Quand j'avais cinq ans, je m'ai tue

BUTEN, HOWARD

livre quand j'avais cinq ans, je m'ai tue
EDITEUR : SEUIL JEUNESSE
DATE DE PARUTION : 15/04/05
LES NOTES :

à partir de
10,10 €

SYNOPSIS :

Gil est un petit garçon de huit ans. Un enfant comme les autres, issu d'une famille tout à fait normale, qui va à l'école, a ses jeux, ses amis, ses rêves, son monde à lui... Un jour, il tombe en admiration devant une filette de son âge, Jessica. L'admiration se transforme en première histoire d'amour. Mais cette histoire dépasse bientôt le cadre de l'enfance et de l'innocence avec laquelle Gil et son amie pensent devenir des « grands ». Gil est placé contre sa volonté dans une résidence spécialisée pour enfants après avoir eu, envers Jessica,
des gestes jugés déplacés par les adultes. Avec des mots d'enfants, il raconte cette expérience de claustration et de culpabilisation, l'incompréhension aussi, d'un médecin qui le traite selon des méthodes dépassées et peu adaptées à l'univers de l'enfance. Howard Buten est l'auteur de plusieurs romans parmi lesquels Le Coeur sous le rouleau compresseur, où l'on retrouve Gil, Mr Butterfly ou, plus récemment Quand est-ce qu'on arrive oe Psychologue clinicien, il est spécialiste des enfants autistes. Clown, il est le créateur de Buffo...
5 personnes en parlent

Deuxième essai avec un style enfantin et je reste sceptique. Cela ne prend pas vraiment sur moi, du fait que je suis vieille (par rapport à lui, si), je ne m’identifie pas à son personnage et donc son côté très imaginatif passe totalement à la trappe dans mon esprit.J’avais lu et vu des avis, donc je me doutais que ce qu’il avait fait à Jessica était moindre face aux réactions des adultes, de ce fait le dénouement n’a pas été une énorme surprise.L’ensemble reste étrange, un peu farfelu.On a la sensation que Gil est considéré comme une chose sans sentiments par les adultes quand on voit comment il est traité au final.Une petite leçon aux grands qui voient toujours le pire dans les gestes des enfants qui pourtant respirent l’innocence & la naïveté.

bookworm02
04/11/14

Gil a huit ans. C’est un petit garçon très mur pour son âge et très intelligent. Il a d’ailleurs remporté plusieurs prix d’orthographe. Mais Gil est enfermé à la Résidence Home d’Enfants les Pâquerettes, une structure psychiatrique infantile fermée. Pourquoi ? Pour ce qu’il a fait à sa petite copine Jessica. Que lui a-t-il donc fait ? Tout est sous-entendu jusqu’aux dernières pages qui révèlent qu’il ne lui a pas fait grand chose…Gil est donc enfermé aux Pâquerettes et voudrait bien en sortir pour retourner chez ses parents dont on lui interdit la visite. Il voudrait bien aussi pouvoir lire les lettres que son amie Jessica avait promis de lui envoyer. Mais le Dr Nevele – psychiatre aussi insensible qu’intraitable – décrète qu’il souffre de "troubles du comportement schizoïdes" qu’il ne lui accordera pas la moindre permission tant qu’il refusera de se confier à lui. Leurs entretiens se terminent inlassablement par une crise de l’enfant qui se voit vite entraver par une terrible ceinture de contention – seul moyen apparemment trouvé par le médecin pour calmer son jeune patient…Heureusement, Gil parvient à s’échapper de la Résidence en pensées. Il nous raconte donc son histoire d’amour avec Jessica en parallèle de ses récits à propos de l’internement. Il raconte donc comment il a rencontré la petite fille, comment il joue au super-héros avec son copains, comment il est tombé amoureux et surtout comment les adultes sont stupides.Et la voilà toute la force de Howard Buten – à la fois clown et spécialiste des enfants autistiques – : réussir avec brio à se glisser dans la peau de ce petit garçon, à adopter son langage et son mode de penser, à nous faire partager ses rêves, ses questionnements, ses peurs et ses joies. On peut aisément reconnaître l’auteur dans le personnage de Rudyard Walton, un médecin un peu excentrique qui calque son comportement sur celui de ses patients autistes pour mieux pénétrer leur univers et les guérir et deviendra la seule source de réconfort de Gil aux Pâquerettes. Mais Evidemment, comme les adultes ne comprennent rien à rien – et que le Dr Nevele en est leur pire représentant – le pauvre Rudyard sera vite renvoyé du centre…Pour conclure, ce roman ne peut laisser indifférent un lecteur qui ressort bouleversé par cette histoire d’amour à la fois tendre, drôle, ironique et tragique; un roman qui invite les adultes à retrouver leur âme d’enfant, à retrouver ce regard poétique sur la vie et à se débarrasser une bonne fois pour toute des préjugés et des conventions vis-à-vis des enfants. Une pépite qui a été adaptée en 1994 par Jean-Claude Sussfeld.

Naurile
18/04/14
 

Le monde de l'enfance. On le dit mystérieux. N'est-ce pas plutôt parce-que, nous adultes, ne sommes plus suffisamment sensibles pour le comprendre ?C'est Gil, un petit garçon de huit ans, placé dans une institution spécialisée, qui parle ici tout au long de ce roman parfois émouvant, parfois déroutant.J'ai apprécié cette lecture (malgré quelques longueurs) mais pas autant qu'une autre du même ordre qui date de quelques années : «Mes aventures d'apprenti chevalier presque entièrement raté» de Marie Clark.Le prétexte est le même (ou presque) et c'est également l'enfant qui s'exprime.Cependant, l'écriture de Marie Clark m'avait mieux permis de «ressentir» les angoisses, les sentiments d'urgence et les rages de ces enfants.Ici, Howard Buten cherche plus à expliquer, à donner le point de vue de l'enfant. Un livre donc plus «cérébral», alors que celui de Marie Clark était plus «sensitif».Le choix de l'un ou de l'autre vous revient selon vos propres goûts et vos envies du moment. Marion

marionduquebec
02/09/13
 

Ce roman me laisse une impression mitigée. Je ne peux pas dire si j'ai aimé ou non. L'histoire, dans son contexte, est touchante puisque nous voyons à travers les yeux d'un enfant de huit ans jugé injustement par les adultes. L'imagination fertile et l'innocence innée des enfants est un cadeau de la nature, mais nous oublions trop vite qu'ils voient le monde d'une autre facette et n'ont pas conscience des conséquences de leurs gestes. Tout ce qu'ils voient est leur modèle et ils l'interprètent à leur façon, ce qui peut les amener à faire la même chose que les grands. C'est ce qui arrive avec Gilbert, un jeune garçon envoyé dans une résidence spéciale par ses parents à cause des jeux amoureux qu'il a eu avec Jessica ( que nous découvrons seulement à la fin ). Au fil de ses mots, nous découvrons sa rage et son incompréhension face à cet internement et l'amour candide qu'il porte à la petite fille. Néanmoins, la conclusion n'est pas définitive et nous ne savons pas si les adultes vont enfin comprendre son point de vu et s'il va finalement sortir de la résidence pour reprendre une vie normale. C'est ce qui m'a déplue puisque j'aurais aimé savoir ce qu'il est advenu de Gilbert.Par ailleurs, l'histoire écrite à la manière d'un enfant ( et quand je dis ça, cela comprend aussi les erreurs de français ) ne m'a pas convaincue sur l'écriture d'Howard Buten ( et c'est tout à fait normal ), mais je sais une chose : l'auteur sait se mettre à la place d'un enfant et on oublie vite qu'un adulte est derrière tous ces mots empreints d'une imagination débordante. Toutefois, plusieurs mots vulgaires du petit Gilbert m'ont agacé et je ne pense pas qu'à son âge nous pensons de telle chose, excepté une poignée d'enfants désormais élevés en adulte alors qu'ils ne dépassent pas les dizaine d'années. Parallèlement, ses mots illustrent bien le caractère de Gilbert, un enfant lunatique et téméraire qui se crée un monde à partir de la réalité. Par ce roman, il raconte à la fois son monde à l'extérieur et à l'intérieur de la résidence et la fascination que lui procure Jessica. Il y a aussi un second personnage, Rudyard, psychologue dans l'établissement qui interfère avec les jeunes d'une autre manière que les docteurs habituels et qui va entre autres aider dans la compréhension de Gilbert.À vous maintenant de plonger dans l'univers du jeune garçon et revenir dans l'imaginaire de l'enfance. Pour ma part, je vais continuer à lire les écrits d'Howard Buten tant parce que j'aime sa facette particulière de voir les choses, mais aussi pour me faire une idée plus précise sur son style littéraire. Mes mots, un jour, s'envoleront hors de ma plume etvoyageront au gré de mes oeuvres...

Shana6
09/11/10
 

H. Buten a suivi des études à l'université du Michigan pour devenir clown !Il se consacre aux enfants autistes.Ce livre est un roman d'amour raconté par Gil âgé de 8 ans. Ce petit garçon un peu particulier.... Cette histoire fait rire et pleurer.A lire absolument ! Fleurbis

fleurbis
20/02/09
 

Format

  • Hauteur : 19.00 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.26 kg
  • Langage original : ANGLAIS

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie