Pour mon fils, pour mon roi

ALEXANDRE, PHILIPPE

EDITEUR : ROBERT LAFFONT
DATE DE PARUTION : 23/04/09
LES NOTES :

à partir de
9,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Anne est la fille du roi d'Espagne, Philippe III. Née en 1601, elle épouse Louis XIII à l'âge de quatorze ans, ce qui symbolise le rapprochement de la France et de l'Autriche. La première partie de sa vie est une épreuve : elle semble stérile pendant seize ans. Sa belle-mère, Marie de Médicis, ne l'aime pas et le cardinal Richelieu, qui a une grande influence sur le roi, la soupçonne d'intrigues avec les grands de la cour, qui sont ses ennemis, et plus que tout avec sa patrie, l'Espagne, à qui la France fait la guerre. Mais naissent successivement le futur Louis XIV et le duc d'Orléans ; ce qui affirme sa position. À la mort de son mari,
Anne est nommée régente et s'appuie, pour gouverner, sur le cardinal Mazarin jusqu'à l'avènement de son fils. Son talent politique comme régente est dépeint dans le fameux film de Roger Planchon, Louis, enfant-roi. Sa piété, son courage, son sens du devoir et sa beauté sont autant de qualités qui la soutiennent pendant la Fronde et dans sa défense de la monarchie. Sa popularité et sa légende reposent aussi sur le rôle que lui donne Dumas dans Les Trois Mousquetaires, sur l'amour que lui portait le duc de Buckingham, sa liaison imaginaire avec d'Artagnan et ses rapports d'intimité - démentis par les auteurs - avec le cardinal Mazarin.
1 personne en parle

Qui ne connait pas Louis XIV, qui ne connait pas ce Roi-Soleil, cet homme qui nous laissa le magnifique palais de Versailles ? Sa mère semble moins connue, et pourtant, elle a tout fait pour donner au peuple français un roi puissant, capable de gouverner par lui-même ; tout en œuvrant pour laisser à son fils un peuple obéissant et aimant. Et pourtant, rien ne prédestinait cette femme à devenir une reine puissante et aimée. Mariée à quatorze ans à Louis XIII, elle devra attendre de longues années avant d’offrir à la France un héritier. Sans cesse menacée d’être répudiée, elle doit se maintenir sur le trône de France. Ses années de règne furent d’abord difficiles, subissant sa belle-mère, Marie de Médicis, et le terrible Richelieu qui s’est accaparé le pouvoir. Elle du ensuite tenir d’une main de fer le pays, à la mort de Louis XIII, et même sous la Fronde, elle su faire en sorte que la paix ne vole pas en éclat. Anne d’Autriche, c’est aussi cette femme qui n’a pas hésité à déclarer la guerre contre son frère, Philippe IV d’Espagne, car l’intérêt du pays de son fils comptait plus que ceux de son pays d’origine. Avec cette biographie, nous découvrons une femme forte et courageuse, de sa naissance à sa mort. Elle a fait des erreurs, peut-être, en défendant Mazarin envers et contre tout, mais le peuple a toujours eu une grande estime pour sa reine. Elle ne devait que donner un héritier à la couronne de France, elle a donné Louis XIV. Malgré tout l’amour qu’elle lui portait, elle n’a jamais accepté le fait qu’il prenne des maitresses. Pieuse et vertueuse, elle voulait que son fils suive sa voie. Agréable à lire, j’ai suivi la vie d’Anne d’Autriche comme un roman, tant elle fut passionnante. L’écriture n’est pas lourde, et les deux auteurs n’accablent pas le lecteur de dates et d’événements sans suite. Mais c’est aussi un livre sur une époque, le XVIIe siècle, avec des personnages tels que Marie de Médicis, Richelieu, Mazarin…La Fronde y a aussi sa place, avec des femmes telles que les duchesses de Longueville et de Chevreuse, la Grande Mademoiselle, et des héros comme le Prince de Condé. Alliances et mésalliances étaient le quotidien de cette période, où l’avenir de la France était en jeu. Puis nous assistons à la prise de pouvoir de Louis XIV, à sa majorité, et aux débuts de ce que deviendra la cour de Versailles.Mlle de Scudéry sut très bien décrire la vie d’Anne. Anne dont les vertus, l'éclat et la grandeurOnt rempli l'univers de leurs vives splendeursDans la nuit du tombeau conserve encore sa gloireEt la France à jamais aimera sa mémoire.Elle sut mépriser les caprices du sortRegarder sans horreur les horreurs de la mortAffermir un grand trône et le quitter sans peineEt, pour tout dire enfin, vivre et mourir en reine.Alors même que la mort, sous la forme d’un cancer, dévore les dernières heures de la reine, celle-ci reste confiante et accepte son sort. C’est la fin du règne d’Anne d’Autriche, appelée d’abord l’Espagnole, que l’on considérait comme une espionne au service de l’Espagne, puis qui peu à peu sut gagner le cœur des français.

EmmaBovary
17/08/10
 

Format

  • Hauteur : 24.20 cm
  • Largeur : 15.60 cm
  • Poids : 0.56 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition