Portrait sepia

ALLENDE, ISABEL

livre portrait sepia
EDITEUR : GRASSET ET FASQUELLE
DATE DE PARUTION : 06/06/01
LES NOTES :

à partir de
21,60 €

SYNOPSIS :

Le roman se situe au Chili, en Californie et en Europe à la fin du XIX. La richissime Paulina del Valle recueille Aurora, sa petite-fille, âgée de 5 ans : son grand-père Tao Chi'en vient de mourir, et sa femme Eliza accompagne le corps en Chine pour l'y enterrer selon ses voeux. Paulina donne ce qu'elle a de mieux à Aurora, mais elle lui cache la véritable identité de ses parents et ce qui s'est passé dans les premières années de sa vie. De cette époque, Aurora n'a conservé comme souvenir qu'un sanglant et terrible cauchemar... Alors que la guerre du Pacifique, le plus mortel conflit frontalier qui opposait le Chili, le Pérou et la Bolivie, fait rage, le mari de Paulina décède. Décidée à renoncer au veuvage, Paulina épouse Williams, son majordome anglais. Prétextant d'une part l'importation au Chili de pieds de vigne français, d'autre part une culture cosmopolite et la préparation d'un trousseau de mariage pour Aurora, alors qu'en vérité
elle devait subir une opération dans une clinique moderne de Londres, Paulina et sa petite-fille embarquent pour l'Europe. Dans cette clinique, elles font la connaissance d'un jeune médecin chilien, Yvan Radovic, qui sera leur compagnon de voyage sur le chemin du retour. Mais lors d'une ultime réception à l'ambassade, à Paris, Aurora fait la connaissance de Diego Dominguez, un jeune officier de marine. De retour au Chili, elle épouse ce fils de grands propriétaires terriens du sud du Chili. La lune de miel et douloureuse d'autant que Diego tombe amoureux de sa belle-soeur... Paulina est mourante. Aurora se rend à son chevet. Elle y retrouve Yvan Radovic. Aurora et Ivan deviennent amants et, une nuit, l'image de son grand-père, Tao Chi'en lui apparaît et elle revit son cauchemar d'enfant : elle était avec lui le jour où il s'est fait assassiner. C'est à cette époque qu'Eliza Sommers révèle à Aurora la vérité sur ses origines...
4 personnes en parlent

Les histoires de Paulina et d’Aurora m’ont vraiment touché. La première s’est opposée à sa famille pour vivre tel qu’elle l’entendait à une époque où cela n’était pas si fréquent. La seconde, destinée à une vie confortable et tranquille ne parvient pas à faire les bons choix, jusqu’à ce qu’elle découvre de quoi est composé son passé. Cette histoire n’est pourtant pas construite comme une enquête. Aurora fait le récit de la vie des membres de sa famille, puis le récit de sa vie adulte. Les évènements s’enchaînent et j’ai même parfois oublié qu’elle était le narrateur.Il faut dire que la famille d’Aurora est nombreuse et les histoires de ses différents membres s’insèrent dans le récit général. Le père d’Aurora, son tuteur, la femme de celui-ci, le mari de Paulina ou ses grands parents maternels sont autant de sujet qui sont traités de façon indépendante, tout en s’insérant parfaitement dans le cadre général.Le récit fonctionne à rebours. Si Aurora la narratrice a 40 ans, elle débute son récit à une époque où elle n’était pas encore née, laissant des espaces de non-dit pour laisser le lecteur dans le même flou que le sien. Tout s’éclaircit donc à la fin, pour elle comme pour le lecteur.Le découpage original du roman suit ce procédé en faisant se succéder trois périodes temporelles : avant la naissance d’Aurora (1862-1880), après sa naissance (1880-1896) et à l’âge adulte (1896-1910).

Estellecalim
09/07/12
 

Décidément chaque livre de cette auteur est un véritable plaisir de lecture. C'est avec délectation que je me suis plongée dans ce livre proprement impossible à résumer tant il se passe de chose au fil des pages. Portrait Sépia est l'histoire d'une femme, elle est la voix d'une femme torturé pendant des années par un secret qui lui revient sans cesse en dans ses cauchemars. J'aime la façon qu' a Isabel Allende de mettre une logique dans le décousu de son histoire. On pourrait prétendre que ces digressions distraits, égarent et ne présentent finalement que peu d'intérêt pour le lecteur; personnellement, je ne partage absolument pas cette opinion. J'adore avoir l'impression de tout connaître des personnages jusqu'aux moindres détails y compris les plus insignifiants. Ces détails donnent une vie et une réalité à chacun. C' est ce que j'aime et que je recherche dans mes lectures.Je suis en train de me transformer en fan inconditionnelle de cette auteur.

Lacazavent
09/08/11
 

Avec ce roman, Isabel Allende confirme un réel talent de conteuse et nous livre une fresque romanesque qui nous entraînera dans l'histoire du Chili à la fin du 19e siècle en plaçant ses personnages au coeur de la guerre du Pacifique puis de la guerre civile qui déstabilisa le pays. C'est aussi l'occasion de faire le portrait d'une société très catholique dans laquelle les femmes ont bien peu de place et où l'émancipation féminine commence à peine à se faire jour.En partant avec Aurora sur les traces de son destin, le lecteur s'embarque dans une historie qui ravira les esprits romanesques et amoureux, sans jamais tomber dans le nunuche. Une lecture d'été que je ne peux que vous conseiller ! Miss Alfie, croqueuse de livres

MissAlfie
01/08/11
 

Ce qui m'a attiré dans ce livre, c'est avant tout la beauté de la femme sur la couverture, qui est, je trouve très bien choisie pour illustrée l'héroïne de ce récit. Splendide. Le titre m'a évoqué les photos anciennes que l'on peut retrouver dans un grenier. Donc, un ensemble assez intriguant, d'autant plus que je n'ai jamais lu de livres de cette auteur, bien que le nom m'était familier.Nous sommes en 1910, début du XXe siècle : Aurora del Valle a trente ans. Pour retrouver la mémoires des cinq premières années de sa vie, elle va remonter le temps, jusqu'avant sa naissance pour comprendre, avec nous, sa vie. Ainsi, le livre est partagé en trois parties : 1862 - 1880 / 1880 - 1896 / 1896 - 1910. Ce sont plusieurs histoires personnelles que nous raconte Aurora : celle de ses grands-parents maternels, celle de ses grands-parents paternels, celle de sa mère Lynn, celle de son père biologique et de son père adoptif, celle de sa belle-famille quand elle sera mariée, etc.Avec le recul après avoir fermé ce livre, ce qui m'impressionne c'est que ce nombre d'informations différentes, de vies différentes qui sont nécessaires à la vie d'un seul individu, sont ici racontés en 400 pages et l'on ne s'en rend absolument pas compte ! L'écriture est fine, délicate ; les descriptions ni trop fournies, ni trop peu ; et surtout, un récit parfaitement organisé malgré les différentes branches.L'intérêt de ce livre n'est pas seulement la saga familiale si vraisemblable que l'on en vient à se demander si Aurora et sa famille n'ont pas réellement existé. Il y a aussi un contexte politique très bien décrit et qui s'intègre bien dans le récit (peut-être les informations le concernant sont-elles un peu longues à certains passages ?). Tout d'abord, il faut savoir que l'histoire d'Aurora l'entraîne d'abord en Californie, puis en Europe et ensuite au Chili. En Californie, où l'on ressent très nettement le racisme, la peur de l'étranger. Au Chili, où la guerre civile de 1891 fait rage. Et dans tout cela, la société voit poindre les débuts d'une émancipation féminine mais aussi religieuse.Finalement, ce livre m'a fait connaître un pays à une époque donnée : le Chili. Un pays que l'auteur nous décrit aussi avec beaucoup de tendresse j'ai trouvé. Et puis, Aurora del Valle, une femme d'une force de caractère étonnante. Paulina del Valle, sa grand-mère, la femme hors des conventions qui l'a élevé et l'a aimé, et puis tous les personnages de l'histoire qui sont tous très forts à leur manière, et très beaux aussi. Une très belle lecture. Marylin

marylinm
11/05/11
 

Format

  • Hauteur : 24.00 cm
  • Largeur : 15.40 cm
  • Poids : 0.50 kg
  • Langage original : ESPAGNOL

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition