R97 ; les hommes a terre

CAILLEAUX ; GIRAUDEAU

livre r97 ; les hommes a terre
EDITEUR : CASTERMAN
DATE DE PARUTION : 09/04/08
LES NOTES :

à partir de
19,00 €

SYNOPSIS :

L'album est un tour du monde. Nous accompagnons un équipage à bord de la Jeanne d'Arc, partant de Brest. Nous y sommes introduits en suivant les pas d'un jeune matelot qui va faire là sa première traversée au long cours. Les parties «Navigation» nous montrent l'équipage faisant corps avec le navire, oeuvrant pour que continuent sans cesse les vibrations de la grande machine de métal. C'est un monde à part, évoluant lentement sur la surface changeante des océans. Chacune de ces parties est l'occasion de s'attarder un peu plus sur un matelot en particulier. C'est celui que nous suivrons lors des «Escales». Une fois débarqué, celui-ci vivra un épisode anodin ou essentiel
de sa vie d'homme, en particulier vis-à-vis des femmes, symbole de la vie parmi «les gens de la terre». Le dernier marin auquel nous nous attacherons sera le jeune matelot du début, concluant son périple par sa première expérience d'homme annonçant la fin de l'enfance. Nous terminerons le voyage avec lui, alors qu'il a débarqué de la Jeanne et la regarde partir pour une nouvelle traversée. Lui reste à quai, mais nous savons qu'il embarquera bientôt sur un autre navire. Sur le pont de la Jeanne, les marins que nous avons connus poursuivent leur inlassable voyage, toujours entre deux escales, ces moments où leurs corps solitaires et démunis subissent les coups du destin.
3 personnes en parlent

Théo 17 ans, des rêves et des voyages plein la tête. L'âge de prouver qu'il n'est plus un enfant, de suivre les fragrances des mots qui ont éveillé ses illusions. Dernier soir à Brest, dernier rade où perdre le lest qui enchaine encore son corps sur la terre. Bientôt, il embarquera sur la Jeanne contemplant la mer diaphane sous un drap d'étoiles. Premières rencontres, premiers silences bien plus éloquents que des mots. Première escale à la Réunion pour le bleu, les fêtes, les femmes chaloupant des hanches, mais Théo préfère s'isoler en quête de l'amour idoine. Les ports défilent au rythme du voyage: les terres australes, l'Asie, l'Arabie de Rimbaud. Théo s'embrume, se perd et dérive finalement dans les vagues corporelles des sirènes nubiles. Sous les tempêtes féminines, la jeunesse s'étiole. L'homme apparait sous la coquille du bleu, racontant les péripéties qui rythment son tour du monde. Christian Cailleaux et Bernard Giraudeau relate l'expédition du porte hélicoptère R 97, dans un périple imaginaire au milieu des années 60. Librement adapté des écrits de l'acteur-écrivain, cette histoire nous fait découvrir le monde de la mer, hélas si le texte est porteur d'image, le dessin n'est pas toujours en adéquation avec le texte et le rythme de l'histoire. Pourtant les deux hommes avaient semble-t-il tout mis en oeuvre pour que la complicité soit réelle voyageant ensemble sur le bateau. Pasdel

Pasdel
10/07/15
 

Bande dessinée librement inspirée du livre de Bernard Giraudeau : Marin à l'encre. Carnet du premier voyage d'un jeune marin de 17 ans, Théo Laurens, embarqué sur la Marie-Jeanne. Départ de Brest, escales à la Martinique, Montivideo, Valparaiso, Honolulu, Kobé ou encore Djibouti. Évidemment, la vie sur le bateau, la vie dans les ports sont dessinées et racontées. On retrouve les thèmes chers à Bernard Giraudeau : les voyages, la mer, les rencontres. Il y décrit également son envie de rencontrer les vrais gens des pays qu'il visite et les terres plutôt que toujours les mers. Les dessins de Christian Caillaux sont originaux, dans les tracés des contours, le choix des couleurs, très différentes d'une page à l'autre, en fonction des lieux visités. J'ai lu récemment le dernier livre de B. Giraudeau, Cher amour, dans lequel il reparle de son premier embarquement, à 17 ans, sur la Marie-Jeanne, et beaucoup d'images, de paysages qu'il y décrit sont ici dessinés : un vrai plaisir de les retrouver. Yv

Lyvres
25/03/14
 

Théo a 17 ans et vient de terminer sa formation aux Arpètes. Pour sa première campagne, il embarque à bord du porte-hélicoptères Jeanne d'Arc. Commence alors pour lui une grande aventure, celle qui marque un homme pour le reste de sa vie. R97 est son matricule. Pourtant dans le cœur des Brestois, elle est surtout connue sous le nom de « La Jeanne ». Bernard Giraudeau a fait lui aussi un courte carrière de marin sur la R97. Ce qui fait que sa participation à cet album n'est pas saugrenu.On passe de l'ambiance du bateau en mer aux ports, plus colorés, avec un dessin plus rapide. C'est très dépaysant. R97 est un superbe récit de marins, navigant de femmes en aventures, expliquant qu'un homme, même s'il la quitte un temps pour des bras accueillants, revient toujours vers la mer. laurence

laurence
29/11/10
 

Format

  • Hauteur : 30.00 cm
  • Largeur : 24.30 cm
  • Poids : 0.64 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition