Renegats

GEMMELL, DAVID

livre renegats
EDITEUR : J'AI LU
DATE DE PARUTION : 13/04/06
LES NOTES :

à partir de
7,80 €

SYNOPSIS :

Pour combattre les forces des ténèbres, les chevaliers de la Gabala, légendaires protecteurs des neuf duchés, ont accepté de franchir un mystérieux portail. Tous sauf Manannan, qui erre
depuis en chevalier déchu en proie au tourment. Mais devant le meurtre et la magie noire qui envahissent les duchés, il doit affronter ses vieilles peurs et traverser le portail...
7 personnes en parlent

David Gemmell est, de ce que j'ai lu, un grand auteur d'heroic fantasy britannique. Je dois avouer que je ne connaissais son nom que très vaguement, et n'avait jamais rien lu de sa part (oui, je dis souvent cela...). Vous vous demandez surement pourquoi j'ai choisi de lire ce livre ? Non ? Vraiment ? Bon, je vous le dis quand même : le titre était sympa. Bien meilleur à mon goût que sa version anglaise d'ailleurs : Knights of Dark Renown. Y'a pas à dire, Renégats, ça fait un bon titre. Ajoutez à cela une couverture qui donne le ton du récit, et une quatrième de couverture pas repoussante, et c'est parti !Oh, j'ai parlé plus haut d'heroic fantasy. Ma connaissance des termes permettant de classer les livres en différentes catégories étant aussi grande qu'un haricot blanc dans un champ de ballons de kinball, tout ce que j'en dis peut être soumis à contestation. L'heroic fantasy se caractérise principalement, selon moi, par une histoire se déroulant dans un univers moyenâgeux, avec souvent un peu de magie et une lutte du bien contre le mal (en très résumé). Ce qui collerait pour Renégats.[la suite sur 233°C] Baroona - 233°Chttp://233degrescelsius.blogspot.fr/

Baroona
29/10/15
 

Encore un pt'it detour par cet auteur decouvert sur le tard mais disparu , lui , trop tot...Ce qui est bien avec Gemmell , c'est que l'on est jamais déçu...Les bouquins alternent le bon avec le tres bon sans qu'il y ait , a ce jour , de fausse note...Une fois de plus , l'auteur nous conte l'histoire des forces du bien contre celles du mal , un peu manichéen certes , mais toujours aussi efficace!!Ce qu'il y a de nouveau , ce sont des personnages beaucoup plus travaillés que d'habitude , avec leurs forces et leurs faiblesses , leur droiture , leur soif de liberté , de justice (sortez les mouchoirs) , et leur coté sombre..La patte de Gemmell , c'est egalement de proscrire toute happy-end en reservant systematiquement un sort funeste (sortez les serpilleres) a bon nombres de ses heros...Bref , c'est encore du tout bon qui se boit comme du pt'it lait..Du whisky serait plus de saison.. A la votre!!

TurnThePage
13/11/13
 

Superbe, un vrai Gemmell entraînant, fort et beau... A lire ! Pour les amateurs d'heroic fantasy, c'est un vrai régal :) et quand on souhaite découvrir le genre, c'est une introduction tout à fait convaincante ...

Arfirith
20/08/12
 

Suite à une rafle en règle de tout les livres de Gemmell présent chez le plus proche libraire, c'est avec une certaine confiance que j'ai commencé Renégats.En effet, pour le moment, je n'ai jamais été déçu par un livre de cet auteur et, malgré le fait que certains soient bien meilleurs que d'autres, la moyenne reste très satisfaisante.Gemmell nous livre avec Renégats un de ses romans les plus sombres et violents.Dans une royaume où les espoirs se sont envolés avec les derniers héros, il nous présente tout un éventail de personnages très fouillés, certains très attachant, d'autres très agaçants.Comme à son habitude, le personnage principal est un être torturé : psychologiquement par la honte qu'il ressent pour avoir laissé ses frères d'armes franchir seul le portail magique et physiquement à cause d'un heaume magique, qu'il ne peut retirer sans l'aide d'un forgeron précis, l'empêchant de tailler sa barbe qui menace de l'étouffer à la longue.Gemmell a réuni tout ce qu'il fallait pour un bon roman de fantasy : Des monstres, des héros perdus, des ennemis changeant de camp, des lâches où un courage héroïque germe au moment propice, un royaume au bord de la catastrophe où tout retour à l'ordre semble impossible et un bonne grosse dose de magie.De plus, cette magie est présenté de manière originale car elle est divisée en différentes formes basées sur les couleurs.La magie blanche apporte calme et sérénité; la jaune est symbole d'innocence, la noire apporte force, vitesse et puissance; la bleue représente l'envol de l'esprit; la verte favorise la croissance et la guérison; Et, évidement, la rouge, se nourrissant de la colère et de la luxure est le symbole du mal.Chaque magicien est affilé à une couleur et la puissance de son utilisation dépend de la facilité avec laquelle il réussit à percevoir cette couleur dans l’Éther de l'endroit ou il se trouve.Les principales couleurs en conflit dans ce récit sont le rouge et le vert (Ça me rappelle vaguement les couleurs des sabres d'une famille très connu).Majoritairement en cette période de trouble, la couleur prédominante est le rouge, ce qui en plus de favoriser les magiciens de cette couleur, pénalise les verts (car le rouge est la couleur complémentaire du vert).Le bleu, par contre, pourra être utilisé mais sera affaibli.Cependant, il existe aussi quelques lieux, rares, où les autres couleurs domine et où l'utilisation des magies associés y est plus facile.Ce livre regorge d'autres petites références tirés de la littérature anglo-saxones.On retrouve dans le personnage de Llaw Giffes un ersatz de Robin des bois, Ollathair et Lug dans les rôles de Merlin et Arthur respectivement, les chevaliers de Gabala en chevaliers de la table ronde et les chevaliers rouges feraient de très bons Nazgûl.Le seul point à noter en la défaveur de ce livre est l'abondance de fautes de traductions qui gênent considérablement la lecture.Par exemple, on peut y retrouver « Toute la tristesse qu'il éprouvait était pour lui alors qu'il contemplait la statue » (N'ayant pas noté les pages, c'est la première que j'ai retrouvé mais il en a bien d'autres)Bien que ce ne soit pas son meilleur livre (j'orienterai pour le moment mes préférences pour Dark Moon pour les one-shoot et Le lion de Macédoine pour les séries), le style vif et sans fioritures inutiles, ressortant certainement de l'expérience de journaliste de Gemmell, est très agréable.Enfin bref, j'aurai peut être plus vite fait de dire simplement "Du Gemmell comme on les aime !!".

SkarnSha
04/03/12
 

Cela faisait quelques temps que je ne lisais plus de fantasy, et c'est avec un plaisir non feint que j'ai attaqué ce romand de David Gemmell, le premier que je lis de cet auteur.Ce roman est bien écrit et l'histoire est très bien menée. L'auteur nous décrit tous les décors de manière précise et il est assez aisé de s'imaginer dans quel environnement oeuvre les personnages.Les personnages sont assez nombreux et j'avoue m'être un peu perdu quelques fois tant les noms sont assez ressemblants, mais ils sont aussi très bien décrits et on arrive facilement à en aimer quelques-uns qui peuvent être loin d'être sympathiques comme Agrain.L'histoire, bien qu'assez simple, est bien menée, mais j'ai trouvé que la fin était bâclée. Je ne m'attendais pas à lire ça, et pour tout dire, j'ai même été très déçu. J'ai l'impression que l'auteur s'est débarrassé de ce roman par une fin écrite à la va-vite. Je dirais que j'ai eu une grosse, mais très grosse déception lorsque je suis arrivé à la dernière ligne, alors que l'auteur m'avait transporté avec une grande facilité jusque là.Les héros meurent en sacrifiant leur vie, et les ennemis rendent leur dernier souffle en essayant d'expier leurs crimes. Le Rat est mort, vive le Rat

Skritt
28/04/11
 

Du pur David Gemmell ! Un livre que j'ai lu très rapidement et que je n'ai pas pu lâché. L'histoire faite de magie et de chevaliers. Le tout étant saupoudré de psychologie.Un très bon livre selon moi !

arnaudk
31/01/11
 

J'ai dévoré ce livre... fabuleux ! il nous emporte extrêmement loin !Il était une fois les Chevaliers de la Gabala, légendaires protecteurs des Neuf Duchés. Leurs cœurs étaient purs

Doubitchou
05/07/10
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.24 kg