Revendication de la liberte de penser

FICHTE J G.

livre revendication de la liberte de penser
EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 03/09/03
LES NOTES :

à partir de
5,60 €

SYNOPSIS :

Collection « Classiques de la philosophie » dirigée par Jean-François Balaudé Fichte Revendication de la liberté de penser « Prince tu n'as pas le droit d'opprimer la liberté de penser, et ce sur quoi tu n'as aucun droit, il te faut ne jamais le faire, quand même les mondes s'écrouleraient et que tu devrais, avec ton peuple, être enfoui sous les ruines. » J. G. Fichte En 1793, pressé par le sentiment d'une urgence politique, Johann Gottlieb Fichte (1762-1814) écrit et publie de façon anonyme un opuscule intitulé Revendication de la liberté de penser, qui constitue un véritable plaidoyer en faveur de la liberté de penser et de communiquer, au nom des droits imprescriptibles de l'homme. Par là, il s'oppose de front aux prétentions du despotisme
éclairé, tel que la Prusse, son pays, continuait à l'illustrer, et épouse résolument la cause des Lumières et de la Révolution française. Avec la liberté de conscience, c'est aussi le principe de la souveraineté du peuple qui se trouve soutenue, et Fichte prolonge avec éloquence cette apologie par une réflexion sur les conditions de l'émancipation de l'humanité. La présente édition, par son introduction et son dossier complémentaire de textes, fait apparaître de manière très complète les enjeux philosophiques, politiques et historiques de cet essai engagé et exemplaire, dont le retentissement a été très durable tout au long du xixe siècle. Traduction nouvelle, Introduction, Dossier et Notes par Jean-François Goubet.
1 personne en parle

Après avoir connu l’injustice et l’instabilité Fichte vient d’être publié et peut désormais se consacrer à sa vocation de philosophe. Il rédige alors ce célèbre discours dans lequel il invective les gardiens de l’ordre établi, leur reprochant d’entretenir la bêtise et la confusion entre représentation et choses en soi. Un propos juste et toujours d’actualité, même si Fichte est un humaniste, et non un visionnaire : contrairement à ce qu’il pensait l’on peut désormais non seulement empêcher de parler mais aussi de penser. L’un de ces textes qui font partie de la culture de l’honnête homme, et s’oppose à la tyrannie à l’instar du Discours de la servitude volontaire d’Etienne de la Boétie. http://ericdarsan.blogspot.fr

Darsan
03/02/13
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.10 kg