Recits fantastiques russes

COLLECTIF

livre recits fantastiques russes
EDITEUR : CORTI
DATE DE PARUTION : 07/06/07
LES NOTES : Donnez votre avis
à partir de
10,15 €

SYNOPSIS :

La tradition fantastique et romantique a trouvé en Russie une terre vierge et un maître incontesté : Pouchkine. On raconte que c'est lui qui fit cadeau à Titov de l'idée d'Une maison solitaire sur l'île Vassilievski, où nous retrouvons en effet tous les ingrédients du genre (un Saint-Pétersbourg à l'atmosphère étrange, l'incarnation du mal face à la pureté angélique, une morte ressuscitée par la magie noire). Avec Odoïevski, dont L'Âge d'homme a publié Les Nuits russes, le fantastique se teinte d'occultisme : dès l'enfance du héros, le cosmorama qui donne son titre au récit provoque chez lui des phénomènes de vision et de voyance. Révélant l'avenir comme le passé, il va devenir l'incarnation même du mal, une sorte de drogue dont le personnage principal a besoin et horreur à la fois. L'univers se dédouble et participe alors de la réalité comme de l'éternité. Chtoss est le dernier texte écrit - et laissé inachevé - par Lermontov, tué en duel en 1841. Il est étrange à souhait. Un peintre désabusé de tout loue sur un coup de tête un appartement inoccupé où se trouve un étrange portrait de vieillard, qui se révélera bientôt être un fantôme, joueur de cartes. Nous retrouvons alors une atmosphère digne de la célèbre Dame de pique de Pouchkine, parue sept ans plus tôt. Ce recueil consacré à des proses fantastiques de l'époque romantique et restées inédites
montrera â l'évidence qu'entre certains grands génies - Pouchkine, Gogol, Dostoïevski - le genre a trouvé en Russie une terre d'élection. « Le choix des textes qui composent le recueil a l'intérêt de présenter trois aspect de ce genre littéraire qui s'épanouit à Saint-Pétersbourg entre 1820 et 1840 : la notion de double (Le Cosmorama), l'apparition (Chtoss) et les forces du mal (Une maison solitaire sur l'île Vassilievski). Au cours du récit, les trois auteurs usent efficacement des recettes traditionnelles du genre : séduction de l'étrange, irruption de l'irrationnel dans le réel jusqu'à la confusion des sentiments, à la fragiile frontière de la folie. Mais le lecteur est définitivement envoûté par l'atmosphère lugubre unanimement prêtée à Saint-Pétersbourg. » Anne Rodier, Diabolique trio in Le Monde, 17 janvier 1997. Profitant de toutes les occasions qui s'offrent à lui pour semer le désordre, et Saint-Pétersbourg dans les années 1820 lui en offrant de particulièrement favorables, le diable n'en a-t-il pas profité pour y prendre ses quartiers ? On le croirait, à la lecture de ces récits dont les auteurs, hormis Lermontov, sont presque inconnus. Mais comme la ville, le diable est grisâtre et d'autant plus efficace ; il a abandonné les défroques flamboyante de son confrère germanique. Patrick Cassou, Le Mensuel littéraire et poétique, n°244.
0 personne en parle

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 12.00 cm
  • Poids : 0.23 kg
  • Langage original : RUSSE

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition