Propaganda

BERNAYS, EDWARD

livre propaganda
EDITEUR : ZONES
DATE DE PARUTION : 11/10/07
LES NOTES :

à partir de
13,50 €

SYNOPSIS :

Marketing politique, sondages, coups médiatiques : nous sommes entrés dans le règne des communicants, des conseillers en image et des faiseurs d'opinion. Comment imposer une nouvelle marque de lessive ? Comment faire élire un président ? Dans la logique des « démocraties de marché », ces questions se confondent. Edward Bernays assume pleinement ce constat : les choix des masses étant déterminants, ceux qui parviendront à les influencer détiendront réellement le pouvoir. La démocratie moderne implique une nouvelle forme de gouvernement : la propagande. Loin d'en faire la critique, Bernays
se propose au contraire d'en perfectionner et d'en systématiser les techniques, à partir des acquis de la psychanalyse. Propaganda, véritable petit guide pratique écrit en 1928 et devenu classique aux États-Unis, expose cyniquement et sans détour les grands principes de la manipulation mentale de masse, dans un style clair et vif, agrémenté de nombreuses anecdotes. Un document édifiant qui révèle les grandes ficelles de la fabrique de l'opinion. La propagande politique moderne n'est pas née dans les régimes totalitaires, mais au coeur même de la démocratie libérale américaine.
1 personne en parle

Il y a des thèmes dont on parle peu, à tort. La propagande est de ceux-là. Qu’est-ce que la propagande ? Pour Bernays, la propagande regroupe un ensemble de techniques visant à manipuler l’opinion publique pour « servir des intérêts particuliers ». Les intérêts particuliers dont il parle sont ceux d’un « gouvernement invisible » , une élite minoritaire qui influence les comportements du peuple pour satisfaire ses intérêts personnels et qui dirige véritablement le pays. Cette thématique a été plusieurs fois abordée dans ce blog, et en voici ici l’un des textes fondateurs. Qui sont les « faiseurs d’opinion » ?Bernays justifie cette concentration des pouvoirs par le coût élevé que la promotion d’une idée ou d’un produit auprès de millions de personnes coûte cher... On peut surtout penser que la classe dirigeante sait s’unir pour préserver richesses et pouvoir dans le même camp.Le « conseiller en relations publiques » (dont le terme semble avoir été inventé par Bernays), coordinateur de la propagande, se fait l’avocat d’une cause, qu’elle soit d’ordre privé ou public. Son rôle « consiste à amener le commanditaire (aussi bien une assemblée élue chargée de formuler des lois qu’un industriel fabriquant un produit commercial) à comprendre ce que souhaite l’opinion, et, dans l’autre sens, à expliciter pour l’opinion les objectifs du commanditaire. » Le propagandiste œuvre dans tous les domaines :Certes, la propagande est omniprésente, et il cite quelques exemples, mais Bernays la qualifie également de nécessaire : pourquoi ? Concernant la propagande étatique, c’est parce que le peuple est obligé de déléguer les fonctions d’administration de la société à une minorité. Celle-ci fait donc appel aux services de propagandistes pour avoir l’adhésion de l’opinion publique dans les projets publics : la construction d’un hôpital, d’un aéroport, etc. Il insiste d’ailleurs sur le fait que les hommes politiques, pendant et après la campagne électorale, ne savent pas se faire aimer et écouter de leurs électeurs...Mais il justifie moins la propagande venant des entreprises (ce que l’on appellerait aujourd’hui du lobbying), sauf implicitement par l’accroissement des ventes (et donc de la clientèle). « Dans le secteur industriel, l’idéal du conseiller en relations publiques sera d’éliminer la perte de temps et les frictions dues soit à ce que l’entreprise fait ou fabrique des choses dont le public ne veut pas, soit à ce que le public ne voit pas l’intérêt de ce qu’on lui propose. »Mais en bon prince, Bernays vient nous expliquer que le conseiller en relations publiques respecte une éthique : rien que ça ! Il énonce même une sorte de code moral dans lequel le propagandiste ne servira pas un client que le propagandiste juge « malhonnête », et qu’il ne travaillera pas pour deux clients « dont les intérêts viendraient se heurter ». Même, « la sincérité doit être pour lui une règle d’or. »Comment peut-on discerner le projet voué à une communauté, au commerce équitable, à la démocratie, du projet mené dans le seul but de faire prospérer une entreprise ? Dans quelle mesure faire prospérer une entreprise serait-il préjudiciable pour la population ? Dans quelle mesure faire vendre tel produit de consommation courante serait-il immoral ? Où se situe le délit si les propagandistes obtiennent l’assentiment discret d’une population ? Quelles sont les limites du code moral ? Justement, il n’y en a pas. Le code moral, c’est la parole des conseillers en relations publiques contre celle des autres. Quelques règles déontologiques ont été dressées par le lobbying des lobbying, mais c’est davantage une façade de plus, à en juger par les méthodes recensées dans L’Industrie du mensonge de Stauber et Rampton qu’une loi contraignante.[...] Bernays, fier d’être le neveu de Freud, se base sur la psychologie des foules pour influencer l’opinion. C’est par exemple en influençant les instances en lesquelles les peuples donnent leur confiance (les médecins pour le tabagisme des femmes) ou en créant des associations et des instances en apparence neutres qu’il atteint sa cible.Curieusement, ce sont les éditions La Découverte, avec la collection (pardon, le « label ») Zones, qui se sont emparées de ce texte à la fois subversif et fondamental. Ces mêmes éditions ont gardé le fonds Maspero dont elles sont issues, mais dans un coin, dans une collection (oups, un label) séparée du catalogue La Découverte qui, lui, est bien moins subversif que celui de son prédécesseur. Les maquettes intérieures et extérieures de la collection (du label, décidément), pensées dans une volonté de faire correspondre la mise en page et l’esthétique à l’avant-gardisme des textes édités, sont d’ailleurs particulièrement moches ; le résultat est déplorable mais les textes sont intéressants ! Il existe un vide sidérant dans l’édition française des sciences humaines et politiques : comment ce texte, datant de 1928, n’a-t-il pas été publié avant 2007 ? Cette situation tient-elle de l’omerta, du présupposé désintérêt des lecteurs ou d’une corporation d’éditeurs frileux ? Les trois à la fois ? Même si l’édition indépendante s’attache à combler ce vide, notamment par le biais des traductions, des textes majeurs sont passés à la trappe en France.Propaganda d’Edward bernays est saisissant de limpidité, même si quelques propos sont empreints de la langue de bois – en particulier lorsqu’il s’agit de légitimer l’existence de la propagande par un code déontologique. Toutefois, la structure du livre, divisée en courts chapitre, n’est pas très claire, et donne un ensemble décousu, mais à la limite qu’importe : on a bien compris les propos de Bernays.À ceux qui refusent l’existence d’une élite organisée en vue de la conservation de leurs intérêts personnels, à ceux qui veulent croire que la théorie du complot est plus qu’une théorie, ce livre est fait pour eux ! Car quoi qu’on en dise, les mots ici jaillissent en toute transparence, même si Bernays se drappe parfois d’intentions louables et honnêtes ; les mots ici s’expriment au nom du gouvernement invisible qui n’a rien d’irréel.Une question néanmoins subsiste : pourquoi Edward Bernays a-t-il publié ce livre ? Pourquoi diffuser cette “réalité”, au risque de faire soulever une rébellion ? Est-ce croire qu’il n’arrivera pas dans les mains “de la masse” qu’il qualifie volontiers d’un champ lexical péjoratif (« masse » ; « ménagères » ; « troupeau » ) ? Est-ce croire que, quand bien même il arrive dans nos mains, nous n’en ferions rien ?[...] « En règle générale, cependant, toute propagande a ses partisans et ses détracteurs, aussi acharnés les uns que les autres à convaincre la majorité. »Propagande, lobbying, think tank... Au fond, les organisations, quelle qu’en soit leur forme, luttent pour des intérêts qui leurs sont propres. La question est : à quelles instances accordons-nous une légitimité ? La réponse n’est pas unique, elle se décline différemment pour chacun d’entre nous. Comme le soulignent Stauber et Rampton, il n’y a pas de bon ou mauvais lobbying. Qu’en est-il alors ? Peut-être pourrions-nous commencer par discerner l’œuvre des groupes de pression (quels arguments sont avancés ? par qui ? dans quels buts ?) ; et ensuite choisir quelles opérations de propagande on rejette, selon ses convictions propres (par le boycott ou la non-action/consommation), et celles auxquelles on adhère (en s’en faisant le porte-parole).Lisez l'intégralité de la critique (avec citations) sur mon blog :http://www.bibliolingus.fr/propaganda-edward-bernays-a93067235

Lybertaire
29/03/13
 

Format

  • Hauteur : 20.70 cm
  • Largeur : 14.20 cm
  • Poids : 0.18 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition