Quartier lointain t.1

TANIGUCHI, JIRO

livre quartier lointain t.1
EDITEUR : CASTERMAN
DATE DE PARUTION : 26/09/02
LES NOTES :

à partir de
14,50 €

SYNOPSIS :

Un homme d'affaires japonais vient se recueillir sur la tombe de sa mère. Il est projetté dans le passé et revit une journée de son enfance, avec son caractère et son
expérience d'adulte. Il voit ses parents avec un regard à même de les comprendre. Prix Alph-art du scénario 2003 (Festival de la bande dessinée d'Angoulême).
14 personnes en parlent

Chaudement conseillé par plusieurs collègues, jen 'ai pas eu de coup de coeur pour ce manga, malgré une lecture agréable et instructive. L'aperçu du Japon après-guerre et contemporain m'a intéressée. Je ne sais pas vraiment pourquoi je n'ai pas plus aimé, je n'ai rien à lui reprocher : ça doit venir de moi ! (Juin 2013)

Pitchoubinou
04/07/13
 

Et si on avait la possibilité de retourner dans notre passé ? Pourrait-on, voudrait-on ou faudrait-il changer le cours des choses ? C'est ce qu'espère Hiroshi, père de famille qui réintègre subitement son corps de pré-adolescent après s'être écroulé sur la tombe de sa mère et retombe juste un an avant la disparition soudaine et inexpliquée de son père du foyer familial. Ce n'est que la deuxième BD de Jiro Tanigushi que je lis, mais celle là a de quoi résonner avec l'existence que mène chacun d'entre nous en posant cette ultime question : « que faire de sa vie ? ». Je crois que c'est le genre de roman graphique qui reste toujours ouvert quelque part en nous même après qu'on l'ait refermé...

NinadeSeclin
07/11/15
 

Hiroshi, un homme d’une quarantaine d’années, doit se rendre à Kyôto pour un voyage d’affaire. Mais au retour, sans s’en souvenir, il se trompe de train et se retrouve dans l’express à destination de Kurayoshi…. Kurayoshi, la ville de son enfance dans laquelle il n’a pas remis les pieds depuis bien longtemps. Il faut dire que depuis que sa mère est décédée, il n’avait aucune raison d’y revenir. Son père lui est parti. Sans un mot, sans laisser de trace, il a tout simplement disparu lorsqu’Hiroshi était encore au collège. Petit à petit, les souvenirs reviennent… mais Hiroshi ne reconnaît pas sa ville natale. Il retrouve malgré tout le temple Genzen, le cimetière où sa mère est enterrée. Il est alors pris d’un malaise et lorsqu’il reprend connaissance, il sent immédiatement que quelque chose a changé, qu’il n’est plus le même, sans réussir à l’expliquer :« Mon corps ! Il était plus léger ! J’ai perdu l’équilibre et me suis retrouvé par terre … Qu’est-ce que je fiche avec un uniforme d’écolier ? Et des baskets … ? Hein ? C’est … C’est absurde ! J’avais l’impression d’avoir maigri … J’étais plus petit, aussi … Je … Je rêve ou quoi ? « Dans une rue, un homme l’apostrophe soudain : il s’agit d’un ancien professeur. Et soudain, devant la maison de son enfance, son père, bien vivant ! Et à l’intérieur : sa mère, sa grand-mère ainsi que sa soeur. C’est en apercevant le journal qu’Hiroshi comprend enfin. Sans savoir pourquoi ni comment, il a remonté le temps et est revenu à l’époque de ses 14 ans.Moi qui n’aime pas p9782203372344articulièrement les mangas, je me suis lancée dans celui-ci car la thème me plaisait : le voyage dans le temps. Surtout lorsque la personne concernée garde son esprit d’adulte comme ici, ce qui l’oblige à redoubler de prudence pour ne pas divulguer l’avenir ! Hiroshi se sent bien au sein du foyer familial retrouvé et décide de profiter de sa seconde jeunesse, et de ce corps si souple ! Il travaille bien plus qu’il ne l’avait fait la première fois, décidant de profiter de cette deuxième chance. Mais lorsque la plus belle fille du collège, Tomoko, lui adresse la parole pour lui demander des cours particuliers et que le professeur de sport lui demande de faire partie de l’équipe d’athlétisme, Hiroshi comprend : ces choses ne se sont jamais produites …. il est en train de changer son passé ! Quelles vont en être les conséquences ? Que vont devenir sa femme et sa fille ? Mais il est trop tard. Alors quitte à changer sa destinée, Hiroshi est bien décidé à empêcher son père de disparaître !Le décalage entre l’esprit d’un homme de quarante ans dans un corps de 14 ans amène à beaucoup de situations comiques mais parfois aussi tristes. Hiroshi retrouve des amis qui dans son présent étaient décédés ! Il voit le monde autrement, avec plus de maturité ! Qui n’a pas rêvé un jour de pouvoir avoir une deuxième chance ?

Naurile
12/08/15
 

Et bien Quartier Lointain a été pour moi une vraie découverte, un mini coup de coeur que je ne regrette pas d'avoir lu. Commençons par l'intrigue. Je vous avoue que je ne savais pas franchement à quoi m'attendre, mais j'ai beaucoup aimé cette histoire. Au début, j'étais un peu perdue, propulsée d'un coup dans l'intrigue: mais petit à petit, on en apprend plus sur Hiroshi, sur son passé, et dès qu'il se retrouve dans le corps de son moi du passé, j'ai été comme happée par le livre. J'ai vraiment dévoré ce manga en moins d'une matinée, suivant paisiblement le cours de l'histoire, redécouvrant avec le héros des bribes de son passé. Si l'action n'est pas du genre "Michael Bay BOUM BOUM EXPLOSION AAAAAAH VOITURE EN FEU", il se passe quand même pas mal de choses. Je ne me suis pas ennuyée un seul instant.En ce qui concerne Hiroshi, j'ai eu quelques doutes au début. Il me paraissait plutôt agaçant, et je n'arrivais pas à m'attacher à lui. Mais, encore une fois, le moment où il retourne dans le passé change cette impression: il semble plus ouvert, plus libre, et sa façon de tout considérer avec un regard à la fois émerveillé et plein de son expérience le rend plus attachant, plus touchant. On comprend qu'il a gardé beaucoup de choses enfouies en lui pendant des années et que ces choses le bloquaient. En revivant son passé, il a la possibilité de déterrer ces choses. J'ai aimé les alternances passé-présent qui nous permettent de voir l'évolution du personnage. J'ai aussi trouvé intéressante les interactions qu'il a avec les autres personnages!Le dessin est aussi intéressant: Jirô Taniguchi a un trait qui se distingue, unique, très proche de la BD européenne selon moi. C'est fluide, précis, et j'ai été assez frappée par les visages, qui retranscrivent très bien selon moi les sentiments des personnages. Un bon point pour moi! Mais ce que j'ai préféré, c'est que c'est aussi Quartier Lointain fait réfléchir. Hiroshi réfléchit, tout d'abord, sur son passé, sur ses proches, mais nous aussi on réfléchit. Que ferait-on si on pouvait revenir en arrière et revivre l'année de nos 14 ans? Ou n'importe quelle année de notre vie, d'ailleurs! Changer quelque chose, même la plus infime des choses: est-ce que cela va avoir des répercussions sur notre futur? Peut-on jouer avec le passé? Bref, beaucoup de questions, et c'est un point qui me plait particulièrement.Le seul petit bémol qui fait que ce coup de coeur n'est pas un coup de coeur extrême of the dead, c'est que j'ai trouvé la fin de ce premier tome très "cut". Tout s'arrête, bim, d'un coup. J'ai plus eu l'impression qu'il fallait avoir directement le tome deux sous la main. Mais... je ne l'avais pas: je voulais voir si j'allais aimer le premier avant d'emprunter le tome deux. Du coup, j'ai envie de le lire, évidemment!

WarsawSnow
19/09/14
 

C'est l'histoire d'un homme de 45 ans qui fait un saut dans le temps et revient à l'époque de ses 14 ans. J'ai bien aimé sans plus, j'attend de lire le deux pour me prononcé au sujet de se livre. Si sa vous tente de le lire ne vous retenez pas. ^^yukita shojira^^

sabaangedelamort
14/11/13
 

Un homme d'affaire japonnais, pris par sa vie, se retrouve plongé dans son enfance en se recueillant sur la tombe de sa mère.Le premier manga que j'ai lu et ouah ! Quelle poésie, quelle nostalgie, quelle mélancolie.C'est un beau moment que vous passerez en le lisant !

saomalgar
29/08/13
 

Un homme de 48 ans se retrouve amené à revivre ses quatorze ans en gardant les acquis de son expérience. Notre héros partage ses sentiments entre légèreté et nostalgie et vit cette anomalie comme un voyage initiatique sans même se soucier du pourquoi ou du comment. Y-a-t-il des moments que nous aurions aimé revivre afin de changer les choses ? Les regrets nous minent souvent et s'extériorisent par des "si j'avais su...". Notre héros aura-t-il l'occasion de corriger son histoire ? son passé ? son avenir ? Cette première partie est un bonheur , un ovni d'art graphique qui d'ailleurs a été récompensé par le festival d’Angoulême il y a 10 ans.

milca
23/04/13
 

Hiroshi est un père de famille de 48 ans qui un jour prend par mégarde un train qui le conduit vers la ville de son enfance, Kurayoshi. Pourtant, il n'éprouve aucun désir de rebrousser chemin et décide d'effectuer un pèlerinage sur la tombe de sa mère. Seulement voilà, il s'évanouit et à son réveil, il se retrouve dans sa propre peau à l'âge de 14 ans ... Tous les souvenirs de son enfance vont affluer, entremêles de détails qui lui avaient échappé. C'est alors qu'il réalise qu'il se trouve à quelques semaines de la disparition de son père... Aura-t-il le pouvoir de changer le cours du destin et de comprendre ce qui s'est passé ? Retrouvera-t-il un jour sa vie adulte au vu de l'épanouissement qu'il semble éprouver à revivre son adolescence ?C'est un livre particulièrement émouvant. Un adulte revivant dans la peau d'un enfant c'est assez commun mais Taniguchi a le don de jouer avec nos cordes sensibles. Derrière cette histoire simple, il soulève des questions particulièrement profondes sur la famille, le bonheur, l'amour, ... sur cette période que semble vivre un certains nombres d'hommes parvenus à la quarantaine qui souhaite vivre ou revivre en fonction de leur désir ...Au départ Hiroshi n'est pas particulièrement sympathique : il boit, semble négliger sa famille, ... Le fait de revivre son passé va progressivement susciter en lui des prises de consciences qu'il ne semblait pas avoir. C'est un peu récit d'initiation que vit un homme de 48 ans. C'est émouvant de le voir presque à nu, lutter contre un destin dont on sait les ravages que cela à provoqué. On le sent tirailler entre cette jeunesse qui le fait revivre qui lui permet de redécouvrir l'insouciance et sa part adulte qui le pousse à comprendre et à faire au mieux pour éviter le chagrin à tous ...Là encore je ne suis pas déçue. Nul doute que mon histoire avec Taniguchi est loin d'être terminée ! Cristie

cristie
21/04/13
 

L'adolescence fait de nos parents des sujets d'incompréhension mais aussi de déception totale. Ce sont ces sentiments, paraît-il, qui nous permettent de passer à l'âge adulte. En effet, ce n'est qu'après avoir atteint leur âge que l'on comprend certaines situations ou certains comportements passés...Hiroshi a quarante huit ans. Marié et père de deux jeunes filles, il doit rentrer d'un voyage d'affaires. Mais la soirée a été agitée et, la tête dans le brouillard, il se trompe de train. Ce dernier l'emmène vers la ville de son enfance. Pas pressé de rentrer chez lui, il en profite pour se rendre au cimetière honorer les siens. Sur la route le conduisant au temple, les souvenirs affleurent, les interrogations reviennent, car, l'année de ses quatorze ans, son père a disparu du jour au lendemain tandis que sa mère a vécu calmement cet événement incompréhensible...L'alcool, la fatigue, le chagrin font qu'Iroshi s'endort au pied du caveau de sa mère. Lorsqu'il se réveille, il a de nouveau quatorze ans sauf que son esprit est resté celui d'un homme mûr. Bizarrement, il a remonté le temps; peut-être est-ce pour lui une chance de réécrire sa vie!On ne tombe jamais dans le fantastico-sensationnel. Le retour soudain vers le passé mis à part, l'intrigue se veut linéaire. La question essentielle de ce tome 1 repose sur la capacité de modifier l'histoire familiale lorsqu'on possède toutes les cartes en main pour la rendre meilleure. Hiroshi revit des événements qu'il a déjà vécus mais les analyse autrement puisqu'il est désormais un adulte dans sa tête. Sa faculté d'analyse est différente, et c'est le cœur lourd de connaître déjà l'avenir qu'il décide d'accepter cette nouvelle vie.Jiro Taniguchi nous offre un manga de grande qualité, aux dessins superbes et au scénario original, si bien qu'une fois en main, le lecteur lit l'ensemble d'une seule traite. vivi

vivicroqueusedelivres
10/04/13
 

Lorsqu'on commence à entrer dans l'univers de "Quartier lointain" de Jirô Taniguchi, on est saisi par la mélancolie et la solitude du personnage masculin, Hiroshi.Cet homme d'affaire âgé de 48 ans est censé prendre le train express pour rentrer chez lui à Tokyô après une réunion de travail harassant. Il est fatigué. Il a tendance à beaucoup boire. Il n'a pas bonne mine. On apprend aussi qu'il est happé par son travail, s'isole et s'éloigne de ses proches. Son épouse ne manque pas de le lui dire " Le boulot, le boulot... Tu n'as que ça en tête! Tu devrais aussi penser un peu à ta famille, à tes filles..." Et justement, ses enfants et surtout sa fille aînée, comme nous le verrons plus tard, s'éloignent de lui. Ainsi avec discrétion, l'auteur distille ici tous les éléments alertes préparant le lecteur à basculer dans le fantastique et l'insolite. Notre cadre se rend compte qu'il n'a pas pris le bon train: au lieu de se diriger vers Tokyô il a pris la direction de Kurayoshi, sa ville natale "Ainsi, le train me conduisait vers ma ville natale... Mais pourquoi l'avais pris? Une autre chose était curieuse: à aucun moment ne m'est venue l'idée de faire demi-tour." Dans le langage actuel, on dira de Hiroshi qu'il est en train de faire un burn-out professionnel. L'extrême fatigue, la pression professionnelle, familiale et sociale l'ont conduit à baisser la garde et la vigilance habituelle. Hiroshi ne réagit plus. Hiroshi lâche prise pour se recroqueviller sur son enfance, sa bulle de survie. Les souvenirs surgissent accompagnant d'une étrange douleur lancinante mais réelle. Et c'est alors que le fantastique peut s'insinuer dans son quotidien triste et terne.Le seul recours est pour lui de remonter dans le temps et d'extirper de sa vie passée les événements qui l'ont rendu à cet instant sans force. Hors Jirô Taniguchi va lui offrir mieux: il va lui faire revivre l'année de ses 14 ans, l'année charnière, l'année où tout bascule tout en ayant la conscience d'un homme de 48 ans. "Mon corps! Il était plus léger! J'ai perdu l'équilibre et me suis retrouvé par terre." Notre héros saura-t-il changer sa destinée? Connaîtra-t-il les secrets enfouis dans le coeur de ses parents? Saura -t-il si sa mère a été ou non heureuse durant ses années de vie? Ce sera dans le Tome 2...Extraordinairement poétique et mélancolique, "Quartier lointain" est aussi un récit qui dénonce le conformisme et la rigidité des codes sociaux dans la société asiatique et tout particulièrement la société japonaise. Les thématiques soulignant la solitude de l'individu, son égarement dans un monde impitoyable, celui de l'entreprise et l'omniprésence du collectif entraînent la perte progressive de soi. A l'heure où le Japon accuse un taux de suicide extrêmement important (3ème rang mondial), Jirô Taniguchi semble proposer ici une alternative: le recentrage de l'individu sur des valeurs essentielles au détriment de l'aliénation due à la pression du groupe. A lire absolument!Une belle découverte. Victoire

tran
27/01/13
 

Je l'ai lu après avoir entendu des critiques très positive.L'histoire de départ est originale et appréciable. Un homme d'une quarantaine d'années qui boit beaucoup part en voyage d'affaire. Il se trompe de train et se retrouve dans sa ville natale où il retourne voir sa maison... Il s'endort mais quand il se réveille, il a de nouveau 14 ans. Son père n'est pas encore parti sans prévenir.L'histoire est bien racontée et on rentre vite dedans. Il y a une certaine poésie dans la manière que l'auteur nous raconte son histoire.En revanche, j'ai trouvé qu'il y avait quelques longueurs avant qu'il comprenne qu'il doit trouver pourquoi son père est parti sans un mot. Neheteni

Neheteni
09/10/12
 

Alors que les années commencent à peser sur lui un homme se retrouve, sans trop savoir comment, dans le train qui le conduit à sa ville natale. Ce trajet réveille ses souvenirs, son père a disparu du jour au lendemain lorsqu'il était enfant, sa mère s'éteindra quelques années après. Alors qu'il se recueille sur sa tombe le temps s'arrête, puis prend une tournant inattendu : l'homme s'aperçoit qu'il a remonté le cours du temps, il est revenu à ses jeunes années, peu avant la "disparition paternelle" ; il voit là l'occasion inespérée de revivre cette période avec son esprit d'adulte, et de comprendre enfin ce qui s'est passé.

sovane
06/04/12
 

Hiroshi Nakahara, 48 ans, se retrouve après une nuit de beuveries à revivre ses 14 ans : il a l'apparence de l'adolescent qu'il était, il est dans le monde et l'époque de cet adolescent, mais avec l'esprit et l'expérience de l'homme adulte. Il retrouve ainsi ses amis d'enfance, son école, sa sœur, sa mère décédée 23 ans plus tôt, et son père qui justement les abandonna cet été là. Questionnant sa grand-mère, ses parents, ses amis, il réalise tout ce qui lui avait échappé lorsqu'il était jeune. Avec son expérience d'adulte, il repère la fêlure qui a détruit (ou détruira ?) son bonheur d'enfance. Et petit à petit, l'année scolaire avançant, il voit se rapprocher la date fatidique où son père disparaîtra, pour toujours, sans aucune explication. Pourra-t-il interférer sur le cours du temps ? Pourra-t-il changer son passé ou est-il condamné à le revivre, impuissant ? Retrouvera-t-il son existence normale, sa femme et ses enfants ? Et comment gérer la discordance entre son corps d'adolescent et sa pensée d'adulte ?Qui n'a jamais rêvé de revenir ainsi dans son propre passé en conservant sa maturité et son identité d'adulte et, peut-être, pouvoir changer les choses, changer le cours de sa vie ? C'est une belle évocation du temps qui passe, pleine de délicatesse et de nostalgie, que nous propose ici Jirô Taniguchi. C'est un jeu de l'esprit, une façon de se demander quel cours aurait pu prendre nos vies, si... C'est une histoire du quotidien dans laquelle sérénité côtoie émotion et souvenirs d'enfance. C'est une histoire simple et pure, portée par un dessin élégant et épuré, en noir et blanc, au graphisme minutieux et au trait gracieux, d'une grande finesse. Ce que j'aime particulièrement dans cet album ce sont ces cases quasiment sans textes, cette manière de donner énormément de sens au silence, cette capacité à produire du sensible même dans les scènes les plus banales. Sans grandiloquence, avec humilité, ce récit entre rêve et réalité envoûte par sa petite musique triste et sa grande tendresse.Taniguchi revisite ainsi avec habileté le thème du voyage dans le temps et apporte une réponse élégante au paradoxe du retour vers le passé et des risques d'interactions avec le présent : la fin de cette histoire est à la fois attendue, logique et surprenante.

Kara
03/03/09
 

Quartier lointain Quartier Lointain est une excellente introduction aux mangas. A mi-chemin entre la bande dessinées franco-belge et japonaise, loin des clichés de sexe et de violence qu’on prête à ce type d’ouvrage, Taniguchi nous offre une histoire simple et émouvante aux dessins réalistes destinée aussi bien aux adolescents qu’aux adultes. Cet album dégage un sentiment de profonde nostalgie, accentué par un dessin assez statique, qui donne l’impression d’un temps s’écoulant doucement. On retrouve ici les réflexions habituelles de Taniguchi sur la jeunesse retrouvée et la possibilité de rattraper ses erreurs. L’épaisseur psychologique des personnages fait que les choses sont rarement aussi simples qu’on le croit et donne une réelle profondeur au récit. Il a d’ailleurs remporté le prix Alph’art du meilleur scénario au festival de la bande dessinée d’Angoulême 2003

Format

  • Hauteur : 24.00 cm
  • Largeur : 17.00 cm
  • Poids : 0.46 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie