Proust, le chat et moi/l'enfance de l'art

CAU, JEAN

livre proust, le chat et moi/l'enfance de l'art
EDITEUR : TABLE RONDE
DATE DE PARUTION : 12/03/09
LES NOTES :

à partir de
8,70 €

SYNOPSIS :

Par quel mystère la tauromachie ressemble-t-elle à la littérature. Comment l'auteur a vaincu le temps et répété les séquences d'une vie irresponsable grâce à la littérature. comment a-t-il vécu l'enfance de l'art et pourquoi l'art est une éternelle enfance. tels sont les thèmes et les musiques de l'enfance de l'art. mais pourquoi marcel proust est-il un chat. pourquoi la recherche est-elle
le dernier livre de l'occident. comment, à bord du titanic éventré de l'occident, marcel proust a-t-il écrit la recherche, au son des derniers violons et juste avant l'ultime naufrage. Pourquoi, après la recherche, et avant le déluge, aucun grand ecrivain ne peut-il naître des flancs décomposés de la décadence. tels sont les thèmes et accents de proust, le chat et moi. " jean cau.
1 personne en parle

Avant de commencer ce billet, je remercie BoB et La Table Ronde pour ce partenariat.Ce livre réunissant deux essais, je me permets de faire un billet pour chacun de ces essais.L'enfance de l'ArtJean Cau utilise la littérature comme un exutoire. Au lieu de nous proposer un essai constructif, il est là, à geindre, à se plaindre, à chouiner sur sa condition d'écrivain. Non pas parce qu'il n'en vit pas assez bien, mais plutôt parce qu'il en a honte d'en vivre. Journaliste et écrivain, l'auteur se livre à un véritable mea culpa sur la honte qu'il ressent de se faire payer pour écrire. Il a vécu de sa passion, c'est bien, et après... Je ne vois pas quel est l'intérêt d'avoir écrit cet essai, si ce n'est pour se faire une auto-psychanalyse. Et personnellement, je ne considère pas la littérature comme un exutoire psychanalytique que n'importe qui peut arriver à faire, mais plutôt comme un effort intellectuel de mener le lecteur dans la peau d'un personnage qu'il n'est pas et dans une histoire qu'il ne vit pas. Cet essai est certes très bien écrit, mais honnêtement, je m'en moque qu'il se sente coupable de vivre de sa passion, pourquoi pas écrire sur ses constipations passagères tant qu'il y était. Cet essai ne m'a rien appris, ne m'a rien amené, un essai d'une personne encore adolescente dans sa tête encore à se poser des questions existencielles.Proust, le chat et moiUn essai philosophique qui traite de "La Recherche" de Marcel Proust, son "oeuvre" de chevet. Je ne suis en aucun cas un philosophe, mais j'ai trouvé cet essai assez décousu, presque sans queue ni tête. C'est encore une fois très bien écrit. Mais je ne suis pas arrivé à discerner le premier du second degré dans ce texte, au point que certains passages m'ont paru discriminatoires et xénophobes. Cet essai d'un extrême pessimisme, sans aucun espoir pour notre civilisation qui se veut être décadente. Encore une fois, comme pour L'enfance de l'Art, je n'ai trouvé aucun intérêt à cet essai. Que c'est ennuyeux de lire une réflexion aussi noire sur une oeuvre qui date de plus d'un demi-siècle, et tout ça, en prenant comme interlocuteur un chat. Il considérait à ce point l'homme qu'il préférait converser avec un chat.Ou alors je n'ai rien compris, et ce genre de réflexion n'est pas pour moi, ou quelques-uns penseront comme moi à la lecture de Jean Cau, et je ne serais pas le seul idiot sur cette terre. Le Rat est mort, vive le Rat

Skritt
26/04/11
 

Format

  • Hauteur : 17.50 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.15 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie