Pour le meilleur et pour le pire

STAALESEN, GUNNAR

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 17/06/04
LES NOTES :

à partir de
8,80 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

«Nous avons Roar. Tu sais où tu peux le trouver. Si tu préviens les flics, on le tue.» Varg Veum, ancien salarié à la protection de l'enfance du port de Bergen, devenu détective privé par défaut et détesté des forces de police, n'avait pas besoin de cette nouvelle affaire de kidnapping pour nourrir son vague à l'âme. Roar n'a pas dix ans. Les ravisseurs, menés par un adolescent psychopathe,
n'ont plus guère de limites. Tous vivent dans des tours aux galeries sans fenêtre, aux sous-sols murés et trichent, en périphérie de la ville, avec un avenir sans lendemain. Veum, en s'enfonçant dans cette réalité, va une nouvelle fois donner toute la mesure de son humanisme. D'autant que quelques heures plus tard, c'est à la mère de Roar d'être accusée de meurtre...
2 personnes en parlent

Varg Veum est contacté par un enfant pour qu’il retrouve son vélo. Il v a lors être confronté à un caïd et sa bande qui sèment la terreur dans une banlieue de Bergen. Plus tard la mère de l’enfant est accusée du meurtre de son ex-mari. Il va enquêter pour connaître la vérité. Il va mettre au jour un enchevêtrement de relations où l’amour, la haine, l’adultère  sont entremêlés. Le personnage de Varg Veum, détective un peu minable, s’inspire des détectives américains des années 40. Il va s’engager dans l’enquête que parce qu’il éprouve des sentiments pour la mère. Mais bien sûr un tel dévouement sera bien mal récompensé. Pour ça je trouve le personnage peu original. C’est un homme cabossé qui évolue dans une société cabossée où il y a du racisme, de la misère, un mal être des jeunes. Cela paraît d’actualité mais le roman a été écrit au début des années 80. Ça met à mal le modèle scandinave.Je trouvais intéressant de lire des romans policiers scandinaves mais avec celui là je n'ai pas rerouvé ce que j'avais pu trouver dans les romans du même style. J'ai été un peu déçu de lire une histoire somme toute banale.

Chiwi
04/01/13
 

Quand je dis que dans ce roman, il y a effectivement le pire et le meilleur, je pense notamment à toutes ces réflexions qui parsèment l'histoire si ce qu'est réellement l'amour, pourquoi se marier et pourquoi divorcer, comment vivre avec cela... Bref, des questions que vont se poser les personnages et qui feront un écho particulier en Veum, lui-même divorcé et près d'un petit garçon qu'il voit bien peu. Par contre, à travers cette enquête qui se passe dans un quartier de banlieue de Bergen, Staalesen casse le mythe social scandinave en mettant en scène des difficultés qui existent dans n'importe quel pays : pauvreté, délinquance, cités...Si Pour le meilleur et pour le pire n'est pas le meilleur des titres de la série mettant en scène Varg Veum, il n'en demeure pas moins que la plume de Staalesen, affûté et parfois drôle, n'hésitant pas à utiliser des métaphores au fil du textes, permet d'offrir au lecteur un roman policier littéraire, que les lecteurs qui ont déjà lu Le roman de Bergen aborderont avec beaucoup de plaisir en découvrant un autre visage de cette ville norvégienne. Miss Alfie, croqueuse de livres

MissAlfie
01/11/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.23 kg