Quelques pas dans les pas d'un ange

MCNEIL, DAVID

livre quelques pas dans les pas d'un ange
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 03/04/03
LES NOTES :

à partir de
14,50 €

SYNOPSIS :

C'était plein à craquer, des maçons, des peintres en salopettes prenaient le pousse-café au comptoir où nous attendions dur se libère une table. Le menu était affiché à la craie sur un des miroirs, ce jour-lâ c'était une blanquette de veau. Papa portait une veste en velours et un béret serré comme celui d'Auguste avec bien évidemment une chemise à carreaux. Un ne dépareillait pas du tout dans le restaurant où, très vite, on avait trouvé à s'asseoir. Les deux ouvriers à la table à côté ont regardé les mains de Papa, tachées de couleurs diverses, ces
mains dont il disait souvent qu'elles étaient imprégnées jusqu'à l'os. Il avait alors plus de soixante-dix ans, mais avec son allure énergique et l'impression de puissance qui émanait de lui, il pouvait très bien passer pour un peintre en bâtiment. Vous avez un chantier dans le coin ? demanda l'un d'eux. Je refais un plafond à l'Opéra, répondit mon père, attaquant son oeuf dur mayonnaise. David McNeil puise dans sa mémoire des souvenirs colorés, comme ces galets peints qu'avec son père, Marc Chagall, ils jetaient dans la mer pour le plaisir des méduses.
4 personnes en parlent

David McNeil, fils de Marc Chagall, nous raconte dans de brefs chapitres ses souvenirs du « Maître » ou plutôt de son « papa ». Longtemps inconscient que son père était un artiste renommé, il va vivre une enfance qui lui semble somme toute normale. Par le biais de son père, il fréquente d’autres artistes connus sans complexe aucun. On devine que lorsque l’adulte observe celui qu’il était, il a envie de sourire devant le naturel de l’enfant qui dessinait dans le jardin avec Miro comme si c’était la chose la plus banale au monde. Puis il grandit et comprend que réaliser des fonds pour son père qui a horreur de cela est une récompense en soi.J’ai beaucoup aimé la fraîcheur du propos. McNeil n’ambitionne pas d’écrire une biographie ; c’est plutôt un regard jeté par-dessus l’épaule avec une certaine nostalgie qu’il nous offre ici dans une succession de courts récits. C’est plein de tendresse envers ce père que l’auteur aurait aimé voir plus souvent. Il ne se plaint jamais mais il voudrait ne pas avoir à partager son papa avec tant de personnes, à commencer par « Elle », sa belle-mère.Chagall semblait être quelqu’un de simple et c’est ainsi que son fils vécut longtemps sans idée de ce qu’était la célébrité. Les tensions entre certains artistes (nombreux sur la Côte d’Azur à l’époque – Matisse, Picasso, Léger, etc.) lui sont incompréhensibles ou du moins les voit-il comme des disputes de cours de récréation (et encore ! A l’époque des marrons, ça ne rigolait pas dans la cour de l’école.)Le ton oscille entre émotion et humour et j’ai lu ce livre le sourire aux lèvres quand je n’éclatais carrément pas de rire. Connaissant bien les lieux évoqués sur la Côte d’Azur, je n’ai pu m’empêcher de ricaner quand l’auteur évoque avec un humour féroce les fameuses jarres de Vallauris.J’aurai un seul regret, le titre si « cucul » pour un livre qui ne l’est absolument pas.

mycupoftea
09/12/13

David McNeil est le fils de Marc Chagall. Dans cet ouvrage, il raconte quelques souvenirs d’enfance de leur vie en Provence puis quelques moments parisiens partagés avec son père alors qu’il était étudiant ( très joli moment que cette visite du Louvre et savoureux moment que ce déjeuner ouvrier sans fausse modestie alors que Marc Chagall travaillait aux peintures du plafond de l’Opéra de Paris ).Il ne s’agit pas d’une biographie, ni même d’un portrait de Marc Chagall, rien de commémoratif, de ce que l’on grave dans le marbre mais ce qui reste gravé dans la mémoire d’un enfant qui grandit, dans son cœur. Rien de doucereux non plus.Un récit en fragments, des chapitres titrés comme des séquences, l’émotion en filigrane du ton à l’humour, à l’impertinence; un récit tendre avec le père, indulgent et complice avec l’homme qui se considérait toujours comme un immigré russe, respectueux et admiratif avec l’artiste, mordant et féroce avec la belle-mère – qui ne sera nommée que » Elle » -. Sur ce même ton, sur ces phrases longues qui jouent de l’oralité et des parenthèses ironiques, nous croisons à ce rendez-vous dans le Sud de la France des artistes contemporains de Marc Chagall, Picasso, Matisse, Léger…

Marilire
22/05/13
 

Quelques pas dans les pas d'un ange Ode au père : le fils du peintre Marc Chagall nous offre des instants de vie. Au détour d’une page, nous croisons Léger, Matisse, Soutine, Picasso… Un charme inouï qui donne envie de (re)plonger dans l’univers de Chagall.

Quelques pas dans les pas d'un ange Ode au père : le fils du peintre Marc Chagall nous offre des instants de vie. Au détour d’une page, nous croisons Léger, Matisse, Soutine, Picasso… Un charme inouï qui donne envie de (re)plonger dans l’univers de Chagall.

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.20 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition