livre salina
EDITEUR : MAGNARD
DATE DE PARUTION : 22/06/09
LES NOTES :

à partir de
5,20 €

SYNOPSIS :

Après le succès considérable des nouvelles de Laurent Gaudé publiées dans la collection C&C en 2008 (20 000 exemplaires vendus !), une nouvelle facette de cet auteur, avec une tragédie, dans une Afrique mythique, sur le thème de la vengeance et du pardon. Cette pièce de théâtre, dont les thèmes
et le style sont proches de ceux de son roman La Mort du roi Tsongor (prix Goncourt des lycéens), est inédite en poche et permet une riche exploitation pédagogique pour les classes de lycées. Elle est suivie d'une interview exclusive croisée de Laurent Gaudé et du metteur en scène de la pièce.
6 personnes en parlent

Tragédie A la manière d’une tragédie racinienne, Laurent Gaudé tisse progressivement la trame de cette pièce en campant des personnages forts, en instaurant un climat de tension, qui tient le lecteur en haleine et va crescendo jusqu’à l’épilogue. L’auteur nous livre ici une pièce majestueuse aux couleurs de l’Afrique, aux rites ancestraux, où la sensualité et la magie s’entremêlent dans un combat brutal. Laurent Gaudé nous ouvre les portes d’un théâtre contemporain en s’inspirant des thèmes du théâtre antique. Une vraie réussite !

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

C’est la deuxième pièce de Laurent Gaudé que je lis. Tout en étant différente elle a des similitudes, c’est l’univers de l’écrivain.Entre dialogues et récits nous voyons se dessiner une société tribale et patriarcale où le monde des femmes est codifié avec ses secrets et ses rites.Salina refuse de devenir une femme. Elle sort de l’enfance mais ce qu’elle refuse c’est d’être ce que les autres veulent qu’elle soit. On lui fait sentir qu’elle vient d’ailleurs et que ça vie ne lui appartient pas.Une armée dévaste le territoire en même temps que Salina vit un drame. Cette pièce est une tragédie.On a un combat de femme, Salina ne trouve pas la solidarité qu’elle attend au contraire elle va se retrouvé fasse à une ennemie.Une femme est l’objet du destin, mais refuse cette destinée. Elle arrive au village bébé en hurlant, elle quitte le village en insultant. Elle est portée par la colère et la haine.On retrouve la magie de l’Afrique selon Laurent Gaudé. J’ai retrouvé un petit quelque chose de « la mort du roi Tsongor». Les morts qui parlent, les enfants engendrés par la colère, les ancêtres qui errent car leur corps n’a pas été enterré entier. L’art de la parole du conte. Le combat par les mots est magnifique (Partie II, scène 9).Il y a de nombreux moments forts. Que ce soit dans la colère, dans la vie ou la mort. La fin est apaisement.J’ai apprécié les différences types d’écriture. On passe de dialogues a des monologues, de récits à des légendes et même un oracle.Où a commencé le drame de Salina ?Est-ce depuis les langes où elle pleurait sans arrêt ou lorsqu’elle fut choisie par Saro avec le soutien du clan Djimbe… A aucun moment elle a le soutien des personnes sur qui elle comptait !C’est une pièce de théâtre qui renvoie à de nombreux sujets. Les guerres de clans, les guerres fratricides, le monde des femmes contre celui des hommes dans certaines sociétés, pouvoir, vengeance et manipulations, le don de soi, la descendance et la transmission des haines. Il arrive qu’à un certain moment une nouvelle génération dise stop pour aller de l’avant. http://ramettes.canalblog

ramettes
19/01/14
 

Tragédie A la manière d’une tragédie racinienne, Laurent Gaudé tisse progressivement la trame de cette pièce en campant des personnages forts, en instaurant un climat de tension, qui tient le lecteur en haleine et va crescendo jusqu’à l’épilogue. L’auteur nous livre ici une pièce majestueuse aux couleurs de l’Afrique, aux rites ancestraux, où la sensualité et la magie s’entremêlent dans un combat brutal. Laurent Gaudé nous ouvre les portes d’un théâtre contemporain en s’inspirant des thèmes du théâtre antique. Une vraie réussite !

Souffrance et vengeance Salina est une jeune fille d’Afrique Noire amoureuse de Kano mais promise selon la tradition à son frère ainé Saro. Fière et décidée à se battre contre la pression du clan Djimba, elle s’engage dans un combat farouche pour préserver sa liberté. S’ensuit un mariage forçé, des années de tourments, un enfant non désiré et une soif de vengeance sans limite matérialisée par son fils Kwane N’Krumba fruit de sa colère et qu’elle enfantera seule. Une vie faite de malheurs et d’errance, menée sans relâche par cette obsession de faire payer aux membres du clan pour ce qu’elle a subi, ce qu’elle n’a pas eu le droit de vivre.Une superbe tragédie!

Salina est une pièce de Laurent Gaudé écrite en 2003: Salina aime Kano, mais c’est à son frère Saro que le clan Djimba va la marier. Salina tente par tous les moyens d’imposer son avis. Personne ne l’écoutera.Elle va renier le fils qui lui est né des étreintes forcées avec Saro. Puis à l’issue d’une bataille de la ville avec des assaillants étrangers, des barbares à cheval, Salina laisse Saro mourir de ses blessures. Salina poursuit sa vie de vengeance en armant son fils, Kwane N’Krumba. Celui-ci, voulant venger sa mère humiliée va tuer un à un les hommes tant haïs. Puis c'est le temps des larmes:La colère et la vengeance de Salina s’épuisent peu à peu. Salina est un conte africain merveilleux porté par l'écriture et le souffle épique de Laurent Gaudé qui rend universel les aventures de Salina, symbolisant toutes les femmes que l'on marie contre leur avis, leur désir.

dvan
12/01/13
 

Si vous avez lu La mort du roi Tsongor (si vous ne l’avez pas lu, précipitez-vous !), vous retrouverez cette ambiance si particulière, mélange de conte et d’Afrique bien réelle. Ajoutez à cela un zeste de tragédie racinienne et vous avez Salina. Un petit bijou de texte de théâtre, qu’il faut déguster lentement pour en apprécier toute la substance, la teneur profonde.Salina est jeune et belle. Enfant de sel, elle a été recueillie par la tribu et adoptée par le clan Djimba. Mais Salina aime Kano, alors que le chef du clan la destine à Saro, son frère ainé. Elle doit se contraindre à se mariage sous peine d’être chassée, et subit la brutalité de ce mari qui ne l’aime pas mais voulait juste la posséder. Humiliée sans cesse, elle est bien malheureuse, mais soumise. Mais pour autant, n’oublie pas son amour… Quand enfin meurt le mari, elle est persuadée que le bonheur accourra. Las ! Les cœurs sont aigris, peut-être trop échauffés par ce soleil d’Afrique implacable et devenus secs : n’y trouvent place que la haine, la rage et le désir de vengeance… La douce Salina se transforme en être de maléfices, incarne le mal. Trouvera-t-elle l’apaisement dans le désert et avec le temps ?Ce texte est d’une beauté à couper le souffle, dans sa simplicité. On a l’impression de lire une tragédie classique, dont il a les ressorts, avec en plus ce monde africain de contes et légendes assez prenant par son ambiance.Une pièce à lire et à voir ! Liliba

liliba
04/12/11
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.15 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie