Que nos vies aient l'air d'un film parfait

FIVES, CAROLE

EDITEUR : POINTS
DATE DE PARUTION : 29/08/13
LES NOTES :

STOCK : En stock, livré sous 5 à 7 jours - Quantité limitée
à partir de
5,70 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Années 80. Déferlante rose sur la France. Première grosse vague de divorces aussi. Ils ramassaient leurs oeufs de Pâques lorsque les parents ont dit qu'ils avaient une nouvelle à leur annoncer. Le garçon, Tom, 8 ans, est choisi comme bouée de sauvetage par sa mère
tandis que son aînée, 12 ans, reste avec son père. Vacances, calendriers, zone A, zone B... Les enfants jouent le rôle de messager ou de bouclier. Sa grande soeur s'accuse d'avoir abandonné son petit frère et met des mots sur ce qui signa la fin de l'enfance.
1 personne en parle

Un couple se sépare, faisant partie de la première grosse vague des divorces français (années 1980). Entre les deux ex-époux, deux enfants tiraillés qui servent de monnaie d'échange pour une paix en surface. Rien n'est simple dans Que nos vies aient l'air d'un film parfait : alternant les témoignages de trois membres de la famille (le père qui part, la mère quittée et dépressive, la sœur coupable d'un mensonge mais irresponsable de cette décision), Carole Fives décline ce que fut un divorce dans une famille bourgeoise, sous l'avènement de François Mitterrand : un trauma social, une brisure. Deux époux se quittent, se déchirent sur la garde des enfants, jouent un équilibre brutal (le fils avec la mère, la fille avec le père : elle lui ressemble tant !) en usant de chantage affectif. Comment se construire affectivement après cela ? Comment se construire tout court, d'ailleurs ? Dix-sept ans de procédure (plus que d'années de mariage), des enfants « transmis » sur le bord d'une autoroute ou sur le quai d'une gare, l'épreuve de la culpabilité (d'avoir laissé le petit dernier à une mère fragile, de ne pas avoir assez communiqué, de ne plus se voir suffisamment, de ne pas partager ces moments du quotidien si formateurs de connivence, de se quitter à nouveau au retour de vacances), etc. Avec une écriture très orale (parfaitement adaptée au peu de pages : plus rendrait la lecture fastidieuse et lassante), Carole Fives dépeint cette France des années 1980 qui découvre les familles recomposées, tellement habituée à ces couples malheureux et aigris qui restent ensemble « pour les enfants ».Par mon histoire familiale, j'ai été confrontée au divorce d'un oncle et d'une tante lors de ces années-là et je confirme le séisme provoqué par cette séparation contre nature (dans ma famille conservatrice -des deux côtés, eh oui, mauvaise pioche !-, on ne rompt pas, on serre les dents et on reste, quoiqu'il en coûte, même à en crever ou à y perdre son âme : je remercie d'ailleurs mon oncle d'avoir essuyé les plâtres, je regrette toutes les horreurs qui furent dites, tout ce désamour et reconnais que, depuis, le clan s'est plutôt bien « adapté » à ce changement sociétal). A l'époque, jeune adolescente, sentant que beaucoup d'éléments m'échappaient, je me suis tournée vers un roman jeunesse que vous avez peut-être eu l'occasion de lire : Ce jeudi d'octobre de Anna-Greta Winberg, très délicat et portant un autre regard sur la question, m'a aidée ! En épluchant Que nos vies aient l'air d'un film parfait, j'ai eu l'impression de revenir à mes douze ans et à ce questionnement.En finissant Que nos vies aient l'air d'un film parfait, je me suis dit que l'enfant qui a le plus morflé n'est pas celui qu'on croit, que parfois, avec un entourage aimant (autre que parental) on arrive à dépasser la douleur, à se construire via d'autres repères, à réussir à être un adulte autonome et concerné, plus en recul sur le ex-couple parental et son modus operandi immonde. Bref, l'espoir est là, même fragile !

Cave
25/01/15
 
  • Auteur : FIVES, CAROLE
  • Collection : POINTS
  • Éditeur : POINTS
  • ISBN : 9782757833360
  • Date de parution : 29/08/13

Format

  • Poids : 0.09 kg