Replay

GRIMWOOD, KEN

livre replay
EDITEUR : POINTS
DATE DE PARUTION : 01/01/98
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
7,95 €

SYNOPSIS :

En ce 18 octobre 1988, jeff winston se trouve dans son bureau new-yorkais, et écoute sa femme lui répéter au téléphone : " il nous faut, il nous faut... " il leur faudrait, bien sûr, un enfant, une maison plus confortable. mais surtout parler. a coeur ouvert. Sur ce, jeff meurt d'une crise cardiaque. il se réveille en 1963, à l'âge de dix-huit
ans, dans son ancienne chambre d'université. va-t-il connaître le même avenir ? non, car ses souvenirs sont intacts. il sait qui va gagner le prochain derby, et ce qu'il en sera d'ibm et d'apple... de quoi devenir l'homme le plus puissant du monde, jusqu'à... Sa deuxième mort, et qu'une troisième, puis une quatrième vie commencent...
18 personnes en parlent
J'ai tout bonnement et simplement adoré! Je l'ai conseillé à des amis qui ont, eux aussi, étés littéralement transportés par cette petite merveille. Durant ma première année de prépa littéraire, j'ai du rendre un petit mémoire, et c'est naturellement que mon choix s'est dirigé vers Replay : par son originalité principalement! J'ai donc juste un mot à vous dire pour achever mon commentaire : à vos livres!!!
Juliette Mlle

Une histoire prenante qui joue sur le fantasme du "et si j'avais..."Bien écrit, en tout cas bien traduit :-), je n'ai pas décroché. Je suis juste triste de l'avoir prêté à un(e) indélicat(e) qui a oublié de me le rendre autant que j'ai oublié à qui j'ai confié cet ouvrage :-)

Kalan
04/03/09
 

J'ai vraiment été happé par cette histoire, qui joue sur les mêmes cordes que le voyage dans le temps sans en être vraiment. Une réflexion intéressante sur la Vie, sur la nécessité de tenter pour avancer. Quelque part çà m'a aussi fait pensé à "La fin de l'éternité" de Asimov, pour ce thème de l'erreur nécessaire.

fzilbermann
13/01/09
 

Très prenant Un roman très prenant qui aborde d'une façon unique "la mort". L'histoire d'un homme qui a l'occasion de revivre sa vie... en boucle, tout en gardant le souvenir de ses vies antérieurs.

beraud@archimed.fr
03/11/15
 

Ma première lecture de ce roman date d’il y a déjà onze ans, et si le thème du voyage dans le temps (et de l’éternel recommencement) m’était bien resté en tête, j’avais bel et bien oublié tous les détails de l’intrigue, qui m’a semblée cette fois subtile et sensible : nous sommes en 1988 et la vie de Jeff est dans une impasse; son mariage bat sérieusement de l’aile, son boulot ne l’épanouit pas, et en pleine conversation téléphonique avec sa femme son coeur déraille. Il pense être en train de mourir et se réveille soudain des années plus tôt, encore étudiant. Après quelques jours de flottement il reprend le cours de cette nouvelle vie, la sienne, la même, sauf qu’il sait quoi éviter et comment gagner de l’argent (parier sur des évènements sportifs dont il connait l’issue, investir dans des sociétés qui vont marcher etc.). Arrivé à quarante-trois ans, paf, re-bobo le coeur et réveil jeune homme, cette boucle se répétant encore plusieurs fois. Pour toujours ? Comment y mettre fin ? Veut-il y mettre fin ? Quel est le sens de ces replays ? Pourquoi ? Pourquoi lui ? Est-il le seul à vivre cette expérience ? 432 pages pour décliner ces questions et mettre en mots les inévitables répercussions d’une vie qui n’engrange rien, sinon de nouvelles interrogations. Il y a quelque chose de vertigineux dans le thème même, et on ressent parfaitement la douleur créée par l’absence de transmission, tout autant qu’on slalome entre les modifications que Jeff apporte dans ses différentes vies : empêcher ou avancer un évènement important (politique, par exemple), quelles implications ? La société peut-elle être différente ? Avoir la possibilité de recommencer, être en mesure de tâtonner et de tester différents choix de vie apporte-t-il une réponse absolue ? Le tout sous une menace grandissante : chaque « réveil » a lieu plus tard dans sa vie, va-t-il à terme se réveiller mort ? Le lecteur a le choix entre une lecture au premier degré – agréable (bien que le style soit neutre) et prenante, et la plongée tête la première dans la question centrale posée par le roman : qu’est-ce qu’une vie « bonne » ? http://cuneipage.wordpress.com

SagnesSy
15/03/15
 

Très prenant Un roman très prenant qui aborde d'une façon unique "la mort". L'histoire d'un homme qui a l'occasion de revivre sa vie... en boucle, tout en gardant le souvenir de ses vies antérieurs.

90016886
19/09/14
 

La vie est faite d’une succession de choix qui délimitent le chemin que l’on emprunte. L’expérience et la connaissance sont les noms que nous donnons à cette succession de choix. Qui ne rêverait donc pas de pouvoir refaire ces choix sur base d’une vie entière de connaissance, de revenir dans son propre passé afin d’y corriger les erreurs passées …C’est ce qui arrive à Jeff Wiston, qui meurt d’une crise cardiaque à l’âge de 43 ans et qui se réveille dans sa chambre d’université à Atlanta en 1963, à l’âge de 18 ans. Alors qu’il avait raté son mariage et accumulé les déceptions professionnelles, il reçoit subitement la possibilité de tout changer, de revivre son passé fort de l’expérience de sa vie antérieure… et il ne va pas se priver de cette opportunité…Malgré un thème central basé sur la réincarnation où le voyage dans le temps, ce roman de Ken Grimwood datant de 1988 et couronné du World Fantasy Award n’est pas un pur roman fantastique ou de science-fiction. « Replay » est surtout un thriller haletant et profondément humain qui se dévore d’une seule traite. En suivant les pas de ce témoin répétitif de l’Histoire, l’auteur en profite également pour revenir sur les faits marquants de l’Histoire des Etats-Unis du début des années 60 à la fin des années 80.Mais ce qui fait le sel de ce bouquin sont les choix du personnage principal au fil de ses retours dans le temps, cette possibilité d’éviter les erreurs du passé en tenant compte du cumul d’expérience des vies précédentes, tout en constatant que ces nouveaux choix ne sont pas forcément une garantie de bonheur. Ce livre invite non seulement à réfléchir sur le sens de la vie et sur l’influence que l’on a sur le cours de celle-ci, mais il incite surtout à profiter de l’instant présent et des personnes que l’on aime.N’attendez donc pas votre Replay pour lire cet excellent roman…

yvantilleuil
19/09/13
 

Alors là, je dois dire que je fus agréablement surprise.Moi qui ai toujours eu un peu de mal avec la SF même si elle est très légère, j'ai très vite accroché pour ne plus pouvoir le lâcher. Aucune lourdeur , aucun ennuie, tous est mené sur un train d'enfer, des surprises malgré une fin qui apparaît vite comme évidente.Un roman pour ceux qui veulent passer un bon moment détente sans nœud au cerveau.

Lacazavent
14/04/13
 

C'est typiquement le genre de livres que je ne lis pas mais, de temps en temps, j'ai peur de mourir idiote alors je me mets à lire de la SF.Pour le coup, je n'ai pas eu de regrets. Non que le livre soit un chef d'oeuvre mais il ne m'a pas donné envie de hurler à l'imposture (oui, la SF n'est pas mon rayon).Cette lecture s'est avérée plutôt intéressante et j'y ai même pris du plaisir, les pages se tournant toutes seules ou presque. Cela reste une oeuvre facile et je ne peux que regretter la fin un brin didactique pour tout lecteur ayant dépassé l'adolescence.

mycupoftea
14/11/12
 

Voici un livre qui m'a été conseillé par Mr Malevil, lui-même soutenu dans cet effort par Xavier Dollo. Que pouvais-je faire ?Replay est le seul roman traduit en français de Ken Grimwood, écrit en 1986 et récompensé par le World Fantasy Award deux ans plus tard. Il est actuellement édité en poche chez Points.Mais de quoi cela parle-t-il donc ? Jeff, quadra qui a le sentiment d'avoir raté sa vie, meurt d'une crise cardiaque à 43 ans, en 1988. Seulement, ô stupeur, il se réveille dans sa chambre d'étudiant à 18 ans. En 1963 donc, si vous comptez bien. 1963. Tout avait recommencé.Alors dans la situation du narrateur que ferions-nous ?Celui-ci passe par diverses phases. Le temps d'accepter ce qui lui arrive, il se met à penser confort matériel, puis amoureux... Et enfin, il essaie de rendre le monde meilleur, d'empêcher certains événements, ce qui n'est pas vraiment couronné de succès. Bien au contraire.Ce bouquin m'a fait penser au Jour de la Marmotte (Un jour sans fin en français !), mais à l'échelle d'une vie. Il s'avère qu'il existe certaines subtilités qui font que le concept de Grimwood va encore plus loin que ça.Ce roman nous parle de la quête du bonheur à l'échelle de plusieurs vies, des conséquences de nos choix et du sens que l'on donne à notre vie. Il nous parle de la reproduction des erreurs. Il nous parle aussi d'amour.Notre dilemme, si extraordinaire qu'il soit, n'est pas différent, en fin de compte, de celui qu'ont affronté tous les humains : nous sommes ici, et nous ne savons pas pourquoi.Nous pouvons philosopher à perte de vue et chercher la clé de ce secret dans mille directions,nous n'y parviendrons jamais. Comment ne pas devenir fou, coincé dans ces replays ?Comment supporter la solitude et la perte sans cesse renouvelées ?L'auteur saura apporter des réponses pertinentes en nous gardant en haleine tout au long de l'histoire.Une très bonne lecture que je vous conseille à mon tour ! LuneCe n'est pas parce que je dis n'importe quoi que j'ai tort.

LunePapillon
02/11/12
 

L'idée de départ me plaisait beaucoup : qui n'a jamais rêvé de tout recommencer en sachant quelles sont les erreurs à ne pas commettre ? Et je dois dire qu'au final je suis un peu déçue par le roman, d'autant plus que je n'ai pas lu ce à quoi je m'attendais (j'ai appris une fois le roman refermé qu'il avait décroché le World Fantasy Award en 1988 et je crois que je l'aurais abordé différemment si j'avais su qu'il s'agissait d'un roman de fantasy, ce que l'édition française ne dit absolument pas). Je m'attendais à un roman de rédemption, je crois, d'autant qu'il se révèle vite que Jeff Winston vit plusieurs fois ce même tronçon de vie, ce qui le pousse dans chaque vie dans une voie différente. Il commence par chercher la fortune, puis l'amour, puis plus rien, puis une réponse à ces éternels retours, et si c'est assez juste et bien mené j'ai été quand même un peu ennuyée par quelques longueurs (il est difficile de revivre plusieurs fois la même existence sans se répéter) et un peu dérangée par l'espèce de fatras mystico-new age qui est introduit dans le roman avec l'apparition de Pamela Philips (heureusement on ne nous impose pas trop longtemps ce charabia sur les extra-terrestres, c'est le genre de discours que je trouve assez insupportable, je l'avoue) et par l'absence de réponse à ces épreuves imposées à Jeff. En effet, si on considère que ce dernier finit par trouver une clé, il s'avère finalement qu'il lui est impossible de rectifier quoi que ce soit, ce qui rend l'épilogue un peu incompréhensible. Dans le même genre, je ne saurais trop vous recommander de voir le très beau film d'Harold Ramis, Un jour sans fin (Groundhog day) avec un Bill Murray sublimissime, qui explore me semble-t-il beaucoup mieux et de manière drôlatique les questions posées par les éternels retours.

fashiongeronimo
12/08/12
 

Trophée du scénario original ok, palme de l'inventivité certes, mais un enchaînement des paragraphes parfois laborieux avec des ellipses soudaines qui peuvent perturber le lecteur le plus concentré qui soit. Ce roman pose des questions inédites comme "et moi que ferai-je si cela m'arrivait" et on se demande aussi si on mènerait la même vie (moi oui en tout cas!). La trame globale tient la route mais ça et là , j'ai eu l'impression que même l'auteur s'y perdait lorsqu'il use et abuse de répétitions sur les états d'âme des protagonistes et les réflexions éculées sur la perte d'un être aimé. Cependant, j'ai eu plaisir à tourner les pages et à voyager avec Jeff et Pamela à travers leurs multiples vies. La fin est bien construite et tient mieux la route que certains "replays" assez laborieux (le tueur en série et la CIA). En tout cas l'ensemble porte l'idée générale selon laquelle chacun construit sa vie comme il veut s'il sait saisir les opportunités au bon moment et se donne les moyens de les développer. Un peu facile je sais, mais cruellement vrai dans cette histoire. A lire par curiosité pour son originalité. vivi

vivicroqueusedelivres
16/02/12
 

Jeff a 43 quand il meurt d'une crise cardiaque. Mais voilà, l'instant d'après, il se réveille dans sa chambre d'étudiant et découvre qu'il a à nouveau 18 ans. Ayant gardé le souvenir de ce qui s'est passé pendant sa première vie, il décide de gagner beaucoup d'argent en multipliant les paris, puis les bons placements. Mais il se rend compte que si l'argent contribue au bonheur, il ne peut suffire. Aussi quand, à 43 ans, il meurt à nouveau et se retrouve à nouveau étudiant, il change à nouveau le cours de sa vie.Dans ce roman, les replays, c'est à dire les vies que l'on recommencent, se multiplient. Si l'idée de départ est très intéressante, (que peut-on faire pour changer le monde quand on connaît l'avenir? Comment recommencer sa vie pour qu'elle soit meilleure que la précédente?), l'écriture m'a laissée de marbre et j'ai trouvé l'ensemble répététif et pas assez fouillé. Mon mari l'a beaucoup aimé, mon fils moyennement.

cocalight
08/12/11
 

J'ai lu ce livre il y a des années de cela et il fait partie des rares que j'ai lu plusieurs fois (enfin 2 fois exactement, n'exagérons rien). Il part d'une idée simple : que feriez-vous si vous retrouviez vos 18 ans sans avoir rien oublié de ce que vous avez pu vivre depuis cet âge ? feriez-vous les mêmes choix ? d'autres ?Par contre, je tiens à vous prévenir : quand on a commencé, on ne s'arrête plus ! Il se lit d'une traite...

Rudie
12/03/11
 

Que se passe-t-il quand on meurt ? Et bien pour Jeff Winston, mort à 43 ans, il recommence sa vie à 18 ans. Et à chaque fois qi'il meurt, il recommence mais toujours à un âge plus avancé que la fois d'avant. Il vivra donc plusieurs vies mais pourquoi lui, et-il le seul dans ce cas et surtout que faire ?

poussinet
09/01/11
 

Ce que j’en ai pensé :Autant aller droit au but : c’est, pour moi, un livre qui vaut vraiment la peine d’être lu ! Publié aux Etats-Unis en 1986 puis en France en 1988, ce roman parvient, encore aujourd’hui, à séduire un large lectorat.Sous une trame de science-fiction, et des abords divertissants, les thèmes abordés sont aussi intemporels et profonds que ceux du temps qui passe, de la vie, de la mort et du sens de la vie.Coup de chance ou mauvais coup du sort, Jeff se retrouve à revivre sa vie en gardant en souvenir celles qu’il a vécues précédemment. On plonge donc avec lui à travers l’Amérique des années 60 à 80.La plume est maîtrisée, le rythme, soutenu quasiment tout du long (quelques longueurs tout de même) et les questions suscitées ne peuvent qu’interpeller nos esprits. Les personnages sont fouillés et attachants, l’histoire est intelligente, séduisante, et ne manque pas de suspense.Ken Grimwood met l’accent sur la nature éphèmère de l’existence. Ne sommes-nous pas de toutes petites choses dans ce grand univers ? Nox choix sont-ils importants et leurs conséquences façonnent-elles ce que nous sommes ?Le thème, bien qu’abordé à de nombreuses reprises (Je pense au film « L’effet papillon » qui est récent, mais il y en a d’autres), est traité ici, avec une justesse étonnante.Si le dénouement a pu décevoir quelques lecteurs, il me convient tout à fait.Un petit - : Moi la petite française des années 2000, n’a pas saisi toutes les références à l’histoire (principalement économique) des Etats-Unis. J’ai trouvé qu’il y en avait un peu trop.Un petit + : Quel plaisir de se plonger dans les années 60 à 80 de par le quotidien et les moeurs des personnages !Un roman magnifique, divertissant et profond. Les livres ont toujours plus d'esprit que les hommes qu'on rencontre.

MamzelleMelo
24/09/10
 

Quand le héros meurt à la première page du livre, s'il n'y a pas de flash back, comment s'en tirer ? Et bien avec quelques vies supplémentaires tout simplement.... Le héros tout étonné se réveille donc quelques années en arrière. Non, non, ce n'est pas un flash back, c'est une deuxième chance. Il se souvient de sa première vie, et peut faire de nouveaux choix, vivre un nouvel avenir... Joliment trouvé, joliment rédigé, un moment de plaisir. PhiL

DelireDeLire
23/04/10
 

Ce livre ressemble un peu à l'effet papillon sur le sujet traité mais ajoute certaines reflexions. Je lis rarement des livres de fiction mais celui-ci me passionne. Notre héros meurt d'une crise cardiaque... et revit son histoire dès l'adolescence. S'agit-il de l'occasion de corriger des erreurs personnels ? De gagner facilement des paris lucratifs ? de mener une vie de débauche ? d'approcher des personnes d'exception avant qu'elles ne soient déifiées par le public? Moi aussi j'ai imaginé que cela m'arrivait et avec le personnage j'ai eu les mêmes réactions. Au début égoiste, matérialiste, oportuniste et ensuite j'ai été avec lui déçue , impuissante...

milca
02/03/10
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.22 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : GUY CASARIL

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition