Qui a tue palomino molero ?

VARGAS LLOSA, MARIO

livre qui a tue palomino molero ?
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 23/03/89
LES NOTES :

à partir de
7,10 €
4 personnes en parlent

Court roman aux allures de roman policier, aux allures seulement car dans ce texte le drame et l'enquête ne sont finalement que des ressorts qui vont rythmer et faire avancer ce roman.Un enquête par ailleurs fort bien construite et menée avec ce qu' il faut de mystère et de rebondissement pour captiver le lecteur, elle va servir de prétexte à Mario Vargas Llosa pour nous plonger au cœur de son pays. À la suite de ses personnages on va découvrir une vie quotidienne fait de petit rien ,ponctuée par des drames, des éclats de rires. Il en profite d'ailleurs pour souligner certains faits de corruption, les luttes de pouvoir, le poids des militaires, les conflits sociaux... On frôle parfois le pittoresque.N'ayez pas peur du Prix Nobel de littérature reçu par l'auteur en 2010, on passe un excellent moment de lecture...

Lacazavent
25/05/12
 

Suite à la découverte du corps mutilé d’un jeune homme, le lieutenant Silva et le sergent Lituma sont chargés de l’enquête. Or non loin de la petite ville de Talara se trouve une base militaire vivant repliée sur elle-même et qui résiste à toute tentative d’incursion dans le cadre de l’enquête.La 4ème indique : « Au suspense sans faille d’un véritable roman policier, Mario Vargas Llosa greffe une rigoureuse analyse des problèmes sociaux du Pérou et une dénonciation ironique, implicite, des mécanismes du pouvoir. »Je suis d’accord avec tout sauf l’adjectif « implicite » car, à moins que le lecteur ne soit vraiment bouché, il me semble que Vargas Llosa est, au contraire très clair ! Non qu’il ne soit pas pour autant subtil, mais l’un n’empêche pas l’autre.C’est le troisième roman de Vargas Llosa que je lis et, j’ai beau avoir apprécié ses ressorts, le regard sans concession de l’auteur et la façon dont le suspense est construit, cela reste le roman que j’ai le moins apprécié. Cela à cause essentiellement de son côté sud-américain très marqué. Je n’y suis pas sensible et je n’ai pas adhéré aux personnages hauts en couleur ou aux dialogues vifs, sans détour, voire un brin grossiers. C’est ma seule réserve avec peut-être aussi un léger manque d’intérêt pour le sujet comparativement à mes précédentes expériences (La fête au bouc et Le rêve du Celte).Pour le reste, c’est du Vargas Llosa, très bien écrit et traduit (par Albert Bensoussan), bien ficelé avec une intrigue qui vous fait tourner les pages avec avidité et un fond qui n’en est pas moins négligé, bien au contraire.

mycupoftea
05/09/14
 

Palomino Monero est retrouvé mort, dans un triste état. Deux gendarmes truculents,Lituma et le lieutenant Silva, enquêtent. Ils se heurtent aux codes de l'armée à savoir silence et solidarité, et tentent tant bien que mal à comprendre ce qui a bien pu produire tant de violence sur un homme réputé doux et musicien à ses heures perdues. Au delà de cette enquête somme toute classique, l'auteur joue avec les registres de langues. Ainsi, Silva est d'une grossièreté sans borne, amateur de "chair fraîche" surtout celle de la restauratrice, alors que le simple gendarme Lituma se révèle plus calme, plus réfléchi. Le personnage d'Alicia Mindreau, "point" central de l'enquête, est un petit bijou de névrose, antithèse de son père, colonel de profession, rigide et froid. Cette valse de personnages aussi différents des uns des autres et pourtant amenés à se rencontrer et à collaborer pour connaître la vérité, nous vaut des dialogues hauts en couleurs et efficaces dans l'avancée de l'enquête. Plus sérieusement, ce roman sert de prétexte à une critique plus profonde de la société péruvienne, et notamment celle de son armée qui entretient les préjugés en tous genres: "l'amour avait brisé les préjugés sociaux et raciaux, l'abîme économique". Dès lors si un amour entre deux êtres que tout oppose peut porter préjudice à une institution, le meurtre devient, aux yeux de l'armée, un moyen légal de rétablir les règles et éviter la honte. Bref, un bon roman policier (qui en fait n'en est pas un), facile à lire et agréable. vivi

vivicroqueusedelivres
11/02/12
 

Le titre du livre explique tout : nous suivons l’enquête que mènent les 2 inspecteurs de police afin de découvrir qui a pu tuer ce fameux Palomino Molero. Souvent grivois, parfois vulgaires, les inspecteurs de police qui mènent l’enquête sur la mort du jeune homme sont en tout cas de sacrés numéros !Le lieutenant qui bien qu’étant un bon professionnel, ne cesse de jacasser à longueurs de journées à propos de sa « grosse », une femme mariée, patronne de l’auberge où il dîne chaque jour. Vargas Llosa nous offre ainsi moult passages gouailleurs, un brin vulgaire tout de même et qui ne plaira certainement pas à tous (moi la première). L’enquête en elle-même, n’est pas franchement extraordinaire. Ce livre que je ne qualifierai pas vraiment de polar, ne fait pas preuve d’originalité en ce sens là.

nymeria
09/02/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.70 cm
  • Poids : 0.12 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition