .b- cochant trois bons numéros au loto lui assurant ainsi pitance et hébergement pour les 5 mn à venir .c- réalisant les plans audacieux d'une machine à même de vous permettre de vous balader dans le continuum espace-temps . C'est le p'tit Marty McFly qui va être content !d- réalisant un gros coup pas forcément légal mais immédiatement rentable .Tin , tin . Temps écoulé . Il fallait bien sûr cocher la réponse number four . Repeat after me .Entouré de sa fidèle équipe de spécialistes à tendance légèrement maniaco-dépendante , voilà nos cinq lascars missionnés par le major Iko , ambassadeur du Talabwo , pour récupérer , de quelque manière que ce soit , un somptueux caillou présenté comme le clou d'une expo à venir , et induement échu à l'état voisin , l'Akinzi .Cette mission , si toutefois vous l'acceptez , si vous ou l'un de vos agents...on connait la suite .Et la suite , parlons-en , elle n'est que poisse de niveau olympique et élevage de chats noirs...Car comment qualifier autant de plans au cordeau ne se soldant que par un triste et récurrent échec ?Un scénario pas follement original mais qui tient malgré tout la route par un coup de crayon remarquable ! Magnifique rendu d'un New-York début seventies et de son ambiance du moment .Le trait est précis et nerveux . La colorisation gouachée parfaitement en adéquation avec la noirceur du récit . Faisant preuve d'un humour corrosif , ce récit , à défaut de faire dans la nouveauté , possède le réel pouvoir de vous immerger corps et âme dans un thriller 100% arabica digne de ce nom . Et rien que pour ça , il mérite le détour !Pierre Qui Roule...amasse un tas d'emmerdes incommensurable...Dans la série bras cassé , je demande Walter !

TurnThePage
08/11/13
 

C’est ma première rencontre avec Westlake et son héros cambrioleur Dortmunder, et l’aspect le plus remarquable du roman est l’humour avec lequel Westlake raconte cette histoire. Ce qui n’est tout de même pas évident de prime abord : une affaire de cambriolage, avec des voleurs aguerris,… Mais Westlake raconte et présente cette magouille de telle manière qu’il est impossible de ne pas sourire.Cela démarre très fort, quand ils réfléchissent aux coéquipiers qui pourraient les accompagner. Plusieurs sont indisponibles : l’un a libéré un lion de sa cage dans un zoo, l’autre a percuté un avion,… Et les moyens qu’ils trouvent pour mettre l’émeraude à l’abri sont aussi très peu académiques…Les dialogues sont également assez savoureux. Les cinq comparses sont tellement obnubilés par la pierre et l’argent qu’elle va leur rapporter qu’ils en oublient la raison. Ainsi, lorsque Kelp parle au chien et que Dortmunder croit que c’est à lui qu’il s’adresse, cela donne lieu à une scène absurde et très drôle. Sur l’histoire en elle-même, on assiste à quatre ou cinq cambriolages, évasions, effractions pour au final ne récupérer qu’une pierre. Mais l’ensemble est tellement bien décrit, qu’on se demande jusqu’au iront ces cinq là pour empocher le magot. Face à eux, il y a le major Iko et ses gardes du corps, qui manipulent nos cambrioleurs chevronnés, mais qui paraissent ici des débutants.Bref, voilà un roman policier, entre guillemets, qui joue pleinement la carte de l’humour, et qui réussit fort bien ce pour quoi il est écrit. Vraiment un moment très agréable en compagnie de ces bras pas si cassés que cela !

Yohan59
05/02/13
 

Format

  • Hauteur : 26.00 cm
  • Largeur : 18.50 cm
  • Poids : 0.42 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition